Commentaires

La situation énergétique en Chine et la politique corrélative

Publié le:2012-09-25 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Office d'information | Source:french.beijingreview.com.cn

  Avant-propos

  Les énergies sont d'une importance fondamentale pour le développement des sociétés humaines et l'existence de chacun. Un retour sur l'évolution sociale de l'humanité permet de constater que chaque grand progrès de la civilisation humaine a été accompagné d'une amélioration et d'un changement dans l'utilisation de l'énergie. L'exploitation des énergies et leur utilisation ont considérablement contribué au développement de l'économie mondiale et de la société humaine.

  Pendant plus d'un siècle, les pays développés sont successivement passés par la phase d'industrialisation, consommant ainsi une importante quantité de ressources naturelles du monde, notamment de ressources énergétiques. A ce jour, un certain nombre de pays en voie de développement entrent à leur tour dans cette étape d'industrialisation. L'augmentation de la consommation des énergies est une nécessité et une condition pour permettre un développement économique et social.

  Aujourd'hui, la Chine est le plus grand pays en voie de développement au monde. Développer l'économie et endiguer la pauvreté sont pour une longue période la tâche primordiale du gouvernement et du peuple chinois. Depuis la fin des années 1970, la Chine, pays en voie de développement doté de la croissance la plus rapide au monde, a obtenu des progrès brillants, qui ont attiré l'attention mondiale sur son développement économique et social. Elle a réussi à créer une voie socialiste à la chinoise tout en contribuant largement au développement et à la prospérité mondiale.

  La Chine est le deuxième plus grand pays au monde à la fois producteur et consommateur d'énergies. La croissance continue de l'approvisionnement en énergie a fourni un appui important à son développement économique et social, en même temps que l'augmentation rapide de sa consommation énergétique a créé un large espace de développement pour le marché mondial des énergies. La Chine est désormais une composante importante du marché mondial des énergies. Son rôle dans la sauvegarde de l'approvisionnement en ressources énergétiques du monde se révèle de plus en plus important.

  Pour le gouvernement chinois, le concept de développement scientifique est devenu l'idée directrice qui permettra d'accélérer le développement d'un secteur énergétique moderne. La Chine reste fidèle à sa politique fondamentale : l'économie des ressources énergétiques et la protection de l'environnement. Elle considère que la construction d'une société économe de ressources énergétiques et respectueuse de l'environnement est un point d'importance stratégique fondamental pour l'accomplissement de son industrialisation et de sa modernisation. Elle s'efforce donc de renforcer la capacité du développement durable pour édifier un pays de type nouveau et pour continuer à apporter une plus grande contribution au développement et à la prospérité de l'économie mondiale.

 

  I. Situation actuelle sur le développement des ressources énergétiques

  Les ressources énergétiques sont la base du développement des énergies. La prospection des ressources énergétiques n'a cessé de se renforcer depuis la fondation de la Chine nouvelle, et plusieurs évaluations des ressources ont été réalisées. Les ressources énergétiques de Chine présentent les caractéristiques suivantes :

  – Le volume global des ressources énergétiques est relativement abondant. La Chine est riche en ressources énergétiques fossiles, en particulier en charbon. En 2006, le volume des ressources en charbon prospectées a atteint 1 034,5 milliards de tonnes, tandis que l'estimation déjà faite de ses réserves exploitables représentait 13% de celles du monde, ce qui place la Chine au troisième rang mondial. Les réserves de pétrole et de gaz naturel estimées sont relativement insuffisantes. Le potentiel de réserves d'énergies fossiles non conventionnelles comme le schiste bitumineux et le gaz stocké dans les bancs de houille est très élevé en Chine. La Chine recèle de nombreuses énergies renouvelables. Les réserves en ressource hydraulique équivalent théoriquement à une production annuelle d'électricité de 6 190 milliards de kWh. Elles pourront être économiquement exploitées pour une production annuelle d'électricité de 1 760 milliards de kWh, ce qui représente 12 % du volume des ressources hydrauliques mondiales, et place la Chine au premier rang mondial.

  – Le taux de ressources énergétiques par habitant est relativement faible. La population chinoise est très nombreuse, si bien que le taux de ressources énergétiques par habitant se situe à un niveau mondial relativement bas : 50 % pour le charbon et l'énergie hydraulique, environ 6,6 % pour le pétrole et le gaz naturel, moins de 30 % pour les terres cultivées, ce qui constitue une restriction à l'exploitation de l'énergie dérivée de la biomasse.

  – La répartition des ressources énergétiques est inégale. Les ressources énergétiques sont largement mais inégalement réparties en Chine. Les réserves houillères se trouvent principalement dans la Chine du Nord et les régions du Nord-Ouest ; les ressources hydrauliques, dans les régions du Sud-Ouest, et les réserves de pétrole et de gaz naturel se situent notamment dans l'Est, le Centre et l'Ouest et dans l'espace maritime. Les régions consommatrices d'énergie se trouvent principalement dans les régions côtières du Sud-Est, régions économiquement développées. Il y a une grande distance entre les régions de réserves et les régions consommatrices d'énergie. Le transport du charbon et du pétrole du Nord vers le Sud, celui du gaz naturel et de l'électricité de l'Ouest vers l'Est sont une caractéristique de la circulation des énergies en Chine et de l'actuelle infrastructure du transport.

  – L'exploitation des ressources énergétiques est difficile. Les conditions d'exploitation géologique des ressources houillères en Chine sont très difficiles. La plupart des réserves doivent être exploitées par creusement de puits de mine, tandis qu'un nombre très restreint de réserves houillères peuvent être exploitées à ciel ouvert. Les conditions géologiques des ressources de pétrole et de gaz naturel sont complexes, et exigent un niveau très élevé de techniques de prospection et d'exploitation. Les ressources hydrauliques non exploitées se concentrent principalement dans les hautes montagnes et dans les vallées profondes du Sud-Ouest de la Chine. L'exploitation en est très difficile, et le coût d'exploitation, très élevé. Les énergies non conventionnelles sont caractérisées par un faible niveau de prospection, une faible valeur économique, et ne peuvent concurrencer les énergies traditionnelles.

  Depuis la mise en application de la politique de réforme et d'ouverture, l'industrie énergétique s'est rapidement développée en Chine, contribuant ainsi au développement continu et rapide de l'économie nationale.

  – La capacité d'approvisionnement s'est considérablement élevée. Après plusieurs dizaines d'années d'efforts, la Chine est parvenue à une situation d'approvisionnement en énergie basée principalement sur le charbon et centrée sur la production d'électricité tout en développant largement l'exploitation du pétrole, du gaz naturel et des énergies renouvelables. Un système d'approvisionnement en énergie relativement complet a été donc établi en Chine. Un certain nombre de mines de houille de 10 millions de tonnes ont été exploitées. En 2006, la production globale d'énergie primaire a atteint 2,21 milliards de tonnes équivalent charbon, ce qui place la Chine au deuxième rang mondial. La production de charbon brut s'est élevée à 2,37 milliards de tonnes, soit à la première place mondiale. Les grands champs pétrolifères de Daqing, de Shengli, de Liaohe et de Tarim ont été successivement installés pour l'exploitation. La production de pétrole brut a atteint 185 millions de tonnes en 2006, soit une augmentation stable, pour une cinquième place mondiale. La production de gaz naturel a rapidement augmenté, passant de 14,3 milliards de m3 en 1980 à 58,6 milliards de m3 en 2006. La proportion des énergies renouvelables commercialisées par rapport aux énergies primaires s'est progressivement élevée. L'industrie électrique s'est développée très rapidement. La puissance installée et la production d'électricité ont été respectivement de 622 millions de kW et de 2 870 milliards de kWh, plaçant la Chine au deuxième rang mondial. Le système des transports d'énergies a connu un rapide développement. La capacité des transports a été considérablement renforcée. Des lignes ferroviaires spéciales et des ports pour le transport du charbon de l'ouest vers l'est ont été construits, ainsi que des réseaux de pipeline pour le transport du pétrole du nord au sud, et des grandes lignes pour le transport du gaz naturel de l'ouest vers l'est. La connexion entre le transport de l'électricité de l'ouest vers l'est et les réseaux électriques régionaux a été réalisée.

  – Des succès remarquables ont été obtenus dans l'économie d'énergie. De 1980 à 2006, la Chine a maintenu une croissance annuelle de 9,8 % grâce à une augmentation annuelle moyenne de 5,6 % de sa consommation en énergie. En prix constant sur l'année 2005, la consommation des énergies pour 10 000 yuans de PIB est passée de 3,39 tonnes équivalent charbon en 1980 à 1,21 tonne équivalent charbon en 2006, soit un taux annuel moyen de 3,9 % d'économie d'énergie, refoulant ainsi l'augmentation de la consommation des énergies par unité de PIB. Le taux d'opération de transformation, de substitution, de stockage, de transports et d'utilisation finale des ressources énergétiques était de 33 %, soit 8 points de plus qu'en 1980. La consommation des énergies par unité quantitative de produit a sensiblement diminué. L'écart entre la consommation totale des énergies pour la production des produits comme l'acier, le ciment, l'ammoniac de synthèse, etc., la fourniture d'électricité et le niveau de pointe international diminue constamment.

  – La structure de la consommation a été optimalisée. La Chine en matière de consommation d'énergie a occupé en 2006 la deuxième place mondiale. En 2006, le volume global de la consommation de l'énergie primaire a atteint 2,46 milliards de tonnes équivalent charbon. La Chine attache une grande importance à l'optimalisation de la structure de sa consommation d'énergie. La part de charbon dans la consommation de l'énergie primaire est passée de 72,2 % en 1980 à 69,4 % en 2006, et celle des autres énergies, de 27,8 % à 30,6 %. La proportion des énergies renouvelables et de l'électricité nucléaire est passée de 4% à 7,2 %, et celle du pétrole et du gaz naturel a aussi augmenté. La structure de sa consommation d'énergie finale a été ainsi optimalisée sensiblement. La proportion du charbon transformé en électricité est passée de 20,7 % à 49,6 %. La part des énergies marchandes et propres destinées à la vie des citadins s'est sensiblement élevée.

  – Le niveau scientifique et technique s'est élevé rapidement. Des succès remarquables ont été obtenus dans les sciences et les techniques de l'énergie en Chine. Les études de base telles que « la théorie de la formation du pétrole du faciès continental et son utilisation » ont considérablement stimulé le développement de la théorie scientifique et technique de la pétrogéologie. Un système technique de prospection et d'exploitation assez complet a été instauré dans l'industrie pétrolière et du gaz naturel. La Chine se trouve dans le peloton de tête mondial pour la technique de prospection et d'exploitation dans les régions géologiquement compliquées et pour la technique d'extraction et de récupération de pétrole. Dans l'industrie houillère, un certain nombre de grands puits de mine d'un niveau de pointe international ont été construits, et les mines pilotes sont plus mécanisées. Dans le domaine de l'industrie électrique, les techniques d'avant-garde sont utilisées pour la production, et des groupes générateurs dotés d'une grande capacité sont largement utilisés. La conception des centrales hydroélectriques, les techniques concernant les travaux et la construction des équipements atteignent un niveau mondial élevé. La Chine est capable de concevoir et de construire de façon autonome un réacteur à eau sous pression d'un million de kW pour l'électricité nucléaire. Une grande percée a été faite dans les recherches techniques sur le réacteur à haute température et à refroidissement par air et sur le réacteur à neutron rapide. Les techniques pour réduire la pollution comme la désulfuration des fumées, ou pour l'exploitation et l'utilisation des énergies renouvelables se sont rapidement développées. Des projets modèles de transmission en courant continu à 500 kV et en courant alternatif à 750 kV ont été successivement réalisés et mis en service. Ceux de transmission à haute tension en courant continu à 800 kV et en courant alternatif à 1 000 kV viennent de démarrer.

  – Des progrès ont été obtenus dans la protection de l'environnement. Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection de l'environnement qui est devenue le fondement de sa politique d'Etat. La prise de conscience en la matière dans les différents milieux sociaux ne cesse de s'élever. A la suite de la Conférence des Nations unies pour l'environnement et le développement, qui s'est tenue en 1992, la Chine a élaboré un texte intitulé « Protection de l'environnement – Agenda de la Chine au XXIe siècle » et a utilisé les moyens judiciaire et économique destinés à renforcer totalement la protection de l'environnement. Des progrès réels ont été obtenus. La politique en matière d'énergie en Chine repose principalement sur la réduction et le contrôle efficace de la détérioration et de la pollution de l'environnement provoquées au cours de l'exploitation des ressources énergétiques et de leur utilisation. En 2006, le taux d'équipement de dépoussiéreur pour les groupes générateurs à charbon, et la mise en conformité aux normes d'évacuation des eaux usées ont pratiquement atteint les 100 %. Le volume global d'émission des fumées et des poussières a avoisiné celui de l'année 1980. Le volume d'émission des fumées et des poussières par unité quantitative d'électricité a diminué de 90 %. En 2006, la puissance installée des groupes électrogènes désulfurés des centrales thermiques construits et mis en service dans l'ensemble du pays s'est élevée à 104 millions de kW, dépassant ainsi la totalité de la puissance des 10 années précédentes. La proportion des groupes électrogènes désulfurés des centrales thermiques par rapport à la totalité de la puissance installée de thermoélectricité est passée de 2 % en 2000 à 30 % en 2006.

  – Les conditions du marché n'ont cessé de s'améliorer. Les conditions du marché des énergies se sont améliorées petit à petit, et la réforme de l'industrie de l'énergie a progressé concernant notamment la réorganisation des entreprises énergétiques, et l'instauration d'un système d'entreprises modernes. La diversification des investissements a été réalisée. L'investissement consacré aux énergies a augmenté rapidement. La capacité et la diversité du marché n'ont cessé de s'élargir. La production de l'industrie houillère et la circulation du charbon sont orientées vers le marché. La séparation de l'entreprise et de l'administration et celle de l'entreprise et du réseau de transmission sont devenues effectives dans l'industrie électrique. Un organisme de contrôle a été établi. Les secteurs du pétrole et du gaz ont été intégrés au commerce intérieur et extérieur. La réforme profonde du système des prix de l'énergie a été entreprise, et le mécanisme des prix connaît une continuelle amélioration.

  Avec le développement très rapide de l'économie chinoise et l'accélération du processus d'industrialisation et d'urbanisation, la demande en énergie est en constante augmentation. Etablir un système d'approvisionnement en énergie, stable, économique, propre et de totale sécurité se heurtera aux problèmes suivants :

  – La restriction des ressources est grave, et l'efficacité de l'énergie, très basse. L'insuffisance de ressources énergétiques de qualité a eu des répercussions négatives sur la capacité d'approvisionnement en Chine. La répartition inégale des ressources énergétiques a également accru la difficulté d'un approvisionnement continu et stable. L'accélération excessive de la croissance économique, la structure inadaptée des ressources énergétiques, un bas niveau dans les techniques et les équipements énergétiques et un niveau de gestion relativement arriéré ont été causes de problèmes. Ainsi la consommation d'énergie par unité de PIB et la consommation d'énergie des principaux produits hauts consommateurs d'énergie ont dépassé le niveau moyen des principaux pays consommateurs d'énergie, déséquilibrant davantage l'offre et la demande de l'énergie. S'appuyer exclusivement sur l'augmentation de l'approvisionnement en énergie peut difficilement parvenir à satisfaire la hausse continuelle des besoins de consommation.

  – La consommation en énergie repose principalement sur le charbon, et a pour conséquence une grande pression sur l'environnement. Le charbon est la principale énergie en Chine et le restera pendant une période encore assez longue étant donné la structure des ressources énergétiques. Mais le mode relativement arriéré de production de charbon et sa consommation croissante ont accru la pression sur la nécessaire protection de l'environnement. La consommation de charbon est la principale cause de pollution atmosphérique. C'est aussi une importante source d'effet de gaz de serre. Avec l'augmentation très rapide du nombre d'automobiles en Chine, l'atmosphère de très nombreuses villes a été polluée par la fumée du charbon et le gaz d'échappement des véhicules. Cette situation provoque désormais une très grande pression sur l'environnement.

  – Le système du marché laisse à désirer, et le système d'intervention rapide reste à renforcer. Le système en matière de marché énergétique en Chine reste à perfectionner. Actuellement le prix de l'énergie pratiqué en Chine n'inclut pas le rapport entre la quantité offerte, l'offre et la demande et le coût à répercuter sur l'environnement. L'organisation au niveau de la prospection et de l'exploitation des ressources énergétiques devra être normalisée davantage. Il faudra perfectionner le système du contrôle de l'énergie. La sécurité dans la production houillère n'est pas encore assurée, la structure des réseaux de transmission électrique n'est pas rationnelle, la capacité de réserve de pétrole est faible. Le système de prévention et d'intervention rapide en cas d'urgence dues aux ruptures d'approvisionnement en énergie et aux accidents graves reste à améliorer et à renforcer.

 

  II. Stratégie et objectif relatifs au développement des énergies

  La Chine développe ses énergies en se basant sur un développement économique propre et sain. Persévérer dans cette voie est essentiel. La réforme et les choix en matière de développement doivent permettre de résoudre les problèmes afférents à la poursuite de ce développement. Il faut mettre en œuvre le concept de développement scientifique, insister sur la nécessité de son adéquation à l'homme, changer le concept sur le développement, innover dans de nouveaux modèles de développement, et améliorer sa qualité. Il faut aussi persévérer dans le développement des énergies à haute technologie, à basse consommation de ressources, à faible pollution, à rendement économique maximal et à garantie fiable, afin que ce développement des énergies soit complet, harmonieux et durable.

  Le développement des énergies en Chine insiste sur le principe essentiel qui est celui d'une politique d'ouverture sur l'extérieur tout en comptant sur les capacités internes du pays. Par une augmentation régulière de ses énergies intérieures, la Chine peut assurer à la fois une fourniture d'énergie stable et participer au développement des énergies à l'échelle mondiale. Le développement de ses énergies sera par ailleurs source d'opportunités pour tous les pays et accroîtra la taille du marché international, en contribuant d'une façon positive à la stabilité et à la sécurité énergétiques mondiales.

  Le contenu fondamental de la stratégie du développement des énergies en Chine est le suivant : donner la priorité à l'économie d'énergie, compter sur nos capacités internes, opter pour la diversité, s'appuyer sur les sciences et sur les techniques, protéger l'environnement, renforcer la coopération internationale réciproque, dans le but d'établir un système de fourniture d'énergie stable, économique, propre et sain.

  – Donner la priorité à l'économie d'énergie. La Chine prend pour politique fondamentale l'économie d'énergie, elle attache donc la même importance à l'exploitation et à l'économie d'énergie tout en donnant la priorité à cette dernière. La Chine transforme activement son mode de développement économique, réajuste sa structure industrielle, encourage les recherches sur les techniques d'économie d'énergie, vulgarise les produits économes en énergie auprès de la population, améliore la gestion de l'énergie, perfectionne les lois et les règlements concernant les économies d'énergie, et améliore sans cesse son efficacité énergétique.

  – Compter sur les capacités internes. Le développement économique de la Chine dépend de son approvisionnement énergétique intérieur, qui doit augmenter avec régularité de façon à satisfaire la demande croissante sur le marché intérieur des énergies.

  – Se développer vers la diversité. La Chine va développer de façon ordonnée l'exploitation houillère, accroître la production électrique, accélérer l'exploitation du pétrole et du gaz naturel, en encourageant celle du gaz contenu dans les gisements de charbon, intensifier ses efforts en matière d'énergies renouvelables, notamment l'hydroélectricité, promouvoir l'énergie nucléaire, développer les énergies substitutives sur une base scientifique, optimiser la structure énergétique. Toutes ces actions permettront une complémentarité des énergies possibles et la garantie d'un approvisionnement stable.

  – S'appuyer sur les sciences et techniques. Les progrès scientifiques et techniques dans le domaine de l'énergie ont permis à la Chine d'être plus autonome dans l'innovation, d'assimiler plus vite les techniques venues de l'extérieur, de les adapter, de gérer le goulot d'étranglement technique qui ralentissait le développement des énergies, d'augmenter le niveau des techniques de base, et des techniques autorisant la construction des équipements fondamentaux, de créer de nouvelles voies pour l'exploitation et l'utilisation des énergies, tout en intensifiant la capacité à assurer le développement.

  – Protéger l'environnement. La Chine, s'étant donné pour but l'instauration d'une société économe en dépenses de ressources et respectueuse de son environnement, encourage activement un développement harmonieux des énergies et de l'environnement. Elle insiste donc sur la nécessité d'exécuter et de promouvoir un développement respectueux de l'environnement pour un développement durable.

  – Renforcer la coopération réciproque. Le développement des énergies en Chine repose sur les principes d'égalité, de réciprocité et de gagnant-gagnant, tout en comptant sur les capacités internes du pays. Avec franchise et pragmatisme, la Chine renforce la coopération en matière d'énergie avec les organisations internationales spécialisées et avec tous les pays du monde, par une coopération accrue et une attention accrue dans les domaines de la coopération, de la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité des énergies mondiales.

  Le XVIIe Congrès du Parti communiste chinois (PCC) a proposé d'accélérer la transformation du mode de développement, de quadrupler d'ici 2020 le PIB par habitant par rapport à 2000 sur la base de la réorganisation de la structure, de l'élévation de la rentabilité, de la réduction de la consommation des énergies et de la protection de l'environnement. La Chine a déclaré clairement, dans le Programme d'Etat du XIe Plan quinquennal de développement de l'économie nationale et du progrès social, vouloir diminuer de 20 % d'ici 2010 la consommation des énergies dans le PIB unitaire par rapport à 2005, et de 10 % le volume total des matières polluantes émises.

  Les buts du XIe Plan quinquennal (2006 – 2010) du développement des énergies de Chine permettant d'atteindre l'objectif de développement économique et social sont les suivants : vers la fin du XIe Plan quinquennal, la fourniture en énergie devra satisfaire la demande de l'économie nationale et du développement social, les économies d'énergie seront probantes, l'efficacité énergétique sera sensiblement accrue, la structure sera davantage réorganisée, les techniques seront réellement développées, le rendement économique et la compétitivité du marché auront augmenté ; le macro-contrôle, la supervision du marché, les lois et les règlements, le système de prévention et d'intervention rapide en cas d'urgence seront adaptés à l'économie de marché socialiste et perfectionnés par étape. Les énergies se développeront harmonieusement avec l'économie, la société et l'environnement.

 

  III. La promotion complète de l'économie d'énergie

  La Chine étant un pays en développement très peuplé disposant de ressources énergétiques insuffisantes, elle doit opter pour l'économie d'énergie et pour un développement économique et social durable. La Chine a commencé, au début des années 1980, à organiser et à planifier une politique d'économie d'énergie. Depuis la fin du siècle dernier, la croissance économique a été quadruplée et la consommation énergétique a été doublée en 20 ans sur la base du principe « attacher la même importance à l'exploitation et à l'économie d'énergie en donnant la priorité à cette dernière ». Pour lui donner toute son importance, le gouvernement chinois a proposé de prendre pour politique fondamentale d'Etat l'économie d'énergie. Il a promulgué les Décisions du Conseil des Affaires d'Etat sur le renforcement de l'économie d'énergie. Le gouvernement chinois considère toujours que l'économie d'énergie est l'élément principal de son macro-contrôle, à la fois direction nécessaire et clef de voûte de la transformation du mode de développement et de l'optimisation de la structure économique. Durant la phase de promotion de l'économie d'énergie et de la réduction des émissions, le principe de « six appuis » doit être appliqué : s'appuyer sur le réajustement de la structure économique, c'est la voie radicale de l'économie d'énergie et de la réduction des émissions ; s'appuyer sur le progrès des techniques, c'est le point clé ; s'appuyer sur le renforcement de la gestion, c'est la mesure importante ; s'appuyer sur l'intensification de la légalité, c'est la garantie importante ; s'appuyer sur l'approfondissement de la réforme, c'est la force motrice, et enfin s'appuyer sur la mobilisation de toute la population, c'est la base sociale. Le gouvernement chinois a promulgué et exécuté le Programme sur l'économie d'énergie à long et moyen terme. Il a déterminé l'objectif de réduction de la consommation d'énergie pour le XIe Plan quinquennal, et a lancé le devoir d'économie d'énergie dans les provinces, les régions autonomes, les municipalités relevant directement de l'autorité centrale et dans les entreprises clés. La Chine est en train d'améliorer le système d'index pour le PIB et la consommation d'énergie, elle a incorporé la consommation d'énergie dans l'appréciation générale et dans l'examen annuel du développement économique et social des différentes régions. Elle a mis en pratique le système de déclaration des indices de consommation d'énergie par PIB unitaire. Elle a exécuté le système de responsabilité concernant l'objectif d'économie d'énergie afin d'établir un système industriel économe en énergie, et afin de promouvoir la transformation fondamentale du mode de développement économique.

  L'économie d'énergie est le choix pragmatique qu'a fait la Chine pour répondre à la restriction des ressources énergétiques. La promotion de l'économie d'énergie est une tâche stratégique lourde à long terme pour le développement économique et social de la Chine. Sous la direction du gouvernement et avec le marché pour base et les entreprises pour sujets principaux, la Chine a pour but de promouvoir à fond l'économie d'énergie avec la participation de toute la société. La Chine considère l'augmentation de l'efficacité énergétique comme centrale et s'appuie sur la transformation du mode de développement économique, un réajustement de la structure économique, sur l'accélération du progrès des techniques, pour la mise en place d'une structure industrielle, du mode de développement et du modèle de consommation économisant l'énergie et les ressources. La Chine a établi un système industriel économe en énergie, a mis en application le système de responsabilité et d'appréciation relatif à l'objectif d'économie d'énergie. Elle améliore le système de vulgarisation des techniques d'économie d'énergie, et encourage les recherches et l'exploitation des techniques et des produits faibles consommateurs d'énergies. Elle approfondit la réforme du système énergétique, améliore le système de fixation du prix de l'énergie, pour que des instruments de politique économique tels que la finance et la fiscalité agissent sur l'économie d'énergie.

  Les mesures de la Chine relatives à l'économie d'énergie sont les suivantes :

  – Promouvoir le réajustement structurel. Les raisons principales de la faible efficacité énergétique en Chine est le mode extensif de croissance économique et le taux important des industries à forte consommation d'énergie. La Chine prend pour stratégie clé de l'économie d'énergie la transformation de son mode de développement, le réajustement de sa structure industrielle et de la structure interne de son industrie, en vue d'obtenir un mode de développement économique « à bas investissement, à faible consommation, à faible émission et à haute efficacité ». La Chine est en train d'accélérer l'optimisation et le renouvellement de sa structure industrielle, de développer son industrie de hautes et nouvelles technologies et son secteur de services, de restreindre drastiquement le développement de son industrie à haute consommation d'énergie, de matériel et d'eau, et enfin d'éliminer les industries obsolètes afin de promouvoir la transformation radicale de son mode de développement économique et d'accélérer la mise en place du système industriel économe en énergie.

  – Renforcer l'économie industrielle d'énergie. L'industrie est le principal consommateur d'énergie en Chine. La Chine poursuit une voie d'industrialisation de type nouveau à haute technologie, à haut rendement économique, à faible consommation de ressources, à faible pollution et met pleinement en valeur les ressources humaines. Elle insiste également sur l'accélération du développement de l'industrie de hautes et nouvelles technologies, sur le renouvellement des industries traditionnelles au moyen des hautes et nouvelles technologies et au moyen de techniques avancées, enfin sur l'augmentation de son niveau industriel. La Chine intensifie sa politique d'économie d'énergie dans les secteurs à haute consommation d'énergie notamment ceux de l'acier, des métaux non ferreux, du charbon, de l'électricité, du pétrole, de la pétrochimie, de l'industrie chimique, des matériaux de construction. La Chine a mis à exécution son programme d'économie d'énergie dans mille entreprises, afin d'intensifier la gestion de l'économie d'énergie dans les entreprises industrielles ayant une consommation annuelle de plus de 10 000 tonnes équivalent charbon. La Chine a réajusté la structure de la production, accéléré la refonte technique, amélioré la gestion administrative, et diminué la consommation d'énergie. Elle soutient une série de programmes importants et exemplaires en matière d'économie d'énergie permettant l'augmentation du niveau de l'efficacité industrielle. Elle a affiné les normes et les critères sur l'efficacité énergétique dans le secteur industriel. Elle a imposé l'élimination des produits obsolètes à haute consommation, et perfectionné le système d'accès au marché de l'efficacité énergétique.

  – Mettre en œuvre les travaux économes en énergie. La Chine est en train de mettre en œuvre dix travaux économes en énergie, notamment concernant la réduction de la consommation de pétrole et de son substitut, la production conjointe de chaleur et d'électricité, l'utilisation de la chaleur résiduelle, la construction à faible consommation d'énergie. Elle soutient également les projets de construction pilotes en matière d'économie d'énergie, encourage la vulgarisation et l'usage de produits à haute efficacité et à faible consommation d'énergie. La Chine s'efforce de développer des bâtiments à faible consommation d'énergie occupant moins d'espace, et stimule la remise à niveau en basse consommation d'énergie des édifices existants, et l'utilisation en masse des matériaux de type nouveau dans le bâtiment. Elle met à exécution les projets pour la réduction de la consommation de pétrole et de son substitut. Elle s'attelle au développement de combustibles substitutifs, accélère l'élimination des vieilles voitures et des bateaux anciens, développe activement les transports en commun, limite les voitures à haute consommation d'essence, développe les voitures économes en énergie et non polluantes. La Chine accélère la transformation des chaudières industrielles à charbon, la production conjointe de chaleur et d'électricité, l'utilisation de la tension et de la chaleur résiduelles, et augmente l'efficacité d'utilisation des énergies. Elle favorise l'optimisation de l'économie d'énergie des générateurs et du système énergétique, accroît l'efficacité du fonctionnement des générateurs et du système énergétique. Elle met à exécution les projets d'éclairage écologiques, accélère la vulgarisation de l'utilisation d'appareils électroménagers à haute efficacité. Elle active la vulgarisation dans les campagnes des fourneaux économes en bois de chauffage et en charbon, les techniques d'économie d'énergie dans la construction des maisons, élimine les machines agricoles périmées et les bateaux de pêche à haute consommation d'énergie, enfin fait progresser l'économie d'énergie agricole et rurale. Elle renforce l'économie d'énergie dans les établissements gouvernementaux, fait valoir le rôle prépondérant du gouvernement en économie d'énergie dans la société. Elle accélère l'établissement du système de contrôle et de service technique sur l'économie d'énergie, en renforçant le contrôle de l'économie d'énergie, et en créant des plates-formes de services.

  – Renforcer la gestion de l'économie d'énergie. Le gouvernement chinois a établi un système d'achat de produits économes en énergie par imposition gouvernementale destiné à encourager l'achat prioritaire des produits économes en énergie (y compris ceux économes en eau). Le gouvernement pratique un système d'achat obligatoire des produits de bonne qualité et fiables. Il fait valoir son rôle directeur de la politique gouvernementale d'achat pour stimuler la production et l'utilisation des produits économes en énergie dans la société. Il réalise des études et définit des politiques financières et fiscales encourageant l'économie d'énergie. Il met à exécution les politiques fiscales préférentielles pour l'utilisation générale des ressources, établit le système financier économe en énergie dans divers secteurs, et approfondit la réforme du prix des énergies afin de créer un système de prix encourageant l'économie d'énergie. Il est nécessaire de mettre en application le système d'appréciation et d'examen relatif aux projets d'investissement dans l'immobilier, et de contrôler strictement la source de l'augmentation de la consommation d'énergie. La Chine doit aussi établir un nouveau système d'économie d'énergie dans les entreprises, mettre en application la gestion des labels d'efficacité énergétique, promouvoir la gestion des contrats relatifs à l'énergie ainsi que les accords volontaires d'économie d'énergie. Elle doit établir et perfectionner les lois et les règlements relatifs aux économies d'énergie, intensifier en vertu de la loi la gestion d'économie d'énergie, renforcer l'établissement d'un service chargé de la gestion d'économie d'énergie, fortifier le contrôle et l'examen dans l'application des lois.

  – Promouvoir les économies d'énergie dans la société. Afin de renforcer la prise de conscience auprès de la population en matière de ressources et d'économie d'énergie, la Chine a mis en place par différents moyens une politique d'information. Elle préconise la culture de l'économie d'énergie pour l'adoption d'un mode de consommation sain, civilisé et économe. L'économie d'énergie fait désormais partie des programmes de l'éducation primaire, professionnelle, supérieure et de la formation technique. La Chine préconise et popularise les connaissances sur l'économie d'énergie à travers les médias tels que la presse, l'édition, la radio, la télévision. La Chine continue de développer en profondeur les activités de « la semaine de l'économie d'énergie », et de mobiliser les différents milieux sociaux, afin de responsabiliser à long terme toute la société sur l'économie d'énergie.

 

  IV. Augmenter la capacité d'approvisionnement en énergies diverses

  Depuis une longue période, la Chine s'appuie principalement sur ses propres énergies et ressources pour développer son économie, et son taux d'autosuffisance énergétique se maintient toujours à plus de 90 %, un taux beaucoup plus élevé que celui de la plupart des pays développés. A l'heure actuelle, la Chine est devenue le deuxième plus grand pays producteur d'énergies dans le monde, et elle possède une bonne base en matière de production et d'approvisionnement en énergies. Au cours de sa construction en grand d'une société au niveau de vie moyennement aisée, la Chine comptera tout d'abord sur ses propres ressources énergétiques, mettra l'accent sur l'optimisation de sa structure énergétique et tâchera d'augmenter sa capacité d'approvisionnement.

  La Chine dispose d'un considérable potentiel d'exploitation de ressources énergétiques. La quantité de charbon découverte à ce jour ne représente que 13 % des réserves du pays, et les réserves pouvant être exploitées, 40 % de la quantité découverte. Le taux d'exploitation et d'utilisation des ressources hydrauliques est seulement de 20 %. Les réserves de pétrole découvertes sont de l'ordre de 33 % pour lesquelles la prospection a commencé à entrer dans une phase intermédiaire, il y a donc encore un potentiel élevé. Les réserves de gaz évaluées représentent 14 % de ses ressources, pour lesquelles la prospection est à un stade primaire, ce qui laisse la part à une prospection étendue. Les énergies et les ressources non conventionnelles sont en phase primaire d'exploitation et d'utilisation, mais leur potentiel d'exploitation est énorme. L'exploitation et l'utilisation des énergies renouvelables viennent de débuter et offrent un large potentiel de développement. L'économie d'énergie, l'utilisation diversifiée et le recyclage des énergies offrent de belles perspectives.

  Voici les mesures que la Chine prendra pour élever sa capacité d'approvisionnement en énergie :

  – Développer de manière ordonnée l'industrie houillère. Le charbon est l'énergie de base de la Chine. Augmenter la capacité d'approvisionnement de cette énergie, optimiser sa structure énergétique, assurer la sécurité dans les mines, réduire sa pollution dans l'environnement, élever son rendement, établir une industrie charbonnière de type nouveau, sont des mesures impératives, destinées à assurer le développement de l'économie nationale. La Chine intensifiera la prospection de ses ressources houillères, soutiendra des enquêtes à grande échelle approfondies sur les ressources, ainsi que l'examen géologique précis qui seront effectués dans ses grandes bases charbonnières, normalisera la prospection commerciale, élèvera le taux de garantie de ses ressources, et stimulera l'édification de grandes bases charbonnières. Par la fusion et la réorganisation des entreprises, elle créera un certain nombre de grands groupes d'une capacité de production de 100 millions de tonnes de charbon environ. La Chine continuera à promouvoir l'exploitation et la restructuration de ses ressources charbonnières, en réajustant et en transformant les petites et moyennes mines, en fermant et en éliminant en vertu de la loi les petites mines de charbon qui ne sont pas conformes à la politique sectorielle, ne remplissent pas les conditions de sécurité, gaspillent les ressources et nuisent à l'environnement, et elle optimisera davantage la structure du secteur charbonnier. Elle stimulera le développement coordonné de ce secteur avec les autres secteurs qui lui sont intimement liés, encouragera la mise en pratique de la gestion coordonnée du charbon et de l'électricité ou de la gestion intégrée du charbon, de l'électricité et du transport, afin de prolonger la chaîne industrielle du charbon. La Chine élèvera le niveau de mécanisation dans les mines de charbon notamment en ce qui concerne l'extraction, stimulera une production et une utilisation propres du charbon, encouragera la recherche, le développement et la vulgarisation de la technique du charbon propre, et accélérera la recherche et les essais sur les combustibles liquéfiés à base de charbon. Elle développera activement l'économie du recyclage, intensifiera les mesures de protection de l'environnement, stimulera l'utilisation à fins multiples des ressources et accélérera l'exploitation du gaz contenu dans les couches de charbon. Elle renforcera le système de transport du charbon et en élèvera régulièrement la capacité de transport. En ce qui concerne la sécurité dans la production houillère, la Chine en élèvera continuellement le niveau, par un système de responsabilité et par la transformation des mines, tout en accroissant l'investissement destiné à la prévention et au traitement de l'explosion du grisou.

  – Développer activement l'énergie électrique. L'électricité est une énergie propre à haut rendement. L'édification d'un système peu dispendieux, constant et à haut rendement d'approvisionnement en électricité est fondamentale et indispensable pour assurer le développement régulier à la fois de l'économie nationale et de la société. La Chine persistera à prendre la restructuration comme fil conducteur et à optimiser les sources de la production d'électricité. Tout en tenant compte globalement de différents éléments tels que les ressources, la technique, la protection de l'environnement et le marché, la Chine développera prioritairement l'électricité à base de charbon, en construisant de grandes centrales thermiques à charbon, notamment dans les régions riches en charbon, et en mettant l'accent sur le développement de groupes électrogènes de grande envergure à haut rendement et respectueux de l'environnement. Elle développera activement la production simultanée des énergies thermique et électrique, et accélérera l'élimination des petits groupes électrogènes thermiques obsolètes. A condition de bien protéger l'écosystème et de régler au mieux le problème lié au déplacement des habitants, la Chine développera vigoureusement l'énergie hydroélectrique. Elle encouragera activement le développement de l'électricité nucléaire, développera dans une certaine mesure l'électricité à base de gaz naturel, et stimulera le développement de l'électricité à base d'énergies renouvelables et de nouvelles énergies. La Chine intensifiera l'édification des réseaux interrégionaux de transmission et de distribution d'électricité pour étendre le réseau de transport de l'électricité de l'Ouest vers l'Est du pays. Elle unifiera la planification et la régulation de l'électricité, établira et perfectionnera un système d'alerte pour assurer et renforcer la sécurité et la fiabilité dans ce secteur. Elle continuera à intensifier la gestion des heures pleines et des heures creuses, instaura une régulation basée sur le principe de l'économie d'énergie, et s'efforcera d'élever le taux d'efficacité dans l'utilisation de cette énergie.

  – Accélérer le développement du pétrole et du gaz naturel. La Chine continuera à mettre en application la politique consistant à attacher autant d'importance au pétrole qu'au gaz naturel pour augmenter régulièrement la production de pétrole brut et accroître la production de gaz naturel. Elle intensifiera la prospection et l'exploitation des ressources de pétrole et de gaz naturel, en particulier dans le golfe de Bohai et dans les principaux bassins riches en pétrole et en gaz naturel tels que Songliao, Tarim et Ordos. Elle explorera activement de nouvelles zones et de nouvelles couches géologiques sur le continent, mettra l'accent sur la prospection de nouveaux espaces maritimes pour en accroître réellement les réserves extractibles. La Chine mettra en valeur le potentiel de développement des principales zones pétrolifères, intensifiera leur transformation pour obtenir un rendement stable qu'elle augmentera tout en retardant la baisse de production des vieux champs pétrolifères. La Chine exploitera d'une façon économe et rationnelle des énergies non conventionnelles telles que le gaz contenu dans les couches de charbon, le schiste bitumineux et le sable pétrolifère. Elle continuera à accélérer et à perfectionner la construction des réseaux des oléoducs et des gazoducs du pays, ainsi que toutes les infrastructures qui leur sont liées.

  – Développer vigoureusement les énergies renouvelables. La Chine va développer prioritairement le secteur des énergies renouvelables. Leur exploitation et leur utilisation joueront un rôle important dans l'accroissement de l'approvisionnement en énergie, dans l'amélioration de la structure énergétique du pays et dans la promotion de la protection de l'environnement. Ce choix stratégique permettra de résoudre la contradiction entre la demande et l'offre des diverses énergies, et de mettre en place un développement durable. La Chine a promulgué la Loi sur les énergies renouvelables, et élaboré une politique selon laquelle l'électricité produite à base des énergies renouvelables sera privilégiée dans l'accès aux réseaux de transmission, sera achetée en totalité par l'Etat, à un tarif préférentiel et sera accessible à toute la société. Un fonds réservé spécialement au développement des énergies renouvelables a été constitué pour soutenir l'enquête menée sur leurs ressources, la recherche relative à l'exploitation des techniques spécialisées, la réalisation des projets pilotes, ainsi que leur exploitation et leur utilisation dans les régions rurales. Le Plan à long et moyen terme pour le développement des énergies renouvelables a été publié, formulant un objectif de développement pour qu'elles atteignent 10 % de l'ensemble de la consommation d'énergie du pays en 2010 et 15% en 2020. La Chine poussera l'exploitation à fins multiples de l'hydroélectricité dans les vallées en terrasses, accélérera la construction de grandes centrales hydroélectriques, exploitera les centrales hydroélectriques de petite et de moyenne envergure tout en tenant compte des conditions locales, et construira des centrales possédant un réservoir d'eau alimenté par des pompes. Des techniques abouties telles que l'utilisation de la chaleur issue de l'énergie solaire et du méthane seront généralisées et encouragées sur le marché. Des techniques d'utilisation telles que l'utilisation de l'électricité produite par l'énergie éolienne, la bioénergie et l'énergie solaire seront activement développées de même que seront construites un certain nombre de bases d'électricité éolienne de l'ordre d'un mégawatt. Toutes ces mesures seront destinées à l'avancement de l'industrialisation. Une politique complète d'appui en faveur du développement des énergies renouvelables sera mise en application. Des marchés d'énergies renouvelables susceptibles de s'accroître durablement et régulièrement seront développés. Un système industriel pour les énergies renouvelables sera établi et perfectionné ainsi qu'un système de marchés et un système de services les concernant. Leur progrès technique et leur développement industriel seront stimulés.

  – Renforcer le développement des énergies à la campagne. 750 millions de personnes vivent dans les régions rurales du pays. Limitées par leur niveau économique et leur niveau technique, la plupart des régions rurales s'appuient encore sur la bioénergie traditionnelle. Résoudre le problème des énergies à la campagne est une obligation que l'édification intégrale de la nouvelle ruralité socialiste rend nécessaire. C'est aussi un problème spécifique à la Chine. En persévérant dans le principe consistant à « prendre des mesures en fonction des conditions locales, faire que les différentes énergies se complètent mutuellement et en user à de multiples fins, enfin insister sur leur efficacité », le gouvernement chinois renforce le développement des énergies à la campagne. A travers la mise en œuvre des projets tels que « Projet de la Lumière », « Transformation des réseaux de transmission ruraux », « Association de la création de centrales hydroélectriques à l'aménagement des rivières à la campagne » et « Approvisionnement en électricité de la campagne », et tout en mettant pleinement en valeur les petites centrales hydroélectriques, les électricités produites par les énergies éolienne et solaire, la Chine a amélioré les conditions de la consommation d'énergie dans la production et la vie quotidienne des régions rurales. Ce faisant elle a aussi résolu le problème de la consommation de l'électricité pour une population comprenant plus de 30 millions de ruraux et pour les régions reculées d'accès difficile. Elle a enfin pratiquement réalisé l'objectif consistant pour les régions urbaines et rurales à appliquer le même tarif pour les mêmes réseaux de transmission. La Chine continuera à développer activement l'utilisation du méthane à usage familial à la campagne, de la bioénergie et de la chaleur produite par l'énergie solaire pour fournir aux régions rurales des énergies propres. Les petites installations énergétiques à la campagne, telles que les foyers et les kang (lit de briques chauffé par-dessous) économes en bois de chauffage et en énergies, les petites centrales éoliennes et les microcentrales hydroélectriques continueront à être généralisées de même que sera poursuivi l'accroissement de l'approvisionnement en énergies fossiles de bonne qualité dans les régions rurales pour y élever la proportion de consommation des énergies marchandes. L'établissement de réseaux électriques dans les régions rurales sera intensifié et poursuivi afin d'étendre activement leur sphère de couverture. L'édification des districts modèles en matière d'énergie verte sera activement développée. La promotion de l'exploitation et de l'utilisation des énergies renouvelables dans les régions rurales sera accélérée.

 

  V. Accélérer la promotion du progrès des techniques énergétiques

  La Chine attache une très grande importance au développement des sciences et des techniques énergétiques qui sont la première force productrice et la source motrice du développement. L'écart de niveau technique de son industrie énergétique avec celui des pays développés a diminué, ce qui a favorablement stimulé le développement de l'ensemble de son industrie énergétique. En 2005, le gouvernement chinois a élaboré le Programme national du plan à long et moyen terme pour le développement des sciences et des techniques, qui rend prioritaire le développement des techniques relatives aux énergies. Selon le principe d'innovation autonome, de développement accompli des domaines clés, de soutien au développement et d'orientation vers le futur, la promotion du progrès des techniques énergétiques doit être accélérée, et un appui technique au développement durable des énergies doit être fourni.

  En se conformant à la loi et aux caractéristiques du développement des sciences et techniques, la Chine a exploité et généralisé activement les techniques d'application d'avant-garde en matière d'économie, de substitution, de recyclage d'énergies et de réduction de la pollution, créant ainsi une bonne ambiance politique pour assurer le progrès des techniques énergétiques. Il est nécessaire d'établir progressivement un système d'innovation technique principalement pour les entreprises, qui sera guidé par le marché et combinera la production, l'enseignement et la recherche. Il convient d'organiser largement la recherche et le développement, la vulgarisation et l'application de techniques énergétiques avancées, de même qu'il convient d'encourager, à travers le mécanisme du marché, les entreprises à accélérer leur progrès technique, et à augmenter l'efficacité des énergies qu'elles utilisent. Il faut intensifier vigoureusement la formation de techniciens de l'énergie, et attacher de l'importance au perfectionnement des mesures politiques, des règlements et des normes techniques afin de créer les conditions favorables au développement des techniques énergétiques.

  – Vulgariser vigoureusement les techniques d'économie d'énergie. La Chine considère les techniques d'économie d'énergie comme un sujet prioritaire en matière de développement des techniques énergétiques, aussi s'efforce-t-elle principalement de maîtriser les techniques clés d'économie d'énergie dans les domaines à haute consommation d'énergie, et élève-t-elle vigoureusement l'efficacité d'utilisation des énergies primaires et finales. Il est nécessaire de mettre en œuvre le programme des mesures politiques relatives aux techniques d'économie d'énergie pour inciter toute la société à s'investir dans leur application. Il faut accentuer la recherche concernant les techniques et les installations à faible consommation d'énergie, dans l'industrie, les communications et les transports, et pour le bâtiment. Il faut aussi intensifier la recherche des techniques d'application telles que l'intégration des énergies renouvelables à l'architecture, et l'emploi de matériaux de construction économes en énergie. Il faut également renforcer la mesure, le contrôle, la supervision et la gestion des énergies, et développer activement un système de services concernant les techniques d'économie d'énergie.

  – Promouvoir l'innovation des techniques clés. La Chine encourage le développement de la technique du charbon propre, et stimule la recherche et l'exploitation de techniques d'avant-garde comme la gazéification et la transformation du charbon. Elle généralise des techniques d'avant-garde de production d'électricité telles que la gazéification du charbon à cycle combiné, la production supercritique et ultracritique de centrales ou de chaudières, la grande circulation à lit fluidisé. Elle développe encore la technique de polygénération basée sur la gazéification du charbon. La technique de l'électricité nucléaire basée sur le grand réacteur à eau sous pression de la troisième génération doit être acquise, et la technique de l'expérimentation industrielle basée sur le réacteur graphite-gaz à haute température maîtrisée. Il convient de développer les techniques de prospection et d'exploitation du pétrole et du gaz naturel en milieu géologique compliqué, et les techniques d'exploitation à haut rendement de pétrole et de gaz naturel de basse teneur. Il est nécessaire d'encourager le développement des techniques des énergies substitutives notamment la technique d'utilisation large des énergies renouvelables. Il faut promouvoir régulièrement l'emploi des techniques de transport d'électricité positive/négative de 800 kV en courant continu et celles du transport d'électricité de 1 000 kV en courant alternatif à ultra-haute tension, et intensifier la fiabilité des techniques visant à mieux sécuriser les réseaux de transmission.

  – Elever le niveau de fabrication des équipements. L'industrie de fabrication des équipements est la base du développement des techniques énergétiques. En s'appuyant sur les projets clés énergétiques nationaux, la Chine stimule le progrès technique de cette industrie. Il faut encourager le développement des matériels d'abattage polyvalents dans les mines de charbon, s'atteler à la recherche concernant les grands équipements d'extraction, d'ascenseur, de transport, de lavage et de triage destinés au travail dans les puits de charbon et à leur fabrication, ainsi qu'à celles des grands équipements destinés aux mines à ciel ouvert. Il convient d'encourager également le développement de grands équipements complets pour l'industrie chimique du charbon, et la recherche et la fabrication des équipements complets de liquéfaction et de gazéification du charbon, et celles des oléfines à base du charbon. Il est nécessaire d'encourager le développement des grands équipements générateurs propres et à haut rendement, des groupes électrogènes à charbon à haut rendement, des grandes centrales hydroélectriques et des groupes électrogènes avec réservoir d'eau alimenté par pompes, des turbines lourdes à gaz, des groupes électrogènes nucléaires sur la base d'un réacteur à eau sous pression d'un mégawatt, des groupes d'éoliennes de grande puissance, et des équipements de transport et de transformation d'électricité à ultra-haute tension. Il faut encourager enfin le développement des équipements de prospection, de forage et d'exploitation du pétrole et du gaz naturel, le soutien aux installations pétrolières off shore, et aux équipements y afférents tels que les pétroliers de 300 000 tonnes, les bateaux-citernes pour le transport du gaz naturel liquéfié ainsi que les moteurs diesel de grande puissance.

  – Intensifier la recherche des techniques les plus avancées. Les techniques les plus avancées, base du potentiel de développement énergétique, peuvent faire faire un saut déterminant à l'industrie et à la technique énergétiques. La Chine met l'accent sur la recherche des techniques de fabrication de l'hydrogène basée sur l'énergie fossile, la bioénergie et les énergies renouvelables, sur la recherche des techniques peu coûteuses et à haut rendement de conservation, de transport et de distribution de l'hydrogène. Des recherches sont également en cours sur les éléments clés des piles à combustibles et l'intégration des piles, sur la production d'électricité à travers les piles à combustibles et sur la technique d'intégration du système moteur pour véhicules. Les efforts de recherche se focalisent aussi sur les techniques de transformation des énergies finales, telles que la transformation de l'énergie fossile dans les micro-turbines à gaz, et les techniques de conservation d'énergie et celles de production combinée d'électricité, de chaleur et de froid. La recherche sur la conception et la technique clé du réacteur rapide graphite-gaz devra être accélérée. Des recherches sur les techniques de la fissure nucléaire contrôlée par le magnétisme et de l'exploitation de l'hydrate sur la base de gaz naturel seront entreprises.

  – Développer la recherche en sciences de base. La recherche de base constitue la source de l'innovation autonome, et conditionne les forces effectives et latentes du développement énergétique. La Chine insiste sur la recherche fondamentale concernant l'utilisation et la transformation propres et à haut rendement de l'énergie fossile, et sur la recherche des principes clés relatifs à la transformation à haute performance de la chaleur en travail et à la conservation à haut rendement économe de l'énergie. Elle insiste aussi sur les théories fondamentales concernant les techniques de base d'utilisation des énergies renouvelables ainsi que les techniques d'utilisation de l'énergie nucléaire, et de l'hydrogène comme énergie.

 

  VI. La promotion du développement coordonné des énergies et de l'environnement

  Le changement climatique planétaire est un sujet de préoccupation pour toute la communauté internationale. Il sous-entend non seulement un problème environnemental mais aussi un problème de développement. L'exploitation et l'utilisation excessives des énergies sont l'une des causes majeures de la pollution environnementale et du changement climatique. En conséquence, l'équilibre entre l'exploitation énergétique, son utilisation, et la protection de l'environnement devient un problème prioritaire qui doit être résolu par l'ensemble des pays à l'échelle mondiale. La Chine, en tant que pays en voie d'industrialisation, a totalisé des émissions relativement faibles de gaz à effet de serre durant période 1950 – 2002. Plus précisément, les émissions chinoises de CO2 dues aux combustibles fossiles ne représentaient pour cette période que 9,3 % de la totalité des émissions mondiales, ce qui plaçait la Chine dans le monde au 92e rang pour ses émissions de CO2 par habitant, et son coefficient d'élasticité en émission de CO2 par chaque unité de PIB était insignifiant.

  La Chine, en tant que pays en voie de développement responsable, attache toujours une grande importance à la protection de l'environnement ainsi qu'au changement climatique planétaire. Considérant la protection de l'environnement comme l'une des ses politiques nationales fondamentales, le gouvernement chinois a adhéré à la Convention – cadre des Nations unies sur les changements climatiques, et a pris un ensemble de mesures pour protéger l'environnement et pour parer aux changements climatiques. La Chine a aussi adopté des politiques connexes, telles que la création d'un organisme national de coordination pour lutter contre les changements climatiques, la remise d'un Bulletin national d'information sur le commencement des changements climatiques, la formulation des Démarches dans la gestion des projets du mécanisme du développement non polluant et l'élaboration d'un Programme national de Chine pour lutter contre les changements climatiques. La Chine s'est fixé l'objectif de pouvoir pratiquement maîtriser la dégradation de l'écosystème durant la période du XIe plan quinquennal et de réduire les émissions des substances polluantes de 10 % afin de contrôler efficacement ses émissions de gaz à effet de serre. Elle est en train de travailler avec zèle au réajustement de sa structure économique et de sa structure énergétique, et de promouvoir de façon approfondie les économies d'énergie dans tous les secteurs. Son principal but est de prévenir la pollution environnementale, de résoudre le problème dû à la pollution, de maîtriser les émissions de substances polluantes et de promouvoir le développement coordonné des énergies et de l'environnement. Voici quelques mesures clés.

  – Maîtriser les émissions de gaz à effet de serre selon une planification d'ensemble. Consciente que les économies d'énergie et l'optimisation de la structure énergétique jouent un rôle positif dans l'atténuation du changement climatique, la Chine s'oriente à grands pas vers le changement de son mode de développement économique, afin de réduire la combustion des énergies fossiles. Ses efforts se concentrent sur le développement d'une économie de recyclage qui contribuera à l'utilisation synthétique des énergies, à l'élévation de l'efficacité énergétique et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La Chine va renforcer ses capacités de lutte contre le changement climatique en s'appuyant sur les technologies nouvelles, et contribuer d'une façon positive à la protection de l'environnement de la planète.

  – Prévenir la destruction écologique et la pollution de l'environnement, et résoudre les problèmes qui en découlent. La Chine va accorder davantage d'importance à l'utilisation propre du charbon, et se focaliser sur la prévention de la destruction écologique et de la pollution de l'environnement en même temps que sur le traitement des problèmes qui en découlent. Pour cela, il faut aménager rapidement l'affaissement des zones causé par l'extraction du charbon ; exploiter le gaz contenu dans les couches ; mettre en place et perfectionner un mécanisme de compensation entre l'exploitation du charbon, son utilisation, et l'écosystème ; promouvoir l'exploitation méthodique du charbon, imposer des contraintes à l'exploitation du charbon riche en soufre et en cendre ; interdire l'exploitation du charbon contenant des substances nocives qui dépassent les normes prévues, telles que les matières radioactives et l'arsenic ; développer la technologie du lavage du charbon et en encourager l'application ainsi que celles concernant son triage, sa transformation, sa combustion propre et la purification des fumées ; doter les nouvelles et les anciennes centrales à charbon d'installations de désulfuration conformes aux normes d'émission. La construction des centrales à charbon dans les moyennes et grandes villes ainsi que dans leurs banlieues sera interdite.

  – Lutter contre la pollution des gaz d'échappement des véhicules motorisés. Avec l'essor de la construction automobile et l'élévation du niveau de vie de la population, le nombre de véhicules motorisés en Chine est en rapide augmentation ; il est donc important de réduire les gaz d'échappement nuisant à l'environnement. Pour ce faire, la Chine prend et applique les mesures suivantes : mettre strictement en application les normes d'émission de gaz pour les véhicules motorisés ; intensifier le contrôle écologique pour que les véhicules motorisés récemment fabriqués puissent atteindre les normes d'émission ; exercer annuellement un contrôle technique écologique sur les véhicules motorisés en usage ; interdire totalement la fabrication, la vente et l'exportation des véhicules motorisés non conformes aux normes d'émission ; encourager la fabrication et l'utilisation des véhicules motorisés à combustible propre et à faible pollution ainsi que la fabrication des véhicules à moteur hybride ; encourager le développement des transports sur rail et fonctionnant à électricité.

  – Renforcer la gestion environnementale des infrastructures énergétiques. Renforcer la gestion environnementale des infrastructures énergétiques est un dispositif efficace qui contribuera à la bonne coordination du développement des énergies et de la protection de l'environnement. La Chine observe strictement un régime d'évaluation de l'impact sur l'environnement et refoule la croissance extensive de l'économie par le système de l'accès écologique. Elle demande de concevoir, de construire et de mettre en service de nouvelles infrastructures énergétiques, d'élargir, et de transformer les existantes tout en respectant les normes de protection de l'environnement. Il faut renforcer la gestion, sur le plan de la sécurité, des infrastructures nucléaires y compris celles des centrales nucléaires en service, des réacteurs en étude et des installations circulatoires à combustible nucléaire, ainsi que la surveillance du champ de radioactivité. Il est impératif de mener à bien l'évaluation de cette sécurité et de cette surveillance avant de construire de nouvelles infrastructures nucléaires. Pour l'installation d'une centrale hydroélectrique, toutes les ressources de l'eau doivent être utilisées et la rentabilité écologique atteinte, de même que l'exploitation et la protection de l'environnement doivent être conciliées.

 

  VII. Approfondir la réforme du système énergétique

  Le cadre interne du développement énergétique de la Chine doit être perfectionné. Conformément aux nécessités d'amélioration de son système d'économie de marché socialiste, la Chine est en train d'approfondir sérieusement la réforme de son système énergétique pour assurer son développement énergétique. En 1998, elle a réalisé la restructuration stratégique de ses entreprises pétrolières et mis en place un nouveau système de gestion réunissant les entreprises pétrolières en amont et en aval. En 2002, conformément au projet de réforme du système de l'énergie électrique, ce secteur a réalisé la séparation des fonctions du gouvernement et de l'entreprise et celle de l'entreprise et du réseau électrique. Après avoir achevé la réforme sur le marché du charbon, la Chine a continué à l'approfondir selon Quelques opinions du Conseil des Affaires d'Etat en faveur du développement sain de l'industrie houillère. En fonction du principe « avoir une idée, une gestion, un système et un mécanisme innovants », la Chine est en train de promouvoir de façon approfondie sa réforme énergétique en vue d'orienter davantage les énergies vers le marché, d'améliorer le système de macro-contrôle énergétique et de perfectionner sans discontinuer le cadre du développement énergétique. Voici des points importants.

  – Renforcer la législation sur l'énergie. Perfectionner la législation sur l'énergie, normaliser son marché pour accroître son approvisionnement, optimiser sa structure, et assurer une garantie judiciaire au maintien de sa sécurité, sont indispensables au développement de la Chine. Concrètement, les lois telles que la Loi sur la promotion de la production propre, la Loi sur les énergies renouvelables et la Loi révisée sur l'économie d'énergie ont été promulguées et mises en application. Des mesures et politiques connexes vont progressivement apparaître pour les accompagner : la Loi sur les énergies, la Loi sur l'économie de recyclage, la Loi sur la protection des oléoducs et des gazoducs, ainsi que les Règles sur les économies d'énergie dans le secteur du bâtiment, sont en élaboration ; la Loi sur les ressources minérales, la Loi sur le charbon et la Loi sur l'électricité sont en révision. Parallèlement, la Chine envisage la législation du marché du pétrole et du gaz naturel ainsi que celle du marché de l'énergie atomique.

  – Assurer la sécurité dans la production. En matière de développement énergétique, la Chine attache une grande importance à la sécurité technique et à la sécurité des travailleurs, et elle continue à prendre des mesures efficaces pour empêcher que des accidents graves ou catastrophiques ne surviennent fréquemment. Suivant le principe de prévention prioritaire et de gestion de tous les potentiels d'insécurité, elle a renforcé la gestion des explosions de grisou dans les grandes mines et fermé les mines de charbon de petite taille qui ne respectent pas les normes de sécurité. Poursuivant le contrôle strict des normes de sécurité dans les grandes mines, elle a amené les autorités locales et les entreprises à créer des infrastructures de sécurité. La population a été sensibilisée aux normes de sécurité pour renforcer le sens de la responsabilité. L'intensification des normes de sécurité dans le secteur de l'électricité ainsi que dans celui du pétrole et du gaz naturel se poursuit. Pour bien respecter ces normes, il faut appliquer un système de responsabilité partagée qui est basé sur la supervision d'Etat, le contrôle et la gestion au niveau local et la responsabilité de l'entreprise. Il est indispensable d'exécuter strictement la loi sur les normes de sécurité et de durcir le régime de poursuite pénale en cas d'irresponsabilité.

  – Optimiser le système d'intervention rapide en cas d'urgence. La sécurité énergétique est une facette importante de la sécurité économique, qui pèse directement sur la sécurité du pays et sur la stabilité de la société. La régulation de l'électricité et sa distribution dans les réseaux nationaux obéissent à une planification d'ensemble. La gestion de l'électricité est bien hiérarchisée, et la distribution se fait selon les régions à différents niveaux. Un système de responsabilité partagée pour la sécurité technique et professionnelle a été mis en place, dans lequel sont impliqués le gouvernement central et local, les institutions de gestion et de contrôle, et les entreprises de production et de distribution. Les réseaux électriques et les entreprises de production doivent élaborer un programme provisoire d'intervention rapide pour faire face aux accidents imprévus. Selon une planification d'ensemble et suivant un principe d'application à différentes étapes, la Chine va construire une base de réserves pétrolières au niveau national pour accroître ses capacités de réserves. Elle va progressivement établir le système de sécurité du pétrole et du gaz naturel pour parer à toute éventualité de pénurie ou d'accident.

  – Accélérer le perfectionnement du système de marché. Conforme à sa volonté de réforme et d'ouverture, la Chine met pleinement en valeur le rôle du marché dans la répartition des énergies, encourage différents éléments économiques à entrer dans le domaine de l'énergie et continue à approfondir la réforme des marchés de l'énergie. Un système de marché de l'électricité sain, basé sur le respect de la séparation de l'administration et de l'entreprise, sur la concurrence loyale et sur l'ouverture ordonnée est en cours d'établissement. La réforme du système de la circulation du pétrole et du gaz naturel est à l'ordre du jour pour un développement ordonné du marché de l'énergie.

  – Approfondir la réforme du système de gestion. La Chine cherche à mener à bien la réforme de son système de gestion des énergies pour en optimiser à la fois la gestion et le mécanisme de décisions, par les mesures suivantes : renforcement de la coordination planifiée intersectorielle et interrégionale ; mise en valeur de la planification d'ensemble et du macro-contrôle du pays en matière de développement énergétique ; établissement d'un système de gestion facilitant la concentration de la gestion appropriée, la division rationnelle du travail, la prise bien raisonnée de décisions, l'application et la gestion efficaces, en respectant le principe de redéfinition des fonctions du gouvernement, de rationalisation des différents rapports, d'optimisation structurelle et d'élévation de l'efficacité ; insistance sur le rôle directeur des politiques et sur les services d'information et de communication ; approfondissement de la réforme du système d'investissement dans l'énergie en vue de créer et de perfectionner son système de régulation ; intensification de la gestion normalisée des ressources énergétiques ; amélioration du système de gestion de l'exploitation des ressources minérales ; création et perfectionnement du système d'exploitation payante des ressources minérales et commerce du droit d'exploitation afin de remettre en ordre et de normaliser le marché d'exploitation des ressources minérales.

  – Approfondir la réforme du mécanisme des prix. Le mécanisme des prix est le problème central du mécanisme du marché. En appréciant pleinement les différents intérêts des divers groupes sociaux et sa capacité d'assumer le poids du coup financier pour tous les secteurs de la société, le gouvernement chinois mène avec ardeur et prudence sa réforme des prix de l'énergie en vue d'établir un mécanisme qui puisse tenir compte du niveau de pénurie, des rapports entre la demande et l'offre, et du coût environnemental. Le prix sur le marché du charbon a été libéré, avec l'approfondissement de la réforme du prix du charbon. La réforme des prix de l'électricité se concentre autour de deux axes : le prix de production et le prix de vente qui vont dépendre de la concurrence du marché ; le prix du transport de l'électricité et de sa distribution qui vont obéir au contrôle et à la gestion du gouvernement. Le mécanisme de fixation du prix du pétrole et du gaz naturel sera perfectionné en fonction de l'évolution du prix du marché international et des rapports entre la demande et l'offre du marché chinois.

 

  VIII. Renforcer la coopération internationale dans le domaine énergétique

  La Chine ne pourrait pas assurer son développement et sa prospérité sans le reste du monde, et vice versa. En pleine mondialisation économique, la Chine maintient une relation de plus en plus étroite avec le reste du monde au niveau énergétique. Son développement énergétique a non seulement satisfait à son propre développement économique et social, mais il a proposé aussi à d'autres pays son immense espace et des opportunités de développement.

  La Chine joue un rôle actif dans la coopération énergétique internationale. Dans sa coopération multilatérale, elle est membre officiel du groupe de travail énergétique relevant de l'APEC (Coopération économique de l'Asie-Pacifique), de la Coopération énergétique de l'ASEAN (Association de Nations de l'Asie du Sud-Est), le Japon et la République de Corée (10+3), du Forum énergétique international, du Conseil mondial de l'Energie, et du Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat ; elle est pays membre observateur de la Charte énergétique, et elle maintient des rapports étroits avec des organisations internationales, telles que l'Agence internationale de l'énergie et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. En ce qui concerne sa coopération bilatérale, la Chine a établi, avec beaucoup de pays consommateurs et producteurs d'énergies, dont les Etats-Unis, le Japon, les pays de l'Union européenne et la Russie, un mécanisme de coopération et de dialogue énergétique, afin de renforcer sa coopération dans les domaines de l'exploitation, de l'utilisation des énergies, des techniques, de la protection de l'environnement, des énergies renouvelables et des énergies nouvelles, tout en multipliant avec eux les échanges sur les plans de la politique et de l'information énergétique. La Chine, en assumant ses nombreux devoirs, joue un rôle constructif dans la coopération énergétique internationale.

  La Chine s'efforce de perfectionner ses lois et ses politiques relatives à son ouverture sur l'extérieur. Elle a promulgué la Loi sur les entreprises à capitaux mixtes chinois et étrangers, la Loi sur les entreprises de coopération sino-étrangère et la Loi sur les entreprises à capitaux étrangers, afin de créer pour les investisseurs étrangers un environnement équitable et ouvert. Le Règlement sur l'orientation des investissements étrangers a été élaboré en 2002 ; le Catalogue des secteurs d'activité pour les investissements étrangers et le Catalogue des secteurs d'activité privilégiés accueillant les investissements étrangers dans les régions centrale et occidentale ont été révisés en 2004, en vue d'encourager les hommes d'affaires étrangers à investir dans le secteur des énergies (incluant l'exploitation, la production, l'approvisionnement et le transport), dans la fabrication des équipements, et dans les régions centrale et occidentale.

  – Améliorer la coopération avec l'étranger dans la prospection et l'exploitation du pétrole et du gaz naturel. Dans le domaine du pétrole et du gaz naturel, le gouvernement chinois applique toujours un mode de coopération basé sur un contrat de répartition des produits. En 2001, la Chine a édicté le Règlement sur la coopération avec l'extérieur dans l'exploitation pétrolière maritime et le Règlement sur la coopération avec l'extérieur dans l'exploitation pétrolière terrestre déjà révisés, afin de protéger, en vertu des lois, les droits et les intérêts légitimes des hommes d'affaires étrangers en tant que partenaires. Ceux-ci sont encouragés à participer à la prospection à risque du pétrole et du gaz naturel, à coopérer dans la prospection et l'exploitation des champs pétrolifères et de gaz de basse infiltration, et à augmenter la production des vieux champs pétrolifères. Ils sont également encouragés à investir dans la construction et l'exploitation des pipe-lines (gazoducs), des dépôts d'essence et des ports spéciaux.

  – Encourager les investissements étrangers dans la prospection et l'exploitation des énergies non conventionnelles. En 2002, la Chine a promulgué Quelques avis pour favoriser davantage les investissements étrangers dans la prospection et l'exploitation des ressources non pétrolières et non gazières pour ouvrir davantage le marché du droit de prospection et d'exploitation de ces ressources. La Chine autorise les hommes d'affaires étrangers à effectuer, sous forme de capitaux exclusivement étrangers ou en coopération avec la partie chinoise, une prospection à risque sur le territoire chinois. Ceux qui investissent des capitaux dans l'exploitation et la récupération de minerais paragénétiques (ou mélangés), dans l'utilisation de minerais résiduaires, tout comme dans la prospection et l'exploitation minières dans les régions occidentales peuvent bénéficier d'un dégrèvement des taxes sur les ressources minérales. Sont davantage améliorés les gestions et les services proposés aux hommes d'affaires étrangers qui investissent dans la prospection et l'exploitation des ressources non pétrolières et non gazières.

  – Encourager les investissements et les exploitations étrangères dans les installations énergétiques telles que les centrales électriques. La Chine encourage les investissements étrangers dans les activités suivantes : la production et l'approvisionnement en électricité et gaz ; la construction et l'exploitation des centrales thermiques, notamment des groupes électrogènes d'une puissance installée pour chacun supérieure à 600 000 kW qui emploient les technologies dites du « charbon propre », des centrales hydroélectrique produisant à la fois de la chaleur et de l'électricité, des centrales nucléaires dont la partie chinoise est majoritaire, et des centrales qui utilisent des énergies renouvelables ou des énergies nouvelles ; la construction des grandes centrales thermiques, hydroélectriques et nucléaires ; les recherches sur la technique de désulfuration utilisée dans les centrales thermiques, et la fabrication des équipements la concernant ; la construction et l'exploitation des installations de transport du charbon.

  – Optimiser davantage l'environnement des investissements étrangers. Le gouvernement chinois a tenu sa promesse lors de son adhésion au protocole de l'OMC en supprimant les règlements administratifs qui sont en désaccord avec les règles de l'OMC. Pour se conformer à la transparence des informations demandée par l'OMC, la Chine a ouvert davantage de documents géologiques d'intérêt public, et elle va améliorer le système de publication de ses politiques énergétiques, perfectionner son système statistique pour l'énergie, et publier à temps les données statistiques concernant les énergies. Ces mesures garantiront la transparence des politiques, des données statistiques et des informations en matière d'énergie.

  – Elargir la sphère de l'utilisation des investissements étrangers. En drainant les capitaux étrangers dans l'exploitation et l'utilisation des ressources énergétiques, la Chine insiste sur l'introduction des techniques avancées, des expériences de gestion et des compétences étrangères. La Chine investira plutôt dans les ressources d'énergies renouvelables que dans les ressources d'énergie fossile ; au lieu de mettre l'accent sur la prospection et l'exploitation minières, elle entreprendra le développement des services et du commerce, et au lieu de compter principalement sur les prêts étrangers et les investissements étrangers directs, elle utilisera le marché international des capitaux.

  Le commerce international de l'énergie demeurera, pendant une période assez longue, la principale façon pour la Chine d'utiliser les énergies des pays étrangers. La part du volume de la Chine dans le commerce international de l'énergie va augmenter. La Chine incitera les participants au marché international à compléter mutuellement les avantages, et sauvegardera la stabilité du marché énergétique. Selon les règles de l'OMC et la promesse faite par la Chine lors de son adhésion à l'OMC, elle fera les échanges internationaux de l'énergie et perfectionnera ses politiques de commerce équitable. Elle modifiera progressivement la situation actuelle caractérisée par une proportion excessive d'opérations au comptant de pétrole brut. Elle encouragera la signature de contrats de livraison à long terme avec des compagnies étrangères afin de diversifier les voies commerciales, et les entreprises chinoises, dont les conditions leur permettent, à investir directement à l'étranger. Selon la règle internationale et le principe de l'économie de marché, elle encouragera également les entreprises chinoises à participer à la coopération énergétique internationale et à la construction d'infrastructures énergétiques à l'étranger, ainsi qu'à promouvoir régulièrement la coopération technique et de service dans les projets énergétiques.

  La sécurité énergétique doit être appréhendée dans sa globalité. Tout pays a le droit d'utiliser rationnellement les ressources énergétiques pour se développer. La plupart des pays ne peuvent pas garantir leur sécurité énergétique sans la coopération internationale. Pour réaliser un développement régulier et ordonné de l'économie mondiale, la communauté internationale se doit de favoriser une mondialisation économique équilibrée, gagnant-gagnant et au bénéfice de tous, et d'implanter une nouvelle conception de sécurité énergétique, caractérisée par la coopération basée sur un avantage réciproque, le développement diversifié et la garantie en coordination. Ces dernières années, la flambée du prix du pétrole sur le marché international a influencé l'économie globale. La communauté internationale doit, par le dialogue et la coopération, résoudre tous les aspects de ce problème. Pour la sauvegarde de la sécurité énergétique mondiale, la Chine préconise que la communauté internationale attache de l'importance aux trois domaines suivants :

  – Renforcement de la coopération basée sur un avantage réciproque dans l'exploitation et l'utilisation des énergies. Pour réaliser la sécurité énergétique mondiale, il faut intensifier le dialogue et la coopération entre les pays exportateurs et les pays importateurs, et entre les pays consommateurs. La communauté internationale doit renforcer la concertation et la coordination en matière de politique énergétique, perfectionner le mécanisme de surveillance et d'intervention rapide en cas d'urgence sur le marché international de l'énergie, promouvoir l'exploitation du pétrole et du gaz naturel afin d'en augmenter l'approvisionnement. Elle doit faire des efforts pour mener à bien la mondialisation et la diversification dans l'approvisionnement en énergie, garantir un approvisionnement international régulier et durable, maintenir un prix raisonnable pour l'énergie sur le marché international, et satisfaire les besoins énergétiques de tous les pays.

  – Instituer un système destiné aux recherches et à la diffusion des techniques avancées. L'économie des énergies et leur développement diversifié constituent un projet à long terme pour garantir la sécurité énergétique mondiale. La communauté internationale est appelée à intensifier les recherches et la diffusion des techniques destinées à l'économie des énergies, à promouvoir leur utilisation, et à favoriser l'accroissement de l'efficacité énergétique de tous les pays. Il faut initier une coopération pour une utilisation efficace des combustibles fossiles, comme l'emploi de la technologie du « charbon propre », et pousser la communauté internationale à multiplier la coopération technique dans les énergies majeures, telles que les énergies renouvelables, l'énergie à base d'hydrogène et l'énergie nucléaire. Il faut chercher à établir un système d'approvisionnement énergétique caractérisé par la propreté, l'économie, la sécurité et la fiabilité. La communauté internationale doit, en prônant le développement durable de la société humaine, résoudre au mieux les problèmes tels que l'investissement de capitaux, la protection de la propriété intellectuelle et la diffusion des techniques avancées, afin de permettre à tous les pays d'en tirer profit et de partager les fruits du progrès.

  – Préserver un environnement politique sain et stable. Sauvegarder la paix mondiale et la stabilité régionale est la condition préalable pour réaliser la sécurité énergétique globale. Toute la communauté internationale doit s'efforcer de maintenir une conjoncture stable dans les pays producteurs ou transporteurs d'énergie, notamment au Moyen-Orient. Elle doit assurer la sécurité et la facilité de circulation des voies énergétiques internationales, et mettre l'approvisionnement énergétique à l'abri des conflits géopolitiques. Au lieu de politiser les problèmes énergétiques, de recourir aisément à la force, même de susciter la confrontation, tous les pays doivent solutionner leurs divergences et dissiper les contradictions par le biais du dialogue et de la concertation.

 

  Conclusion

  Lors de la construction in extenso d'une société de moyenne aisance pour une population de 1,3 milliard de personnes, les ressources énergétiques sont d'importance majeure dans le développement économique et social de la Chine. Soutenir le développement durable de l'économie et de la société par celui des énergies est une tâche difficile et longue. Le gouvernement chinois résoudra, sans ménager ses efforts, les problèmes concernant les énergies en vue de leur développement durable.

  En Chine, bien que la consommation énergétique connaisse une augmentation assez rapide, la consommation par tête reste à un niveau bas, soit trois quarts de la consommation mondiale en moyenne ; la consommation pétrolière par tête équivaut en moyenne à la moitié de celle du monde, et le volume d'importation de pétrole par tête en moyenne à un quart de celui du monde, bien inférieur à celui des pays développés. La Chine n'était pas une menace, ne l'est pas et ne le sera pas pour la sécurité énergétique mondiale. Elle continuera de soutenir, par son propre développement durable des énergies, le développement durable des énergies dans le monde, pour contribuer à la sécurité énergétique mondiale.

  La paix et le développement demeurent les deux thèmes majeurs de notre époque. La lutte pour leur obtention tout comme l'extension de la coopération, constituent un courant historique irrésistible. Avec l'affirmation de la mondialisation économique, les sciences et technologies ne cessent de progresser, le déplacement des facteurs essentiels de production et le transfert des industries s'accélèrent, de même que les échanges et les interactions entre les différentes régions et pays se multiplient. La communauté internationale doit intensifier la coopération pour maintenir la sécurité énergétique du monde. Le gouvernement chinois fera, de concert avec les autres pays, des efforts soutenus, pour la sauvegarde de la stabilité et de la sécurité énergétiques, pour un développement mutuel bénéfique et gagnant-gagnant, et pour protéger notre planète, terre de chacun.