Commentaires

Clôture du séminaire international sur le rêve chinois le 8 décembre

Publié le:2013-12-19 | Source:Guangming Daily (9 décembre 2013, page 11) | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

.

  Le 8 décembre dans l’après-midi, le séminaire international sur le rêve chinois organisé par le Bureau de l’information du Conseil des affaires d’État avec le soutien de l’Administration chinoise de publication et de diffusion en langues étrangères et l’Académie des sciences sociales de Shanghai, s’est clôturé à Shanghai. Ce séminaire de deux jours a attiré presque cent experts et chercheurs d’une vingtaine de pays, dont la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Russie, l’Inde et le Japon, qui ont effectué des recherches profondes portant sur le « Dialogue dans le monde sur le rêve chinois ».

  « En novembre 2012, Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC, a avancé le concept du rêve chinois et l’a répété en mars 2013. Dès lors, le rêve chinois a été largement diffusé et cité par les médias chinois et mondiaux », a rappelé Muhammad Jalal, ancien ambassadeur égyptien en Chine et membre du comité des relations diplomatiques de l’Égypte. Selon lui, le rêve chinois est composé de quatre parties : une Chine puissante, une Chine civilisée, une Chine harmonisée et une belle Chine.

  Selon un professeur d’histoire et de politique de la Chine moderne du Collège de la Sainte-Croix, l’Europe doit faire plus attention au rêve chinois : « Si l’Europe compte réfléchir sur son propre fonctionnement, la recherche sur le concept du rêve chinois est particulièrement d’actualité. »

  « Le rêve chinois concerne non seulement la Chine, mais aussi le rôle du pays dans la transition des pays en voie de développement et celle du monde. Davantage de personnes croient que l’émergence de la Chine favorisera la transition mondiale. Il semble que l’histoire se range derrière la Chine : elle soutient le changement, et vice versa. Les deux marquent une union puissante », a expliqué Martin Jacques en conclusion de son discours au séminaire.