Commentaires

Forum sur l’économie et la richesse nationale de l’Université de Beijing : rechercher de nouvelles forces motrices pour la croissance économique sur fond de la nouvelle normalité

Publié le:2015-01-13 | Source:Quotidien Guangming le 11 décembre 2014 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Photo de la conférence

  La 4e édition du Forum sur l’économie et la richesse nationale de l’Université de Beijing s’est tenue récemment à la faculté des sciences économique, plus de 300 invités venus des milieux gouvernementaux, scientifiques et industriels y ont été présents. Le Forum a pour thème «nouvelle normalité, nouvelles opportunités, nouveaux défis : chercher à construire de nouvelles forces motrices pour la croissance économique». Les experts et les chercheurs tels que Long Yongtu, Tu Guangshao, Li Yang, Liu Wei, Yang Kaisheng, Xu Niansha, Chen Zhiwu, Sun Qixiang ont partagé leurs points de vue suivants :

  Selon Long Yongtu, au stade actuel, la Chine doit continuer à accroître son effort dans l’exportation pour 3 raisons : Premièrement, la Chine reste un pays en voie de développement et avant l’accomplissement de l’urbanisation, elle est toujours un grand pays fort en investissement. Deuxièmement, au cours de son urbanisation, la Chine a besoin d’exporter des produits à forte intensité de main-d’œuvre pour créer de l’emploi. Troisièmement, la Chine doit continuer à participer à la division internationale du travail à travers l’exportation, sinon la compétitivité de l’industrie manufacturière serait compromise.

  Pour Tu Guangshao, trois risques se présentent actuellement devant nous : l’abaissement des recettes fiscales, l’augmentation des dettes publiques et le danger engendré par le chevauchement des risques de dettes, de finance et d’autres industries.

  Quant à Li Yang, l’internet est le plus souvent soumis au service du développement financier pour les entités économiques développées dans le monde, par contre, c’est l’internet qui dirige la finance en Chine. La monnaie virtuelle et la finance internet font deux choses. Le développement de la monnaie virtuelle et réelle conduit à la décadence de la banque centrale, cependant la finance internet annonce une révolution informatique. Pour relever les défis du développement de la finance internet, les solutions consistent à soumettre les taux d’intérêt à la loi du marché et à développer la collecte directe des capitaux dans le cadre de l’économie mixte.

  Selon Liu Wei, la nouvelle normalité de l’économie chinoise doit faire face à un état de 4 périodes superposées: les périodes de changement de vitesse de croissance, de convulsions de la restructuration économique, d’absorption après la crise et de restructuration économique internationale. Il convient de concevoir la croissance économique chinoise à partir de deux aspects, soit l’offre et la demande, et surtout de considérer prioritairement l’offre. Pour résoudre les problèmes actuels, il faut non seulement modérer la croissance économique, mais aussi procéder à la restructuration qui nécessite à son tour plus de gestion de l’offre.

  Yang Kaisheng a indiqué qu’il fallait se méfier de deux phénomènes : la surproduction et l’octroi de crédit excessif. Dans le processus actuel d’un développement stable de l’économie, il faut surtout éviter que la surproduction continue à gagner du terrain, ce qui nous empêche d’accéder à une «nouvelle normalité» saine. Il est également nécessaire de maintenir un investissement stable, mais celui-ci doit être favorable à la restructuration et non à la surproduction. Pour promouvoir l’investissement, nous devons nous appuyer sur les capitaux privés, à part les capitaux publics. De plus, il faut multiplier les apports en action et en capital et non les prêts bancaires au cours de l’investissement.

  Pour Xu Niansha, comment équilibrer l’intérêt de toutes les parties et promouvoir l’innovation et la mise à niveau pour maximiser l’intérêt général dans les réformes des entreprises d’État constitue un nouveau défi dans la nouvelle normalité. Nous devons mener des explorations dans les domaines suivants : la direction des théories économiques, l’expérience des réformes des entreprises publiques et la coordination sur tous plans pour converger différents objectifs.

  Chen Zhiwu a fait remarquer qu’aujourd’hui, la Chine doit relever un nouveau défi qui est de bien gérer les richesses colossales accumulées pendant ces dernières années. Entre 2007 et 2010, la richesse de 10% des familles les plus riches aux États-Unis a augmenté de 2% alors que les familles à revenus moyens ont perdu 40% de leur richesse, ce qui s’explique par la structure des richesses et a une haute valeur de référence pour la Chine dans sa gestion des richesses.

  Sun Qixiang appelle l’environnement international d’aujourd’hui une société Wuhua (à cinq tendances), à savoir la globalisation, l’informatisation, la financiarisation, le vieillissement et la multiplication des risques. Il a souligné que la nouvelle normalité, les opportunités et les défis de l’économie chinoise ne doivent pas se séparer de la compréhension et la connaissance de l’environnement international et de ses facteurs économiques, sociaux, politiques etc.