Commentaires

L’économie chinoise est florissante
- Des croissances relativement élevées, plus d’emplois et des prix plus bas garantissent un taux de croissance annuel de 6,5%

Publié le:2017-11-03 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Lu Yanan | Source:Quotidien du Peuple (le 11 octobre 2017)

« Cette année, l’économie chinoise pourra, sans aucun problème, atteindre son objectif de croissance annuelle d’environ 6,5%. L’économie chinoise continue sur la tendance à la stabilisation avec de l’amélioration, il peut y avoir des résultats meilleurs que prévus sur l’année », a déclaré Ning Jizhe, directeur du Bureau national des statistiques (BNS) de Chine ce 10 octobre, lors d’une conférence de presse tenue par le Bureau de l’information du Conseil d’Etat chinois.  

La Chine demeure le premier contributeur de la croissance mondiale.  

Entre 2013 et 2016, le PIB chinois a progressé en moyenne de 7,2% par an, contre 2,6% pour la croissance mondiale et 4% pour la croissance moyenne des économies en développement.  

« Au cours des dernières années, la Chine a réalisé une croissance annuelle moyenne de 7,2%, avec un taux d’inflation à 2% et un taux de chômage enregistré d’environ 5%. De plus, les prix sont maintenus relativement bas. Cette configuration est très rare et surpasse tous les autres pays du monde », a ajouté M. Ni.  

La puissance globale de la Chine s’est renforcée. En 2016, le PIB de la Chine s’est élevé à 74.000 milliards de Yuans, soit 1,32 fois le PIB de 2012 selon le prix constant.  

La Chine reste le premier moteur de la croissance mondiale. En 2016, la Chine représente 14,8% du PIB mondial, soit 3,4 points de plus qu’en 2012, se classant au deuxième rang mondial. Pendant les quatre ans allant de 2013 à 2016, environ 30% de la croissance économique mondiale est attribuable à la Chine, ce qui dépasse la contribution totale des Etats-Unis, de la zone euro et du Japon et fait de l’Empire du Milieu le premier contributeur de la croissance mondiale.  

La croissance économique chinoise s’accompagne d’une optimisation structurelle.  

En Chine, le secteur des services est devenu un pilier de l’économie nationale. En 2016, la valeur ajoutée du secteur tertiaire représente 51,6% du PIB chinois, en hausse de 6,3 points de pourcentage par rapport à 2012. Pendant la première moitié de 2017, la part du secteur tertiaire dans le PIB chinois s’est élevée à 54,1%. 

La consommation devient la force motrice de la croissance chinoise. De 2013 à 2016, la consommation finale contribue en moyenne 55% à la croissance économique, soit 8,5 points de plus que la formation de capital. La demande intérieure est donc devenue le principal pilier du développement économique de la Chine.  

Le développement coordonné des régions urbaines et rurales obtient des résultats remarquables. A la fin de 2016, le taux d’urbanisation de la population résidente en Chine s’est établi à 57,35%, en hausse de 4,78 points par rapport à la fin de 2012 ; la différence de revenu entre les résidents urbains et ruraux exprimée en nombre de fois est en baisse de 0,16 par rapport à 2012.  

Le développement économique et social de la Chine est dirigé par  le nouveau concept de développement.  

Au cours des cinq dernières années, comment l’économie chinoise a-t-elle pu réaliser ces résultats brillants malgré un environnement national et international très complexe ?

En effet, ces réalisations seraient impossibles sans le nouveau concept de développement qui dirige « la nouvelle normalité économique » de la Chine. L’innovation, par exemple, fait partie des éléments clés du nouveau concept de développement. En 2016, le nombre de demandes de brevet nationales et étrangères a progressé de 69,0% par rapport à 2012 et le nombre de brevets délivrés a progressé de 39,7% par rapport en 2012. En 2015, la valeur ajoutée créée par « les nouvelles industries, les nouveaux formats de commerce et les nouveaux modèles économiques » est équivalente à 14,8% du PIB de la Chine.  

« Pendant les cinq dernières années, conformément aux exigences du Comité central du PCC et du Conseil d’Etat, nous avons dirigé le développement économique et social de la Chine par le nouveau concept de développement, afin de saisir les caractéristiques de la phase actuelle du développement de la Chine. Le nouveau concept de développement nous aide à résoudre les différents conflits et problèmes existants, de sorte que notre développement renforce notre puissance actuelle tout en offrant du potentiel », a analysé M. Ni.   

La réforme structurelle du côté de l’offre progresse de façon tangible, la transformation et la modernisation de l’économie chinoise s’accélèrent.  

La capacité de production excédentaire a été considérablement réduite en Chine. Cette année, pendant la période de janvier à juillet, la Chine a déjà réalisé son objectif annuel en matière de réduction de la capacité de production d’acier et diminué sa production de charbon de 128 millions de tonnes, soit 85% de l’objectif annuel. 

Les stocks ont été également diminués en Chine. A la fin d’août 2017, la superficie totale des biens immobiliers à vendre a baissé de 12% sur un an. 

 Le désendettement obtient des résultats positifs. A la fin d’août 2017, le ratio actif-passif des entreprises industrielles chinoises supérieures à la taille désignée (soit avec un chiffre d’affaires annuel égal ou supérieur à 20 millions de Yuans) a diminué de 0,7 point de pourcentage par rapport à la même période de l’année dernière. 

Les coûts sont aussi en baisse dans les entreprises. De janvier à août 2017, dans les entreprises industrielles chinoises supérieures à la taille désignée, le coût pour cent Yuans de revenu a baissé de 0,12 Yuan par rapport à la même période de 2016. 

Les maillons faibles du développement de la Chine ont été renforcés. Pendant les huit premiers mois de cette année, l’industrie de la protection écologique et de la gestion de l’environnement, l’industrie de la gestion des installations publiques et les investissements agricoles ont progressé respectivement de 28,2%, 24,3% et 16,1%.  

La réforme structurelle du côté de l’offre dans le domaine agricole avance également de manière stable. En 2016, la production chinoise de céréales s’est élevée à 616,25 millions de tonnes, se maintenant au-dessus du seuil de 600 millions de tonnes pour la quatrième année consécutive. De plus, la production se concentre dans les régions avantageuses.   

« La ligne directrice de la réforme structurelle du côté de l’offre, dont les tâches principales sont la réduction de la surcapacité de production, le déstockage, le désendettement, la baisse des coûts et le renforcement des domaines de faible croissance, permet non seulement d’améliorer la situation de l’offre et de la demande dans des secteurs spécifiques, mais aussi d’aider à équilibrer la relation globale entre l’offre et la demande », a souligné M. Ni.  

Le coefficient d’Engel des résidents chinois est aujourd’hui de 30,1%, proche de la fourchette du critère de richesse.  

Depuis le 18e Congrès nationale du PCC, le niveau de vie du peuple chinois s’est amélioré de manière spectaculaire et les acquis du développement ont bénéficié à tous les citoyens. 

Le peuple chinois a aujourd’hui plus de revenu à leur disposition. En 2016, le revenu disponible par habitant de la Chine s’est élevé à 23.821 Yuans, soit une augmentation de 7.311 Yuans par rapport à 2012, et une croissance annuelle moyenne de 7,4%. Pendant les six premiers mois de 2017, le revenu disponible par habitant de la Chine a augmenté de 7,3% (croissance réelle) sur un an.      

 Les Chinois consomment aussi de plus en plus. Le coefficient d’Engel des résidents chinois s’est établi à 30,1% en 2016, en baisse de 2,9 points par rapport à 2012, et se rapprochant de la fourchette de 20% à 30% du critère de richesse des Nations Unies. 

La lutte ciblée contre la pauvreté a obtenu des résultats remarquables. Selon la norme de pauvreté rurale de 2300 Yuans par personne par an (à prix constants de 2010), la population rurale pauvre en Chine en 2016 était de 43,35 millions de personnes, soit 55,64 millions de moins qu'en 2012. 

La Chine a mis en place et amélioré son système de sécurité sociale de base. En 2016, la proportion des dépenses de santé personnelles dans l'ensemble des dépenses de santé est tombée en dessous de 30%, l’assurance maladie de base couvre désormais l’ensemble de la population chinoise, assurant aux résidents urbains et ruraux un système de sécurité sociale de base. 

Les progrès ont été également constatés dans les activités sociales. Le niveau d'éducation s’est amélioré en Chine : la durée moyenne de scolarité de la population chinoise âgée de 15 ans et plus est passée de 9,05 ans (en 2010) à 9,5 ans (en 2015). Les conditions médicales et de santé des Chinois continuent de s'améliorer et leur espérance de vie moyenne, qui était de 74,83 ans en 2010, est passée à 76,34 ans en 2015.