Commentaires

Vision et actions pour la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route maritime de la soie du XXIe siècle

Publié le:2015-04-03 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:

Beijing, 28 mars (Xinhua) –La Commission nationale du développement et de la réforme, le Ministère des Affaires étrangères et le Ministère du Commerce ont conjointement publié le 28 ont promulgué conjointement la «Vision et actions pour la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route maritime de la soie du XXIe siècle » qui se lit comme suit : 

Vision et actions pour la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route maritime de la soie du XXIe siècle 

Commission nationale du développement et de la réforme

Ministère des Affaires étrangères 

Ministère du Commerce 

 (Promulgation par l’autorisation du Conseil d’Etat) 

Mars 2015 

 

Sommaire 

Préface 

I Contexte 

II Principes 

III Idées de cadrage 

IV Priorités de coopération     

V Mécanismes de coopération 

VI Situation d’ouverture des régions de la Chine 

VII Actions actives de la Chine 

VIII Construction conjointe pour un bel avenir 

Préface   

Il y a plus de 2000 ans, le peuple diligent et courageux du continent de l'Eurasie a exploré plusieurs voies d’échanges commerciaux et culturels, qui reliaient les grandes civilisations de l’Asie, l'Europe et l'Afrique, qui sont désignés collectivement sous le nom de « Route de la Soie ». Pendant des milliers d'années, l’esprit de la Route de la Soie, « la paix et la coopération, l'ouverture et l'inclusivité, l'apprentissage mutuel et les avantages réciproques et le gagnant-gagnant », qui ont promu le progrès de la civilisation humaine, a contribué grandement à la prospérité et le développement de les pays riverains de la Soie, symbolisant la communication et la coopération entre l'Orient et l'Occident. L’esprit de la Route de la Soie est un patrimoine historique et cul 

Au XXIe siècle, la paix, le développement, la coopération et le gagnant-gagnant sont devenus les thèmes de la nouvelle ère, face à la faiblesse de la reprise de l’économie mondiale et des situations internationales et régionales complexes, hériter et faire avancer l'esprit de la Route de la Soie deviennent de plus en plus important et précieux. 

Au mois de septembre et octobre de l’année 2013, lors de ses visites aux pays de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud-est, le président chinois Xi Jinping a proposé l’Initiative importante de construire conjointement la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route maritime de la soie du XXIe siècle (ci-après désignées « la ceinture et la route »), cela a attiré une grande attention de la communauté internationale. A la Foire - exposition Chine - ASEAN 2013, le Premier ministre chinois Li Keqiang a souligné l’orientation du pavement de la Route maritime de la soie vers l'ASEAN et la création des points d’appui stratégiques pour favoriser le développement de l'arrière-pays. L’Accélération de la construction de « la ceinture et la route» pourrait favoriser la prospérité économique des pays riverains et la coopération économique régionale, le renforcement des échanges et des apprentissages mutules entre de différentes civilisations et la promotion de la paix et le développement mondial, c’est une grande cause qui profitera aux gens partout dans le monde. 

L'Initiative de « la ceinture et la route» est un projet systématique, il faut insister sur les principes de discussion partagée, de construction conjointe et de partage mutuel pour promouvoir activement la communication et l’intégration des stratégies de développement des pays riverains. Afin de promouvoir la mise en œuvre de la grande Initiative «la ceinture et la route », pour que l'ancienne Route de la Soie puisse retrouver sa vitalité, assurer une relation plus étroite entre les pays asiatiques, européennes et africaines sous de nouvelles formes et que la coopération mutuellement bénéfique atteignent de nouveaux sommets historiques, le gouvernement chinois historique a élaboré et publié la «Vision et actions pour la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route maritime de la soie du XXIe siècle ». 

I. Contexte     

Le monde d'aujourd'hui connaît des changements complexes et profonds, les répercussions profondes de la crise financière internationale se manifestent davantage, l’économie mondiale se redresse lentement tout en différenciant, l’investissement et le commerce international et les règles de l’investissement et du commerce multilatéral, se préparent pour de profonds ajustements, les questions de développement confrontées des pays restent sombres. L'Initiative visant à construire conjointement « la ceinture et la route » embrasse la tendance de la multipolarisation mondiale, la globalisation économique, la diversité culturelle et l’informatisation sociale, respecter l’esprit ouvert de la coopération régionale et préserver le régime global de libre-échange et l’économie mondiale ouverte. L’objectif de l’initiative visant à construire conjointement « la ceinture et la route» est de favoriser la circulation libre et ordonnée des facteurs économiques, la répartition efficace des ressources et l'intégration profonde des marchés, d’encourager la coordination des politiques économiques des pays riverains, d’assurer une coopération régionale plus large, plus approfondie et de normes plus élevées, de construire conjointement un cadre de coopération économique régionale ouverte, inclusive, équilibrée qui profite à tous. La construction conjointe de « la ceinture et la route» est dans l'intérêt de la communauté mondiale tout en reflétant les idéaux et la poursuite communes des sociétés humaines pour une meilleure société, c’est un effort positif pour chercher de nouveaux modèles de coopération internationale et de gouvernance mondiale, il insufflera une énergie positive à la paix et le développement mondial.  

L'Initiative de la construction conjointe de « la ceinture et la route» vise à la réalisation de l’interconnecté entre les continents la connectivité des continents de l’Asie, de l’Europe, de l’Afrique et des proximités océaniques, à l’établissement et le renforcement des relations partenaires d’interconnexion entre les pays riverains, à la construction des réseaux d’interconnexion tous azimuts, multicouches et complets, à la réalisation du développement diversifié, indépendant, équilibré et durable dans ces pays. Le projet d'interconnexion de « la ceinture et la route» favorisera la coordination et la synchronisation des stratégies de développement des pays riverains, la libération de potentiels des marchés dans la région, il promouvra l'investissement et la consommation, créera des demandes et des emplois, améliorera les échanges culturels et l'apprentissage mutuel entre les peuples et les civilisations des pays concernés tout en leur permettant de se croiser, se connaître, croire et respecter les uns pour les autres, partager d’une vie harmonieuse, pacifique et prospère. 

À l'heure actuelle, l'économie chinoise est fortement associée à l'économie mondiale. La Chine va adhérer à la politique d'Etat de base de l'ouverture, construire un nouveau modèle de l'ouverture tous azimuts et s’intégrer plus profondément dans le système économique mondial. La promotion de l’Initiative de la construction de « la Ceinture et la Route » permettra à la Chine d'élargir et d'approfondir son ouverture et de renforcer sa coopération mutuellement bénéfique avec les pays en Asie, en Europe et en Afrique et le reste du monde. La Chine est prête à prendre plus de responsabilités et obligations et faire une plus grande contribution à la paix et au développement de l’humanité dans la mesure de ses capacités. 

II. Principes 

L’Initiative de la « ceinture et la route » respecte strictement les buts et principes de la Charte de l'Organisation des Nations Unies. Elle défend les cinq principes de coexistence pacifique, soit respect mutuel de l’intégrité territoriale et de la souveraineté, non-agression mutuelle, non-immixtion mutuelle dans les affaires intérieures, coexistence pacifique et égalité et avantages mutuels. 

L'Initiative insiste sur l’ouverture et la coopération. « La Ceinture et la Route » couvre, mais non limité aux pays sur l'ancienne Route de la Soie, toutes les organisations nationales, internationales et régionales peuvent participer à ce projet, pour que les résultats de la construction conjointe puissent bénéficier l'ensemble de la région. 

L'Initiative insiste sur l'harmonie et l’inclusivité. Elle prône l’inclusivité des civilisations, respecte les choix des voie et des modèles de développement de chaque pays, renforce le dialogue entre les civilisations, suivant les principes de recherche un terrain d’entente par-delà les divergences, d’inclusivité, de coexistence pacifique et symbiotique. 

L'Initiative insiste sur le fonctionnement du marché. Elle respecte les règles du marché et les normes internationales, fait jouer pleinement le rôle décisif du marché dans l'allocation des ressources et le rôle primordial de différents types d'entreprises, tout en laissant le gouvernement s’acquitter de ses fonctions. 

L’Initiative insiste sur le bénéfice mutuel et le gagnant-gagnant. Elle prend en compte les intérêts et les préoccupations de toutes les parties, cherche une conjonction d'intérêts et le «plus grand dénominateur commun » pour la coopération, fait jouer pleinement la sagesse et la créativité, les forces et les potentiels de toutes les parties. 

III . Idées de cadrage 

 « La Ceinture et la Route » est une voie à une coopération gagnant-gagnant qui favorise le développement commun et la prospérité, c’est une route vers la paix et l'amitié qui améliora la compréhension et la confiance mutuelle et renforcera les échanges tous azimuts.  Le gouvernement chinois préconise les idées de la paix et la coopération, l'ouverture et l'inclusivité, l'apprentissage mutuel et les avantages réciproques, il favorisera la coopération pragmatique dans tous les domaines pour bâtir une communauté d'intérêts partagés, de destin unique et de responsabilité commune, en mettant en vedette la confiance politique mutuelle, l'intégration économique et l'inclusivité culturelle. 

La ceinture et la route traversent les continents asiatique, européen et africain, reliant le cercle économique dynamique de l’Asie de l'Est d’une extrémité et le cercle économique européenne développée de l'autre, englobe les pays dont les potentiels de développement économique sont énormes. La ceinture économique de la Route de la soie qui s'étend de la Chine à l’Europe (mer Baltique), en passant par l’Asie centrale et la Russie, de la Chine au golfe Persique et la mer Méditerranée, en passant par l’Asie centrale et l’Asie de l'Ouest, de la Chine à l'Asie du Sud-est, à l’Asie du Sud et à l'océan Indien. La ceinture économique de la Route maritime de la soie du XXIe siècle est conçue principalement de manière à relier la Chine à l’Europe, tout en partant des ports côtiers et passant par l'océan Indien, et au Pacifique Sud, en passant par la mer de Chine méridionale. 

Sur terre, profitant des artères internationales, s’appuyant sur les grandes villes de base le long de la Ceinture et de la Route, prenant comme plateforme de coopération des parcs industriels économiques et commerciaux clés, l'Initiative de la Ceinture et la Route vise à construire conjointement des corridors de coopération économique, tels que nouveau pont terrestre eurasiatique, celui qui relie la Chine, la Mongolie et la Russie, la Chine et l' Asie centrale – l’Asie de l'Ouest et la Chine - Indochine péninsule. A propos de la mer, l’Initiative de la Ceinture et de la Route prend les ports maritimes comme nœuds afin de construire un grand passage libre, sûr et efficace. Le corridor économique Chine - Pakistan et le corridor Bangladesh - Chine-Inde – Myanmar sont étroitement liées à l’Initiative de la Ceinture et de la Route, il faut promouvoir davantage la coopération et réaliser de plus grands progrès. 

L'Initiative est une vision économique ambitieuse de l'ouverture et de la coopération entre les pays riverains. Les pays doivent travailler conjointement pour la réalisation des objectifs de bénéfice mutuel et avantages réciproques, de sécurité commune. Il faut faire des efforts pour la perfection des infrastructures dans les régions, la formation des réseaux sécurisés et efficaces des passages terrestres, maritimes et aériens, l’atteinte d’un niveau supérieur d’interconnexion, l’amélioration de la facilitation de l'investissement et du commerce, la formation des réseaux de haut niveau de libre-échange, le renforcement des liens économiques, l’accroissement de la confiance mutuelle sur le plan politique, afin d’avoir les échanges culturels plus étendus, l’apprentissage mutuel entre les civilisations et de réaliser la prospérité commune, la compréhension mutuelle, la paix et l'amitié entre les peuples de tous les pays. 

IV . Priorités de coopération 

Les pays riverains ont leurs propres avantages en matière de ressources en présentant une forte complémentarité économique et un grand potentiel de coopération. En mettant en priorité la coordination des politiques, l’interconnexion des installations, le commerce sans entrave, l’intégration financière et les personnes connectées, l’Initiative renforcera la coopération en particulier dans les domaines suivants. 

La coordination en matière des politiques. La coordination en matière des politiques est une garantie importante pour la mise en œuvre de l'Initiative. Il faut renforcer la coopération intergouvernementale, construire activement un mécanisme intergouvernemental multi-niveaux pour la coordination des politiques macroéconomiques, élargir les intérêts communs, promouvoir la confiance mutuelle sur le plan politique et parvenir à un nouveau consensus de coopération. Les pays riverains peuvent coordonner pleinement leurs stratégies et politiques de développement économique pour élaborer des plans et mesures visant à promouvoir la coopération régionale et négocier pour résoudre les problèmes liés à la coopération et fournir des soutiens sur le plan politique pour la coopération pragmatique et la mise en œuvre conjointe des projets à grande échelle. 

L’interconnexion des infrastructures. L’interconnexion des infrastructures est prioritaire pour la mise en œuvre de l'Initiative. Sur la base de la souveraineté nationale et les préoccupations relatives à la sécurité, les pays riverains doivent renforcer la coordination des planifications de l'infrastructure et les systèmes des normes concernant les technologies, promouvoir conjointement la construction des artères internationales et former graduellement les réseaux des infrastructures de base reliant toutes les sous-régions en Asie et ceux entre l’Asie, l'Europe et l'Afrique. Il faut promouvoir la construction des infrastructures vertes à faible émission de carbone et la gestion des opérations des infrastructures, en tenant pleinement compte de l'impact du changement climatique. 

En ce qui concerne les infrastructures de transport de base, nous devons nous concentrer sur les passages, les nœuds clés et les grands projets, donner la priorité à la liaison des sections de la route non connectées en supprimant les goulets d'étranglement routiers, l'amélioration des installations de sécurité routière et des installations et équipements de gestion du trafic et à l'amélioration de l'accessibilité routière. Nous devons faire avancer la création d'un mécanisme unifié de coordination des transports de bout en bout pour faciliter la convergence organique de dédouanement, de chargement et déchargement,  transport multimodal, former graduellement les règles de transport compatibles pour atteindre la facilitation du transport international. Nous devons promouvoir la construction des infrastructures portuaires, le passage sans obstacle entre le transport terrestre et maritime, les projets de coopération de construction portuaire, l’augmentation des lignes maritimes et les horaires, le renforcement de la coopération de l’informatisation de la logistique maritime. Il faut établir les plateformes et les mécanismes de coopération globale de l’aviation civile et améliorer les infrastructures de base de l’aviation. 

Il faut renforcer la coopération de l'interopérabilité des infrastructures énergétiques, maintenir conjointement la sécurité des pipelines de pétrole et de gaz et d'autres voies de transport, promouvoir la construction des réseaux d'alimentation d’électricité et coopérer activement dans le domaine de la mise à niveau et la transformation des réseaux électriques dans la région. 

Nous devons promouvoir conjointement la construction des câbles à fibre optique transfrontalières et d'autres réseaux principaux de télécommunication, améliorer l’interconnexion d’exploitation des télécommunications internationales et assurer le flux des informations le long de la Route de la Soie. Il faut accélérer la construction des réseaux transfrontaliers bilatéraux de câble à fibre optique, planifier des projets de construction des câbles à fibre optique sous-marins intercontinentaux, améliorer les canaux d'information spatiaux (satellites) et élargir les échanges et la coopération des informations. 

Le commerce sans entrave. L'investissement et la coopération commerciale sont une tâche majeure dans la construction de la Ceinture et de la Route. Il faut résoudre les problèmes concernant la facilitation de l’investissement et le commerce, supprimer les barrières commerciales et d'investissement, construire un environnement propice aux affaires dans la région et dans tous les pays concernés, construire activement des zones de libre-échange tout en négociant avec les pays et les régions le long de la Ceinture et de la Route, libérer le potentiel de coopération pour assurer une bonne coopération.   

Les pays riverains doivent renforcer la coopération douanière comme l'échange d'informations, la reconnaissance mutuelle des réglementations, l'assistance mutuelle en application de la loi, améliorer la coopération bilatérale et multilatérale dans les domaines de l'inspection et de la quarantaine, la certification et l'accréditation, la mesure standard et les informations statistiques, veiller à l’entrée en vigueur et la mise en oeuvre de l'Accord sur la facilitation du commerce de l’OMC. Nous devons améliorer les installations de dédouanement des ports frontaliers, établir un «guichet unique» dans les ports frontaliers, réduire les coûts de dédouanement et d'améliorer la capacité des douanes de dédouanement. Nous devons accroître la coopération de la sécurité et la commodité de la chaîne, améliorer la coordination des procédures de surveillance transfrontalière, promouvoir la vérification en ligne des certificats d'inspection et de quarantaine et faciliter la reconnaissance mutuelle des opérateurs économiques agréés. Nous devons réduire les obstacles non tarifaires, améliorer conjointement la transparence des mesures techniques au commerce ainsi que la libéralisation et la facilitation du commerce. 

Nous devons élargir le champ du commerce, optimiser la structure commerciale, explorer de nouveaux secteurs de croissance, promouvoir la balance commerciale. Nous devons faire des innovations dans les formes de commerce et développer le commerce électronique transfrontalier et d'autres nouvelles activités commerciales. Il faut établir et améliorer le système de promotion du commerce des services, consolider et développer le commerce traditionnel, renforcer le commerce des services. Il faut intégrer l'investissement et le commerce pour la réalisation d’un commerce tiré par l'investissement. 

Nous devons accélérer le processus de la facilitation de l'investissement, éliminer les obstacles à l'investissement. Il faut faire avancer les négociations sur les accords de protection des investissements bilatéraux et l’évitement de la double imposition pour protéger les droits et intérêts légitimes des investisseurs. 

Nous devons développer les investissements mutuels, mener une coopération approfondie dans l'agriculture, la sylviculture, l’élevage et la pêche, la production et la transformation des machines et des produits agricoles, promouvoir activement la coopération concernant l'aquaculture, la pêche hauturière, la transformation du poisson, le dessalement, la biopharmacie maritime, la technologie du génie maritime, la protection de l'environnement et le tourisme maritime. 

Nous devons augmenter la coopération concernant l'exploration et le développement de charbon, de pétrole, de gaz, de minerais métalliques et d'autres sources d'énergie conventionnelles, faire progresser la coopération concernant l'hydroélectricité, le nucléaire, l'énergie éolienne, l'énergie solaire et d'autres sources d'énergie propres et renouvelables,  promouvoir la coopération concernant le traitement et la transformation de l'énergie et des ressources énergétiques sur ou à proximité des lieux d’exploitation, afin de créer une chaîne industrielle intégrée de l'amont à l'aval de la coopération concernant l’énergie et les ressources. Nous devons renforcer la coopération concernant la technologie de traitement approfondi des ressources énergétiques, des équipements et des services d'ingénierie. 

Nous devons faire avancer la coopération dans les secteurs émergents, selon les principe de complémentarité mutuelle, d’avantage mutuel et de gagnant-gagnant, promouvoir l’approfondissement de la coopération dans les domaines de la technologie d’information de nouvelle génération, la biotechnologie, la technologie des énergies nouvelles, de nouveaux matériaux et d'autres secteurs émergents et promouvoir l’établissement du mécanisme de l'investissement de risque et de la coopération. 

Nous devons optimiser la chaîne industrielle, promouvoir le développement synergique de la chaîne industrielle de l'amont à l'aval et des industries connexes, établir des systèmes de R & D, de production et de commercialisation, améliorer la capacité de soutien industriel et la compétitivité globale des industries régionales. Il faut développer la libéralisation mutuelle, promouvoir l’accélération de développement des services régionaux. Il faut explorer de nouveaux modes de coopération d'investissement, encourager la coopération dans la construction des zones de coopération économiques et commerciales à l'étranger, des zones de coopération économiques transfrontalières et d'autres types de parc industriel et promouvoir le développement de grappes industrielles. Nous devons promouvoir la conscience écologique dans l’investissement et le commerce, renforcer la coopération dans la conservation de l'environnement écologique, la protection de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique pour construire la Route de la Soie verte. 

Le gouvernement chinois accueille favorablement des entreprises étrangères qui vont investir en Chine. Nous encourageons la participation des entreprises chinoises à la construction d'infrastructures et à l'investissement industriel dans les pays riverains. Il faut favoriser l'exploitation et la gestion de ces entreprises selon le principe de la territorialité, aider activement le développement économique local, augmenter l’emploi, améliorer les moyens de subsistance locaux, prendre des responsabilités sociales dans la protection de la biodiversité locale et de l'environnement écologique. 

L'intégration financière. L'intégration financière est un pilier important pour la mise en œuvre de l'Initiative de la Ceinture et de la Route. Nous devons approfondir la coopération financière, promouvoir l’établissement d’un système de stabilisation monétaire, d’un système de l'investissement et du financement et d’un système de crédit en Asie. Il faut élargir la portée et l'ampleur de swap de devises bilatérale et de règlement avec d'autres pays riverains. 

Nous devons promouvoir l’ouverture et le développement des marchés obligataires asiatiques, faire des efforts conjoints les travaux préparatifs pour l’établissement de la Banque asiatique d'investissement dans l'infrastructure et la Nouvelle Banque de développement des Brics, les parties concernées sont en train de négocier sur l’établissement de l’Institution de financement de l’Organisation de coopération de Shanghai. 

Il faut accélérer l’établissement et l’exploitation du Fonds de la Route de la Soie. Nous devons renforcer la coopération pragmatique entre l’Association interbancaire de Chine-ASEAN et de l’OCS, réaliser la coopération financière multilatérale sous la forme de prêts syndiqués et de crédit bancaire. Nous devons soutenir l’émission des obligations en RMB en Chine des gouvernements, des entreprises et des institutions financières ayant une bonne cote de crédit des pays riverains. Les institutions financières et les entreprises en Chine qualifiées peuvent émettre les obligations en RMB et en devises à l’étranger, en encourageant l'utilisation des fonds recueillis des pays riverains. 

Nous devons renforcer la coopération de la réglementation financière, promouvoir les signatures des protocoles d'entente sur la coopération en matière de réglementation financière bilatérale et établir progressivement le mécanisme efficace de réglementation et de coordination dans la région. Nous devons améliorer le système de réponse aux risques et de la gestion de crise, construire un système régional d'alerte précoce des risques financiers pour former un mécanisme d'échange et de coopération pour faire face aux risques et aux crises transfrontalières. 

Nous devons augmenter les échanges transfrontaliers et la coopération entre les régulateurs d'enquête de crédit, les établissements de crédit et les agences de notation. Nous devons faire jouer pleinement le rôle du Fonds de la Nouvelle Route de la soie et des fonds souverains pour encourager les participations conjointes des fonds commerciaux de placement en actions et des capitaux sociaux dans la construction des projets clés de l’Initiative.  

Les personnes connectées. Les personnes connectées sont la base sociale pour la mise en œuvre de l'Initiative. Nous devons faire avancer l'esprit de la coopération amicale de la Route de la Soie en favorisant de nombreux échanges culturels et universitaires, des échanges de personnel et la coopération, des coopérations des médias, des échanges entre les jeunes et les femmes et des services de bénévoles afin de gagner le soutien du public pour l'approfondissement de la coopération bilatérale et multilatérale. 

Nous devons renforcer l’envoi mutuel d'étudiants, promouvoir la coopération dans la gestion des écoles. La Chine fournit chaque année 10 000 bourses gouvernementales aux pays riverains. Ces pays peuvent organiser les activités de l’année croisée, les festivals d’arts, les festivals de cinéma, les activités des semaines de télévision, les Salons de livre, coopérer dans la création et la traduction des programmes d'émission de radio, des filmes et des dramatiques télévisés de qualité, demander conjointement à l'adhésion au patrimoine culturel mondial, assurer la protection conjointe du patrimoine culturel mondial. Nous devons approfondir les échanges et la coopération des talents entre les pays riverains. 

Nous devons renforcer la coopération dans le tourisme, élargir l'échelle du tourisme, organiser les activités des semaines et des mois de promotion du tourisme, créer conjointement les itinéraires et les produits touristiques internationaux distinctives qui présentent les caractéristiques de la Route de la soie et promouvoir la facilitation des visa de tourisme. Il faut promouvoir la coopération du tourisme de croisière sur la Route maritime de la soie du XXIe siècle. Il faut organiser activement les échanges sportifs et soutenir les demandes d’organiser de grands événements sportifs internationaux des pays riverains. 

Nous devons renforcer la communication de l'information sur l'épidémie, l'échange des technologies de prévention et de traitement de l’épidémie et la formation des professionnels de la santé et d’autres aspects de coopération avec les pays voisins, améliorer la capacité de coopérer dans la gestion des urgences de santé publique. Nous fournissons l’assistance médicale et l'assistance médicale d'urgence aux pays concernés, réaliser la coopération pratique dans des domaines clés tels que la santé maternelle et infantile, la réadaptation des handicapés et les grandes maladies infectieuses, y compris le SIDA, la tuberculose et le paludisme, élargir la coopération dans le domaine de la médecine traditionnelle. 

Nous allons renforcer la coopération scientifique et technologique, construire un laboratoire commun (Centre de recherche), le Centre international de transfert de technologie, les centres de coopération maritime, promouvoir l’échange de personnel scientifique et technique, coopérer conjointement pour résoudre de principaux problèmes scientifiques et techniques afin d’améliorer conjointement la capacité d'innovation technologique. 

Nous allons intégrer des ressources existantes, explorer et promouvoir activement la coopération pragmatique avec les pays riverains dans les domaines de l'emploi des jeunes, la formation sur l'entrepreneuriat, le développement des compétences professionnelles, les services de gestion de sécurité sociale, l'administration publique et d'autres domaines d'intérêt commun . 

Nous devons faire jouer pleinement le rôle de relais de communication entre les partis politiques et les parlements, promouvoir les échanges amicaux entre les organes législatifs, les partis politiques principaux des pays riverains.  

Il faut organiser les échanges et la coopération entre la ville, accueillir le jumelage de grandes villes en prenant comme points clés l’échange culturel, souligner la coopération pragmatique, créer plus exemples vifs de coopération. Les recherches conjointes entre les groupes de réflexion et l’organisation conjointe des forums des pays riverains sont bienvenues. 

Il faut renforcer les échanges des organisations nationales de la société civile des pays riverains, visant principalement au grand public, promouvoir les activités de bienfaisance concernant l’éducation, les soins de santé, la réduction de la pauvreté et le développement, la biodiversité et la protection de l’environnement, favoriser l’amélioration des conditions de vie dans les régions le long de la Ceinture et de la Route. Il faut renforcer la coopération internationale des médias de culture, utiliser activement la plateforme des réseaux d’Internet et de nouveaux outils médiatiques pour créer l'écologie culturelle et un environnement harmonieux et convivial de l'opinion publique. 

V. Mécanismes de coopération 

L'intégration économique mondiale s’accélère et la coopération régionale est à la hausse. Il faut profiter pleinement des mécanismes de coopération bilatéraux et multilatéraux existants pour faire avancer la construction de la Ceinture et de la Route afin de promouvoir la construction de la Ceinture et de la Route et le développement de coopération régionale. 

Il faut renforcer la coopération bilatérale à travers des communications et des consultations à plusieurs niveaux et multicanaux, promouvoir le développement global des relations bilatérales. Nous devons promouvoir la signature des mémorandums de coopération ou de planification de collaboration et construire un certain nombre de projets pilotes de coopération bilatérale. Il faut établir et améliorer le mécanisme de travail mixte bilatéral, élaborer des plans de mise en œuvre et des cartes routières pour faire avancer l'Initiative de ceinture et de la route. Nous devons faire jouer pleinement le mécanisme du comité mixte bilatéral existant tel que comité conjoint, comité mixte, comité de coordination, comité de direction et comité de gestion pour coordonner et promouvoir la mise en œuvre des projets de coopération. 

La Chine intensifiera le rôle des mécanismes de coopération multilatéraux, en valorisant le rôle des mécanismes existants, dont l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le mécanisme Chine-ASEAN (10+1), l'Organisation de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), le Sommet Asie-Europe (ASEM), le Dialogue pour la coopération en Asie (ACD), la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), le Forum sur la coopération sino-arabe, le Dialogue stratégique Chine-Conseil de coopération du Golfe, le Programme de coopération économique de la sous-région du Grand Mékong (GMS), le Programme de coopération économique régionale pour l'Asie centrale (CAREC), pour renforcer sa communication avec les pays concernés et associer plus de pays et régions à la construction de la Ceinture et de la Route. 

Il faut faire jouer le rôle constructif des plateformes des forums et des expositions internationales aux niveaux régional et sous-régionales organisées par les pays riverains et surtout du Forum de Bo'ao pour l'Asie, de l’Expo ASEAN-Chine, de l’Expo Chine - Asie – Europe, du Forum économique eurasienne, de la Foire internationale de Chine pour l' investissement et le commerce, du Salon-expo Chine-Asie du Sud, de l’Expo Chine-Arabe, de la Foire Internationale de la Chine de l'Ouest, de l’Expo Chine-Russie, du Forum de coopération Qianhai. La Chine soutient la valorisation par les pays riverains, au niveau local ou au niveau du peuple, du patrimoine historique et culturel se rapportant à la Ceinture et à la Route, l'organisation conjointe des activités d'échanges commerciaux, culturels et d'investissements, l'organisation dans de meilleures conditions de la Foire culturelle internationale de la Route de la Soie (Dunhuang), du Festival cinématographique international de la Route de la Soie et du Salon du livre de la Route de la Soie. Elle propose d'instaurer un forum international de haut niveau concernant la Ceinture et la Route. 

VI.Situation d’ouverture des régions de la Chine 

Au cours de la construction de la Ceinture et de la Route, la Chine mettra pleinement en valeur les atouts comparatifs de ses différentes régions, mettra en application une stratégie d'ouverture plus active, renforcera la coopération interactive Est-Centre-Ouest afin d'augmenter le niveau d'ouverture de son économie dans tous les domaines. 

Le Nord-Ouest et le Nord-Est. La Chine valorisera les atouts géographiques particuliers du Xinjiang et son rôle important en tant que fenêtre ouverte sur l'ouest, pour approfondir les échanges et la coopération avec les pays de l'Asie centrale, de l'Asie du Sud et de l'Asie de l'Ouest, former un centre de transports, de commerce, de logistique, de culture, de sciences et d'éducation, créer une zone centrale de la Ceinture économique de la Route de la Soie. En faisant valoir les atouts économiques et culturels du Shaanxi et du Gansu ainsi que les atouts culturels du Ningxia et du Qinghai, la Chine construira à Xi'an un nouveau pôle de réforme et d'ouverture, accélérera le développement et l'ouverture de Lanzhou et de Xining, fera progresser la construction de la zone d'expérimentation de l'ouverture de l'économie continentale du Ningxia, pour créer un passage, un centre commercial et logistique ainsi qu'une base d'industries importantes et d'échanges culturels tournés vers les pays de l'Asie centrale, de l'Asie du Sud et de l'Asie de l'Ouest. Elle mettra en valeur les atouts géographiques de la Mongolie intérieure en tant que trait d'union avec la Russie et la Mongolie, perfectionnera le corridor ferroviaire reliant le Heilongjiang et la Russie ainsi que le réseau ferroviaire régional, intensifiera la coopération en matière de transport multimodal transmaritime entre le Heilongjiang, le Jilin et le Liaoning d'une part et l'Extrême-Orient russe de l'autre, fera avancer la construction du corridor eurasiatique de transport à grande vitesse Beijing-Moscou et établira une importante fenêtre d'ouverture sur le nord. 

Le Sud-Ouest. La Chine fera valoir les atouts particuliers du Guangxi qui avoisine des pays de l'ASEAN, accélérera l'ouverture et le développement de la zone économique du Golfe Beibu et de la ceinture économique Zhujiang-Xijiang, mettra en place un corridor international vis-à-vis de la région de l'ASEAN, créera un nouveau point d'appui stratégique en faveur de l'ouverture et du développement des régions du Sud-Ouest et du Centre-Sud et construira une porte importante reliant la Route maritime de la Soie du XXIe siècle et la Ceinture économique de la Route de la Soie. En valorisant les atouts géographiques du Yunnan, la Chine œuvrera pour la construction d'un corridor de transport international qui la relie avec les pays voisins, créera un nouveau pôle de coopération économique de la sous-région du Grand Mékong et fera de cette région un centre de rayonnement dans l'Asie du Sud et l'Asie du Sud-Est. Elle travaillera pour promouvoir le commerce frontalier et la coopération touristique et culturelle du Tibet avec le Népal et autres voisins de la Chine. 

Les régions côtières ainsi que Hong Kong, Macao et Taiwan. En mettant en valeur les atouts des zones économiques du delta du Yangtsé, du delta du Zhujiang, de la rive occidentale du détroit de Taiwan et de la mer Bohai, à savoir, un haut degré d'ouverture, une forte puissance économique et une grande influence dans la région, la Chine accélérera la construction de la zone pilote de libre-échange de Shanghai, et soutiendra la province du Fujian dans la construction de la zone centrale de la Route maritime de la Soie du XXIe siècle. En mettant pleinement en valeur le rôle des zones de l'ouverture et de la coopération de Qianhai à Shenzhen, de Nansha à Guangzhou, de Hengqin à Zhuhai et de Pingtan au Fujian, la Chine approfondira sa coopération avec Hong Kong, Macao et Taiwan afin de créer la grande zone Guangdong-Hong Kong-Macao. Elle fera avancer la construction de la Zone pilote du développement de l'économie maritime au Zhejiang, de la Zone d'expérimentation de l'économie bleue du Détroit du Fujian et de la nouvelle région des îles Zhoushan, et intensifiera le développement et l'ouverture de l'île touristique internationale de Hainan. La Chine renforcera la construction des ports dans des villes littorales, dont Shanghai, Tianjin, Ningbo-Zhoushan, Guangzhou, Shenzhen, Zhanjiang, Shantou, Qingdao, Yantai, Dalian, Fuzhou, Xiamen, Quanzhou, Haikou et Sanya, et renforcera le rôle des aéroports de Shanghai et de Guangzhou en tant que hubs de transports internationaux. Elle élargira son ouverture pour faire approfondir les réformes, innovera le système et le mécanisme de l'économie ouverte, et intensifiera l'innovation technologique afin de former de nouveaux atouts lui permettant de prendre part, comme fer de lance, à la coopération et à la concurrence internationales, et de devenir le pionnier et la force principale de la construction de la Ceinture et de la Route, notamment de la Route maritime de la Soie du XXIe siècle. Elle fera jouer le rôle particulier des Chinois d'outre-mer ainsi que des régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao dans la construction de la Ceinture et de la Route, et adoptera des mesures appropriées pour favoriser la participation de la région de Taiwan à la construction du projet. 

Les régions intérieures. La Chine profitera des atouts des régions intérieures, à savoir, un territoire vaste, des ressources humaines abondantes et une bonne base industrielle, et s'appuiera sur des régions clés, dont les conurbations du cours moyen du Yangtsé, de Chengdu-Chongqing, de la Plaine centrale, de Hohhot-Baotou-Ordos-Yulin et de Harbin-Changchun, pour promouvoir la coopération entre les régions et la formation de pôles industriels, faire de Chongqing un point d'appui important pour la mise en valeur et l'ouverture de l'Ouest, et créer des pôles de l'économie ouverte à Chengdu, à Zhengzhou, à Wuhan, à Changsha, à Nanchang et à Hefei. La Chine accélérera la coopération des cours supérieur et moyen du Yangtsé avec le district fédéral de la Volga en Russie. Elle mettra en place un mécanisme de coordination pour le transport ferroviaire et le dédouanement dans le cadre des corridors Chine-Europe, créera la marque « Train Express Chine-Europe », et construira des corridors de transport reliant la Chine et l'étranger ainsi que l'Est, le Centre et l'Ouest du pays. La Chine soutiendra les villes intérieures, comme Zhengzhou et Xi'an, pour qu'elles construisent des aérogares et des ports continentaux internationaux, renforcera la coopération entre les ports intérieurs et les ports littoraux et frontaliers en matière de dédouanement, et développera à titre d'essai les services de commerce électronique transfrontalier. Elle optimisera la répartition régionale du contrôle spécial des douanes, innovera les modes du commerce de sous-traitance, et approfondira la coopération industrielle avec les pays riverains. 

VII. Actions actives de la Chine 

Depuis plus d'un an, le gouvernement chinois a travaillé activement pour promouvoir la construction de la Ceinture et de la Route, multiplier ses consultations et renforcer sa coopération pragmatique avec les pays riverains et mettre en place une série de mesures politiques afin d'obtenir les premiers résultats.  

Le rôle d'impulsion des échanges de haut niveau. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et d'autres dirigeants chinois ont effectué des visites dans une vingtaine de pays. Ils ont participé au Dialogue sur le Renforcement du Partenariat de l'Interconnexion et à la 6e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe et rencontré à plusieurs reprises les chefs d'État et de gouvernement concernés pour échanger des vues sur les relations bilatérales et le développement régional, expliquer le sens profond et la signification positive de la Ceinture et de la Route, et dégager de larges consensus quant à la construction conjointe de la Ceinture et de la Route. 

La signature du cadre de coopération. La Chine a signé des mémorandums de coopération sur la construction conjointe de la Ceinture et de la Route avec certains pays, des mémorandums sur la coopération régionale et frontalière ou des plans de développement relatifs à la coopération économique et commerciale à moyen et long terme avec des pays voisins. Elle a étudié et élaboré des programmes de coopération régionale avec d'autres pays voisins. 

La promotion de la réalisation des projets. La Chine a renforcé sa communication et ses consultations avec les pays riverains. Un certain nombre de projets clés de coopération, dont les conditions sont requises, ont été mis en œuvre, concernant l'interconnexion d'infrastructures, l'investissement industriel, l'exploitation des ressources, la coopération financière, économique et commerciale, les échanges culturels, la protection de l'environnement, la coopération maritime, etc. 

Le perfectionnement des mesures et politiques. Le gouvernement chinois, avec une vision globale, a mobilisé des divers moyens pour renforcer le soutien politique. La Chine a œuvré à la création de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, a pris l'initiative d'établir le Fonds de la Route de la Soie, et a renforcé le rôle d'investissement de la Fondation de coopération économique Chine-Eurasie. Le gouvernement chinois a encouragé ses institutions de compensation par carte bancaire et ses institutions de paiement à développer leurs opérations transfrontalières. La Chine œuvre pour la facilitation des investissements et du commerce, et favorise la réforme concernant l'intégration régionale du dédouanement.   

La valorisation des différentes plateformes. La Chine a organisé avec succès des sommets, des forums, des séminaires et des foires internationaux sur le thème de la Ceinture et de la Route. 

VIII.Construction conjointe pour un bel avenir      

La construction conjointe de la Ceinture et de la Route est une proposition de la Chine mais aussi une aspiration commune de tous les pays riverains. Sur un nouveau point de départ, la Chine souhaite, à travers la réalisation conjointe de la Ceinture et de la Route, mener des consultations avec les pays riverains sur un pied d'égalité, tenir compte des intérêts et préoccupations respectifs de différentes parties, et œuvrer ensemble pour une ouverture, une interaction et une intégration plus larges, plus profondes et à un niveau plus élevé. La construction de la Ceinture et de la Route, marquée par l'ouverture et l'esprit inclusif, s'ouvre à tous les pays et à toutes les organisations internationales et régionales, leur participation active sera la bienvenue. 

La construction conjointe de la Ceinture et de la Route doit se faire sur la base de la coordination des objectifs et de la consultation des politiques, sans chercher obstinément l'uniformité. Il s'agit d'un processus de coopération caractérisé par la souplesse, l'élasticité, la diversité et l'ouverture. La Chine entend travailler, de concert avec les pays riverains, pour enrichir et perfectionner sans cesse le contenu et les modes de coopération du projet de la Ceinture et de la Route, élaborer un calendrier et une feuille de route, et favoriser la synergie des plans de développement des pays riverains et des programmes de coopération régionale. 

Dans le cadre des mécanismes existants de coopération tant bilatérale que multilatérale, tant régionale que sous-régionale, la Chine entend coopérer avec les pays riverains sous forme de recherches conjointes, de forums, d'expositions, de formation, d'échanges d'idées et de visites, pour approfondir la connaissance et la compréhension des pays riverains sur le contenu, l'objectif et la mission de la Ceinture et de la Route. 

La Chine entend œuvrer, ensemble avec les pays riverains, pour poursuivre de manière régulière la mise en œuvre des projets pilotes, développer des programmes prenant en considération les intérêts bilatéraux et multilatéraux, lancer sans tarder les programmes dont les conditions requises sont réunies et faisant l'objet du consensus de toutes les parties en vue de récolter les premiers fruits. 

La Ceinture et la Route constituent une voie de respect et de confiance mutuels, de coopération et de gagnant-gagnant, ainsi que d'inspiration mutuelle des différentes civilisations. Tant que les pays riverains travaillent en toute solidarité et dans le même sens, nous pourrons tous ensemble inaugurer de nouveaux chapitres de la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route maritime de la Soie du XXIe siècle et apporter des bénéfices à tous les peuples riverains.