Commentaires

Les dix points chauds académiques de la Chine de 2014

Publié le:2015-02-15 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:Quotidien Guangming le 14 janvier 2015

  N˚1  L’éducation et la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme

  Justification du choix : La recherche sur le système des valeurs essentielles du socialisme et sur les valeurs essentielles du socialisme est toujours une grande question théorique et pratique qui attire ces dernières années beaucoup d’attention des milieux intellectuels. La recherche de l’année 2014 se concentre principalement sur « l’éducation et la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme » qui se déroule dans les aspects suivants : 1. analyser la connotation des valeurs essentielles du socialisme, y compris comment les valeurs essentielles du socialisme incarnent les propriétés essentielles du socialisme, les relations entre le système des valeurs essentielles du socialisme et les valeurs essentielles du socialisme, l’interprétation de « trois préconisations » et en particulier l’analyse des relations entre les valeurs essentielles du socialisme et les valeurs traditionnelles ou les valeurs essentielles du capitalisme. 2. la signification de l’éducation et de la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme consiste à offrir un support sur le plan des valeurs au rêve chinois, à orienter les pensées dans une bonne direction, à déterminer les valeurs dans tous les domaines sociaux et à promouvoir la modernisation du système et de la capacité de la gouvernance de l’État. 3. les moyens de l’éducation et de la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme comprennent : la diffusion et l’orientation, à savoir qu’il faut particulièrement promouvoir et développer la signification positive de la culture traditionnelle dans l’éducation des valeurs essentielles du socialisme; l’édification du système, à savoir que les valeurs essentielles du socialisme doivent entrer dans les règlements de tous les métiers; l’éducation individuelle, à savoir qu’il faut dans les cours idéologiques et politiques profiter de nouveaux médias et découvrir les méthodes d’enseignements qui se conforment au mode de pensée des jeunesses.

  ● Remarques de l’expert :

  Dans l’année écoulée, une grande quantité de fruits très importants et influents au sujet de l’éducation et la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme ont vu le jour et ont provoqué une forte réaction sociale. Pourtant, dans l’ensemble, il nous reste encore un long chemin à parcourir pour approfondir et développer nos études sur les valeurs essentielles du socialisme. Les milieux intellectuels doivent mettre en valeur les études interdisciplinaires en combinant la théorie et la pratique, la tradition et la réalité. Il faut encore se baser sur les besoins objectifs de l’édification du socialisme à la chinoise, découvrir d’une manière approfondie les ressources culturelles des traditions d’excellence chinoises que recèlent les valeurs essentielles du socialisme et emprunter activement aux pays étrangers les civilisations excellentes dans le but de révéler scientifiquement les exigences essentielles posées par le concept de base des valeurs essentielles du socialisme et d’offrir des principes fondamentaux et des exigences détaillées pour l’éducation et la mise en pratique des valeurs essentielles du socialisme. C’est une grande question théorique et pratique qui demande une solution prompte pour approfondir les études sur les valeurs essentielles du socialisme.

  (Commentateur: Wu Qiantao, professeur de la faculté de marxisme de l’Université Tsinghua)

  N˚2  L’État de droit et la modernisation de la gouvernance de l’État

  Justification du choix : La 3e session plénière du Comité central du 18e congrès du PCC a fixé l’objectif principal des réformes, à savoir qu’« améliorer et développer le système du socialisme à la chinoise, promouvoir la modernisation du système et de la capacité de la gouvernance de l’État ». La 4e session plénière a disposé un plan important pour avancer sur tous les plans la gouvernance par la loi. En 2014, les discussions et les recherches autour de l’État de droit et la modernisation de la gouvernance de l’État sont devenues un des sujets brûlants. Les experts ont publié un grand nombre d’articles qui se concentrent principalement sur les aspects ci-dessous : 1. mettre en ordre l’histoire académique des théories de la « gouvernance » et interpréter leur connotation. On met l’accent sur la pluralité de la participation des sujets de gouvernance, sur l’importance de la loi dans le mécanisme de gouvernance, sur la raison dans les conceptions de gouvernance et sur le caractère public des objets de la gouvernance. 2. Quant à la connotation de la « gouvernance de l’État », les recherches académiques mettent l’accent sur de différents aspects, l’un sur une gouvernance autonome de la société et l’autre sur une gouvernance dirigée par l’État; un plus grand nombre d’experts indiquent que dans cet objectif principal, la gouvernance de l’État est en effet la consultation et la coopération entre l’État et la société et sous la direction de l’État. 3. la modernisation de la gouvernance de l’État comprend deux parties : la modernisation du système de la gouvernance de l’État et la modernisation de la capacité de la gouvernance de l’État. La première signifie le système du socialisme à la chinoise et la dernière la capacité d’exécution. Les deux composent un ensemble indivisible. 4. la gouvernance par la loi peut assurer effectivement la modernisation du système et de la capacité de la gouvernance de l’État : l’accent sur la gouvernance par la loi demande d’exercer le pouvoir dans le respect de la loi, d’administrer selon la loi, de réaliser la participation organisée du peuple à la législation et d’édifier la culture de loi; faire des recherches sur les relations dialectiques entre la gouvernance par la loi et l’adhésion à la direction du Parti et le rôle du peuple dans les affaires de l’État; mettre en évidence le rôle fondamental de la « gouvernance en vertu de la Constitution » dans la gouvernance de l’État.

  ● Remarques de l’expert :

  Les questions de l’État de droit et de la modernisation de la gouvernance de l’État ont attiré beaucoup d’attention des milieux intellectuels. D’un côté, la gouvernance en vertu de la loi est une condition nécessaire pour améliorer le système de la gouvernance de l’État et promouvoir la modernisation de la gouvernance de l’État, et aussi une partie nécessaire du système de la gouvernance de l’État. D’un autre côté, la question de l’État de droit n’est pas seulement une question qui concerne le domaine du droit, de plus le domaine de la politique, et aussi une question ayant besoin d’une grande préoccupation des domaines de l’économie, de la société, de la gouvernance publique, etc. Pour le moment et dans une période future, une série de questions autour de la gouvernance par la loi deviendront probablement de nouveaux sujets brûlants des recherches, par exemple, la gouvernance par la loi et la gouvernance par l’homme, la gouvernance par la loi et la gouvernance par la moralité, la démocratie et le droit, etc.

  (Commentateur: Sang Yucheng,professeur de l’Association des sciences sociales de Shanghai)

  N˚3  Décrypter le confucianisme à la lumière de la philosophie politique

  Justification du choix : Quelles ressources de pensée peut-on puiser dans les traditions confucéennes pour concevoir le système d’aujourd’hui? L’interprétation de la philosophie politique du confucianisme est un des sujets brûlants académiques de l’année 2014. Actuellement, les recherches chinoises sur ce sujet se concentrent principalement sur les aspects suivants : 1. construire la philosophie politique du confucianisme, ce qui s’articule principalement autour de la qualité, la mission, la conception et la méthode de la philosophie politique du confucianisme. 2. interpréter l’éthique confucéenne sur le plan politique, ce qui a étudié de manière approfondie l’interaction entre la politique éthique et l’éthique politique du confucianisme ainsi que des conceptions fondamentales, par exemple, « le peuple consiste à la racine de l’État » , « gouverner l’État par la moralité », « respecter les vertueux et nommer les capables », « gouverner l’État avec diligence et sans corruption », etc. 3. interpréter les classiques confucéennes d’un point de vue de la philosophie politique. Les recherches dans cet aspect ont étudié en profondeur les pensées politiques dans les classiques comme Livre de l’histoire et Annales des Printemps et Automnes. 4. analyser en vertu de la philosophie politique et commenter des doctrines des penseurs de toutes les dynasties dans l’histoire chinoise, particulièrement celles de Confucius, Mencius, Xun-zi, Dong Zhongshu, Cheng Hao, Cheng Yi, Zhu Xi, etc. 5. discuter les relations entre les pensées confucéennes, la forme politique idéale et la gouvernance sociale, ce qui se concentre principalement sur la signification moderne de l’idéal politique « Wang dao (gouverner l’État par la moralité et la bonté)» et sur les relations entre les pensées confucéennes et la construction de l’ordre international.

  ● Remarques de l’expert :

  Actuellement, les résultats innovants des recherches sur le confucianisme semblent bien loin de satisfaire les besoins réels de résoudre les problèmes contemporains, en particulier loin de combiner les principes du confucianisme avec les sciences sociales et les politiques sociales. Ces problèmes restent à résoudre avec des efforts sans relâche des milieux intellectuels. La recherche sur la philosophie politique du confucianisme est un bon début pour l’innovation théorique du confucianisme mais il faut encore étudier davantage l’histoire de la philosophie politique chinoise et la construction des théories de la philosophie politique du confucianisme. On espère que les recherches sur la philosophie politique du confucianisme peuvent offrir plus de références historiques et plus de sagesse politique pour résoudre des problèmes contemporains dans le domaine général de la politique sociale.

  (Commentateur: Peng Yongjie, professeur de la faculté de philosophie de l’Université Renmin de Chine)

  N˚4 La transmission culturelle et le mode d’expression à l’époque «Wei (micro)»

  Justification du choix : Avec le développement de l’Internet et des techniques mobiles, on est entré dans une époque « Wei (micro) » marquée par l’interaction bidirectionnelle dans laquelle « Wei bo (micro blog) » et « Wei xin (Wechat) » sont très représentatifs. L’évolution du mode de transmission a apporté les changements du mode de vie, du goût et de la mentalité. Ainsi ses conséquences et l’orientation de son développement ont éveillé l’attention d’un nombre croissant de chercheurs. Les cherches actuelles se concentrent principalement sur le plan culturel, en particulier sur la transmission culturelle et le mode d’expression caractérisés par « Wei ». 1. Résumer et interpréter le mode d’une vie fragmentaire et la « culture Wei » qui incarnent les caractéristiques de l’époque « Wei ». D’après les chercheurs, à l’époque Wei, la communication, le travail et le divertissement des personnes tendent à être divisés en petits morceaux et à couvrir de différentes couches sociales, de différentes régions et de différentes plateformes. À l’époque d’Internet, la « culture Wei » est née du rythme rapide et de l’immédiateté, et en même temps les produits culturels et la consommation culturelle deviennent plus pratiques et plus diversifiés. 2. faire attention à la transmission culturelle et au mode d’expression à l’époque Wei. Certains chercheurs discutent la logique de la transmission culturelle de l’époque Wei en étudiant la machine qui est le transporteur de la culture Wei, les techniques de l’Internet mobile et la production de la culture d’Internet. Ils ont indiqué que de divers discours et de différentes expressions occupent de plus en plus l’espace public culturel et que les expressions des médias sont plus personnelles, plus sociales et peu régionales. 3. refléter les questions sur le plan de la mentalité et de la société qui sont derrière la transmission culturelle et l’expression de l’époque Wei. Outre le côté positif de la culture Wei, les experts ont également indiqué des problèmes sociaux de cette époque dont les symptômes se manifestent par l’impatience, le nihilisme, le manque de confiance en soi et l’abandon de soi. On doit rester un peu vigilant sur ce phénomène culturel.

  ● Remarques de l’expert :

  Dans la société moderne, « Wei (micro) » est un mot clé pour comprendre notre période. Micro-communication, un nouveau moyen de la communication basée sur les techniques de l’Internet mobile, non seulement a changé la mode de vie et de communication, mais aussi a  apporté une série de nouvelles questions sur la gouvernance de l’État et de la société. Par conséquent, ce sujet possède beaucoup de valeurs académiques et en même temps il est étroitement lié avec la vie quotidienne du peuple. Les recherches profondes sur ce sujet favoriseront la modernisation de la gouvernance de l’État. C’est vraiment une question à la pointe proche de la réalité et enracinée dans la vie réelle.

  (Commentateur: Tao Dongfeng professeur de la faculté de littérature de l’École normale supérieure de la capitale)

  N˚5  La nouvelle normalité de l’économie chinoise et la transition stratégique du développement national

  Justification du choix : Pendant l’année 2014, l’économie mondiale est sortie de la crise, mais sa croissance reste encore faible, déséquilibrée et l’innovation industrielle reste encore à explorer. Quant au développement de la Chine, depuis que la Chine est devenue la deuxième entité économique du monde avec son PIB qui a dépassé celui du Japon en 2012, on met à l’ordre du jour la poursuite de la puissance et non plus la quantité, et on met au centre la qualité et l’efficacité de la croissance économique. Les recherches des milieux intellectuels sur la nouvelle normalité couvrent des questions dans de nombreux aspects, par exemple, comment voir la baisse du taux de croissance économique, comment instaurer un nouveau modèle de croissance dans lequel l’innovation entraîne le développement, comment mettre à jour la structure des trois secteurs de l’économie nationale, comment promouvoir le rôle moteur de la consommation dans la croissance économique, comment faire en sorte que l’investissement continuer à jouer un rôle clé dans la croissance économique, comment découvrir des avantages comparatifs de sorte que l’exportation joue un rôle de support dans la croissance, comment les organisations industrielles peuvent être dotées de nouvelles caractéristiques, comment faire en sorte que la croissance économique s’appuiera à la qualité de main-d’œuvre et aux progrès techniques mais non plus au prix bas des éléments productifs, comment établir un marché unifié, transparent, bien réglé et ordonné, comment populariser un mode de développement à faible émission de carbone, comment faire pour atténuer tous les risques potentiels apportés par la baisse du taux de croissance, comment transformer le contrôle ayant recours aux politiques stimulantes en macro-contrôle plus scientifique selon lequel le marché décide la distribution des ressources, etc. Toutes ces questions donnent une connotation très riche à la recherche sur la nouvelle normalité chinoise.

  ● Remarques de l’expert :

  C’est nécessaire d’étudier la transformation du développement sous l’angle de la nouvelle normalité parce que l’économie chinoise est entrée dans une nouvelle période. Au cours de la réunion de l’APEC qui s’est tenue à Pékin en novembre 2014, Xi Jinping a exposé systématiquement la nouvelle croissance, la nouvelle structure, la nouvelle motivation et le nouveau risque dans le contexte de la nouvelle normalité. Et en décembre, dans la conférence centrale sur le travail économique, Xi Jinping a analysé sur tous les plans les neufs signes caractéristiques de la nouvelle normalité et a indiqué que « Bien comprendre la nouvelle normalité, s’adapter à celle-ci et renforcer le développement économique selon cette nouvelle normalité seront durant un certain temps la logique principale pour la croissance économique de notre pays. » Ainsi, les questions centrales des milieux économiques chinois consistent à comprendre la connotation des évolutions historiques de la nouvelle normalité de l’économie chinoise et étrangère, à former des stratégies et des politiques nécessaires pour l’adaptation à la nouvelle normalité et à prendre l’initiative dans le développement économique sous la nouvelle normalité.

  (Commentateur: Zhang Youwen,chercheur de l’Institut d’économie mondiale de l’Académie des sciences sociales de Shanghai)

  N˚6  L’innovation du système de gouvernance sociale en Chine

  Justification du choix : À l’occasion de la 3e session du XVIIIe Comité central du PCC, l’expression «gouvernance sociale» a été utilisée pour la première fois pour supplanter l’expression «gestion sociale». Quoiqu’on n’ait modifié qu’un mot, ce changement reste hautement significatif car comparée à la gestion sociale, la gouvernance sociale attache une plus grande importance à la pluralité du sujet, à l’égalité, à la souplesse des moyens et à la complétude de méthodes. L’innovation de la gouvernance sociale, à la différence de ce que pensent les occidentaux, représente ses propres caractéristiques théoriques et ses modes originaux dans la pratique. Actuellement, pour faire face à des menaces mondiales et à des crises sociales apparues à la suite de l’ouverture de la société et à la montée en puissance de nouvelles forces de gouvernance sociale, l’innovation est devenue un impératif absolu. Procéder à des discussions approfondies sur la connotation théorique de l’innovation du système de la gouvernance sociale et sur le chemin à poursuivre pourra aider à bien résoudre des contradictions sociales, à réaliser la justice, à stimuler la vitalité et à harmoniser les relations dans la société. Voici le bilan des recherches menées en 2014 pour l’innovation du système de gouvernance sociale : 1. Révéler les caractéristiques locales de la gouvernance sociale à plusieurs dimensions telles que les spécificités de la culture de gouvernance chinoise, la complexité de la situation ainsi que les facteurs endogènes etc. 2. Analyser de manière générale le moyen, le règlement et le système de gouvernance sociale. L’analyse a touché les relations entre différents acteurs et leur fonction, les maillons clés, les sujets essentiels, les fondements et les moyens praticables. Et le centralisme associé à la déconcentration, la mobilisation concertée, le traitement de la source du mal, la gestion de la source, la gouvernance en vertu de la loi, l’autonomie des masses populaires de base, la gouvernance par toute la société et l’édification d’un gouvernement au service du peuple : tels sont les moyens de la gouvernance sociale prouvés efficaces sur lesquels nous devons insister. 3. La pensée de la gouvernance sociale a été suivie par la pratique dans des secteurs précis. En développant des mécanismes efficaces et en révélant de nouvelles caractéristiques et valeurs de la gouvernance sociale dans des situations précises de la vie en ligne, des communautés urbaines et paysannes, du travail social et des relations patronat-salariat ainsi que de la résolution des incidents publics imprévus, nous pourrons approfondir et enrichir les théories de l’innovation de la gouvernance sociale en Chine.

  ● Remarques de l’expert :

  L’année 2014 marque la première année de l’approfondissement sur tous les plans de la réforme, elle constitue également une phase très importante pour innover le système et le mécanisme de la gouvernance sociale. À cette occasion, tous les secteurs scientifiques, en accordent du prix au système théorique de la gouvernance sociale à la chinoise et à sa valeur dans la pratique, ont partagé leurs propres idées et fruits d’études. Face à la nouvelle situation marquée par de profonds changements dans la structure sociale, les sociologues ont profité du système de langages de la sociologie pour mettre à l’évidence la valeur théorique et pratique de l’innovation pour développer le système et le mécanisme de la gouvernance sociale. Pourtant, les études de la théorie et de la pratique de celle-ci restent actuellement en phase primaire. Beaucoup sont des sujets à développer et à approfondir, y compris des études sur la relation entre la mise à niveau de l’utilisation de la science dans la gouvernance sociale et l’édification d’un État de droit, sur les fondements théoriques, le contenu essentiel et le processus de développement de la promotion de la gouvernance selon la loi sur tous les plans et à tous azimuts ainsi que sur le rôle et l’intérêt des normes sociales dans la gouvernance sociale, etc.

  (Commentateur: Lu Jiehua,professeur du département de sociologie de l’Université de Pékin)

  N˚7  La Guerre sino-japonaise de 1894 et le processus historique de l’Asie de l’est

  Justification de choix : La Guerre sino-japonaise de 1894 avait un impact profond sur le cours du développement historique de l’Asie et de la Chine. Par conséquent, Aidant non seulement à approfondir la compréhension de l’évolution politique, économique et culturelle de Chine et favorisant à tirer au clair le tournant historique qui a eu lieu au Japon et l’évolution historique de l’Asie de l’est, l’étude de cette guerre est d’une grande importance pour l’heure présente. Voici l’état actuel de l’étude : 1. Celle sur le contexte historique de l’éclatement de cette guerre. En analysant la situation mondiale du moment et surtout le régime politique en retard et le système en profond changement de contribution de tributs par les pays dépendants du côté de la Chine, et le développement de l’économie capitaliste et les plans stratégique et préparatoire de l’armée du côté du Japon, les experts ont déduit l’inéluctabilité de l’éclatement de cette guerre et réfuté l’hypothèse de la nature inopinée de cette guerre. 2. Celle sur la conjoncture militaire de la Guerre sino-japonaise. Concernant le rapport de forces entre deux pays, la comparaison de la stratégie et de la tactique adoptées respectivement, l’évaluation de la force de combat de l’armée de terre et de mer de l’Empire Qing et la guerre de renseignements, cette étude a expliqué en dressant un bilan les causes politique, économique, culturelle et militaire de l’échec de la guerre de 1894. 3. L’impact de cette guerre sur la Chine. Les experts ont mis l’accent sur l’analyse de l’impact du moment et à long terme de cette guerre sur la Chine en termes de puissance nationale, de régime politique, de conjoncture économique ainsi que de culture et de pensée. À l’heure actuelle, il est surtout important de dresser le bilan de cette guerre et d’en tirer des leçons. Pour ce faire, ils ont mené des réflexions sur le développement de la nation, l’élimination de la corruption, et les moyens pour réaliser notre rêve qui est de construire un pays puissant, éviter la guerre et diminuer en nombre les catastrophes provoqués par la guerre. 4. L’impact de Guerre sino-japonaise de 1894 sur le processus de développement historique de l’Asie de l’est. Cette guerre a mis fin à la vassalité de la Corée envers la Chine, la croissance rapide de la puissance économique et militaire du Japon a provoqué dans ce pays des changements bouleversants en matière de psychologie, d’idéologie et de vision du monde. En collaboration avec les puissances européennes, le Japon a suscité des vagues d’agression en vue de démembrer la Chine. Ce dernier aussi, en menant des concurrences avec la Russie, a cherché à s’emparer de la Corée. La crise d’une gravité sans précédent a eu lieu en Chine et en Corée.

  ● Remarques de l’expert :

  Provoquée par le Japon, la Guerre sino-japonaise de 1894 est à l’origine de profonds changements dans le processus historique de la Chine et de l’Asie de l’est. La défaite de la Chine et la conclusion du Traité du Shimonoseki ont accéléré le processus de semi-colonisation depuis 1840. Néanmoins, cette guerre a contribué au réveil de la nation chinoise. Sun Yan-sen a fondé à cette occasion l’Association pour le redressement de la Chine et a lancé le fameux appel « Redresser la Chine ». Kang Youwei et Liang Qichao ont déclenché le Mouvement réformiste de 1898. Depuis lors, la lutte du peuple chinois pour le salut et le sauvetage de la patrie et leur cause du grand renouveau du pays sont entrés dans une nouvelle phase historique. En même temps, le Japon, profitant de la victoire de cette guerre et surtout d’indemnité de guerre, a pris un chemin militariste défini par l’invasion et l’expansion. Il est donc devenu non seulement le premier ennemi de la Chine et des pays de l’Asie de l’est en remplaçant des pays colonialistes occidentaux, mais aussi un des foyers de la Seconde Guerre mondiale. Garder à l’esprit l’histoire, c’est pour mieux faire face au futur et chérir la paix du monde.

  (Commentateur: Zheng Dahua,chercheur à l’Institut de l’histoire contemporaine de l’Académie des sciences sociales de Chine)

  N˚8  L’optimalisation du système de service en faveur des personnes âgée sur le fond du vieillissement social

        Justification de choix : Dans le domaine de la Sécurité de la vieillesse, depuis les années 90 du XXème siècle, les experts privilégient l’étude du mécanisme financier et celle du système de service reste limitée. À l’heure actuelle où l’édification du mécanisme financier a enregistré de grands progrès, la question concernant l’optimisation du mécanisme de service pour mieux répartir les ressources en faveur des personnes âgées a attiré l’attention du monde académique. En voici les sujets de discussion : 1. Clarifier les idées erronées sur le service dispensé aux personnes âgées. Basés sur les enquêtes sur place, les experts ont tiré au clair des idées erronées selon lesquelles on assimile souvent le vieillissement à domicile au vieillissement familial, le vieillissement institutionnel au vieillissement commercialisé.2. Tirer des leçons de l’expérience internationale de l’édification du système de service en faveur des personnes âgées. Faire un bilan de l’expérience acquise en accordant la priorité à celle des États-Unis, de la Grande Bretagne, de l’Allemagne, de la Suède, des Pays-Bas et du Canada, etc. 3. Optimiser le système structurel de service en faveur des personnes âgées. Des discussions ont été organisées autour des questions sur la fonction, l’interaction et la coopération des trois types de service. 4. Améliorer le système de responsabilité dans le service rendu aux retraités. Ayant comme base la piété filiale et mettant l’accent sur la responsabilité respective du gouvernement, de la société et du citoyen, on a défini le contenu de la responsabilité respective des finances publiques, des organisations sociales, des capitaux civils, de la famille et de l’individu ainsi que l’orientation à garder et les moyens dont ils se servent pour l’assumer.

  ● Remarques de l’expert :

  Avec le développement accéléré du vieillissement de la société et une demande colossale de service pour les personnes âgées, la construction d’un système de service en leur faveur s’avère très urgente, mais la tâche reste très lourde. Des experts ayant un haut sens de responsabilité sociale ont ouvert des recherches ciblées et approfondies sur la construction et l’optimisation du système de service en faveur des personnes âgées. Leurs efforts laborieux ont porté des fruits dont certains ont été appliqué dans la pratique. Cependant, nous avons encore beaucoup à faire dans ce domaine et il faut surtout élargir l’horizon et mener des recherches sur un champ d’étude encore plus large. Par exemple, la relation entre les ressources financières et le service dans la réforme du système d’assurance de vieillesse, étude des mesures assorties et du mécanisme de coopération de différents organes gouvernementaux dans le contexte de l’approfondissement sur tous les plans de la réforme, l’édification d’un réseau de service en ligne pour les personnes âgées à l’aide du développement rapide de l’Internet et de l’Internet des objets, et préciser les responsabilités selon le concept de d’un État de droit, etc. Nous souhaitons que l’étude théorique et la pratique puissent aller de pair et s’épauler mutuellement.

  (Commentateur: Tong Xing,professeur de l’école de gestion de l’Université de Nanjing)

  N˚9  Sonder de manière rationnelle le système d’examen et d’admission des élèves dans le contexte de la réforme générale du système de l’enseignement

        Justification de choix: Concernant la justice sociale et l’égalité de l’éducation et ayant un impact très important sur la qualité de l’enseignement élémentaire à tous niveaux, sur la sélection des talents et sur l’épanouissement de l’individu, le système d’examen et d’admission des élèves dont le bac chinois et l’examen d’admission aux écoles secondaires font partie a attiré l’attention de toute la société, mais aussi des experts du domaine de la théorie, de la pratique et de la politique pédagogiques. Ses experts, basés sur l’expérience tirée dans la pratique et la recherche théorique, ont mené en 2014 des recherches encore plus approfondies dont l’accent est mis sur les domaines suivants : 1. L’approfondissement de la recherche sur la fonction sociale du système d’examen et d’admission est désormais accompagné d’une importance croissante accordée à sa réforme qui souligne la valeur éducative pour bien orienter et favoriser l’épanouissement des élèves, la formation des talents et l’amélioration du mécanisme de sélection. Ici, l’accent est mis non seulement sur la promotion du système par l’État, mais également sur l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur ainsi que le choix des élèves. Ainsi pouvons-nous résoudre les problèmes difficiles et assurer un mécanisme raisonnable de sélection qui favorise les études des élèves et qui garantit la justice sociale. 2. En réfléchissant rétrospectivement la politique de recrutement autonome des universités et celle de participation à Gaokao ailleurs que sa région et en tirant de l’expérience historique et étrangère dans la sélection de talents, des experts ont lancé des propositions dont l’introduction d’un mécanisme pluriel d’évaluation, de sélection et d’admission, la mise en place d’un trio, soit l’examen d’évaluation d’études, le Gaokao et l’examen d’évaluation des qualités physiques, intellectuelles et morales et la construction d’une modèle théorique, directrice de la pratique. 3. Évaluer la qualité éducative des différentes régions en analysant la composition d’étudiants dans les universités et les aspects positifs et négatifs ainsi que l’origine de la politique de décision du nombre d’admissions dans les différentes provinces par l’État. Selon des experts, il faut contrôler sérieusement le nombre d’admissions prévu des universités sous tutelle ministérielle dans leur région respective, augmenter d’un côté leur nombre d’admissions dans les provinces du centre et de l’ouest du pays et dans celles dont la population est supérieure que les autres et de l’autre côté le nombre d’admission dans les régions rurales. D’ailleurs, pour maximiser l’intérêt national et prendre en considération l’égalité du concours et des régions, il est préférable aussi de procéder à une régulation à plusieurs hiérarchies sociales. 4. En ce qui concerne les questions précises comme la possibilité de choisir les disciplines à passer, d’organiser plus d’une fois par an le Gaokao, d’annuler deux orientations à savoir l’option littéraire et l’option scientifique, d’accroître le taux d’admission autonome des universités, de diminuer les programmes d’attribution de points supplémentaires au Gaokao et de décider le nombre de points à attribuer au bénéficiaire, des recherches théoriques ont aussi été menées.

  ● Remarques de l’expert :

  En tant que maillon clé reliant l’éducation élémentaire et l’éducation supérieure, le Gaokao est d’une importance capitale dont la réforme à la fois sensible et compliquée pourrait déclencher des réactions dans tout le corps éducatif. Le système d’examen et d’admission, ayant le Gaokao comme essentiel, joue un rôle prépondérant dans l’amélioration du niveau de l’éducation, dans la sauvegarde de l’égalité éducation et de la stabilité sociale et dans la promotion de l’interaction des hiérarchies sociales. La réforme de ce système fait donc l’objet d’une attention très vive dans l’enseignement, elle est aussi très suivie par toute la société. En septembre 2014, la mise en place par le Conseil d’État des Conseils relatifs à l’approfondissement de la réforme du système d’examen et d’admission nous offre une raison forte pour laquelle nous avons toute légitimité de considérer cette réforme comme un des dix sujets scientifiques les plus favoris de l’an 2014. Cette réforme, étant la plus grande et la plus systématique depuis le rétablissement du Gaokao il y a 37 ans, reste cependant le plus grand défi dans la réforme générale de l’éducation. En fin de compte, pour un système si influent et si médiatisé qu’est le Gaokao, l’an 2014 est un tournant du fait que la situation s’est améliorée et des reportages, des discussions et des bavardages du passé ont déjà remplacés par des recherches approfondies et scientifiques.

  (Commentateur: Liu Haifeng,professeur au Centre d’études d’Examen de l’Université de Xiamen)

  N˚10  Recherche sur la question des ethnies frontalières

  Justification du choix : La question des ethnies frontalières, qu’on l’observe sous l’angle théorique ou pratique, demeure un sujet brûlant lié à la sécurité nationale et à la stabilité des zones frontalières. Depuis ces dernières années, avec des changements de la communauté internationale et du statut géopolitique et géoéconomique de la Chine, la question des ethnies frontalières se trouve désormais au centre de l’attention du public et a suscité dans les milieux scientifiques des discussions vives qui s’organisent autour des aspects ci-dessous : 1.Du point de vue théorique, Des experts, en apportant des explications des notions fondamentales telles que frontière, ethnie, relations ethniques etc., ont proposé de nouveaux modèles théoriques, offrant des soutiens énergiques pour la solution de la question des ethnies frontalières. 2. Du point de vue historique, dans les perspectives historiques au niveau régional et national, des experts ont tracé la trajectoire du développement des questions frontalières en analysant les politiques concernées mises en place par les dynasties passées. 3. Du point de vue actuelle, à partit des aspects politique, économique, culturel, social et biologique, des experts ont dressé le bilan de l’état actuel des questions des ethnies frontalières pour en dégager de l’expérience utile et pour tenter de régler les problèmes. 4. La participation pluridisciplinaire, des discussions engagées ne se bornent désormais pas à seule l’étude de l’ethnologie, et historiens, anthropologues, sociologues, experts des relations internationales et politologues ont analysé cette question dans leur propre perspective. Les études scientifiques de cette question a pu s’étendre sur de nouveaux domaines et des points de vue originaux ont été proposés qui ont favorisé à la fois à la compréhension et à l’explication de ladite question et qui ont donné une impulsion à son étude.

  ● Remarques de l’expert :

  Interpréter les règles du développement d’un pays multinational unifié qu’est la Chine et dresser le bilan des succès et des échecs dans la gouvernance des zones frontalières des dynasties du passé pour conclure à la nécessité et à la rationalité de la coexistence des ethnies dans le pays et pour offrir les fondements théoriques solides de la solidarité nationale afin d’apporter des propositions pour résoudre les problèmes saillants dans le développement économique et social des zones frontalières. Toutes ces ambitions appellent l’apparition d’un nouveau modèle d’études. Les recherches menées durant cette année sur cette question constituent à la fois l’écho de la situation actuelle des zones frontalières, mais aussi l’approfondissement et l’exploitation de nouvelles méthodes de recherche.

  (Commentateur: Yu Fengchun,chercheur de l’Institut de Recherche sur les questions frontalières de l’Académie des sciences sociales de Chine)

  (le département des théories du Quotidien Guangming  ;la rédaction de la Revue mensuelle académique ;le centre de documentation de l’Université Renmin de Chine )