Commentaires

Améliorer la distribution des revenus grâce à la politique monétaire

Publié le:2014-02-17 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Wang Xu, Li Jianyong | Source:Quotidien Guangming (25 janvier 2014, page 7)

  Le système de répartition des revenus regroupe des dispositions institutionnelles fondamentales et radicales au sein du développement économique. En raison de la structure économique de la période de transition, la distribution du revenu national tend à privilégier les entreprises, tandis que la proportion du revenu disponible par habitant ne cesse de baisser. Avec de nombreux besoins d’épargne préventive pour la retraite, le logement et l’éducation des enfants, ainsi que l’incertitude de la croissance économique, le taux d’épargne des habitants grimpe inlassablement. La distribution déséquilibrée du revenu national devient plus saillante de jour en jour, ce qui mène non seulement à une faible demande des consommateurs, mais aussi à une structure économique marquée par une croissance dépendant excessivement de la demande extérieure.

  Avec le ralentissement de la croissance économique mondiale et la réduction de la demande extérieure, la demande intérieure ne parvient pas à absorber la surcapacité de production. Le maintien à long terme de cette structure déséquilibrée entrave la croissance durable de l’économie chinoise. Pour maintenir une croissance économique à long terme, il faut changer la structure de demande, accroître la demande intérieure, c’est-à-dire augmenter le revenu disponible des habitants et diminuer les motifs d’épargne préventive. Si la structure de demande reste en déséquilibre, en cas de baisse de la demande extérieure, qui mène à la stagnation de la production des entreprises chinoises, trouver un emploi et obtenir un revenu deviendra difficile. Par conséquent, l’amélioration de la structure de demande favorise le réajustement de la structure de répartition des revenus.

Il est difficile de changer les motifs d’épargne préventive des habitants à l’aide seulement des moyens politiques traditionnels pour contrôler directement la répartition des revenus. C’est pourquoi il est difficile de résoudre le déséquilibre entre la répartition des revenus et la structure de la demande. Nous estimons qu’il faut améliorer la structure de la demande à partir de la politique monétaire. L’impact du réajustement structurel de la politique sur la répartition du revenu national est la suivante : grâce aux effets du réajustement structurel de la politique monétaire, nous pouvons, après avoir réajusté la structure de demande, multiplier les canaux d’acquisition de revenus, baisser l’épargne préventive des habitants pour que la distribution du revenu national privilégie les habitants au lieu des entreprises. 

revenus et la baisse du taux d’épargne, nous pouvons accroître les revenus et la consommation des habitants. Après avoir augmenté la demande dans l’économie réelle, nous mènerons une politique monétaire traditionnelle, afin de réduire la demande d’investissement et d’encourager l’amélioration de la structure de demande intérieure dans l’investissement et la consommation. En un mot, cela marque une interaction entre la structure de demande et celle de la répartition des revenus grâce aux effets du réajustement structurel de la politique monétaire.

Les effets du réajustement structurel de la politique monétaire peuvent être divisés entre la structure industrielle, la structure de consommation et l’emploi.

L’effet de la structure industrielle consiste en une politique monétaire qui exerce une influence sur le taux d’épargne et la tendance à l’épargne, ainsi que sur la mise en forme du capital par des moyens financiers tels que le réajustement du taux d’intérêt. La mise en forme du capital influence la répartition des revenus et la structure de demande par le renouvellement industriel et l’emploi. La mise en valeur de l’effet de la structure industrielle a deux voies : premièrement, soutenir et subventionner de manière sélective les industries par une politique de crédit ou des agences financières, et orienter le développement industriel ; deuxièmement, la politique du taux d’intérêt influence la mise en forme du capital, la réaction des secteurs devant le taux est différente, la politique du taux d’intérêt peut mener à une réaction différenciée sectorielle, voire industrielle.

L’effet sur la consommation de la politique monétaire réside dans une politique monétaire qui influence la structure et le prix des actifs financiers, ainsi que la valeur des actifs accumulés par les individus, dont le changement mène à celui du choix de consommation. De plus, l’impact de la politique monétaire sur les attentes des individus fera avancer l’inflation prévue, ce qui influencera la tendance à l’épargne et à la consommation des habitants. L’impact de la politique monétaire sur la consommation dépend également de plusieurs facteurs. Premièrement, les habitants obtiennent une nouvelle capacité dans le crédit à consommation. La croissance de celui-ci mène à l’augmentation de la demande, tandis que l’obtention de crédit à consommation est différente selon les individus. Par conséquent, le réajustement de la politique de crédit conduira à des changements dans la consommation. Deuxièmement, l’élasticité de la consommation des citadins et celle des ruraux sont différentes. À la campagne, les fluctuations de l’économie réelle sont grandes et celles de l’économie monétaire sont petites. La part de la consommation en besoins primaires des ruraux est plus haute que celle des citadins, tandis que la consommation secondaire des citadins est relativement élevée. L’impact du réajustement de la politique monétaire sur les ruraux sera donc moins important que sur les citadins.

L’effet sur l’emploi de la politique monétaire consiste à la création par cette politique d’emplois qui contribuent à réduire le fossé entre riches et pauvres. Les fonds de crédit issus de la politique monétaire entrant dans l’économie réelle encouragent le développement des entreprises privées et des PME, créent davantage de sorties, font progresser la croissance de l’économie réelle, stimulent la demande des consommateurs, améliorent la répartition des revenus, et mettent en valeur l’effet sur l’emploi de la politique monétaire. Grâce à l’orientation des deux possibilités susmentionnées, on peut améliorer la répartition des revenus et stimuler la demande de consommation. Voici les deux possibilités de l’impact de la politique monétaire sur l’emploi : d’abord, via la sortie, l’extension de la politique monétaire conduira à des changements de prix, favorisera la croissance économique du pays, l’augmentation de l’internationalisation des entreprises, ainsi qu’à la dévaluation de la monnaie qui encouragera l’augmentation de la production des entreprises tournées vers l’exportation.

Cependant, la hausse du prix nominal des produits réduira la demande des consommateurs. Le changement de la demande du producteur et de celle du consommateur ne peut être déterminé, provoquant ainsi l’incertitude sur l’emploi. Ensuite, par la voie des flux de crédit, d’une part, à cause de la sensibilité différente devant le taux d’intérêt, l’investissement des facteurs dans chaque secteur est différent. Les flux financiers mèneront au remplacement de la main-d’œuvre par le capital et le progrès technique et à la baisse du taux d’actifs occupés. D’autre part, les flux financiers créeront davantage de capacités de production, apporteront une croissance de la demande en main-d’œuvre et du taux d’actifs occupés. L’impact des flux financiers sur l’emploi n’est pas certain.


En conséquence, l’impact et le changement des effets de la structure industrielle, de la structure de la consommation et de l’emploi sur la consommation des habitants reflètent l’influence de la politique monétaire sur la répartition des revenus. L’orientation raisonnable de ces trois effets contribuera à améliorer la structure de la demande en Chine pour que la répartition des revenus stimule la croissance économique. Cependant, cela ne marque pas une attention envers l’effet structurel de la politique monétaire en négligeant le rôle des autres politiques. Dans le futur réajustement politique, il faut non seulement tenir compte du rôle de la politique monétaire dans le réajustement de la structure économique, mais aussi faire jouer le rôle d’appui entre la politique financière et les autres politiques. La mise en vigueur des politiques industrielle, monétaire et de redistribution peut d’une part accroître les revenus et améliorer la tendance à la consommation et d’autre part, soutenir le développement du secteur tertiaire et du marché financier, ainsi que multiplier les canaux d’acquisition des revenus. L’augmentation des revenus et l’amélioration de la structure de la demande perfectionneront et réajusteront la répartition des revenus entre les habitants et les entreprises, tout en encourageant l’interaction entre la structure de la demande et la répartition des revenus et leur amélioration.