Commentaires

Mots d'introduction prononcés par l'Ambassadeur Lu Shaye à la Conférence de presse sur la lutte contre l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus

Publié le:2020-02-27 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:http://fr.chineseembassy.org2020-02-05

(le 5 février, 2020)

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Soyez les bienvenus à cette conférence de presse. Je sais que tout le monde est très intéressé par la situation de l'épidémie en Chine. Donc aujourd'hui je vourdais bien prendre cette opportunité de faire les échanges avec vous. Tout abord, je vous fais une présentation globale de la situation pour jeter une base de nos échanges.

Jusqu'à aujourd'hui, nous comptons en Chine 24377 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, 23260 cas suspects, 914 guérisons et 492 décès ; il y a 182 cas confirmés et 1 décès en dehors de la Chine. Bien que l'épidémie continue de se propager et que la situation soit toujours complexe et grave, il est pourtant encourageant de constater que 914 patients, y compris des octogénaires, ont été guéris, et que le nombre accumulé de guérisons et sa vitesse d'augmentation ont dépassé ceux des décès. Les mesures de prévention et de contrôle prises par le gouvernement chinois bénéficient de la compréhension et du soutien de la population, et l'ordre social reste stable en Chine.

La propagation rapide de l'épidémie a été contenue. Concernant la situation dans la partie continentale de la Chine, le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque jour en dehors du Hubei continue de diminuer. Sur le plan international, on compte seulement environ 180 cas d'infection à l'extérieur de la Chine, soit moins de 1% du nombre total de cas dans le monde, et il n'y a eu qu'un seul décès. Tout cela montre pleinement que, bien que l'épidémie soit virulente, elle peut être contrôlée.

Face à l'éclatement soudain de l'épidémie, le Parti communiste chinois et le gouvernement chinois y ont réagit avec tout le sérieux qui s'impose. Le Président Xi Jinping a donné des instructions importantes et a présidé à deux reprises la réunion du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, à l'issue de laquelle un ensemble de dispositions ont été prises sur la lutte contre l'épidémie. Un groupe central de direction chargé de la lutte contre l'épidémie a été créé, dont le chef est le Premier Ministre Li Keqiang, qui s'est rendu en personne à Wuhan, épicentre de l'épidémie, pour superviser le travail sur le terrain.

Nous avons adopté de manière déterminée toutes les mesures nécessaires et les plus rigoureuses, dont beaucoup vont bien au-delà des exigences du Règlement sanitaire international (RSI).

Premièrement, nous avons fait de la lutte contre l'épidémie à Wuhan et au Hubei la priorité des priorités, fermé les points de passage de Wuhan tels que les aéroports et les gares, plus de 8 000 médecins et infirmiers sont mobilisé pour venir en aide au Hubei, des mesures ont été prises pour assurer l'approvisionnement des fournitures médicales, et deux hôpitaux de fortune munis de 2 500 lits ont été construit à Wuhan en 10 jours pour prendre en charge des cas confirmés. Des centres d'exposition et sportifs ont été transformés en centres d'accueil munis de 10 000 lits pour héberger les patients de léger symptôme.

Deuxièmement, nous avons établi un mécanisme synergique de prévention et de contrôle axé sur Wuhan et le Hubei et couvrant l'ensemble de la Chine. L'organisation des grands événements a été supprimée, le rassemblement des personnes a été réduit et des guides de prévention pour le public ont été proclamés.

Troisièmement, nous avons fait tout notre possible pour empêcher la transmission de l'épidémie en dehors du territoire chinois. La province du Hubei a suspendu la réception des demandes d'entrée et de sortie du territoire chinois. La ventilation et la désinfection ont été renforcées dans les aéroports, et les prises de température corporelle sont effectuées pour les passagers. Des conseils de protection ont été publiés par le CDC chinois en 7 langues.

Quatrièmement, nous avons déployé de grands efforts dans les recherches. L'agent pathogène a été identifié très rapidement, la séquence génétique du nouveau coronavirus a été rendue publique, et les souches du virus ont été récupérées avec succès. Actuellement, nous travaillons d'arrache-pied pour accélérer le développement de vaccins.

Dès le début, nous avons répondu aux préoccupations de la communauté internationale de manière ouverte et transparente. Nous avons informé sans tarder l'OMS de la situation épidémique, partagé la séquence des génomes entiers des souches, et invité des experts de l'OMS dans la ville de Wuhan. Attachant toujours une grande importance à la santé des ressortissants étrangers en Chine, nous faisons de notre mieux pour les aider dans la vie quotidienne, dans la prévention contre le virus et le traitement médical. La ville de Wuhan a mis en place un numéro vert 24h/24 pour fournir des conseils et de l'assistance. Les ressortissants étrangers restés au Hubei peuvent être rassurés et demeurer pleinement confiants dans les mesures antiépidémiques prises par la Chine.

Certains experts étrangers ont pronostiqué un nombre de cas beaucoup plus important en utilisant des modèles mathématiques, ce qui a créé certaines inquiétudes. Alors le pronostic n'est que le pronostic, il n'est pas encore la réalité. Il reste à le prouver par les tests de diagnostic. En fait, les chiffres publiés chaque jour par les autorités chinoises couvrent toutes sortes de cas, y compris les cas nouveaux, les cas confirmés, les cas graves, les décès, les guérisons, les cas suspects, les personnes faisant l'objet d'un suivi et les personnes ayant terminé la phase de suivi. Le système de communication des données s'améliore aussi de jour en jour. Les chiffres que nous publions sont donc solides et bien fondés. Nous n'avons aucune raison de cacher ou falsifier le nombre de cas. L'augmentation continue du nombre de cas témoigne justement de la transparence dont le gouvernement chinois fait preuve.

Nos efforts pour lutter contre l'épidémie sont pleinement reconnus par la communauté internationale. Le Directeur général de l'OMS Dr Tedros a affirmé que la détermination politique du gouvernement chinois et les mesures rapides et fortes qu'il a prises forcent le respect et l'admiration. Il a souligné que l'urgence de santé publique de portée internationale n'était pas un vote de défiance à l'égard de la Chine, mais un rappel aux pays ayant les systèmes de santé fragiles pour renforcer leur prévention. L'OMS réaffirme sa confiance dans la capacité de la Chine à contrôler l'épidémie, et désapprouve ou même s'oppose à toute restriction de voyage ou de commerce à l'encontre de la Chine.

Il y a quelques jours, lors de la cérémonie d'ouverture de la 146ème session du conseil exécutif de l'OMS, Dr Tedros a dit « Lors de ma visite à Beijing la semaine dernière, j'ai été tellement impressionné lors de ma rencontre avec le président Xi par sa connaissance détaillée de l'épidémie et par son leadership personnel, mais aussi par son engagement à partir des propos qu'il m'a tenus, que je partagerai avec vous: Nous prendrons des mesures sérieuses à l'épicentre, à la source, afin de protéger nos populations, mais aussi d'empêcher la propagation du virus vers d'autres pays. Nous avons l'obligation de le faire, et c'est ce que nous ferons. » Dr. Tedors a aussi dit « Si nous investissons dans la lutte à l'épicentre, à la source, la propagation à d'autres pays sera minime et également lente. Si elle est minime et lente, ce qui se passe à l'extérieur peut également être contrôlé facilement. Donc, le nombre de cas que nous avons actuellement, 151, est en fait peu important et ne vient que lentement. Sans cette stratégie, sans les efforts de la Chine, le nombre de cas en dehors de la Chine aurait été beaucoup plus élevé. »

Avec la coupure des canaux de transmission du virus, avec le renforcement des installations et des moyens de traitement médical, nous avons la certitude que l'épidémie sera complètement endiguée. Sous la direction centralisée et unifiée du Parti communiste chinois, grâce aux atouts du système socialiste de pouvoir concentrer tous les moyens pour réaliser un objectif, en s'appuyant sur les capacités scientifique et technologique de la deuxième économie du monde et sur les expériences acquises dans la lutte contre l'épidémie du SRAS et dans la participation active à la lutte contre Ebola et le MERS, le gouvernement et le peuple chinois ont totalement la confiance et la capacité de gagner la bataille contre cette épidémie.

Beaucoup sont inquiets par les impacts de cette épidémie sur l'économie chinoise. Inutil de le nier qu'à court terme, elle aura des impacts sur le tourisme, la restauration, le divertissement et d'autres secteurs de services en Chine, affectera également les activités de certaines petites et moyennes entreprises, et aura aussi des répercussions sur l'économie mondiale. Mais ces impacts sont passagers. Si nous contrôlons rapidement l'épidémie, nous pouvons minimiser les pertes économiques. En plus, la reconstruction post-épidémie et le rebond de la consommation des ménages pourraient stimuler la croissance économique. En 2003, bien que frappée par le SRAS, la Chine a toujours réalisé un taux de croissance de 10%. Le PIB chinois est aujourd'hui sept fois supérieur à celui d'il y a 17 ans. L'économie chinoise est devenue un océan, capable de résister à l'épreuve des tempêtes. Les impacts de l'épidémie sont de courte durée et ne changeront pas les fondamentaux positifs de l'économie chinoise. Le gouvernement chinois prendra de multiples mesures pour favoriser la reprise dans les meilleurs délais des activités de production dans les secteurs de l'approvisionnement énergétique, des transports et de la logistique, des équipements médicaux et des produits de première nécessité. Nous allons également mettre en application des politiques de soutien aux entreprises et aux secteurs touchés par l'épidémie.

La lutte contre l'épidémie est aujourd'hui la priorité des priorités de l'Ambassade de Chine en France. Nous avons élaboré rapidement des plans d'urgence et demeurons en contact étroit avec les autorités françaises de la santé, des douanes, de l'inspection et de la quarantaine, des aéroports, de l'aviation civile et d'autres services compétents. Nous avons publié en temps utile des informations sur la situation épidémique et des rappels de prévention sur le site Internet de l'ambassade et les plateformes WeChat, Twitter et Facebook. Nous travaillons avec tout le sérieux pour venir en aide aux Chinois en France dans la prévention de l'épidémie, leur recommandant de renforcer les précautions, et demandant aux Chinois en France qui se sont récemment rendus à Wuhan ou au Hubei de s'isoler à domicile et de contacter les services médicaux en cas de fièvre, de toux et d'autres symptômes suspects, afin d'éviter la propagation de l'épidémie.

La Chine et la France sont pays amis sincères. La ville de Wuhan, la zone la plus touchée par l'épidémie, est liée par des relations privilégiées avec la France. Elle est la ville chinoise ayant le plus de projets de coopération sino-française. Après l'éclatement de l'épidémie, le Président Emmanuel Macron, le Président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et le Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ont exprimé leur solidarité et leur sympathie à la Chine, et la France nous a aussi fourni du soutien matériel. Nous en exprimons nos profonds remerciements. La Chine a accompagné énergiquement la France dans le rapatriement de ses ressortissants. Récemment, des experts chinois et français ont effectué des consultations conjointes à distance du quatrième patient infecté se trouvant en France. Et nos deux pays sont en train de développer conjointement des kits de diagnostic rapide.

Le virus ne distingue pas les nationalités et l'épidémie n'a pas de frontières. Les maladies infectieuses émergentes lancent un défi commun à toute l'humanité et nous devons travailler ensemble pour les combattre. Lors de l'épidémie du SRAS en 2003, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin a tenu à effectuer sa visite en Chine comme prévu, nous apportant un grand soutien politique et moral. Cela reste gravé dans la mémoire des Chinois jusqu'à aujourd'hui, 17 ans plus tard. Dans l'adversité, l'amitié et la coopération s'avèrent encore plus précieuses, et les préjugés et la discrimination doivent êtres condamnés.

Je vous remercie de votre attention. Je suis maintenant prêt à répondre à vos questions.