Commentaires

Normes de pollution non respectées : la Chine sanctionne sociétés et fonctionnaires

Publié le:2015-08-19 | Source:French.china.org.cn | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

La Chine est en train de renforcer la surveillance environnementale conformément à un amendement de loi qui l'a conduite à fermer quelque 9300 entreprises et à mettre en suspens l'activité de 15 000 autres durant les six premiers mois de l'année.

Une loi révisée et plus autoritaire sur la protection de l'environnement est effectivement entrée en vigueur le 1er janvier de cette année. Elle tient davantage de fonctionnaires et de gérants d'entreprises responsables et stipule que les gouvernements locaux doivent endosser une plus grande responsabilité dans la protection et l'amélioration de la qualité de l'environnement.

Au premier semestre de l'année, les autorités en charge de la protection environnementale ont donc inspecté plus de 620 000 entreprises.

Près de 300 sociétés et succursales ont écopé d'amendes journalières pour un montant total de 236 millions de yuans (34,8 millions d'euros au taux du jour) pour avoir continué à enfreindre les réglementations durant cette période. Les gérants de sociétés ont quant à eux été poursuivis dans 740 affaires délictueuses. A Wuhan, dans la province du Hubei, par exemple, les inspecteurs ont découvert que la centrale thermique de Gao Xin émettait des quantités excessives de polluants atmosphériques, à la suite de quoi le bureau de la protection environnementale de Wuhan lui a infligé des amendes quotidiennes totalisant 2,1 millions de yuans jusqu'à ce qu'elle se dote d'équipements aux normes.

L'entreprise Shaanxi Coal Chemical Energy, enregistrée dans la province du Shaanxi, s'est vu infliger des amendes quotidiennes pour un montant total de 15,8 millions de yuans, qu'elle refuse cependant de payer, prétendant que le bureau n'a pas agit conformément à la loi.

En outre, depuis le début de l'année, le ministère de la Protection de l'environnement a demandé aux responsables de dix villes du pays de lui fournir des rapports sur la pollution.

Après une série de « négociations » avec les autorités nationales en charge de l'environnement, les villes ont pris des mesures plus fermes contre les fonctionnaires responsables, a indiqué le ministère mercredi.

Jusqu'à présent, 57 fonctionnaires, dont un certain nombre de directeurs de services locaux et environnementaux, ont été suspendus de leurs fonctions ou ont fait l'objet de sanctions administratives après avoir été jugés responsables de faits de pollution atmosphérique et aquatique à Cangzhou, Baoding et Chengde dans la province du Hebei, ainsi qu'à Zhumadian dans la province du Henan.

Les négociations ont eu un impact positif sur l'environnent, affirme le ministère.

A Linyi, dans la province du Shandong, la densité de PM2,5, les particules en suspension dans l'air d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètres dangereuses pour la santé, a diminué de 27,8 % sur la période de mars à juin en glissement annuel.

Le ministère de la Protection de l'environnement a encore fait savoir que 57 sociétés qui avaient reçu l'ordre de réduire leurs émissions avant la fin de l'année dernière mais continuaient à émettre des quantités excessives de polluants au mois de janvier ont été contraintes de suspendre leur production au mois de mars.