Commentaires

Pour un rôle plus important de la Chine dans l'économie mondiale

Publié le:2015-10-26 | Source: | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

c03fd559e566179021c71c.jpg

Dans le cadre des idées contribuant au 13e Plan quinquennal (2016-20), des chercheurs de groupes de réflexion chinois ont suggéré une approche plus active pour les relations économiques extérieures de la Chine.

Ils demandent ainsi que le gouvernement, en tant que représentant de la deuxième plus grande économie du monde, du plus grand pays en développement et d'une puissance en émergence rapide, s'efforce d'obtenir un rôle plus important dans toutes les négociations économiques mondiales.

Li Anfang, chercheur à l'Académie des sciences sociales de Shanghai, a même proposé la création d'une nouvelle commission de haut niveau, plus puissante que le ministère du Commerce, qui coordonnerait les politiques de plus en plus diverses et complexes concernant les activités commerciales de la Chine à l'étranger.

Peu de chercheurs ont dit souhaiter voir la Chine faire marche arrière après des décennies de réforme et d'ouverture économique.

Le Comité central du Parti communiste chinois se réunira du 26 au 29 octobre à Beijing avec un projet pour un nouveau programme socio-économique de cinq ans, avec notamment des propositions de politiques commerciales étrangères, dans lequel tous les investisseurs de Chine auront une part.

Dans une interview au China Daily, M. Li a déclaré que la Chine a besoin d'un nouveau point de départ, et de changer pour passer d'un rôle de suiveur passif du système mondial à un rôle plus actif, sinon plus agressif, de participant à la nouvelle gouvernance des relations d'affaires internationales.

La lente reprise mondiale après la dévastatrice crise financière de 2008 a rendu impossible à la Chine la poursuite de son modèle précédent de croissance économique tirée par les exportations.

M. Li a cité un rapport de World Trade Alert, une initiative dirigée par le Center for Economic Policy Research à Londres, selon lequel depuis 2008, au moins 40% des mesures protectionnistes commerciales adoptées dans le monde ont ciblé la Chine.

Alors que les pays développés cherchent à se « réindustrialiser », la Chine fait face à une concurrence toujours plus vive des pays occidentaux armés de technologies et de capacités industrielles nouvelles.

De plus en plus de gens demandent également que la Chine assume davantage de responsabilités économiques, politiques et même militaires à l'échelle mondiale.

M. Li et son équipe ont terminé leur étude des tâches futures de la Chine dans les relations commerciales mondiales et ont envoyé leur rapport aux principales autorités gouvernementales.

Dans le rapport, M. Li a dit qu'« Il est conseillé à la Chine de ne pas chercher à tout recommencer en ce qui concerne l'ordre et les règles de l'économie mondiale ». Même si le système économique mondial a besoin de réformes à des degrés divers, la Chine devrait mieux poursuivre cette réforme en proposant de nouvelles solutions.

Les économistes ont suggéré que, en tant qu'acteur commercial mondial plus actif, la Chine devrait être active dans davantage de programmes de développement mondiaux et régionaux, en dehors de chercher à prendre part à l'élaboration future de règles.

Selon Yang Delong, stratège de China Southern Fund, il est à noter que le gouvernement chinois a récemment élaboré plusieurs programmes de développement régional, allant de l'initiative de la Nouvelle Route de la soie à de nombreux projets interprovinciaux d'intégration économique.

Zhang Jianping, un responsable en charge de la coopération internationale à la Commission Développement et la Réforme, estime pour sa part que l'un des objectifs des programmes régionaux est de rechercher et parfois d'alimenter de nouveaux points de croissance.

Sun Jiuwen, spécialiste en géographie économique à l'Université Renmin de Chine, a dit quant à lui que cela veut dire permettre à ces régions d'être des leaders de croissance et de propager des opportunités économiques dans les zones à proximité.

Selon le ministère du Commerce, au premier semestre de cette année, la Chine a investi directement 7 milliards de dollars US (6,17 milliards d'euros) dans son initiative de la Nouvelle Route de la soie dans 48 pays, soit une augmentation de plus de 22% d'une année sur l'autre.

Les importations en provenance et les exportations vers tous les pays de la « Route de la soie » se sont élevées à près de 3000 milliards de yuans (416,75 milliards d'euros), soit près de 25% de son commerce extérieur total sur la même période.