Interview accordée par l’Ambassadeur LU Shaye à Nouvelles d’Europe au sujet de la politique chinoise de gestion de la COVID-19

Source:fr.china-embassy.gov.cn 2022-05-10 | | Publié le:2022-05-12

Ces derniers temps, la politique chinoise dite « zéro COVID dynamique » retient une vive attention des médias français, mêlée de doutes, de critiques voire de moquerie. Nouvelles d’Europe remarque que même si certains spécialistes français ont émis des avis différents, ils n’arrivent pas à atteindre le public. Même chez la communauté chinoise en France, les avis sont partagés face à toutes sortes d’informations et les doutes ne manquent pas. Interviewé par Nouvelles d’Europe, l’Ambassadeur de Chine en France LU Shaye nous explique la position et la stratégie du gouvernement chinois dans sa lutte contre la COVID-19 face à la nouvelle situation sanitaire. Voici l’intégralité de l’interview :

Q : Le Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) s’est réuni le 5 mai dernier, soulignant que la ligne directrice de la politique du gouvernement chinois face à l’épidémie de la COVID-19 est déterminée par la nature et l’objectif fondamental du PCC, parti au pouvoir en Chine. Le gouvernement chinois estime que cette politique peut résister à l’épreuve de l’Histoire, que les mesures sanitaires sont pertinentes et efficaces, et qu’il faut poursuivre inébranlablement la politique « zéro COVID dynamique ». Quelle en est votre interprétation ?

R : Les faits et les chiffres montrent que la politique « zéro COVID dynamique » est un choix pertinent qui correspond aux conditions nationales de la Chine. Nous notons que des spécialistes français se sont aussi montrés compréhensifs à cet égard. Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, a dit dans une interview accordée à la presse française que « le nombre de lits en soins intensifs par habitant (en Chine) est deux fois plus faible qu’en France. [...] Si le virus se propage, le système de soins risque d’être très rapidement saturé. Il est obligé de réduire au maximum la circulation des personnes pour limiter les risques de transmission. »

La Chine étant 20 fois plus peuplée que la France, ce serait une catastrophe inconcevable si les contaminations et les décès survenaient à la même proportion qu’en France. Certains médias et chercheurs français le savent très bien mais incitent toujours la Chine à abandonner sa politique « zéro COVID dynamique ». Si jamais le gouvernement chinois suivait leur conseil, quand le nombre de cas et de décès en Chine auraient monté en flèche, ces mêmes personnes l’accuseraient d’irresponsabilité et du mépris de la vie humaine. À leurs yeux, le gouvernement chinois a toujours tort, quoi qu’il fasse. Ce dont ils se soucient, ce n’est ni la vie et la santé des Chinois, ni le développement économique et social de la Chine, ni le bien-être et la liberté des Chinois, c’est voir la Chine se ridiculiser et vivre son « moment Tchernobyl ».

La Chine a la confiance et la capacité de bâtir une barrière solide contre la COVID-19, de consolider les résultats chèrement acquis dans la gestion de l’épidémie, et d’atteindre les objectifs prévus en matière de développement économique et social. Ceux qui souhaitent l’échec et l’effondrement de la Chine seront déçus. 

Q : Certains médias français affirment que si la Chine persiste avec la politique « zéro COVID dynamique », c’est parce qu’elle n’a pas suffisamment misé sur les campagnes de vaccination, que sa couverture vaccinale est faible et que ses vaccins offrent une protection médiocre. Quelle est la situation réelle ?

R : Ceux qui diffusent ce genre d’allégations sont soit mal informés, soit des colporteurs de fake news. J’ai remarqué que certains médias français laissaient entendre que seuls 60 % des Chinois de plus de 60 ans ont été vaccinés. C’est totalement faux. Selon les derniers chiffres publiés par la Commission nationale de la Santé de Chine, jusqu’à la fin d’avril, 227,08 millions de personnes âgées de plus de 60 ans ont été vaccinées dans notre pays, dont 215,15 millions ont reçu un cycle complet, représentant respectivement 86,01% et 81,49% de la population âgée. En Chine, le nombre de personnes complètement vaccinées représente plus de 88% de la population totale, tandis que le taux en France est d’environ 80%. Environ 53% de la population chinoise, soit 756,723 millions de personnes, ont reçu des rappels de vaccination, ce qui avoisine les 55% en France. Dire que la Chine souffre d’un faible taux de vaccination et tombe dans le piège de la stratégie « zéro COVID » est complètement infondé. Pour les médias de référence, il est de la déontologie fondamentale de garantir la véracité des informations. En aucun cas il ne faut répandre des ouï-dire et de faire des racontars. 

La prétendue « protection médiocre » des vaccins chinois n’est rien d’autre qu’un cliché qui ne mérite même pas une réfutation. S’il est vrai qu’avec seulement 1 ou 2 doses, le vaccin inactivé offre une moindre protection que le vaccin à ARN messager, ils sont à peu près aussi efficaces l’un que l’autre avec une dose de rappel. Une étude publiée en mars dernier par l’Université de Hong Kong montre que les deux types de vaccins sont tous efficaces à 97% pour prévenir les formes graves causées par Omicron. Par ailleurs, il est de notoriété publique qu’aucun vaccin ne peut assurer une protection à 100%. Ces derniers temps, la vice-présidente des États-Unis, la présidente de la Chambre des représentants et le secrétaire d’État américain ont tous été infectés. Des personnalités politiques et membres de familles royales des pays européens n’ont pas été non plus épargnés. Je crois qu’ils ont tous été vaccinés avec un vaccin à ARN messager et peut-être même reçu un rappel. Mais malheureusement ce n’était pas suffisant. Comme les faits l’ont prouvé, il ne faut pas se fier aveuglément à l’efficacité du vaccin à ARN messager et il faut toujours respecter les mesures de protection de base, comme le port du masque, la distanciation sociale et le lavage régulier des mains, même après la vaccination.

Certains médias prétendent que la Chine n’a pas ses vaccins à ARN messager. En réalité, déjà au mois de mai 2021, le vaccin à ARN messager mis au point par la société chinoise Walvax a fait l’objet d’un essai clinique de phase III au Mexique. Simplement il n’a pas été mis sur le marché, parce que les vaccins Pfizer et Moderna dominaient déjà le marché et que ses perspectives commerciales n’étaient pas assez bonnes. Une situation similaire à Sanofi, qui a fini par abandonner le développement de son vaccin en raison du retard par rapport à Pfizer et à Moderna. En fait, après l’éclatement de l’épidémie, la Chine a activement encouragé la recherche et le développement de vaccins. Cinq solutions techniques, à savoir le vaccin inactivé, le vaccin à ARN messager, le vaccin à vecteur adénovirus, le vaccin à protéine recombinante et le vaccin atténué à vecteur viral de la grippe, ont progressé en parallèle et les vaccins développés ont tous réussi à entrer dans la phase d’essais cliniques. La Chine se classe ainsi au premier rang mondial en termes de développement de vaccins contre le nouveau coronavirus. Il convient aussi de souligner que trois vaccins chinois spécialement conçus contre Omicron sont déjà entrés dans la phase d’essais cliniques.

Q : Tout en lançant des critiques contre la politique « zéro COVID dynamique » de la Chine, certains médias français ont salué l’efficacité de la gestion de crise sanitaire dans la région de Taiwan et qualifié Taiwan de « pays démocratique ». Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Il suffit de prêter un peu d’attention à la récente situation épidémique dans la région de Taiwan pour savoir que Taiwan n’a pas bien géré la crise sanitaire. En effet, depuis le 28 avril, le nombre quotidien de cas confirmés à Taiwan a dépassé 10 000 pendant plusieurs jours d’affilée. Le 3 mai, plus de 23 000 nouveaux cas ont été signalés en une seule journée. Le système sanitaire commence à être débordé. Face à la vague épidémique, les autorités taiwanaises ont choisi de « s’allonger à plat ». Selon les prévisions des autorités sanitaires, l’épidémie atteindrait son pic entre le milieu et la fin du mois de mai, avec plus de 200 000 nouveaux cas par jour, et le nombre total de morts dépasserait 10 000. Sur les 23 millions d’habitants de Taiwan, 3,5 à 5 millions seraient infectés. En revanche, à Shanghai, qui compte 25 millions d’habitants, grâce à la politique « zéro COVID dynamique », le nombre de nouveaux cas a considérablement diminué depuis plusieurs jours consécutifs, avec seulement quelques centaines de cas confirmés par jour, preuve que le tournant est déjà arrivé. Voilà une simple comparaison qui aiderait à voir qui fait mieux dans la réponse à la COVID-19, Taiwan ou Shanghai. 

Il est à noter que des médias français qualifient Taiwan de « pays », en la mettant sur le même plan que le Japon ou la Nouvelle-Zélande. Certains d’entre eux l’auraient fait par inadvertance. Mais d’autres l’ont fait intentionnellement. Leur objectif consiste à altérer progressivement le récit sur Taiwan en répétant sans cesse ces « lapsus ». De telle sorte, leur lecteur accepterait d’une manière imperceptible l’idée fausse que Taiwan est un « pays » et ils pourraient emmener le public à dénoncer l’« agression de la Chine » au cas où le gouvernement chinois serait forcé de prendre des mesures pour arrêter l’« indépendance de Taiwan » et réunifier la patrie. Taiwan n’est pas un pays, mais une province de la Chine. C’est un fait historique et juridique entériné par la résolution 2758 de l’ONU et une position défendue par l’immense majorité des pays du monde, dont la France. Le principe d’une seule Chine relève des connaissances élémentaires du droit international et des relations internationales. Les journalistes et chroniqueurs des grands journaux ne peuvent pas ne pas le savoir. Si certains font l’amalgame en toute connaissance de cause, c’est pour inciter le Parti démocrate progressiste, au pouvoir à Taiwan, à fuir en avant et à franchir la ligne rouge de l’« indépendance de Taiwan ». C’est extrêmement dangereux. Car l’« indépendance de Taiwan » implique la guerre. S’il y a réellement une guerre et des chaos dans le détroit de Taiwan dans l’avenir, tous ceux qui instiguent implicitement ou explicitement l’« indépendance de Taiwan » en seront tenus pour responsables. Nous conseillons à nos amis français de faire preuve d’une plus grande rigueur quand il s’agit de Taiwan. Si des médias chinois présentaient la Corse comme un « pays » et la plaçaient au même plan que les autres pays, les lecteurs français ne seront sûrement pas contents. Confucius disait, ne faîtes pas à autrui ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse. Certains Français ne devraient-ils pas tenir compte du sentiment des Chinois lorsqu’ils appellent Taiwan un « pays » ? La Chine salue l’attachement du gouvernement français au principe d’une seule Chine et est persuadée qu’il continuera d’y rester attaché. En même temps, nous espérons qu’il sensibilisera ses citoyens à le respecter aussi. 

Q : Les médias français se sont récemment montrés très préoccupés par la politique « zéro COVID dynamique » de la Chine, qui, selon eux, aurait perturbé les chaînes industrielle et d’approvisionnement et freiné la reprise économique mondiale. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : La Chine n’est pas responsable du retour de la grisaille dans l’économie mondiale. L’inflation généralisée dans les pays occidentaux est déjà apparue à la fin de l’année dernière et a été exacerbée par les sanctions tous azimuts et sans limites qu’ils imposent aujourd’hui à la Russie. Au cours des deux dernières années, c’est justement la politique « zéro COVID dynamique » qui a permis à la Chine d’assurer le bon ordre dans la production et la vie dans le pays et d’apporter un soutien solide à la reprise de l’économie mondiale. Comme en témoigne le fait que l’économie chinoise a affiché une croissance de 8,1% en 2021 et que le commerce extérieur chinois a augmenté de 21,4%. Si le récent rebond épidémique dans certaines régions chinoises a entraîné la fermeture temporaire d’usines et l’arrêt partiel de terminaux portuaires, c’est précisément dû à des lacunes dans la mise en œuvre de la politique « zéro COVID dynamique » et au relâchement de vigilance dans certaines collectivités chinoises. La raison pour laquelle le gouvernement chinois prend aujourd’hui des mesures sanitaires strictes, c’est pour rétablir au plus vite l’ordre dans la production et la vie nationales, et contribuer à atténuer la crise économique mondiale. Quant à la perturbation des chaînes industrielle et d’approvisionnement mondiales, les États-Unis sont les premiers à blâmer. Au second semestre 2021, au pic de l’épidémie aux États-Unis, plus d’un million de cas confirmés étaient recensés par jour, ce qui a entraîné un raz-de-marée d’arrêts maladie et de départs parmi les dockers et les chauffeurs routiers et bloqué des centaines de cargos dans les ports, perturbant gravement la chaîne d’approvisionnement mondiale. Si les détracteurs de la Chine se souciaient réellement de la chaîne d’approvisionnement mondiale, comment se fait-il qu’on n’entend guère leurs plaintes ou critiques vis-à-vis des États-Unis ? D’ailleurs, lorsque les États-Unis ont privé Huawei d’approvisionnement en puces en prétextant des raisons de « sécurité nationale », et qu’environ mille entreprises et entités chinoises de haute technologie ont été mises sur la liste noire et coupées d’approvisionnement par les États-Unis, pourquoi les médias français n’ont-ils pas condamné ces actes de perturbation flagrante des chaînes industrielle et d’approvisionnement mondiales ? L’équipement 5G de Huawei a été testé et certifié sûr par les autorités officielles françaises. Pourquoi ne peut-il pas bénéficier du même traitement au marché que les entreprises européennes ? Sur cette question, personne ne devrait adopter le « deux poids deux mesures », et encore moins emboîter aveuglément le pas aux États-Unis sans se soucier du vrai ou du faux ni vouloir entendre raison.

Q : Récemment, un journal français a qualifié, dans son éditorial, les mesures de confinement adoptées dans certaines villes chinoises de « goulag chinois ». À votre avis, quel est le but d’une telle rhétorique ?

R : Il est bien évident que ce journal s’est servi de l’épidémie pour lancer des attaques idéologiques contre la Chine. Pour endiguer la propagation du virus, presque tous les pays ont pris de diverses mesures de confinement. La France, par exemple, a vécu trois confinements. Le premier, de mars à mai 2020, était très strict. Si les mesures de confinement en Chine sont qualifiées de « goulag », comment devrait-on appeler celles en France ? Dans la presse et les espaces d’opinion publique en Hexagone, dès qu’il s’agit de la Chine, certaines personnes manifestent systématiquement de profonds préjugés idéologiques, voire de la haine. La Chine et la France, qui se trouvent aux deux extrémités du continent eurasiatique, n’ont pas de conflits géopolitiques et ne constituent pas une menace sécuritaire l’une pour l’autre. Comme le dit un proverbe chinois : « L’eau du puits ne se mêle pas à celle de la rivière. » Les deux pays devraient vivre en paix. Ceux qui cherchent tous les jours à discréditer et faire la leçon à la Chine devraient interroger leur propre conscience : est-ce bien nécessaire ? Se mettent-ils dans la position de la France ou des États-Unis ? N’oubliez pas, quand vous accusez la Chine en la montrant du doigt, trois doigts sont pointés vers vous-même. 


版权所有中央党史和文献研究院

建议以IE8.0以上版本浏览器浏览本页面京ICP备11039383号-6京 公网安备11010202000010