Commentaires

Un réseau mondial des think tanks des universités vient d’être créé à Pékin

Publié le:2018-04-18 | Source:Quotidien Guangming (le 26 mars 2018) | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

1.jpg

Le 24 mars, l’Académie nationale de développement et de stratégie de l’Université Renmin de Chine (RUC) et le Réseau des universités mondial (Worldwide Universities Network, WUN) ont annoncé la création d’un réseau des think tank des universités. Jin Nuo, secrétaire du Comité du Parti de la RUC, John Hearn, directeur exécutif du WUN, Jin Xin, secrétaire de la Fédération des think tank pour « la Ceinture et la Route » et Zhang Miaoqing, vice-présidente de l’Université chinoise de Hong Kong ont inauguré conjointement l’organisation. L’événement a réuni près de 200 chercheurs chinois et étrangers, issus de 26 universités prestigieuses du monde. Étaient également présents des personnalités du Ministère chinois des affaires étrangères, du Département de Liaison internationale du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et du Ministère chinois de l’Écologie et de l’Environnement, ainsi que des représentants d’organisations internationales telles que l’ONU, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

À l’ouverture de la réunion, Liu Wei, président de la RUC, a déclaré que les échanges culturels et le partage des connaissances étaient devenus un courant dominant du monde actuel. Les think tanks ne peuvent se refermer sur soi, il faut coordonner, apprendre les uns sur les autres pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique et la sécurité énergétique, a-t-il ajouté. Pour John Hearn, l’enseignement supérieur et la formation des talents jouent un rôle indispensable pour relever les défis communs de l’humanité, comme l’environnement, le climat, l’alimentation et la santé publique. Il espère donc que la création d’un réseau mondial encouragera les think tanks des différents pays à établir une confiance mutuelle, à partager les connaissances et opinions, afin de trouver les meilleures solutions aux problèmes communs.      

Durant le séminaire de l’après-midi portant sur le développement vert du projet de « la Ceinture et la Route », les experts ont mené des discussions approfondies sur des sujets précis comme les différences de lois et de normes entre les pays impliqués dans le projet, les changements climatiques, le développement financier vert, la sécurité énergétique, la santé publique, la sensibilisation culturelle, l’enseignement supérieur, ou encore la diplomatie publique. Les participants estiment tous que le concept de développement vert de « la Ceinture et la Route » joue un rôle positif pour la communauté internationale : l’humanité partage une seule Terre, les pays doivent rassembler leur sagesse, dialoguer et échanger, faire progresser la recherche afin d’améliorer le bien-être du monde, promouvoir main dans la main le développement commun et bâtir une communauté de destin pour l’humanité, ont-ils souligné.