Commentaires

L’APEC à Beijing, le jalon du partenariat dans la région Asie-Pacifique

Publié le:2014-12-16 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:WANG Yi | Source:Qiushi, N˚22, 2014

  Du 10 au 11 novembre, la 22e réunion informelle des dirigeants de l’APEC s’est tenue à Beijing. Les regards du monde entier se sont concentrés encore une fois sur l’Asie-Pacifique, sur la Chine, sur Beijing. Réunissant les autres dirigeants et les représentants des pays membres de l’APEC au bord du Lac Yanqi, le Président Xi Jinping a ouvert des discussions au sujet de la perspective de l’APEC et du grand projet du développement de l’Asie-Pacifique. Cette réunion harmonieuse a porté ses fruits et a présenté la confiance, l’ambition et la résolution de toutes les parts de promouvoir la coopération Asie-Pacifique, révélant aussi la capacité excellente des dirigeants chinois dans la diplomatie bilatérale et multilatérale, et le rôle d’un grand pays responsable et actif dans ses participations aux affaires régionales et internationales. La communauté internationale accorde une haute appréciation à cette réunion à Beijing et la considère comme un événement d’importance historique qui se sert de lien entre le passé et l’avenir et qui nous laisse une impression riante et profonde.

  1. L’APEC est cruciale pour le monde et l’Asie-Pacifique donc le monde est plein d’attentes pour cette réunion à Beijing.

  Cette année marque le 25ème anniversaire de la création de l’APEC. Il y a 25 ans, 12 pays de l’Asie-Pacifique ont créé ce nouveau mécanisme multilatéral, liant les pays côtiers de l’Océan Pacifique, abouchant les entités économique émergeantes et développées, permettant à « l’Asie-Pacifique » de transformer d’un concept géographique en organisation de coopération d’importance majeure dans le monde entier. En 2013, l’APEC englobe 40% de la population mondiale et représente 57% du PIB mondial et 46% du commerce mondial. 9 des 20 premières entités économiques du monde sont des pays membres de l’APEC. L’Asie-Pacifique, une entité économique qui est la plus dynamique et qui possède le plus grand potentiel du développement, est considérée par tout le monde comme le moteur du développement économique mondial.

  L’APEC a inauguré un nouveau chapitre de la coopération économique régionale dans le monde entier. Depuis 25 ans, le nombre des entités économiques de l’APEC s’est élevé à 21, élevant ainsi l’APEC du niveau ministériel au niveau dirigeant et faisant de l’APEC un mécanisme de coopération le plus étendu, le plus représentatif et de plus haut niveau de cette région. Depuis la publication de la « Déclaration de Bogor » il y a 20 ans, dans la région Asie-Pacifique, le tarif douanier moyen a diminué de 12%, le volume du commerce s’est multiplié par huit et beaucoup de progrès nets ont été enregistrés dans la libéralisation du commerce et de l’investissement. Avec presque 200 programmes pratiques de coopération dans 30 domaines chaque année, L’APEC joue un rôle très important pour promouvoir la coopération économique régionale et elle aide également les pays en voie de développement à renforcer l’édification des capacités économiques.

  Basé sur les principes de coopération de l’indépendance, du libre consentement, du consensus par la voie de négociation, l’APEC œuvre à cultiver un esprit de la communauté de destin et de la grande famille Asie-Pacifique. En s’appuyant sur « deux roue motrices » à savoir la libéralisation de l’investissement commercial et la coopération économique et technologique, l’APEC encourage l’interconnexion, la coopération des chaînes de valeur globale et des chaînes d’approvisionnement afin de se placer au premier rang dans la recherche des thèmes avancés de l’économie mondiale et d’offrir de nouvelles perspectives à l’intégration régionale. Pendant les 25 années écoulées depuis la création de l’APEC, des mécanismes de coopération régionale complémentaires poussent comme des champignons, formant avec l’APEC un réseau de coopération très vivant et inclusif.

  Le monde d’aujourd’hui éprouve une nouvelle vague de bouleversements et des sujets brûlants surgissent sans cesse. Pour réaliser la reprise économique, nous avons un long chemin à parcourir. La stabilité dans son ensemble et le dynamisme économique de la région Asie-Pacifique constituent des bases de la stabilité et de la prospérité du monde. Pourtant, la région Asie-Pacifique est confrontée à des défis et à des risques, par exemple, les tâches sont lourdes pour de nombreuses entités économiques dans la transformation, la montée en gamme et la restructuration économiques; certains sont obligés de faire face à des pièges du revenu intermédiaire. L’APEC a témoigné des succès historiques du développement de la région Asie-Pacifique et en contrepartie, cette dernière attend que l’APEC puisse se charger de nouvelles missions historiques. Avec la confiance mutuelle, l’inclusion, la coopération et le gagnant-gagnant, en saisissant fermement les opportunités de développement et en bien résolvant les défis et les différends, toutes les parts de l’Asie-Pacifique devront porter la coopération Asie-Pacifique à un niveau plus élevé.

  2. L’APEC et la Chine ont besoin l’une de l’autre.

  L’APEC a inauguré une nouvelle ère dans les relations entre la Chine et l’Asie-Pacifique. L’adhésion de la Chine à l’APEC en 1991 a été enregistrée comme un grand événement dans l’ouverture de la Chine vers l’extérieur et dans le processus du développement de l’APEC. Dès lors, la Chine accélère son intégration à l’APEC et en 2001, la Chine a organisé avec succès une réunion de l’APEC à Shanghai. En 2013, huit de dix plus grands partenaires commerciaux de la Chine sont les pays membres de l’APEC; le volume commercial entre la Chine et les pays de l’APEC occupe 60% du commerce extérieur total de la Chine; 83% des capitaux étrangers réellement utilisés par la Chine et 69% des investissements à l’étranger de la Chine se déroulent avec les pays membres de l’APEC.

  En même temps, l’Asie-Pacifique et l’APEC attachent également une importance accrue à la Chine. En 1989 où l’APEC a été créée, le PIB et le volume commercial de la Chine ne représente que 2,4% et 1,6% du monde tandis qu’en 2013, ils s’élèvent respectivement à 12,7% et à 10%. La Chine est déjà devenue le plus grand partenaire commercial d’un grand nombre de pays membres de l’APEC et le pays originaire majeur pour des investissements directs et des touristes. D’après FMI, plus de la moitié de la croissance économique de l’Asie a été contribuée par la Chine. 1% de la croissance économique de la Chine implique 0,3% de celle de l’Asie. La Chine et l’Asie-Pacifique ont formé une communauté de destin pour le meilleur et le pire.

  Au cours de l’année écoulée, la Chine a intensifié ses contacts avec les autres membres de l’APEC pour concevoir soigneusement les thèmes, les sujets et prévoir les résultats possibles de la réunion à Beijing. La Chine a émis la voix chinoise, a proposé des plans à la chinoise en contribuant la sagesse des Chinois. Pendant cette réunion de l’APEC à Beijing, parmi une centaine de nouvelles propositions de coopération, celles présentées par la Chine ont dépassé la moitié. Insistant sur la démocratie, la transparence et la négociation suffisante, la Chine a fixé « Façonner le futur à travers le partenariat de l’Asie-Pacifique » comme thème et a choisit trois sujets majeurs à savoir « promouvoir l’intégration économique régionale » « faire avancer le développement innovant, la réforme et la croissance de l’économie » et « renforcer sur tous plans la construction des infrastructures et de l’interconnexion ». Ces conceptions se conformant à la tendance du développement économique de l’Asie-pacifique et du monde et répondant aux besoins communs des pays de l’Asie-Pacifique ont été bien accueillies et soutenues par les membres de l’APEC.

  3. La réunion de l’APEC à Beijing a atteint trois objectifs : façonner le futur à travers le partenariat de l’Asie-Pacifique, créer ensemble un paysage ouvert de l’économie Asie-Pacifique et planifier conjointement l’orientation du développement futur.

  Cette réunion a publié une série de propositions importantes de coopération dont « la Déclaration des dirigeants économiques de la 22e réunion informelle de l’APEC ---- Agenda de Beijing : pour une région Asie-Pacifique intégrée, innovante et interconnectée » et « la Déclaration du 25e anniversaire de l’APEC ---- Façonner le futur à travers le partenariat de l’Asie-Pacifique ». Les fruits détaillés sont les suivants :

  D’abord, démarrer le processus de la Zone de libre-échange Asie-Pacifique (ZLEAP) afin de piloter la coopération Asie-Pacifique à l’époque du post-Bogor. la création de ZLEAP est depuis longtemps un consensus et une vision partagée par les dirigeants de l’APEC, car elle facilite la restructuration des mécanismes bilatéraux et multilatéraux et réduit autant que possible les risques apportés par l’enchevêtrement et le morcellement des projets d’arrangements au sein de la zone de l’Asie-Pacifique. À travers les coordinations entre la Chine et les autres membres de l’APEC, cette réunion à Beijing a adopté une « Feuille de route pour promouvoir le processus de la ZLEAP » et est parvenue à un consensus important sur le lancement de ZLEAP, lançant un signal net de l’élévation du niveau de l’intégration régionale et indiquant ainsi la bonne direction du développement pour l’APEC après l’accomplissement des objectifs de Bogor en 2020.

  Deuxièmement, parvenir à un consensus sur le développement économique innovant, la réforme et la croissance afin de trouver de nouvelles forces motrices pour le développement de l’Asie-Pacifique. Les tâches communes des membres de l’APEC sont de transformer le modèle de l’économie, de restructurer la structure économique, de stabiliser la croissance et de promouvoir la réforme. Pendant la réunion à Beijing, on a discuté profondément sur les cinq piliers à savoir la réforme économique, la nouvelle économie, la croissance innovante, le soutien élargi et l’urbanisation; on a approfondit la coopération dans les domaines avancés contenant tel que le dépassement du piège du revenu intermédiaire, l’économie sur Internet, l’urbanisation et l’économie bleue. Cette réunion a établit et adopté un « Consensus sur le développement économique innovant, la réforme et la croissance de l’APEC » et « le Plan stratégique de l’APEC pour promouvoir le développement de la Chaîne de valeur mondiale et de la coopération », guidant la tendance de l’époque, élargissant les domaines de coopération et exerçant des influences profondes sur les idées et les modèles du développement de l’Asie-Pacifique. « Déclaration de Beijing sur la lutte contre la corruption » est le premier document international anti-corruption proposé et rédigé par la Chine et ayant été adopté à l’APEC, ce qui a établi comme prévu un réseau de coopération de l’APEC pour lutter contre la corruption, a promu la coopération internationale pour rechercher les biens volés et a offert une garantie pour la croissance économique de l’Asie-Pacifique.

  Troisièmement, mettre l’accent sur le développement coordonné afin de construire un nouveau paysage de l’interconnexion Asie-Pacifique tous azimuts, à tous niveaux et dans tous les domaines. En vue d’établir une nouvelle disposition de l’Asie-Pacifique marquée par le développement dans l’innovation, la croissance dans la coordination et l’intégration des intérêts, la réunion à Beijing a adopté « Plan de l’interconnexion de l’APEC », offrant une garantie pour le développement à long terme de l’Asie-Pacifique et renforçant son rôle de force motrice pour la croissance mondiale. C’est le premier plan de l’interconnexion proposé et rédigé par la Chine et ayant obtenu l’approbation à l’APEC. Ce plan a fixé un objectif à long terme : la réalisation des échanges et des interconnexions des matériels, des immatériels et des personnels au sein de l’APEC avant 2025.

  Avant la réunion de l’APEC à Beijing, la Chine a organisé un « dialogue pour renforcer le partenariat et l’interconnexion », en invitant des dirigeants des pays voisins amicaux hors de l’APEC et des responsables d’organisations internationales. Le président chinois Xi Jinping, en présentant intégralement la position chinoise dans la promotion de la construction de l’interconnexion et d’« une ceinture, une route », a déclaré la création d’un fonds pour la Route de la Soie, ce qui a trouvé un écho très favorable des toutes les parties présentes de sorte que cette réunion a publié un « Communiqué de presse conjoint ». Ce dialogue est un libre choix de la Chine, le pays hôte de cette réunion de l’APEC. Doté de clairvoyance, précisément orienté et convenablement conduit, ce dialogue incarne le rôle de leader de la Chine dans l’interconnexion et dans la construction de « la Ceinture économique de la Route de la Soie» et de « la Route de la Soie maritime», qui constitue non seulement un soutien, une base et un complément de la réunion de l’APEC, il met aussi en pratique les principes de la diplomatie voisine chinoise insistant sur l’amitié, l’honnêteté, les bénéfices mutuels et l’inclusion.

  4. Cette réunion de l’APEC à Beijing est une pratique très importante de la diplomatie à la chinoise et va promouvoir davantage la réforme et l’ouverture de la Chine.

  En tant qu’un des membres importants de la grande famille Asie-Pacifique, la Chine assume toujours la responsabilité de promouvoir la prospérité et le développement de l’Asie-Pacifique et s’efforce de jouer un rôle constructif dans les affaires régionales. Le comité central du PCC à la tête duquel le Secrétaire général Xi Jinping, en continuant les politiques diplomatiques de base et en héritant l’excellente tradition, cherche encore plus activement à réaliser la libre transformation des opportunités chinoises en opportunités du monde et vice versa et à jouer le rôle du grand pays responsable dans les affaires internationales et régionales. Ce sont les caractéristiques marquantes de la diplomatie chinoise dans le nouveau contexte et c’est aussi l’orientation fondamentale des politiques diplomatiques chinoise de l’Asie-Pacifique.

  La Chine s’efforce de construire une nouvelle région Asie-Pacifique marquée par la paix et la stabilité parce que la Chine se trouve dans l’Asie-Pacifique dont la situation est étroitement liée aux intérêts de la Chine. Pour maintenir la paix et la stabilité dans cette région, nous avons avancé la notion qui est la construction d’un nouveau type de relations entre les États-Unis et la Chine, tout en préconisant un modèle de relation sans conflit ni confrontation, basé sur le respect mutuel, la coopération et l’esprit gagnant-gagnant. On encourage un concept de sécurité asiatique partagé, intégré, coordonné et durable; on espère construire un cadre de coopération en sécurité qui correspond au besoin de la région, et qui est bien reçu par tous les pays membres ainsi que caractérisé par l’ouverture et la stabilité; on œuvre à la résolution pacifique des sujets brûlants en proposant le multilatéralisme et en appliquant le droit international, par exemple, on a organisé la quatrième réunion des ministres des affaires étrangères sur le problème d’Afghanistan et le processus d’Istanbul pendant laquelle on a publié la « Déclaration de Beijing ».

  La Chine s’efforce de construire une nouvelle région Asie-Pacifique marquée par la coopération et la prospérité. Le développement de la Chine a profité beaucoup de la prospérité et la stabilité de l’Asie-Pacifique et en contrepartie, la Chine voudrait que les fruits de son développement puissent profiter davantage aux pays voisins. Dans ce but, nous continuons d’approfondir sans cesse la coopération basée sur les bénéfices mutuels avec les autres pays de l’Asie-Pacifique et de créer avec eux un réseau plus étroit des intérêts communs. On va combiner le développement intérieur avec l’ouverture à l’extérieur, nos propres intérêts avec les intérêts communs des membres de l’APEC. Pendant ces dernières années, la Chine est toujours le participant important et le contribuant actif que ce soit dans le système « 10+1 » « 10+3 », ou au somment de l’Asie de l’Est ou dans le mécanisme de coopération GMS.

  La Chine s’efforce de construire une nouvelle région Asie-Pacifique marquée par l’ouverture et l’inclusion. Pendant la troisième session plénière de la 18e Comité central du PCC, on a proposé d’établir un nouveau système économique ouvert, de multiplier les intérêts communs avec les autres pays et les autres régions et d’accélérer l’application de la Zone de libre-échange. En plus de s’ouvrir davantage, la Chine s’efforce de maintenir et de développer une économie ouverte du monde et de l’Asie-Pacifique. On souhaite que toutes les parts de l’Asie-Pacifique insistent sur la politique de l’ouverture régionale. On soutient l’ASEAN pour qu’elle joue un rôle dominant dans la coopération régionale et on invite les pays hors de la région à jouer un rôle constructif dans cette région. Depuis l’année dernière, Xi Jinping, en représentant la Chine, propose sur la coopération avec l’étranger une série d’idées dont la construction de la Ceinture de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du 21e siècle, la création d’une banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, la fondation d’un fonds pour la Route de la Soie. Les pays voisins et les membres de l’Asie-Pacifique seront les majeurs partenaires de la Chine et ils seront aussi les premiers à en profiter. Au lieu de concurrencer avec tous les mécanismes existants dont l’APEC, tous ces mécanismes seront tout à fait ouverts, complémentaires de ces premiers et voués à améliorer davantage le réseau de coopération dans l’Asie-Pacifique en offrant de nouvelles forces motrices à la prospérité continue et le développement de l’Asie-Pacifique.

  Cette année marque le début de l’approfondissement global des réformes du pays. La réunion de l’APEC à Beijing présente sur tous plans les fruits de la réforme et de l’ouverture de la Chine, réalisant ainsi l’interaction entre la Chine et la société internationale en matière de réforme, d’ouverture, d’innovation, de croissance, etc. La résolution, l’ampleur et les fruits d’un nouveau cycle de réforme de la Chine jettent une base solide pour l’organisation de la réunion à Beijing et les propositions des idées concernées, ce qui est une pratique réussie dans la transformation de la puissance économique qui s’agrandit chaque jour davantage en influence sur l’extérieur et en capacité de façonner le système. En contrepartie, les discussions entre les membres de l’APEC au sujet de l’innovation, de la réforme et de la croissance, les projets sur la coopération future, et la participation en profondeur de la Chine au développement de l’APEC offrent un soutien et des aides à la réforme et à l’ouverture plus approfondies de la Chine. La Chine et l’APEC vont se développer conjointement et progresser ensemble !

  (Wang Yi, Ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine)