Commentaires

Des accords malgré des différends entre la Chine et les nations de l'ASEAN

Publié le:2012-09-25 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:french.peopledaily.com.cn

  Bien que la Chine ait estimé de plus en plus difficile d'atteindre ses objectifs de croissance annuelle du commerce extérieur, ses exportations et importations avec 10 membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) pourraient lui offrir l'opportunité d'améliorer ses performances.
Une salle d'exposition de la neuvième édition de l'Exposition Chine-ASEAN, d'une surface équivalente à sept terrains de football, est bondée de gens qui négocient des affaires. Les marchandises exposées vont d'équipements de construction, de meubles aux bijoux et objets d'artisanat.
L'animation de cette foire reflète la croissance de 7,7% du commerce entre la Chine et l'ASEAN enregistrée au cours des huit premiers mois. Bien qu'elle soit inférieure au taux annuel de plus de 10% au cours des dernières années, elle dépasse la croissance de 6,2% du commerce extérieur de la Chine durant la même période et contraste avec la contraction du commerce de la Chine avec l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis.
Le taux de croissance du commerce entre la Chine et l'ASEAN est particulièrement encourageant à un moment où le monde fait face à une récession économique plus longue que prévue. Plus important encore, un commerce robuste apporte des revenus constants et crée des emplois pour les populations des pays de l'ASEAN et en Chine.
La forte et robuste croissance du commerce démontre que la Chine et l'ASEAN partagent non seulement de longues frontières, mais profitent également de bénéfices communs qui pourront les aider à surmonter les différends.
Le commerce florissant peut être attribué à la Zone de libre-échange (ZLE) entre la Chine et l'ASEAN, établie il y a deux ans, qui est la plus grande zone du monde jamais créée par des pays en voie de développement. Fin août, la Chine a réduit les droits de douane pour les importations provenant de l'ASEAN de 50 milliards de yuans au titre de leur accord de libre-échange.
Durant la dernière décennie, le commerce bilatéral s'est accru à un taux annuel de 20% pour atteindre 362,9 milliards de dollars. La Chine a maintenu sa place de premier partenaire commercial de l'ASEAN pendant trois ans et l'ASEAN est le troisième plus grand partenaire de la Chine, après l'UE et les Etats-Unis.
Un projet d'extension de la ZLE Chine-ASEAN est prévu. Hong Kong a demandé en 2011 à participer à la ZLE et les préparatifs pour les négociations sont en cours. L'ASEAN prévoit un plan plus agressif, qui consiste à intégrer ses cinq partenaires bilatéraux de la ZLE, soit l'Inde, le Japon, la République de Corée, l'Australie et la Nouvelle Zélande, ainsi que la Chine et l'ASEAN pour former la plus grande ZLE du monde.
Si le plan se déroule comme prévu, le commerce régional devrait s'accroître de manière significative et constituera un moteur essentiel pour stimuler la croissance économique régionale.
En tant que voisins, les membres de l'ASEAN et la Chine ont mené des échanges sur le plan culturel et artistique durant des siècles. Les contacts entre leurs peuples ont en fait jeté les bases des relations Chine-ASEAN.
Des différends demeurent incontestablement entre la Chine et l'ASEAN concernant la mer de Chine méridionale. Cependant, le maintien de la paix et de la stabilité dans la région reste de la responsabilité commune de toutes les parties concernées.
Les différends ne remplaceront jamais la coopération et la confiance mutuelle. La Chine s'est toujours engagée à réduire les divergences par le dialogue et les consultations, car elle estime que des relations amicales sont toujours précieuses.
La Chine et l'ASEAN doivent saisir cette opportunité historique pour mettre de côté leurs différends et accroître ensemble la prospérité commune.