Commentaires

Les «trois intégralités» dans la version avancée de la stratégie de l’ouverture chinoise sur l’extérieur

Publié le:2015-03-31 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Hu Angang | Source:quotidien Guangming

Titre original : la nouvelle normalité de l'économie chinoise hisse la Chine à un nouveau palier. 

À l'heure actuelle, l'économie chinoise est entrée dans la nouvelle normalité. Ce qui signifie une nouvelle phase de développement avec l'apparition nouvelle des caractéristiques, des moteurs de développement et des tendances. Il faut donc trouver une nouvelle piste de réflexion et des mesures de développement appropriées. Entre 1978-2011, le décollage de l'économie chinoise a maintenu un taux de croissance en moyenne de 9,9% pendant 33 années consécutives. En raison de cette croissance à grande vitesse, l'environnement et les ressources ont frisé ou atteint leurs limites du supportable, donc il est nécessaire de ralentir volontairement la croissance. Ainsi peut-on dire que la nouvelle normalité constitue une période toute naturelle au cours du développement économique et social.  

Du point de vue des relations internationales, la Chine se trouve dans une période où elle se transforme d'une économie extravertie en la plus grande économie ouverte sur l'extérieur. Nous devons répondre sérieusement aux questions suivantes : quels sont les impacts de l'économie chinoise sur le monde après son entrée dans la nouvelle normalité ? Comment faire pour mieux appliquer sa politique de l'ouverture vers l'extérieur, participer à la gouvernance mondiale et apporter ses contributions à la communauté internationale ? 

I. Les effets du débordement et de l'externalité produits par le développement de la Chine

Ayant la plus grande population du monde, la Chine est en train de produire des effets externes positifs et d'apporter des contributions au monde extérieur sur au moins quatre volets. 

Premièrement, des effets externes économiques et leurs contributions. Les contributions qu'un pays peut apporter au monde sont proportionnelles à la fois à sa taille de l'économie et à son taux de croissance. Avec l'enchevêtrement des effets d'échelle et de vitesse dont elle dispose, la Chine s'impose comme le premier moteur de croissance de l'économie mondiale. Selon nos recherches basées sur le calcul des taux de change, entre 2000 et 2013, la part que la Chine contribue à la croissance du PIB mondial était de 19,2%, un chiffre dépassant celui de 15,5% des États-Unis ; Du point de vue de la parité du pouvoir d'achat, le taux de contribution de la Chine entre 2000 et 2013 était de 23,0% alors que celui des États-Unis était de 12,0%. En 2000, le PIB américain a atteint 10 trillions de dollars contre 1 trillion de dollars de la part de la Chine. Au moment où le PIB chinois s'est élevé à 10 trillions de dollars en 2014, celui des États-Unis était de 16,8 trillions de dollars. Si on prend en considération la fluctuation du taux de change et que la Chine maintienne un taux de croissance de plus de 7%, la Chine et les États-Unis vont monter côte à côte sur le stade de 20 trillions de dollars dans les 6 ans à venir.  

Deuxièmement, les effets externes du commerce et leurs contributions. Ces effets sont aussi liés à l'échelle et à la vitesse de croissance du commerce d'un pays. Entre 2000 et 2012, la part que le volume du commerce import-export de la Chine contribue à la croissance du commerce mondiale était de 12,8%, un chiffre plus élevé que 8,1% des États-Unis. La Chine est aussi le premier moteur de croissance pour le commerce international. En 2000, le volume de l'exportation et de l'importation des biens et des services de la Chine était de 474,3 milliards de dollars, mais à l'horizon de 2013, ce chiffre a déjà atteint 4 trillions de dollars. D'ailleurs, la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de 140 pays et territoires et deuxième ou troisième grand partenaire commercial de plusieurs dizaines de pays et territoires. Sans oublier le domaine du commerce des services, plus de 100 millions de citoyens chinois ont effectué leur voyage hors de Chine en 2014, la consommation totale était de plus de 1 trillion. C'est un bon exemple des effets du grand débordement que la Chine est capable de produire.  

Troisièmement, les effets externes scientifiques et leurs contributions. Selon le WIPO, entre 2000 et 2012, le nombre de demandes de brevets de la Chine a passé de 3,77% à 27,80% de celui du monde, la Chine a réalisé donc pour la croissance de demandes de brevet mondiales un taux de contribution de 61,95% qui a dépassé 25,46% des États-Unis, devenant le premier demandeur de brevets mondial. En 2014, le nombre de demandes de brevet acceptés à l'intérieur du pays s'est élevé à 928 mille, ce qui a permis à la Chine d'occuper la première place mondiale dans ce domaine pendant 4 années consécutives ; Le nombre de demandes de brevet PCT accepté a atteint 26 mille, occupant la troisième place dans le monde. D'ailleurs, la Chine est aussi le plus grand marché mondial des produits de hautes technologies, elle représente aussi le plus haut taux de croissance quant à l'application des hautes technologies.  

La contribution de la Chine pour l'éradication de la pauvreté. À l'horizon du XXIème siècle, le premier objectif commun de la communauté internationale consiste à proposer un plan pour la réduction de la pauvreté, à savoir l'OMD. Selon le seuil de pauvreté international (la dépense de consommation par habitant reste moins de 1,25 dollars par jour) et d'après les données de la Banque mondiale, en 1990, 683 millions de pauvres étaient des Chinois avec un taux de risque de pauvreté de 60%; En 2010, ce nombre a diminué à 157 millions avec un taux de risque de pauvreté de 11,8%. Selon le nouveau seuil de pauvreté, en 2014, le nombre des personnes vivant au-dessous de ce seuil va tomber à 70,14 millions en 2014 contre 165 million en 2010, ce qui représente une diminution en nombre de 95,53 millions de personnes et un taux de risque de pauvreté de 5%. Dans l'ensemble, cette réalisation est à la fois la plus grande contribution pour l'édification sur tous les plans de la société de moyenne aisance et pour le projet de réduction de la pauvreté de la communauté internationale. 

L'accès de l'économie chinoise à la nouvelle normalité signifie qu'un pas en avant basé sur les progrès précédents a été franchi. Une croissance à grande ou moyenne vitesse de l'économie chinoise dans les 10 ou 20 années à venir va continuer à produire de plus grands effets du débordement et de l'externalité engendrés par les impacts de la taille du pays et de sa vitesse de développement. D'abord, un impact de la taille de plus en plus important qui se caractérise par une taille de plus en plus grande de l'économie, du commerce, des talents scientifiques (plus de 60 millions de personnes) et des brevets d'invention. Ensuite, un impact de la vitesse du développement, en maintenant une croissance de 7% par an, l'économie chinoise peut réaliser un incrément qui est égal au PIB annuel de l'Indonésie, 15ème économie mondiale. D'un point de vue de l'ensemble des effets de l'impact de la taille et de la vitesse de croissance, la Chine demeure non seulement le premier moteur pour la croissance économique, commercial et d'inventions, son taux de contribution va continuer à augmenter. En un mot, la Chine va apporter au monde plus d'opportunité et d'espace de développement. 

II. Les « trois intégralités » dirigeant les relations entre la Chine et les pays étrangers

Les relations entre la Chine et le monde extérieur ont connu des changements fondamentaux et historiques au XXIème siècle. En partageant encore plus d'intérêts en commun et en maintenant des liens encore plus étroits avec les autres pays du monde, la Chine joue un rôle décisif dans les relations internationales et dans des communautés d'intérêts. Dans le contexte de la nouvelle normalité, comment la Chine réagit aux défis lancés par l'ouverture globale, par la participation sur tous les plans à la gouvernance mondiale et contribue au développement du monde ? Si nous disons que la nouvelle normalité de l'économie chinoise constitue une version avancée du développement économique de la Chine, les « trois intégralités » sont en quelque sorte la version avancée de la stratégie de l'ouverture sur l'extérieur de la Chine, elles sont aussi une stratégie primordiale dans la gestion des relations entre la Chine et les pays étrangers.  

L'ouverture sur tous les plans sur l'extérieur est une force motrice externe du développement économique dans la nouvelle normalité, alors que l'approfondissement tous azimuts de la réforme en constitue la force motrice interne. L'ouverture sur l'extérieur fait non seulement partie de l'approfondissement de la réforme, elle en est aussi une extension en espace. Plus la Chine s'ouvre sur l'extérieur, plus la compétition qu'elle affronte est grande et cette grande compétition peut se transformer en force motrice très importante. De la politique dite introduire de l'étranger à celle de sortir du pays, d'attirer les investissements étrangers à encourager les Chinois à investir à l'étranger : au cours de ce processus, beaucoup de nouveaux moteurs de croissance ont été créés, la stratégie dite une ceinture et une route a été enrichie, des ressources dont nous avons besoin ont été acquises et un espace de développement sans limite a été créé. Nous avons fait preuve de la stratégie de gagnant-gagnant (le développement pacifique et coopération mutuellement bénéfique). Comme ce qu'a été indiqué à l'occasion du XVIIIème Congrès du PCC : porter haut levé le drapeau de la paix, du développement, de la coopération et du gagnant-gagnant, l'orientation principale de la politique d'ouverture sur tous les plans consiste à former une communauté d'intérêts, de destin et de responsabilité englobant la Chine et les autres pays du monde. 

La participation à la gouvernance mondiale, c'est à la fois un moyen important pour établir une structure et un mécanisme économique et politique internationaux plus démocratiques, justes et équilibrés, et en même temps un choix de l'évidence et de la raison pour la Chine afin qu'elle puisse jouer son rôle de l'un des plus importants pays-dirigeants du monde. Avec l'émergence des pays en développement, la réforme est à l'ordre du jour pour rendre le système actuel des institutions internationales plus inclusif, juste et négociable car cela permet à une meilleure croissance économique et favorise la mise en place d'une économie mondiale plus ouverte. Cette réforme exige que qu'on donne plus de représentativité et de droit à la parole aux pays en voie de développement. Cela a pour objectif de faire en sorte que les institutions internationales puissent offrir des produits publics de manière appropriée et opportune. 

Faire des contributions au développement de l'humanité, c'est un choix de l'évidence dicté par la voie du développement pacifique à laquelle la Chine s'en tient depuis toujours, c'est aussi un exemple concret de la stratégie d'ouverture et de gagnant-gagnant ; cela s'adapte aux intérêts fondamentaux sur le long terme de tous les pays du monde mais aussi de la Chine elle-même. Pour ce faire, le développement de la Chine peut apporter au développement de l'humanité de plus en plus de contributions qui se définissent par quatre aspects : en tant que premier moteur, la Chine peut contribuer à la croissance économique mondiale ; promouvoir l'intégralité économique, la libéralisation du commerce et de l'investissement, faciliter les services et stimuler la croissance commerciale du monde. Favoriser la révolution des énergies vertes, l'industrie verte, la révolution des transports verts et la révolution de l'architecture verte pour promouvoir l'économie d'énergie et la réduction des rejets polluants ; faire progresser le développement équitable et réduire l'écart entre les pays du Nord et ceux du Sud et faire des contributions au développement de toute l'humanité, de l'égalité et de l'inclusivité du développement. 

 (Auteur : président du Centre de Recherches sur l'État de l'Université Tsinghua )