Commentaires

Lancement officiel du projet « Histoire générale de la pensée chinoise »

Publié le:2014-11-20 | Source:Les nouvelles de Sciences sociales de Chine 3 novembre 2014 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

  Le 31 octobre s'est tenue à Beijing un congrès pour marquer le lancement officiel du projet

  Histoire générale de la pensée chinoise (« projet Histoire » ci-après). Le président de l'Académie chinoise des sciences sociales, chef de la cellule du Parti au sein de cette institution et président du comité de rédaction du projet Histoire, Wang Weiguang a prononcé un discours important. Le secrétaire général de l’Académie chinoise des sciences sociales, membre de la cellule du Parti au sein de cette institution et vice-président du comité de rédaction du projet Histoire Gao Xiang a présidé la réunion. Le membre de la cellule du Parti au sein de l'Académie chinoise des sciences sociales et directeur de l'Institut de recherche de la Chine contemporaine et vice-président du comité de rédaction du projet Histoire Jing Huimin a participé à la réunion.

  Le projet Histoire publiera non seulement une histoire de la pensée chinoise en 16 volumes, mais aussi plusieurs monographies volumineuses, dont une « Anthologie de textes sur l’histoire de la pensée chinoise », un « Canevas de l'histoire de la pensée chinoise », et une version illustrée de L’Histoire générale de la pensée chinoise, sans parler d’un ouvrage consacré aux grands penseurs chinois, un Grand dictionnaire de la pensée chinoise, des versions numérisées consultables sur la Toile, des traductions et divers travaux savants.

  Que ce soit d’un point de vue savant comme pratique, la publication des ouvrages de la série revêt une très grande importance. Wang Weiguang a souligné que le premier but de l’opération était de réaliser une vaste collecte : il s’agit de collecter les joyaux d’une pensée qui a réfléchi pendant plusieurs millénaires. Le deuxième but du projet est d’approfondir : il s’agit d’extraire ce qu’il y a de meilleur dans la philosophie et la culture chinoises et d’en tirer des aliments pour l’esprit. Le troisième but est de transmettre : suivant le point de vue du secrétaire général Xi Jinping, il faut assumer et faire progresser la culture chinoise traditionnelle pour l’usage contemporain et celui des générations futures. Le quatrième but est de marier : la culture chinoise s’est toujours nourrie d’apports extérieurs. Le bouddhisme a éclairé et soutenu la civilisation féodale chinoise pendant des siècles. Le marxisme a permis de sauver la Chine et de la mettre sur la voie du socialisme à la chinoise. Le mariage de la culture chinoise avec le marxisme est un exemple brillant d’assimilation par la Chine d’un apport culturel étranger. Le cinquième but est de propager. Il s’agit de diffuser le produit culturel unique né de la fusion d’une pensée traditionnelle millénaire et d’une pensée progressiste occidentale, c’est-à-dire le marxisme aux caractéristiques chinoises et ses valeurs centrales socialistes.

  Les participants à la rencontre ont témoigné d’un vif intérêt pour la formation d’une nouvelle génération de chercheurs dans le sillage du projet. Wang Zhenzhong a déclaré à ce propos que le comité de rédaction de l'histoire de la pensée chinoise comptait un grand nombre de chercheurs et d’historiens jeunes et d’âge mûr qui travaillent à l’avant-garde de la recherche : « Dans 5 ans, après la sortie des seize volumes de l'histoire générale de la pensée chinoise, nous devrions voir apparaître dans le monde savant une pléiade de talents remarquables et pleins de dynamisme. Nous allons assister à rien de moins que l’arrivée d’une nouvelle école de chercheurs inspirés par le marxisme. »