Commentaires

La mise en forme d’un mécanisme permanent pour éliminer la surcapacité de production

Publié le:2014-04-22 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Cao Jianhai | Source:Quotidien du Peuple, le 31 mars 2014, page 7

Ces dernières années, la surcapacité de production est devenue un problème endémique du développement économique chinois. Le PCC a proposé dans la Décision prise lors de la 3e session plénière du XVIIIe Comité central de mettre en place un mécanisme permanent visant à prévenir et éliminer la surcapacité de production et de le perfectionner, à augmenter la proportion des indices, notamment celle de la surcapacité de production dans le système de contrôle des réalisations. La solution doit partir de la source qui mène à la surcapacité et établir un mécanisme permanent pour prévenir et éliminer le problème.

Depuis la réforme et l’ouverture, la Chine a connu trois périodes de surcapacité de production relativement graves, qui ont porté atteinte à l’économie, à la finance et à l’environnement, ont exercé une influence sur la qualité de la croissance économique, ont élevé le degré de difficulté de la restauration économique et de la montée en gamme des industries, et ont parfois même détérioré la stabilité dans la société. Les causes de la mise en forme de la surcapacité de production sont relativement complexes ; elles comprennent la structure économique irrationnelle, la proportion inadéquate de l’investissement et de la consommation et la politique industrielle implicite. L’élimination de la surcapacité de production consiste à mettre en forme un mécanisme permanent afin de faire jouer le rôle dominant du marché dans la distribution des ressources.

S’efforcer de réajuster la structure de la demande globale. La demande globale de la société est composée de la demande en investissement et en consommation. La structure de la demande détermine la structure industrielle. L’élimination de la surcapacité de production et la restauration industrielle ont pour condition préalable le réajustement de la structure de la demande. Il faut ainsi augmenter par étapes la part de la consommation et baisser la part de l’investissement, créer un environnement favorable pour l’élimination de la surcapacité de production causée par la demande en investissement, ainsi que pour la promotion de la transformation et de la montée en gamme des industries, encourager la transformation des secteurs marqués par la surcapacité de production vers les domaines de la production des biens de consommation et des services ou la montée en gamme de ces secteurs.

Perfectionner le système de marché. Le point clé réside dans l’approfondissement de la réforme des industries de base et du marché des facteurs de production tels que les terres, les ressources minières, la main-d’œuvre et la finance, afin de mettre pleinement en valeur le rôle décisif du marché dans la distribution des ressources. Du point de vue de l’orientation de la réforme future, la réforme des industries de base consiste à assouplir les conditions de l’accès au marché et à mettre en forme une structure de marché concurrentielle, parallèlement au contrôle efficace dans le chaînon des monopoles naturels. La réforme du marché des terres consiste à établir un système agraire caractérisé par l’égalité des droits des terres publiques et des terrains constructibles des collectivités rurales, l’unification du marché et le partage équitable du rendement issu de la valeur ajoutée. La réforme du marché financier doit viser l’assouplissement de l’accès aux établissements financiers, promouvoir la libéralisation des taux d’intérêt, créer un marché de capitaux à tous les niveaux, renforcer le soutien du marché financier aux PME et la réorganisation des droits de propriété, intensifier la compétitivité et l’efficacité des économies réelles.

Assouplir l’accès au marché. Créer un environnement de marché marqué par la concurrence équitable entre les entreprises publiques et les entreprises privées, mettre pleinement en valeur le rôle du mécanisme microéconomique des entreprises et le rôle des entrepreneurs. Accélérer la simplification des structures administratives et la décentralisation des pouvoirs de décision, libéraliser la microéconomie, créer des conditions favorables à la concurrence loyale sur le marché. Encourager l’approfondissement de la réforme dans les entreprises publiques, notamment la séparation complète du pouvoir de gestion des entreprises d’avec celui de propriété des biens d’État. La concurrence loyale entre les entreprises sur le marché et la sélection par élimination forment les bases de l’innovation et du développement des entreprises et également celles de l’élimination de la surcapacité de production.

La réforme des systèmes financier et fiscal et de la structure fiscale. Optimiser le système de contrôle des réalisations gouvernementales, encourager la transparence des finances locales, promouvoir la transformation des autorités locales vers une administration au service de la société. La réforme des systèmes financier et fiscal doit favoriser la redistribution financière par l’optimisation et le réajustement des pouvoirs, pousser vers l’avant l’édification de principaux impôts locaux, dont l’impôt sur la propriété immobilière et la taxe de consommation, et instaurer une taxe environnementale. Changer le mode d’appel de fonds et l’importance excessive accordée au développement industriel des autorités locales. Perfectionner le régime comptable gouvernemental, établir le bilan du gouvernement, renforcer la transparence du financement local, restreindre l’envergure des emprunts locaux. Promouvoir la réforme de la transparence financière et fiscale des autorités locales, encourager la concentration des efforts des autorités locales dans la création d’un environnement agréable et l’offre de services publics.

Perfectionner le système de droit de propriété en termes de ressources et d’environnement. Réformer le système d’administration de la protection environnementale, empêcher le développement excessif des secteurs énergivores, hautement polluants et de niveau bas. Rédiger le bilan des ressources et de l’environnement, préciser les normes de mesure de la capacité d’adaptation des ressources et de l’environnement, mettre sur pied des lignes rouges pour la protection écologique. Réaliser un contrôle des cadres lors de leur départ définitif de leurs postes en matière des ressources et de l’environnement, établir un système de poursuite à vie de la responsabilité pour les détériorations. Introduire un mécanisme libéralisé de promotion de la protection environnementale, mettre en application le paiement pour l’utilisation des ressources et le principe dit veut que celui qui détériore l’environnement paie pour les dommages, augmenter le coût de production et d’exploitation des entreprises, ainsi que celui des ressources et de l’environnement. Encourager la mise en place un mécanisme de coopération entre les régions portant sur la réduction des émissions polluantes, ainsi que des systèmes d’échange tels que l’économie d’énergie, les droits d’émission de CO2, les droits d’émission de polluants et les droits sur l’eau. Perfectionner le mécanisme de compensation écologique et de paiement écologique entre les régions.