Commentaires

7% est le nouveau point de départ vers la voie du développement sur l’innovation
——Comment voir le taux de croissance économique de la première moitié de l’année de notre pays

Publié le:2015-08-19 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Zhang Ping | Source:Quotidien Guangming

Le taux de croissance économique de la première moitié de l'année 2015 est de 7%, c'est le nouveau point de départ de l'économie de la Chine vers la voie du développement sur l'innovation. D'un point de vue pratique, l'économie de la Chine en 2015 a montré une forte dualité. D'une part, si les entreprises traditionnelles ne mettent pas de réformes, qu'elles ni fassent de l'innovation technologique ni réalisent la modernisation industrielle, elles n'auront aucun moyen de survivre ; d'autre part, un grand nombre de petites entreprises innovantes des secteurs émergents, de l'Internet + et d'un nouveau modèle commercial se développent rapidement, elles ont restructuré le stock des ressources et réalisé une croissance rapide poussée par le marché des capitaux. En fait, l'économie chinoise se trouve à la phase de transformation à grande friction, bien que du point de vue des indices de consommation de l'électricité et d'autres énergies, la croissance soit lente, les statistiques traditionnelles ne révèlentpas le rôle de l'innovation, du point de vue de nouveaux indices introduits dans le nouveau système de calcul du PIB révisé par la Banque mondiale en 2008, tels que la propriété intellectuelle, la R & D, la rente de la ressource et les options des employés, les explorations de l'innovation de l'économie de la Chine sont bien réelles, et elles se développent assez vite. On peut prévoir que l'année 2015 est la première année de la transformation de l'économie de la Chine, donc il faut avoir une connaissance théorique sur ce sujet. 

Pour enjamber la « trappe », l'essentiel est l'innovation 

Dans les années 1950, le milieu universitaire a fait des explorations d'une manière concentrée sur la « trappe à pauvreté», également appelée la « trappe malthusienne », soit les effectifs de la population fluctuent autour de la productivité naturelle et il est impossible d'échapper à l'entrave des forces de la nature et la société reste ainsi dans la pauvreté. Après la révolution industrielle, les gens se sont débarrassés des contraintes des forces de la nature, la population s'est accrue et s'est enrichie, tout en échappant à la trappe malthusienne, les pays en retard de développement ont enjambé la trappe à pauvreté dans la structure duale de l'économie pour réaliser la modernisation en introduisant le secteur industriel moderne. La Chine a réussi à enjamber la trappe à pauvreté, pourtant, il existe beaucoup de pays qui ont de la difficulté à la franchir. Dans le nouveau siècle, la Banque mondiale, se référant aux expériences statistiques dans le monde, a inventé le terme « la trappe à revenu intermédiaire », elle croit que maintenant ce sont principalement les pays et les régions de l'Asie de l'est qui ont franchi la trappe à revenu intermédiaire et qui sont devenus des pays développés, et que la plupart des pays d'Amérique latine errent encore dans la trappe, ils ont besoin de la franchir. Maintenant, les pays développés proposent la théorie de la « trappe à revenu élevé », ils croient que les pays développés sont entrés dans une phase de stagnation à long terme. 

En fait, toutes les théories standards de la croissance économique supposent que les facteurs économiques respectent la loi des rendements marginaux décroissants, donc la croissance économique convergerait sur une piste de stabilité de l'équilibre. Cela disant, la question de la « stagnation » peut se poser à toutes les phases du développement de l'économie. Puisque seul le progrès technologique est supposé être exogène, donc, pour rompre l'équilibre, la révolution et l'innovation technologique sont la solution unique, la stimulation du développement par l'innovation vient de la concurrence axée sur le marché.  

Après la crise financière de 2008 aux États-Unis, un grand nombre d'économistes ont commencé à discuter de la théorie de la «stagnation à long terme» et de «nouveaux faits stylisés de Kaldor ». Les chercheurs ont constaté que, grâce à plus d'éléments novateurs, il est possible de résoudre le problème proposé de la théorie des «faits stylisés de Kaldor » que les facteurs de production convergent sur une piste de stabilité de l'équilibre. Maintenant, la logique de la théorie du retour à la moyenne de la croissance de l'économie chinoise discutée à l'intérieur et à l'extérieur du pays réside dans la théorie de la stabilité de l'équilibre proposée par la théorie des «faits stylisés de Kaldor ». Différente de celle-ci, la théorie de «nouveaux faits stylisés de Kaldor » souligne qu'en plus des innovations technologiques générales, il existe beaucoup de nouveaux facteurs de croissance qui présentent les caractéristiques des rendements d'échelle croissants, tels que les informations, les savoir-faire, l'éducation, le partage créatif, le système et d'autres nouveaux facteurs de l'offre.Ils peuvent non seulement apporter une nouvelle innovation technologique, mais aussi devenir une partie importante de cette production et consommation, faciliter l'intégration de la production et de la consommation des connaissances, devenir ainsi un acteur important pour faire sauter le goulet d'étranglement du développement de l'économie. 

Dans le même temps, le nouveau système statistique lié à la production des connaissances commence à suivre. En 2008, la Banque mondiale a lancé une nouvelle version du système de comptabilité SNC pour le calcul du PIB. Premièrement, ce système a introduit deux conceptions les plus importantes, soit « propriété légale » et « propriétaire économique », en  attachant une grande importance au calcul des risques à assumer et des gains à jouir par les utilisateurs réels. Deuxièmement, ce système a listé les produits de propriété intellectuelle dans le PIB, les éléments anciennement listés comme prix de revient, tels que la recherche et le développement, l'exploration des ressources, les bases de données, sont devenus des éléments de valeur ajoutée du PIB, de nombreux produits jouis dans la vie spirituelle sont quant à eux des éléments de fourniture mais pas de consommation, . Troisièmement, ce système a introduit les « options des employés ». Il intègre les comptes des options dans le système de rémunération, soulignant le facteur de l'humanité. De ce fait,ces profits de l'actif sont devenus les revenus des ressources humaines. Quatrièmement, ce système a introduit la rente de la ressource, reflétant le principe de la protection des intérêts des utilisateurs réels. Évidemment, le nouveau système de comptabilité renforce le développement sur l'innovation, la production de la propriété intellectuelle et les ressources humaines sont considérées comme les éléments fondamentaux pour la transformation de l'économie moderne, l'ancienne conception de propriété de l'actif a été diluée. 

À l'heure actuelle, il existe de nombreuses entreprises innovantes en plein essor en Chine, l'établissement d'une nouvelle société est un phénomène très populaire. Parmi les dix sociétés d'Internet dont les valeurs marchandes sont les plus hautes du monde entier, il existe quatre sociétés chinoises. De nos jours, les dépenses de R & D, de l'éducation, de la culture et des divertissements augmentent rapidement, bien que ces changements ne puissent pas être listés dans le système statistique, les savants ont noté que par rapport au passé, dans la croissance de la même vitesse se cachent une qualité du développement différente et la nouvelle connotation de l'innovation. Nous intégrons l'ancienne économie à travers l'innovation et l'entreprenariat pour briser la stagnation du développement ou nous continuons de donner de l'argent aux « sociétés zombies », augmenter le prix de revient de la nouvelle économie, même revenir à l'ancien système traditionnel, cela est essentiel pour résoudre le problème. 

Réaliser la transformation de l'économie dans le rééquilibrage 

Depuis 2012, la croissance économique de la Chine se ralentit, dans la première moitié de cette année, le taux de croissance est de 7%, le PPI (Indice des prix des producteurs) est négatif en trois années successives.Selon la théorie de la croissance économique potentielle, le taux de croissance économique de la Chine est inférieur au taux de croissance potentielle, l'émergence d'un écart de production négatif conduit à une baisse soutenue de l'indice des prix des producteurs. D'une manière générale, pour interpréter la croissance économique qui est inférieure au taux de croissance potentielle, la plupart du temps on discute sur les chocs extérieurs, à savoir que les chocs économiques internationaux ont conduit à une croissance économique réelle inférieure au taux de croissance potentielle. Comme nous le savons tous, pour faire face à la crise financière mondiale en 2008 aux États-Unis, la Chine a adopté une politique budgétaire proactive ; en 2010, lors de la crise de la dette en Europe, la Chine a maintenu le niveau de croissance économique égal au taux de croissance potentielle en prenant une politique monétaire souple. Mais maintenant, la récession mondiale continue sans amélioration, donc la Chine change la politique pour résoudre cette crise, en refusant de prolonger la politique temporaire d'anti-crise. Depuis 2014, la Chine a abaissé ses prévisions de croissance, lancé la théorie et les politiques économiques  concernant la nouvelle normalité pour répondre activement aux impacts de la récession de l'économie mondiale à long terme et trouver d'espace pour la transformation de l'économie de la Chine.   

L'économie chinoise subit non seulement des chocs externes internationaux, elle connaît aussi la restructuration à l'intérieur du pays, en particulier dans le domaine de la réduction des émissions de carbone qui développe assez vite et qui pousse la transformation et la modernisation des industries traditionnelles. Du point de vue de comptabilité économique, une réduction significative des émissions de carbone est un des chocs extérieurs périodiques, selon le modèle de fonction de production, l'impact annuel est au moins de 0,5 à 1 point de pourcentage. 

À la réponse proactive aux deux impacts périodiques de récession de l'économie mondiale et de réduction des émissions de carbone, l'économie de la Chine présente un taux de croissance de 7% à la première moitié de l'année 2015.  C'est un résultat qu'on n'obtient vraiment pas facilement, et cela donne de l'espace pour la restructuration de l'économie. 

Au cours des 50 dernières années, l'économie mondiale a connu 28 renversements de balance favorable. À travers des analyses et des études sur les expériences et les cas d'un grand nombre de pays et régions, le Fonds monétaire international (FMI) a trouvé que le rééquilibrage est une importante période du temps pour la restructuration d'un pays. Premièrement, la croissance de l'économie sera réduite en raison du rééquilibrage d'environ de 0,3 à 1,2 points de pourcentage. Deuxièmement, la restructuration accélérera, dont l'acteur le plus actif sera l'investissement qui contribue moyennement 3,3 points de pourcentage, tandis que la consommation privée aura une augmentation de 0,8 point de pourcentage, le rôle de moteur de l'excédent commercial diminuera. Troisièmement, la structure des secteurs et de l'emploi sera rajustée, la proportion des secteurs non commerciaux y compris le secteur des services va augmenter, l'emploi dans le secteur commercial et le secteur non commercial sera restructuré. Quatrièmement, l'innovation accélérera, la proportion de la haute technologie augmentera d'une manière significative, et la position de l'économie du pays sera améliorée dans la chaîne de valeur de division du travail internationale. 

Ainsi, le processus du rééquilibrage de l'économie peut promouvoir la restructuration économique et l'innovation. Depuis 2014, la nouvelle économie chinoise représente pleinement ces caractéristiques ci-dessus de la transformation structurelle : l'économie de la Chine a subi l'impact de la récession internationale, le taux de croissance économique est inférieur au taux de croissance potentielle de plus de 0,5 point de pourcentage. Dans ce cas-là, la Chine a réussi à stabiliser la croissance économique au travers de l'expansion agressive de l'investissement pour diminuer l'impact de la récession de la demande ; sur le plan de la restructuration, nous avons pris une attitude plus proactive, la proportion du secteur des services s'est nettement améliorée tout en créant un grand nombre d'emplois, le progrès technologique s'est accéléré. 

Du point de vue de calcul du taux de croissance potentielle. selon la fonction de production classique, la capacité d'accumulation des éléments de la Chine a effectivement chuté. Mais, selon la nouvelle théorie de l'offre des éléments, si nous pouvons fournir des arrangements institutionnels pour optimiser les ressources, améliorer le capital humain, accroître les investissements dans la recherche pour promouvoir le progrès technologique, promouvoir l'interaction entre la production et la consommation des connaissances, l'Internet + et d'autres nouveaux éléments favoriseront la réalisation du rendement d'échelle croissant, pour compenser le rendement d'échelle décroissant des capitaux et des éléments de travail classiques, en formant de nouveaux points de croissance économique. Par conséquent, si nous pouvons libérer la vitalité de la croissance économique grâce à la réforme, augmenter substantiellement l'offre de nouveaux éléments, améliorer constamment la contribution de l'innovation, la Chine pourra atteindre les niveaux de revenu intermédiaire et élevé. En bref, l'innovation est la clé du développement économique de haute qualité, ce qui demande l'approfondissement intégral de la réforme économique. 

Options institutionnelles et politiques pour la restructuration économique 

Le noyau de la transformation économique de la Chine est l'approfondissement intégral de la réforme économique, dont la chose la plus importante est de faire du marché une force décisive dans la répartition des ressources, de sorte que le développement sur l'innovation puisse être encouragé d'une manière positive. Dans le même temps, il faut faire jouer le rôle de stabilisateur les politiques macroéconomiques, promouvoir la transformation axée sur l'innovation dans les domaines de taux d'intérêts, impôts, réglementation et d'autres aspects. 

D'abord, nous devons approfondir la réforme institutionnelle de la répartition des ressources du marché. Il faut briser le mécanisme de l'intervention du gouvernement à long terme dans la répartition des ressources et laisser le marché allouer des ressources. Premièrement, le gouvernement devrait changer leurs fonctions, simplifier l'appareil administratif et procéder à la décentralisation afin de réaliser radicalement la séparation des attributions des entreprises de celles des administrations. Deuxièmement, il faut promouvoir la formation aussi rapidement que possible du marché unifié, réaliser l'ouverture d'un niveau plus haut, c'est-à-dire l'ouverture des éléments du marché, résoudre le problème de fragmentation dans les domaines du marché des capitaux, de la mobilité des personnes, des infrastructures et des informations. Troisièmement, il faut changer la situation actuelle de « fragmentation » dans le système de l'administration, promouvoir l'approfondissement de la division du travail et les retombées de l'innovation. Quatrièmement, il faut renforcer l' État de droit, normaliser l'ordre économique du marché. 

Ensuite, la libération du stock sera réalisée à travers la réforme. Dans l'avenir, il faut accélérer la restructuration et la réforme des établissements d'intérêt public pour la science, l'éducation, la culture et la santé, promouvoir le développement du secteur des services. Bien que le secteur des services se développe assez rapidement, la plupart des sociétés sont dans les métiers peu efficaces, la productivité du travail dans les industries manufacturières est près de deux fois plus grande que celle des services. La raison principale est que d'une part la partie principale de l'industrie des services moderne de la Chine existe dans des établissement d'intérêt public, tels que les établissements pour la science, l'éducation, la culture et la santé ; d'autre part, il existe des contrôles stricts dans les domaines des télécommunications, de la finance, des chemins de fer, de la navigation maritime et dans les services publics (tels que l'approvisionnement en eau, électricité et gaz, l'assainissement, etc.). Ces départements des services représentent plus de 80 % de la valeur du secteur des services selon le calcul de l'économie développée. La combinaison entre la réforme des établissements d'intérêt public et la déréglementation va libérer le stock dans le secteur des services moderne de la Chine, et cela est crucial. 

Et puis, il faut restructurer la dette locale, protéger l'initiative d'investissement en infrastructure et promouvoir la réforme fiscale. Au cours des dernières années, les gouvernements locaux de la Chine ont effectué des emprunts à grande échelle pour les infrastructures, tout en formant des actifs énormes des infrastructures importantes, y compris celles de l'éducation, de la culture, des soins de santé et ainsi de suite. Ces actifs ont un faible rendement à court terme, dont le flux de trésorerie est également mauvais, mais ils sont importants pour l'amélioration du capital humain, ils sont fondamentaux pour la transformation économique de la Chine. À cet égard, le gouvernement central peut émettre des obligations nationales spéciales à long terme au taux d'intérêt bas selon la durée du projet, le taux de rendement, les externalités économiques du projet et les caractéristiques fonctionnelles, acheter les actifs d'infrastructure des gouvernements locaux pour alléger leurs fardeaux de dette, promouvoir la réforme de l'administration et de la répartition des ressources des gouvernements locaux. Grâce à ces réformes fiscales, il est possible de  promouvoir le changement de la fiscalité qui prend la taxe à la valeur ajoutée des sociétés industrielles comme partie principale vers une fiscalité qui prend comme partie principale les impôts directs liés à la consommation, aux revenus et aux  gardes des biens, afin d'affaiblir l'accent sur les incitations fiscales à l'investissement productif  mis par les gouvernements locaux.  

Enfin, il faut promouvoir la réforme financière pour une transformation fondamentale de la répartition des ressources. Il faut faire changer le mode de la répartition des ressources marqué par la promotion du développement d'échelle par le crédit bancaire pour le passer progressivement à la répartition des ressources par le marché des capitaux de sorte de promouvoir le développement de la «capacité d'innovation». 

(L'auteur est directeur adjoint de l'Institut de recherche économique de l'Académie des sciences sociales de Chine)