Commentaires

Saisir la nouvelle normalité de l’économie chinoise dans les mutations de la structure mondiale

Publié le:2015-09-28 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:LI Wei | Source:QIUSHI N°18 2015

Le rajustement approfondi de la structure de l'économie mondiale et l'entrée dans la nouvelle normalité du développement de l'économie de notre pays, marquent que de grandes mutations périodiques se produisent dans l'environnement intérieur et extérieur du développement socio-économique de notre pays. Saisir correctement les nouvelles caractéristiques et tendances de la structure de l'économie mondiale, agripper les nouvelles opportunités produites dans le rajustement de nouveau cycle de l'économie globale, fixer progressivement les nouveaux avantages ; connaître, et s'adapter à la nouvelle normalité et la guider ; réaliser une transition stable entre les anciennes et nouvelles forces motrices dans la transformation du mode de développement et l'optimisation de la structure économique ; il s'agit là de la clé pour maintenir une croissance à moyenne et haute vitesse et monter dans un niveau plus haut.

I. Fixer les nouveaux avantages dans le rajustement de la structure mondiale

Au cours des 30 années passées, une série des changements importants ont eu lieu dans le domaine économique sur l'échelle mondiale, ce qui a modifié profondément la structure économique globale. Les caractéristiques les plus remarquables sont comme suivantes : la croissance économique du corps développé et celle du pays en développement montrent une différence évidente ; la vitesse de croissance du pays en développement est deux fois de celle du corps développé ; dans le domaine du volume total économique, la part des pays en développement dans l'ensemble est passée de 25% en 1980 à 39% en 2014. Dans ce processus, la Chine a joué un rôle central : parmi les 14 points de pourcentage haussés de la part des pays en développement, la Chine y a contribué 11 points de pourcentage.

Après la crise financière internationale en 2008, même si la tendance principale n'a pas changé radicalement, il montre quand même des nouvelles caractéristiques. La vitesse de croissance économique globale baisse tandis que la vitesse de croissance du corps économique développé se différencie de celle du pays en développement. Dans le bloc du corps économique développé, l'économie des États-unis est le premier à se redresser, et montre une forte stabilité ; la contradiction radicale de la structure intérieure économique de l'Union Européenne et du Japon ne s'est pas encore dissipée, ils ne se sont pas encore tirés de l'impact négatif de la crise ; parmi les pays en développement, la situation de croissance de l'Inde et de la Chine est meilleure que celle de la Russe, du Brésil, de l'Afrique de sud et d'autres pays. Les politiques différentes prises pour s'adapter aux divers états économiques ont aggravé l'instabilité de l'économie globale, l'environnement mondial pour les divers pays est plus compliqué.

Autrefois, en s'appuyant sur les avantages de la main-d' œuvre, de la terre et d'autres facteurs à bas coût, la Chine a agrandi l'ampleur de son ouverture et s'est activement intégrée dans l'économie mondiale, et a saisi les grandes opportunités produites par la délocalisation des industries globales. Et à travers la combinaison avec les avantages des pays développés dans le domaine de capitaux, technologie et gestion, elle a créé un miracle de croissance. Maintenant, les conditions intérieures et extérieures sur lesquelles s'appuie notre développement ont eu des changements profonds. Il faut surtout s'attacher une importance spéciale aux trois aspects suivants.

Les demandes extérieures fléchissent. Après que la crise financière globale éclate, la croissance de l'économie mondiale a ralenti, la compétition internationale s'est accentuée, le protectionnisme a monté la tête, la vitesse de croissance du commerce a beaucoup baissé. Entre 2012 et 2014, au cours de ces trois années, la vitesse de croissance du commerce sur l'échelle mondiale est restée continuellement inférieure à 3%, la vitesse de croissance moyenne annuelle n'est que 2,4%, loin du niveau moyen avant la crise qu'est 7%. Au cours des 5 ans avant la crise, la vitesse de croissance du volume commercial a été presque deux fois de celle de PIB, alors que maintenant la proportion de ces deux vitesses est descendue jusqu'à 1:1. La disposition de la libéralisation du commerce se caractérise plutôt par l'intérêt réciproque, c'est-à-dire que la disposition du mécanisme de commerce régional a multiplié.

Les avantages comparatifs traditionnels sont en train de s'atténuer. Autrefois, les plus grands avantages comparatifs de notre pays résident dans la main d'œuvre. Au fur et à mesure du changement de la structure démographique, les intérêts de la population de notre pays ont progressivement disparu, le coût du travail ne cesse d'augmenter. Par rapport au pays voisins, nous n'avons plus d'avantages. Par exemple, le coût de la main d'œuvre de l'Inde et de l'Indonésie est presque une moitié de celui de notre pays, celui de Vietnam est un tiers, celui de Cambodge un quart.

La révolution de la nouvelle technologie exerce une influence profonde sur la disposition de division du travail. La fabrication intelligente, les nouveaux matériaux, l'impression 3D, l'infonuagique et d'autres nouvelles technologies sont en train de modifier la disposition traditionnelle de division du travail caractérisée par la technologie du pays développé plus la main d' œuvre des pays en développement plus le marché des pays ayant hauts revenus ; l'unification de la chaîne de valeur, la dispersion de la production et la globalisation du marketing deviennent une nouvelle tendance, la compétitivité des pays situés au plafond de l'industrie de fabrication tels les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, l'Angleterre, la France, a fortifié remarquablement.

Malgré les divers défis, la Chine reste toujours dans la phase importante d'opportunités stratégiques où l'on peut accomplir de grands exploits. Nous disposons des conditions et de capacité pour saisir les opportunités pour fixer progressivement les nouveaux avantages.

L'ampleur considérable du marché de la Chine attire bien des collaborateurs. Malgré le ralentissement de la croissance économique, le volume ajouté économique de la Chine en 2014 s'élève à plus de 800 milliards de dollar américain. Selon les statistique de la Banque Mondiale, ce volume ajouté dépasse le volume total de toute l'année 2014 des pays moyen-développé dont la Turquie; le volume d'import des marchandises de la Chine chaque année est de 2 000 milliards de dollar américain, soit environ le volume total du dixième grand corps économique du monde ;  La Chine est devenue le deuxième grand exportateur des touristes du monde. En 2014, le nombre des visiteurs à l'étranger a franchi 100 million, et le volume de consommation s'est élevé à 164,8 milliards de dollar américain. Ces statistiques montrent que la Chine dispose d'un marché à grande potentialité, une des raisons importantes qui permettent d'attirer des collaborateurs.

La qualité de main d'œuvre de la Chine ne cesse d'augmenter. On a des ressources humaines très riches. Chaque année, il y a plus de 7 millions de diplômés qui sortent de l'université, d'ailleurs, plus de 2 millions de personnes suivent une formation continue à l'université de radio et TV ou dans l'établissement supérieur des adultes. Une grande partie de diplômés satisfont aux standards d'embauché des entreprises transnationales. C'est une des raisons importantes pour expliquer pourquoi de plus en plus d'entreprises transnationales choisissent la Chine pour établir le siège général de recherche et de développement (R&D). L'équipe de talents à haute qualité est devenu un nouvel avantage pour nous dans la compétition mondiale.

La Chine possède des grands avantages dans l'exploitation du nouveau marché. Beaucoup de nouveaux corps économiques sont en train de pousser en avant l'industrialisation, l'informatisation et l'urbanisation. La construction des infrastructures et des parcs industriels sont les points importants. La Chine a accumulé une riche expérience sur ces domaines. On a établi un système complet industriel et a obtenu une capacité forte d'assortiment industriel. Située dans la même phase, avec la préférence de consommation et technique similaire, la Chine a une compétitivité plus forte dans le domaine d'exploitation du nouveau marché, ce qui est favorable à maintenir le développement stable au cours du rajustement, de la reconversion et de l'optimisation de la structure industrielle.

L'influence exercée par la crise sur l'économie réelle nous a rapporté des opportunités de fusions et acquisitions à bas coût à l'étranger. La crise financière internationale influe surtout sur l'économie réelle, ce qui entraîne la rupture de la chaîne de capitaux et la difficulté d'exploitation de nombreux entrprises étrangères ayant des techniques avancées et des marques reconnues internationales. Ils ont besoin urgent des collaborateurs compétents, ce qui fournit des opportunités à nos entreprises pour qu'elles puissent sortir du pays sur une grande envergure. Par exemple, Geely a acheté Volvo, Sany a acheté PUTZMEISTER, et Lenovo a acheté Motorola, ce sont tous des cas réussis de savoir saisir des opportunités.

II. Developper activement de nouveaux moteurs sous la nouvelle normalité

Des études montrent qu'il est impossible de maintenir perpétuellement une croissance à haute vitesse, et que presque toutes les entités économiques en route de rattrapage connaîtront un net repli après une phase de croissance à haute vitesse. Par exemple, les entités de l'asie est telles le Japon et la Corée du sud, qui ont un cours de rattrapage et une voie d'évolution industrielle similaires à la nôtre, ont connu aussi un tel processus, l'éventail moyen de baisse de la vitesse de croissance économique est environ 30%. Maintenant, le PIB par habitant en moyenne (évalué selon le niveau moyen de pouvoir d'achat) de la Chine est presque le même que celui du Japon au début des années 70 du dernier siècle, et celui de la Corée du sud au début des années 90. Nous nous situons justement dans la phase où la croissance à haute vitesse passe à la moyenne ou chute encore tout comme le Japon et la Corée du sud d'alors, qui sont des entités économiques industrielles typiques d'émergence. Sous le règne de la loi de l'évolution des entités économiques d'émergence, la croissance de la Chine a remarquablement changé sa vitesse; différent de la phase de croissance à haute vitesse qui se caractérise par le rattrapage industriel, l'économie actuelle montre progressivement de nouvelles caractéristiques et règles.

La structure de demande et les moteurs ne sont plus les mêmes qu'avant. Premièrement, la puissance d'entraînement de l'exportation s'est affaiblie. A cause de la crise financière internationale, l'économie mondiale est entrée dans la phase de croissance languie, et l'espace de demande extérieure s'est réduit. En même temps, à cause du changement des conditions et des facteurs, notre avantage traditionnel est remarquablement affaibli. Deuxièmement, il est difficile de tenir en haut l'investissement. Après un développement à haute vitesse de plus de 30 ans, beaucoup d'industries traditionnelles de la Chine sont déjà saturées, plusieurs produits industriels typiques sont arrivés ou s'approchent du sommet, le problème de surproduction s'accentue, l'efficacité de l'investissement continue à chuter. Le nombre moyen du logement en ville par hu (famille) dépasse 1; le marché d'immobilier commence à faire une reconversion de tendance ; la crête d'investissement de mise en chantier est déjà passée. Les principaux cadres des infrastructures et la construction des grandes lignes principales ont été achevés pour l'essentiel ; même s'il y a encore de l'espace d'investissement, sa force d'entraînement a déjà beaucoup baissé. Troisièmement, l'optimisation de la structure de consommation est accélérée, la puissance explosive centralisée est affaiblie. Déjà finie la phase de consommation de copinage entraînée par logement, électroménager et véhicules; déjà commencée la période des divers demandes de consommation telles que la poursuite d'individualité, de haute qualité, de propreté et de santé.

Les conditions d'offre sont modifiées profondément. Premièrement, la structure d'offre des mains-d'œuvre se transforme. Depuis 2012, la population active de la Chine commence à réduire, on prévoit que pendant tout le treizième quinquennat, la population active diminuera en moyenne de deux millions chaque année, le point d'inflexion Lewisien a apparu, le potentiel de déplacement des mains-d'œuvre surplus ruraux a beaucoup baissé. Deuxièmement, le taux d'investissement a baissé. Au premier semestre de l'année 2015, le profit réalisé par les sociétés industrielles d'échelle de tout le pays a diminué de 0,7% par rapport à la même période ; la baisse du niveau de profit a exercé une influence directe sur l'investissement, qui baisse alors progressivement. Troisièmement, la contrainte des ressources des terres est de plus en plus grave. La Chine a un territoire immense, mais les ressources de terre exploitables sont limitées. Au cours de ces dernières années, la contradiction entre la promotion de l'industrialisation, de l'urbanisation, de la construction des infrastructures, et la protection des terres cultivées est de plus en plus grave, le prix de la terre a beaucoup augmenté, ce qui entraîne alors la hausse du prix des propriétés immobilières et aussi la hausse du loyer d'immeuble. Tout cela influe remarquablement sur la vie des habitants et l'exploitation des entreprises. D'ailleurs, pour certaines régions, le problème de pollution d'air, d'eau et de sol est assez grave, la capacité de charge de l'environnement s'approche de la limite ou déjà arrivée à la limite. Quatrièmement, la vitesse de croissance de la productivité de facteur total a baissé. Entre 1978 et 2008, la croissance annuelle en moyenne de la productivité de facteur total s'élève à 3,7%; mais après 2009, la vitesse de cette croissance a remarquablement baissé : entre 2009 et 2014, la vitesse de croissance annuelle en moyenne n'est que 1,5%. Actuellement, l'espace d'introduction directe des techniques de l'étranger est remarquablement restreint, le déplacement des facteurs de l'industrie agricole à l'industrie non-agricole fournit une force d'entraînement moins puissante. D'une part, c'est à cause de la loi particulière du rattrapage de technique ; de l'autre part, cela montre que la voie originaire d'augmentation de la productivité de la Chine ne peut plus continuer. Le changement profond des conditions d'offre nous demande de satisfaire aux attentes du peuple à un environnement bon et sain, de nous conformer aux nouvelles exigences d'un développement vert, à faible carbone, et de cyclage.

Le mode d'affectation des ressources a besoin urgent d'être rajusté. Les pays développés ont des expériences mûres, techniques et voie de développement industriel à prendre pour référence; comme pays émergent, à travers l'effort de combinaison d'affectation des ressources du marché avec celle du gouvernement, nous pouvons libérer d'énormes énergies sur la voie de rattrapage. Au fur et à mesure que plusieurs domaines techniques chinois s'approchent des premiers rangs du monde, il reste de moins en moins de techniques et expériences toutes faites, il faut alors mettre en jeu les connaissances et techniques professionnelles ainsi que la capacité d'essai et d'erreur des millions de corps de marché. En même temps, l'influence de la gestion de consommation générale dans le macro-contrôle s'atténuera ; mettre en jeu plutôt la fonction de la politique d'offre, créer un bon environnement et des conditions favorables d'institutions, consolider la position décisive du marché dans l'affectation des ressources, mettre en jeu davantage la fonction du gouvernement, afin d'exciter la vitalité, le potentiel et la capacité d'innovation du marché.

Pour s'adapter à la nouvelle normalité, il faut avoir un nouveau fil de pensée et un nouveau mode, il faut aussi exciter le potentiel considérable de l'économie et développer activement de nouveaux moteurs. Premièrement, le processus d'industrialisation et d'urbanisation n'est pas encore achevé, l'écart de développement interrégional est considérable, l'espace de développement étendu. En 2014, les citadins représentent 54,8% dans la population totale, inférieur au niveau moyen des pays développés ; il existe encore 0,26 milliard de paysans (travailleurs migrants) qui doivent se transformer en citadins, 0,2 milliard de population misérable (selon le standard en vigueur du monde) qui doivent se tirer de la pauvreté, 0,1 milliard de familles en bidonville qui ont besoin de nouvelles maisons. Tout cela renferme un espace énorme de demande. Deuxièmement, le potentiel de réforme des institutions de l'économie de marché de notre pays est considérable, beaucoup de domaines ont des problèmes tels que l'insuffisance d'ouverture, la partialité d'entrée etc. L'effet des ressources affectées par le marché n'est pas encore complètement mis en jeu. Troisièmement, la Chine a le système industriel le plus complet du monde et une capacité forte d'assortiment industriel. Selon les statistiques, la Chine est l'unique pays du monde qui possède toutes les catégories industrielles listées dans le catalogue industriel de l'ONU, et l'envergure de plusieurs catégories de l'industrie chinoise est au premier rang du monde. Quatrièmement, la Chine est devenue le plus grand corps économique d'Internet et de l'Internet mobile. Dans le nouveau processus de l'entraînement de la technologie informatique et de la réforme et l'optimisation de l'industrie traditionnelle, l'économie chinoise aura des avantages incomparables. Cinquièmement, la Chine a un marché intérieur le plus grand, dont la vitesse de développement est le plus vite avec un énorme potentiel, ce qui fournira un meilleur espace au développement industriel et à l'innovation. Sixièmement, avec la puissance effective plus forte du pays, la Chine va participer activement à la division globale du nouveau cycle, proposer énergiquement et prendre part pour pousser le rajustement et l'amélioration de l'ordre d'économie internationale du nouveau cycle, obtenir de nouveaux opportunités dans un niveau et échelon plus haut, afin de fournir au développement économique de notre pays un espace plus étendu et un environnement extérieur plus favorable. Pourvu que nous accélérerion la réforme des institutions et des régimes, et continuerions à élargir l'ouverture, ces potentiels se transformeront enfin en réalité et libéreront des forces de développement énormes sans précédent.

III S'adapter à la nouvelle normalité et la guider sous les nouvelles conditions d'ouverture

Le monde actuel est un monde d'évolution. Des rajustements profonds ont eu lieu dans le système international, l'ordre international et la balance des forces internationales ; la relation entre la Chine et le monde se trouve aussi dans une variation profonde ; les liens de la Chine à la société internationale sont devenus étroits sans précédent. A juger généralement, le développement de la Chine se trouve encore dans une phase d'importance stratégique où l'on peut accomplir de grands exploits. La plus importante opportunité est son propre développement et sa croissance sans cesse. Sous les nouvelles conditions historiques, il nous faut considérer dans l'ensemble et employer en même temps deux marchés : marché intérieur et marché international, deux ressources intérieures et internationales et deux standards intérieur et international, concevoir et construire activement un nouveau régime de l'économie ouverte afin de s'adapter à la nouvelle normalité et le piloter.

Pousser activement l'économie pour qu'elle monte dans un niveau plus haut. La pratique atteste que, après une croissance à haute vitesse des pays émergents, il existe deux résultats différents pour eux : un résultat est que l'économie, après être entrée dans le seuil de haut revenu, baisse et passe ensuite à la phase mûre, comme l'Allemagne ; un autre résultat est que les entités économiques, après une croissance à haute vitesse, à cause de l'absence de rajustement stratégique efficace pour s'adapter aux nouvelles conditions et aux nouveaux cas, connaissent un arrêt brutal ou même recul de la croissance économique, qui entraînent des conflits socianx, tombent enfin dans le piège du revenu moyen à long terme, comme certains pays de l'Amérique du sud, l'ex-Union soviétique et des pays d'Europe d'est. La nouvelle normalité où l'on se trouve maintenant est une phase nécessaire pour que notre pays évolue envers une phase dont la forme est meilleure, la division du travail est plus compliquée, la structure est plus raisonnable. Il faut constater lucidement que, la fin de la phase de croissance à haute vitesse ne signifie pas l'arrivée automatique de la croissance à moyenne vitesse, ni la réalisation automatique de l'optimisation et de la promotion de structure, ni la digestion automatique des risques économiques, ou l'évolution automatique vers une phase et un niveau plus haut du développement économique. C'est-à-dire, le changement et le rajustement de la phase de la nouvelle normalité ne s'oriente pas au résultat unique, le fait que l'économie réussit à monter dans une phase plus haute et plus mûre, se résulte des efforts actifs et des travaux durs.

S'efforcer d'augmenter la qualité et l'efficacité du développement économique. Après être entrée dans la nouvelle normalité, la vitesse de croissance a baissé, mais l'espace d'augmentation de qualité et d'efficacité devient considérable. Il faut maintenir le développement comme la première tâche, s'efforcer d'augmenter la qualité et l'efficacité et de réaliser un développement qui est favorable à l'augmentation de productivité et au partage juste et impartial des résultats de développement. Notre mode de développement original se caractérise par le profit-vitesse, c'est-à-dire les profits faits par les entreprises dépendent beaucoup de la haute vitesse, il y aurait un grand déficit pour énormément d'entreprises une fois que la vitesse de croissance baisse. Les expériences internationales montrent que la baisse de la vitesse ne signifie pas l'impossibilité de faire des bénéfices. Sur le plan de la structure de source de la productivité de facteur total, la fabrication est meilleure que l'agriculture et le service, la fabrication des produits d'investissement est meilleure que la fabrication d'autres genres, le service productif est meilleur que le service d'autre genres, les domaines négociables sont meilleurs que ceux inégociables. Vu que l'écart d'efficacité entre les différents services est supérieur au niveau moyen des pays développés, notre pays a un espace relativement plus étendu d'augmentation de la productivité et de l'optimisation industrielle. Le développement économique entre dans une nouvelle normalité, alors nous devons tenir bon l'augmentation de la qualité et du profit de développement comme centre, abandonner fermement la croissance extensive qui dépend de l'envergure et de la vitesse, fortifier la conscience d'initiative d'accélérer la transformation de mode de développement économique, mener bien le rajustement de la structure économique et accélérer la réforme et l'ouverture.

Profiter bien de la plate-forme de la zone pilote de libre-échange. L'optimisation sans cesse de la structure économique reste encore notre tâche importante de la nouvelle période. Actuellement, la proportion du tertiaire représentée dans le PIB n'est pas encore élevée et la compétitivité reste encore faible, alors il faut s'efforcer de créer un environnement animé pour le développement du secteur tertiaire, et accélérer la compétitivité internationale du tertiaire. A l'intérieur, il faut approfondir la réforme et libérer le tertiaire ; à l'extérieur, il faut élargir l'ouverture et profiter des ressources étrangères pour créer un mécanisme d'excitation afin de promouvoir la réforme intérieur. Actuellement, nous ne nous sommes pas encore familiarisés avec le mode de gestion ouverte dans le domaine de service, la zone pilote de libre-échange nous fournit alors une bonne plate-forme pour étudier les expériences de développement du tertiaire des pays développés, et elle nous permet d'y faire d'abord un essai avant de les populariser sur l'échelle nationale. La construction de la zone pilote de libre-échange doit prêter attention à la mise en jeu de deux fonctions : d'une part, c'est la fonction de démonstration, explorer le mode de gestion de règle du  traitement national dès la phase de préétablissement + liste négative, pour explorer la route de la réforme de notre pays ; d'autre part, c'est la fonction de pilotage et d'entraînement. Il faut tenir compte de la spécialité régionale, forger une éminence d'ouverture, et mettre en valeur le pôle de croissance de la région.

Faire avancer activement la réalisation de la ceinture économique de la route de la Soie et de la route de la Soie maritime du XXIe siècle (désigné ci-après la Ceinture et la Route). La Ceinture et la Route est une proposition importante de coopération internationale proposée par secrétaire général Xi Jinping en 2013. Cette proposition s'accorde bien aux demandes de développement des pays le long de la Ceinture et de la Route et a obtenu la réponse active des pays concernés. La Ceinture et la Route couvre largement, qui implique des contenus riches de coopération, et contient plusieurs genres de mode et de voie de coopération ; les intérêts réciproques et le double-gagnant et le concept d'ouverture et de tolérance ont une forte affinité ; elle est déjà devenue une grande plate-forme pour élargir l'ouverture et développer la coopération internationale dans la nouvelle phase. Nous devons profiter bien de cette plate-forme, faire bien la conception de haut niveau, améliorer le mécanisme concerné, accélérer la négociation et concertation de la zone de libre-échange, faire avancer la coopération avec les pays le long de la route dans le domaine de la construction des infrastructures et des affaires économiques et commerciales, explorer de nouveaux marchés, optimiser la disposition industrielle, et renforcer notre capacité de considérer et d'utiliser les deux marchés, deux ressources et deux standards intérieurs et internationaux.

(Auteur : directeur du Centre de recherches du Conseil des Affaires d'État sur le développement)