Commentaires

Une OCS élargie apporte des opportunités et non des menaces à la communauté internationale

Publié le:2015-07-10 | Source:french.xinhuanet.com | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) est en train de grandir, ce qui apportera plus d'opportunités, et non des menaces, à la communauté internationale.

Les dirigeants des Etats membres de l'OCS - la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan - se réuniront plus tard cette semaine pour un sommet annuel à Oufa, en Russie.

La décision d'entamer les procédures d'adhésion à l'OCS pour l'Inde et le Pakistan en tant que membres à part entière devrait être adoptée lors de la réunion, marquant le début officiel de l'élargissement du bloc, a indiqué lundi le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Cheng Guoping.

Cela sera la première fois que le bloc inclura de nouveaux membres à part entière depuis son établissement en 2001 à Shanghai, en Chine.

Grâce aux accomplissements des Etats membres de l'OCS via leur coopération, beaucoup de pays ont manifesté leur intérêt d'adhérer au bloc, appréciant sa philosophie de confiance mutuelle et de bénéfice réciproque.

Avec son élargissement, l'OCS fournira une plate-forme pour une coopération économique et de sécurité plus élargie dans la région eurasienne et aidera à rendre le monde plus stable et plus prospère.

L'Inde et le Pakistan sont tous deux confrontés au terrorisme, au séparatisme et à l'extrémisme. Leur entrée éventuelle dans l'OCS constituera une étape positive pour les deux pays afin d'améliorer leur situation de sécurité nationale grâce aux riches expériences que le bloc a accumulées, et qui les aideront à affronter les "trois forces du mal".

Cela jouera également un rôle constructif dans l'amélioration de leurs relations bilatérales.

Cet élargissement stimulera la croissance de l'OCS, accélérera son interaction interne et élargira son champ de coopération.

L'enthousiasme des pays à adhérer à l'OCS reflète le fait que l"'Esprit de Shanghai" de confiance mutuelle, de bénéfice réciproque, d'égalité, de consultation, de respect pour la diversité culturelle et de poursuite du développement commun est largement reconnu par la communauté internationale.

Cependant, face à l'ouverture de l'OCS, certains Occidentaux arguent que le bloc cherche à former une alliance contre l'Occident.

Cette conclusion infondée n'est rien d'autre qu'un produit de la mentalité obsolète de la Guerre froide. Si l'Occident voulait bien faire face à la réalité, il verrait le nouveau modèle de relations internationales que l'OCS a créé, centré sur le partenariat au lieu d'une alliance contre des tierces parties.

Depuis la naissance de l'OCS, ses Etats membres ont enregistré une liste d'accomplissements concrets dans la coopération de sécurité et économique.

Au cours de la décennie écoulée, l'OCS a déployé des efforts concertés afin de contenir la montée des menaces de sécurité dans la région via la création d'agences antiterroristes transnationales et via l'organisation de manoeuvres conjointes multinationales.

Le bloc régional n'a jamais oublié son principe fondateur de non alignement en se consacrant à la sécurité et à la paix de la région.

Les Etats membres de l'OCS ont cimenté leur coopération économique et commerciale dans le cadre du bloc.

La Chine, en tant qu'économie majeure de l'organisation, n'a épargné aucun effort pour promouvoir la coopération entre les Etats membres et pour renforcer la conscience d'une communauté de destin commun.

En mai dernier, Beijing et Moscou ont convenu d'intégrer leurs stratégiques de développement afin d'améliorer les échanges commerciaux et les infrastructures dans la région à travers l'initiative chinoise de la Ceinture économique de la Route de la Soie et via l'Union économique eurasiatique menée par la Russie.

Cette démarche favorisera le développement de l'OCS, d'autant que beaucoup de ses Etats membres sont situés le long de la Ceinture économique de la Route de la soie et impliqués dans l'Union économique eurasiatique (UEE).

Parallèlement, la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), initiée par la Chine, fournit une bonne opportunité pour les Etats membres de l'OCS d'accélérer la construction et l'amélioration des autoroutes, des chemins de fer et des routes aériennes.

Ainsi, l'OCS est uniquement une plate-forme de coopération centrée sur son propre développement et ne vise jamais de tierces parties. Une plus grande OCS jouera un rôle plus important dans le monde et prendra plus de responsabilités envers la stabilité et la prospérité internationales.