Commentaires

Faire jouer au marché un rôle décisif dans la distribution des ressources

Publié le:2013-12-27 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Lin Zhaomu | Source:Quotidien du Peuple (le 4 décembre 2013, page 6)

  La Décision du Comité central du PCC sur d’importantes questions relatives à l’approfondissement global des réformes adoptée à la 3e session plénière du XVIIIe Congrès du PCC, a proposé une série de nouvelles thèses, points de vue, décisions et mesures, ce qui sont les derniers succès et progrès du socialisme à la chinoise. Parmi eux, ceux qui jouent un rôle global et stratégique dans l’approfondissement global des réformes sont les suivant : la Décision a remarqué que « l’approfondissement de la réforme du système économique doit étroitement s’axer sur le rôle décisif du marché dans la distribution des ressources. » Conformément à cette demande, la Décision a proposé de nouvelles mesures importantes dans le domaine économique. Cela marque d’un jalon important l’évolution de la réforme et de l’ouverture et aura un impact sur l’approfondissement global des réformes sur un nouveau palier.

  I. Progrès clés de la théorie portant sur la réforme

  Le rapport au XVIIIe Congrès national du PCC a indiqué : La question centrale de la réforme du système économique consiste à résoudre correctement les rapports entre le gouvernement et le marché. Le soi-disant les rapports entre le gouvernement et le marché consiste au rôle décisif dans la distribution des ressources du marché ou du gouvernement. Depuis 35 ans, la réforme du système économique et l’ouverture se sont concentrées sur la connaissance et le traitement des rapports entre le gouvernement et le marché.

  Avant la réforme et l’ouverture, la Chine a mis en place une économie planifiée hautement centralisée caractérisée par les ressources totalement distribuées par le gouvernement selon la planification d’Etat. Afin de briser les entraves de l’économie planifiée dans la pratique, il faut briser les entraves des idées traditionnelles portant sur la négation et le refus du marché sur le plan idéologique. Dans les années 1980, avec la mise en vigueur de la réforme et de l’ouverture, nous nous sommes débarrassés petit à petit des entraves des idées traditionnelles dans la connaissance des rapports entre le gouvernement (planification) et le marché, ce qui a joué un rôle considérable pour l’accélération de la réforme et de l’ouverture. Notamment grâce au propos tenu en 1992 par Deng Xiaoping durant son voyage dans le Sud, nous avons réalisé une percée dans la connaissance des rapports entre le gouvernement (planification) et le marché. Ensuite, le PCC a déclaré au XIVe Congrès national, « La réforme du système économique chinois a pour but la mise en place du système d’économie de marché socialiste », « faire jouer au marché un rôle fondamental dans la distribution des ressources sous le macro-contrôle socialiste de l’Etat. » Cette percée théorique a joué un rôle extrêmement important dans l’accélération de la réforme, de l’ouverture et du développement économique chinois.

  Après avoir défini le rôle du marché, notre Parti a continué ses recherches sur le positionnement correspondant à la demande des changements objectifs et réels de la réforme et du développement. Le PCC a proposé au XVIe Congrès national de « faire jouer davantage au marché son rôle fondamental dans la distribution des ressources », en supprimant « le macro-contrôle d’Etat ». Le XVIIe Congrès a réitéré de « faire jouer davantage au marché, grâce à l’institutionnalisation, son rôle fondamental dans la distribution des ressources ». Le XVIIIe Congrès, quant à lui, a exigé de « faire jouer au marché, plus en profondeur et plus en ampleur, son rôle fondamental dans la répartition des ressources ». Les mots clés ajoutés avant le rôle fondamental du marché attachent de l’importance au renforcement du rôle du marché comme but de la réforme. Ces propositions servent d’esprit et de théorie préparés pour « le rôle décisif du marché dans la distribution des ressources » déclaré au XVIIIe Congrès national.

  Dans la pratique, les changements énormes de l’économie mondiale et du développement au sein du pays exigent l’accélération de la transformation économique et le renforcement du dynamisme et de l’énergie dans le développement et la création. Cependant, les contradictions dans l’actuel développement économique sont dues à l’intervention successive ou mauvaise du gouvernement dans la distribution des ressources ainsi qu’à la mise en vigueur insuffisante du rôle du marché. Selon la demande objective sur l’amélioration du système économique de marché socialiste et l’actuel développement économique, la Décision a tenu compte des idées de divers milieux, remplaçant le « rôle fondamental » au « rôle décisif » du marché. Ces deux termes s’accordent. Le « rôle décisif » marque un progrès avec l’époque à base du « rôle fondamental ». Celui-là est plus clair et correct sur le plan théorique, qui est plus pertinent pour l’indication de la réforme du système économique en temps actuel et marque un progrès radical de la théorie chinoise sur la réforme aux nouvelles conditions historiques. Ce terme aide à ancrer dans le Parti et la société le concept correct sur les rapports entre le gouvernement et le marché, à libérer et à développer les forces productives de manière plus poussée et à libérer et à renforcer le dynamisme de la société. Approfondir la réforme du système économique en axant sur le rôle décisif du marché dans la distribution des ressources créera un nouveau contexte pour la réforme et l’ouverture de Chine.

  II. Le contenu et l’actualité du rôle décisif du marché

  Le soi-disant marché consiste à un mode d’activités économiques à base du principe de l’échange à valeur égale, soit l’économie de marché, le système le plus efficace de la distribution des ressources et également la meilleure voie pour développer les forces productives et réaliser la modernisation.

  Le point essentiel de toute activité économique est la distribution la plus efficace des ressources. La supériorité de la distribution des ressources par le marché consiste à guider la distribution des ressources à correspondre à la demande de la loi de la valeur marquée par l’obtention du plus grand rendement avec le moins d’investissement. La demande fondamentale de la distribution des ressources décidée par le marché est le respect et la mise en application de la loi de la valeur à travers les activités économiques. Faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources a pour but faire jouer le rôle décisif des lois de l’économie de marché telles que la loi de la valeur, la concurrence et la loi de l’offre et de la demande.

  La réforme du système économique chinois suit cette loi et est approfondie inlassablement. La pratique prouve que le socialisme et l’économie de marché peuvent se coordonner. L’économie de marché insuffle du dynamisme et de la vitalité au socialisme ; tandis que ce dernier crée un nouvel espace et une prospérité pour l’économie de marché. Le socialisme et l’économie de marché sont actifs qui s’avancent sans cesse. La supériorité et la vitalité de l’économie de marché socialiste consistent à combiner les avantages du socialisme et de l’économie de marché ; parallèlement, cette combinaison peut être optimisée avec le développement de la pratique et des connaissances à l’aide de l’approfondissement des réformes. La proposition du rôle décisif du marché dans la distribution des ressources marque un progrès important de cette combinaison sur les plans théorique et pratique.

  Dans le domaine de la demande pratique du développement économique chinois, depuis la réforme et l’ouverture il y a 35 ans, la distribution des ressources dans la plupart des secteurs économiques a été réalisée par le marché. Cependant, dans ces secteurs, dans les chaînons tels que la production, la construction, la circulation et la consommation, la distribution inefficace des ressources voire même le gaspillage dus aux activités à l’encontre de la loi de la valeur sont assez fréquents, à cause de l’existence des défauts institutionnels et structurels d’un rôle décisif qui freinent la vitalité du marché, interviennent, empêchent la loi du marché et de la valeur. La Décision a précisé qu’il faut « résoudre les problèmes tels que l’imperfection du système de marché, l’intervention excessive du gouvernement et l’insuffisance de la surveillance » et « il faut faire progresser, avec autant d’énergie que de prudence, en profondeur comme en ampleur, la réforme visant la marchéisation, diminuer considérablement la distribution des ressources menée par le gouvernement, et permettre à la distribution des ressources de réaliser la maximisation des intérêts et l’optimisation de l’efficacité en fonction de la règle du marché, des prix du marché et de la concurrence du marché. » Cela joue un rôle pratique dans l’établissement de l’économie de marché perfectionnée, l’accélération du changement du mode de développement et la promotion du développement durable et sain.

  Premièrement, contribuer à la stimulation le dynamisme des acteurs du marché dans la création et l’innovation. L’accès au marché et la protection de la propriété intellectuelle égaux, les conditions de la concurrence et l’environnement de l’opération justes composent l’assurance fondamentale du dynamisme et de la vitalité des acteurs du marché. Les actuelles entraves institutionnelles restreignant la création et l’innovation de ces acteurs sont principalement les suivants : l’injustice aux entreprises privées, les obstacles invisibles pour les investissements privés restent fréquents ; l’approbation des investissements dans l’économie concurrentielle n’aide pas à l’élimination par la concurrence au marché, et parallèlement provoque les effets de « refus » des capitaux privés ; il existe du monopole administratif visible ou déguisé dans certains secteurs gênant la concurrence équitable, ainsi que des barrières d’accès dans les affaires publiques et sociales, ce qui mène à la centralisation des capitaux privés dans les secteurs concurrentiels et à la surcapacité de production dans certains secteurs. Le mauvais positionnement du gouvernement et du marché dans le système scientifique et technologique empêchent les entreprises à devenir acteurs des innovations technologiques. Le gouvernement, d’une part, effectue une intervention excessive dans les innovations technologiques des entreprises et d’autre part, donne des mesures insuffisantes dans la création d’un bon environnement pour ces innovations. La résolution des problèmes gênant la création et l’innovation de tout acteur du marché consiste à la distribution des ressources dans le secteur économique selon la loi, le prix et la concurrence du marché.

  Deuxièmement, accélérer la transformation et la montée en gamme économiques. La Chine compte une structure économique irrationnelle. La transition du mode de croissance économique dit extensif à un mode intensif est lente. La surcapacité de production et la baisse de l’efficacité existent dans beaucoup de secteurs. Cela dû principalement à l’intervention excessive ou mauvaise du gouvernement dans l’économie, qui gêne le marché à jouer son rôle décisif. Par exemple, le contrôle administratif est pesant dans la mise en forme des prix des marchandises principales telles que l’électricité, le pétrole raffiné et le gaz naturel, le taux d’intérêt n’est pas encore mise en marché, le système du marché de capitaux est loin d’être perfectionné, etc. Ainsi, les prix de plusieurs facteurs ne peuvent pas réellement refléter le manque des ressources et le changement des rapports offre-demande. Parallèlement, le système financier et fiscal est irrationnel. L’examen des cadres du Parti et du gouvernement met un accent excessif sur la croissance du PIB, ce qui stimule la cherche d’une croissance économique trop rapide et les investissements dans les provinces, aggrave les constructions à double emploi et la surcapacité de la production. Le gouvernement réalise une intervention directe dans la distribution des ressources de manière inopportune, distordant les prix des facteurs et influençant le rôle du marché. L’approfondissement des reformes concernées selon la demande de faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources marque une mesure clé pour accélérer le changement du mode de développement économique et promouvoir le développement économique plus efficace, équitable et durable.

  Troisièmement, aider à construire un gouvernement au service du peuple qui se distingue par une intégrité parfaite et une grande efficacité. L’administration gouvernementale et les fonctions du marché ne sont pas assez définies. L’intervention excessive et l’absence du gouvernement coexistent. Le gouvernement intervient dans des affaires hors de sa portée et de ses capacités : d’une part, il prit trop de temps et d’énergie dans l’intervention directe dans les affaires microéconomique telles que l’approbation des programmes et l’appel de fonds, ce qui mène à l’absence du gouvernement dans le contrôle du marché, la gestion sociale et les services publics ; d’autre part, le gouvernement se charge de toute affaire sociale, sans pouvoir faire pleinement le rôle des forces sociales dans la participation à la gestion sociale et l’offre des services publics, devenant ainsi centre des contradictions dans ces domaines. Donc, faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources consiste à donner au marché et aux entreprises toute affaire dans la limite de leurs capacités, ainsi qu’à passer les fonctions aux agences intermédiaires dans la limite de leur charge. Cela aide le non seulement gouvernement à transformer les attributions des pouvoirs publics, à déplacer le centre de ses activités sur l’intensification du contrôle du marché, le renforcement des services publics et l’assurance de la justice et de l’équité dans la société, mais aussi à éliminer le terrain favorable à la corruption des fonctionnaires et à l’abus du pouvoir à des fins mercantiles. Faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources, réduire à grande échelle la distribution directe des ressources par le gouvernement sont les mesures s’attaquant aux racines de la corruption.

  Quatrièmement, promouvoir la mise en place d’un nouveau système économique de type ouvert. Grâce à l’ouverture, la Chine a profité du marché international et des ressources étrangères afin d’accélérer le développement interne. L’ouverture a également proposé des expériences et des règles sur le développement de l’économie de marché pour la réforme, devenant impulsion importante et source d’énergie de celle-ci. Depuis la crise financière internationale, l’économie mondiale a connu un réajustement profond. La concurrence dans tous les domaines y compris celle dans les règles de l’investissement commercial est plus énorme. Les principaux pays développés sont en promotion d’un nouveau cycle de négociations sur la libération des échanges qui est caractérisé par de larges domaines, des normes strictes et un impact considérable. Les négociations sur l’accord sino-américain d’investissement sont concentrées sur la demande à la Chine de changer l’actuel système d’approbation par affaire des investissements étrangers et le catalogue d’indication industrielle. Ces questions touchant à l’accès au marché et également à la réforme institutionnelle exigent une accélération de la réforme portant sur le mode d’administration de l’investissement et de l’innovation institutionnelle, la mise en place un système d’accès à l’investissement unifié, équitable et transparent, pour que les acteurs microéconomiques obtiennent davantage de pouvoirs dans l’investissement indépendant, que les organes administratifs transforment leurs fonctions de l’autorisation des programmes vers les fonctions macroéconomique telles que les activités contre le monopole et le contrôle sécuritaire. L’ouverture du secteur des services reste toujours l’écart entre la Chine et les principales économies mondiales. L’encouragement de l’ouverture ordonnée dans la finance, l’éducation, la culture et les soins médicaux aide à l’introduction de la concurrence et à l’accélération du développement des services en Chine. En un mot, nous faisons jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources afin de correspondre à la demande du nouveau cycle de la libération des échanges et des investissements internationaux, de mettre sur pied un nouveau système économique de type ouvert, de promouvoir l’ouverture chinoise de plus haute qualité sur un niveau plus élevé et de nous intégrer à la mondialisation économique tant en envergure qu’en profondeur.

  III. Connaître les rapports entre le rôle du marché et celui du gouvernement de manière globale

  Afin de développer l’économie de marché socialiste, il faut faire jouer non seulement au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources, mais aussi au gouvernement les fonctions économiques et le rôle important. La Décision a demandé de mieux faire jouer le rôle du gouvernement, « un contrôle macroéconomique scientifique et une administration gouvernementale efficace sont les exigences inhérentes à la mise en valeur de la supériorité du système d’économie de marché socialiste ».

  Dans les pays occidentaux développés, l’économie de marché mûre fait l’objet de l’intervention gouvernementale. Par contre, l’économie de marché n’a jamais connu de développement plein. Le point de départ de la réforme du système économique chinois est l’économie planifiée marquée par l’intervention excessive par le gouvernement. Le problème clé à résoudre à travers la réforme et l’ouverture en temps actuel consiste à faire jouer le rôle institutionnel du marché de manière plus poussée, à résoudre l’intervention excessive, mauvaise et le manque de contrôle par le gouvernement. C’est pourquoi le Parti a proposé de faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources. Cela ne signifie pas que le marché est omnipotent, ni que le gouvernement donne libre cours au marché. La Décision a souligné de « maintenir le cap de la réforme de l’économie de marché socialiste », ce qui prouve que la réforme de marchéisation insiste sur une mise en marché dans la direction socialiste à la chinoise. Le marché joue un rôle décisif dans la distribution des ressources au lieu d’un rôle global. L’économie de marché est une économie de droit et une économie où règnent moral et honnêteté. Faire jouer le rôle du gouvernement correspondant à celui du marché peut rassurer le développement sain de l’économie de marché.

  La direction correcte et puissante du Parti et le contrôle efficace et actif du gouvernement composent les supériorités originales de l’économie de marché socialiste chinois. Depuis la réforme et l’ouverture il y a 35 ans, la Chine a fait des progrès extraordinaires dans le développement économique et social, ce qui dépend de notre Parti et notre gouvernement qui ont joué un rôle dans la promotion de la réforme, de l’ouverture et du développement, ainsi que dans la sauvegarde de la stabilité de l’environnement du développement. Durant cette évolution, la Chine a obtenu de riches expériences dans le macro-contrôle et la gouvernance, dont la plus important est de prendre pour l’orientation la stratégie et la planification du développement d’Etat, d’utiliser les mesures de la politique macro-économique, de réajuster la demande et le niveau d’approvisionnement globaux, de prévenir les risques systémiques budgétaires et financiers et d’éviter les fluctuations périodiques amples dans l’économie. En même temps, les acteurs du marché se heurtent probablement aux intérêts sociaux dans le but de maximiser ses propres intérêts. Le gouvernement doit renforcer son contrôle au marché, sauvegarder l’ordre du marché, protéger l’environnement et les droits et intérêts des travailleurs et des consommateurs, notamment la sécurité et la santé. Il doit également mettre en vigueur des règles et des systèmes économiques contre le monopole et la concurrence déloyale afin d’assurer la concurrence loyale et les intérêts des consommateurs. Le plus important c’est que le gouvernement doit, lorsque le marché ne peut pas bien résoudre les problèmes tels que l’approvisionnement des produits publics et l’équité de la distribution des revenus, intensifier et optimiser les services publics, rendre les services publics fondamentaux accessibles à tous sans distinction, sauvegarder et régler l’ordre de la première distribution mise en forme par le marché, réaliser un réajustement raisonnable de la redistribution des revenus par la taxation, la sécurité sociale et le transfert de paiement et de prévenir le fossé excessif entre les revenus afin de favoriser la prospérité commune, d’assurer l’équité, la justice et la stabilité sociale.