Commentaires

Le président chinois Xi Jinping donne une interview écrite à Reuters

Publié le:2015-10-19 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:french.xinhuanet.com

Le président chinois Xi Jinping a accordé dimanche une interview écrite à Reuters, avant sa visite d'Etat au Royaume-Uni.

Q: Vous effectuez bientôt une visite d'Etat au Royaume-Uni. La famille royale et le gouvernement britannique accordent tous deux une grande importance à votre visite et ils sont en train de faire des préparatifs méticuleux. Vous avez visité le Royaume-Uni dans les années 1990 et quelles étaient vos impressions ? Qu'est-ce que vous attendez de votre prochaine visite plus de 20 ans après ? Quel sera son impact sur les relations entre le Royaume-Uni et la Chine et entre l'Union européenne (UE) et la Chine ? Certains Britanniques ont des doutes sur les intentions de la Chine et croient que le gouvernement britannique est trop pressé de plaire à la Chine. Comment assurez-vous que les relations entre les deux pays sont mutuellement bénéfiques ?

R: J'ai visité Londres, Oxford, Glasgow et Edimbourg en 1994. J'ai été très impressionné par cette visite, surtout la longue histoire du pays, sa culture unique, son peuple amical et son bel environnement.

Lors de ma prochaine visite d'Etat au Royaume-Uni à l'invitation de Sa Majesté la Reine Elisabeth II, j'espère m'entretenir avec les dirigeants britanniques et engager le public britannique dans nos relations bilatérales. J'espère que cette visite permettra de fixer le cap pour le futur développement des relations sino-britanniques et de donner un nouvel élan à la coopération pragmatique entre nos deux pays dans tous les domaines et qu'elle nous permettra de connaître ensemble une "période dorée" du partenariat stratégique global sino-britannique.

Des sondages menés au Royaume-Uni montrent que les opinions vis-à-vis de la Chine sont largement favorables parmi les Britanniques. Nos deux peuples apprécient la culture longue et unique de chacun, ce qui constitue un fondement important et une condition favorable pour le développement des relations bilatérales. Certes, certains ont des malentendus quant à la coopération entre la Chine et le Royaume-Uni. Ce que je voudrais souligner, c'est que dans le monde d'aujourd'hui, aucun pays ne peut réaliser son développement en fermant sa porte. On doit ouvrir la porte, souhaiter la bienvenue aux amis et être hospitalier envers eux. C'est une pratique internationale reconnue. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il serait le pays occidental le plus ouvert à la Chine. C'est un choix visionnaire et stratégique qui répond pleinement aux intérêts à long terme du Royaume-Uni. La Chine est prête à coopérer avec le Royaume-Uni dans une sphère plus large, à un niveau plus élevé et à une profondeur plus grande.

Ces dernières années, lorsque la croissance mondiale a ralenti, la coopération sino-britannique dans les domaines de l'investissement et du commerce n'a cessé de progresser. Le Royaume-Uni est devenu le deuxième plus grand investisseur de l'UE en Chine, le deuxième plus grand partenaire commercial et la deuxième destination d'investissement de la Chine dans l'UE. La Chine est toujours le deuxième plus grand partenaire commercial en dehors de l'UE du Royaume-Uni. En 2014, le volume commercial entre la Chine et le Royaume-Uni a dépassé pour la première fois les 80 milliards de dollars, et les importations de la Chine depuis le Royaume-Uni ont doublé en cinq ans. Les investissements dans les deux sens entre la Chine et le Royaume-Uni ont augmenté rapidement. Les investissements chinois au Royaume-Uni ont progressé à un rythme annuel de 71,7% ces trois dernières années. L'année dernière, les investissements britanniques en Chine ont augmenté de 87,6% en glissement annuel, soit la croissance la plus rapide parmi les grands pays de l'UE.

Le gouvernement britannique a introduit des projets ambitieux pour améliorer les infrastructures, construire le Northern Powerhouse dans le nord de l'Angleterre et mettre en oeuvre la stratégie de UK Industry 2050. Ces projets et les initiatives "la Ceinture et la Route", "Made in China 2025" et "Internet Plus" se complètent sur de nombreux aspects. La Chine est prête à coopérer avec le Royaume-Uni dans un esprit de tolérance, d'ouverture, et coopération et de gagnant-gagnant pour améliorer et étendre la coopération afin d'apporter davantage de bénéfices aux peuples des deux pays.

Cette année marque le début de la deuxième décennie du partenariat stratégique complet sino-britannique et le 40e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l'UE. Les relations sino-britanniques tout comme les relations sino-européennes font face à des opportunités importantes pour avancer sur la base des progrès précédents. Depuis que le Royaume-Uni est un membre important de l'UE, les relations sino-britanniques et les relations sino-européennes se sont renforcées. Lors de ma visite au siège de l'UE l'année dernière, les dirigeants de l'UE et moi-même, nous avons convenu d'établir un partenariat de paix, de croissance, de réforme et de civilisation entre la Chine et l'UE. Je suis convaincu que les nouveaux progrès des relations sino-britanniques permettront de donner un nouvel élan au développement des relations entre la Chine et l'UE et contribueront dans l'ensemble à l'établissement du partenariat entre la Chine et l'UE.

Q: Londres est l'un des centres financiers du monde, et il espère absolument jouer un rôle important dans le développement financier de la Chine, soit en servant de centre de transactions offshore pour le Renminbi soit en ayant, probablement un jour, un lien dans les transactions entre les bourses de Londres et de Shanghai. D'après vous, quel rôle Londres peut jouer dans la modernisation et la mondialisation de la monnaie chinoise et des marchés boursiers de la Chine?

R: La réforme et l'ouverture du secteur financier de la Chine ont réalisé des progrès remarquables depuis que le pays a lancé la réforme et l'ouverture il y a 37 ans. Ces progrès étaient particulièrement évidents durant les dernières années. La Chine continuera à adopter de multiples mesures pour faire progresser la réforme et l'ouverture de son secteur financier afin que son marché financier puisse mieux s'adapter à la modernisation et à la mondialisation financières.

Renforcer la coopération financière avec Londres est évidemment un choix gagnant-gagnant pour les deux pays. La coopération financière sino-britannique a commencé tôt et a connu un développement rapide. Avec un potentiel considérable, cette coopération est à la tête de la coopération sino-britannique dans divers domaines. Nos deux pays ont signé un accord bilatéral de swap. La Chine a établi une banque de compensation en Renminbi à Londres. Le Royaume-Uni est le premier pays en dehors de l'Asie à avoir obtenu un quota d'investissement initial pour les investisseurs institutionnels étrangers qualifiés en Renminbi (RQFII), le premier pays occidental à émettre des titres souverains libellés en Renminbi et le premier grand pays développé à inclure le Renminbi dans sa réserve de change. C'est un événement marquant dans notre coopération bilatérale.

En 2012, Londres a officiellement lancé le programme du Centre des transactions en Renminbi. Londres est depuis lors devenu l'un des centres de transactions en Renminbi et l'un des marchés offshore du Renminbi les plus dynamiques et les plus importants. En 2014, les transactions en Renminbi à Londres ont augmenté de 143% en base annuelle, et les dépôts en Renminbi ont atteint 20 milliards de yuans, soit une hausse de 37% sur un an.

Lorsque les conditions seront réunies, la Chine envisagera activement de renforcer la connectivité des marchés financiers des deux pays. Londres peut profiter de ses forces uniques dans le domaine des finances pour s'engager activement dans la modernisation et la mondialisation du marché financier chinois.

Q: Les entreprises chinoises devraient prendre part à la centrale nucléaire du sud-ouest de l'Angleterre. Ceci est conforme aux plans annoncés plus tôt cette année par votre gouvernement pour aider les entreprises chinoises à intégrer les marchés étrangers dans les domaines tels que le chemin de fer à grande vitesse et l'énergie nucléaire.

Quel rôle espérez-vous que les entreprises chinoises joueront sur le marché international dans les prochaines décennies? Pensez-vous que cette opposition puisse empêcher la participation de la Chine dans de tels projets à l'étranger? Une telle opposition sera-t-elle la ligne directrice de frictions sur le marché commercial?

Est-ce que cette expansion de l'industrie à l'étranger, subventionnée et dirigée par l'Etat, est équitable pour les autres acteurs du marché et est-elle dans la lignée de la volonté de la Chine d'avoir un marché dirigé davantage par l'économie?

R: La Chine intensifie actuellement sa réforme et son ouverture, ce qui signifie que ces deux aspects permettent d'ouvrir davantage son économie pour attirer les investissements étrangers et encourager les entreprises chinoises à investir à l'étranger. C'est naturel quand un pays atteint un certain niveau de développement et quand une entreprise devient plus grosse, et c'est ce que font toutes les entreprises importantes du monde.

Les entreprises chinoises ont tiré des bénéfices du monde économique et doivent apporter leur contribution au développement économique mondial. La Chine a évolué pour devenir une puissance manufacturière internationale avec en particulier des développements se trouvant au milieu de la chaîne industrielle. De nombreux secteurs industriels chinois tout comme la capacité de fabriquer des équipements, incluant la construction de chemins de fer à grande vitesse et de centrales nucléaires, ainsi que la construction automobile, sont avancés et compétitifs à l'échelle internationale. Ils rencontrent la demande et la capacité d'absorption de beaucoup de pays. La Chine est prête à poursuivre la coopération sous diverses formes avec le Royaume-Uni et les autres pays en matière de capacité internationale de production et de fabrication d'équipements pour apporter une synergie à nos forces respectives et promouvoir le développement de chacun. Le Point Hinkley est le résultat de la coopération entre la Chine, le Royaume-Uni et la France. J'espère que les entreprises de ces trois pays connaîtront un effet de levier profitant à leur force respective afin d'assurer le succès du lancement de ce projet et apporter des bénéfices au peuple britannique.

Il est normal pour une entreprise de rencontrer certains problèmes lors d'investissements, qu'ils soient domestiques ou étrangers. Quand on fait des affaires, on doit se concentrer sur les affaires. Les problèmes apportés par les opérations commerciales ne doivent pas être politisés et les entreprises chinoises ne doivent pas être vues à l'aide de préjugés. La concurrence est nécessaire pour que les affaires augmentent et nul ne laisserait un marché à ses propres concurrents. Nous espérons qu'une telle concurrence est favorable et basée sur le marché.

Il ne doit pas y avoir de portes battantes ou en verre placées en tant que barrières contre l'économie ou comme des barrières non basées sur le marché. Contrairement aux entreprises multinationales établies, les sociétés chinoises ont toujours un manque d'expérience en matière d'investissement étranger. Elles ont besoin de mieux s'adapter aux lois et règlements locaux, aux standards technologiques, au marketing, à la gestion des ressources humaines, à la culture locale etc. Les sociétés chinoises apprendront beaucoup et sortiront gagnantes de la concurrence internationale. Le gouvernement chinois supporte ses entreprises dans leur internationalisation. Mais nous pensons que ce processus devrait être orienté par le marché avec des compagnies qui seraient des leaders. Le rôle du gouvernement chinois est de sécuriser et de créer un environnement politique favorable et un cadre juridique équitable pour les sociétés chinoises. C'est ce que font tous les gouvernements et je pense que les pays occidentaux le font mieux que nous. Même dans les conditions du marché, les pays supportent la croissance de leurs entreprises de manière différente, et de telles mesures ne devraient pas toutes être labelisées comme des subventions gouvernementales. Le système chinois est différent de celui des pays occidentaux. A cause de raisons historiques, les entreprises chinoises accomplissent beaucoup de fonctions sociales, qui sont difficiles à mesurer à l'aide d'une formule arithmétique. Dans la prochaine décennie, les investissements à l'étranger de la Chine continueront à augmenter et selon les prévisions, ils atteindront 1.250 milliards de dollars. Cela permettra de fournir davantage d'opportunités à la coopération Chine -Royaume-Uni. Les entreprises chinoises et britanniques doivent s'engager également dans une coopération tripartite pour développer les pays afin d'intégrer la partie supérieure, médiane et basse de la chaîne de valeur globale et de partager les opportunités de développement.

Q: La Grande-Bretagne a été le premier pays européen à avoir signé pour devenir membre de la nouvelle Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII). La Chine a promis que la nouvelle banque serait transparente et établirait des normes élevées en matière de gestion. Comment la Chine permettra d'assurer que la BAII sera réellement transparente et exercera une gestion de rang mondial ?

R: L'initiative de la Chine d'établir la BAII vise à promouvoir le développement des infrastructures et la connectivité en Asie et à stimuler la coopération régionale.

La BAII est une institution financière internationale dont les règles de fonctionnement sont décidées par ses membres par voie de consultation, et non pas par la Chine toute seule. Nous sommes d'accord que la BAII doit tirer partie de l'expérience et des pratiques des autres banques de développement multilatérales, respecter des standards internationaux élevés en termes de structure de gestion, de lignes directrices pour les opérations, et de gestion des ressources humaines, et assurer son fonctionnement professionnel et efficace, ainsi que la transparence et l'intégrité. Au cours de la négociation sur les accords de la BAII, 57 membres fondateurs potentiels ont agi selon le principe d'ouverture, de participation, de professionnalisme et de transparence, et ont conclu un texte d'accord de haute qualité. Un total de 53 membres fondateurs potentiels ont signé l'accord.

Je sais que cet accord s'inspire dans beaucoup d'aspects des pratiques des banques de développement multilatérales existantes. Il a également réalisé quelques percées et exploré des nouveaux modes de fonctionnement. Par exemple, en termes de structure de gouvernance, la BAII a, en se basant sur la pratique commune des banques de développement multilatérales, établi une structure à trois niveaux, composée d'un conseil de gouverneurs, d'un conseil de directeurs et d'une équipe de gestion. Elle a également mis en place un mécanisme de surveillance conforme au principe de transparence, d'ouverture, d'indépendance et de responsabilité. Il est stipulé dans l'accord que l'équipe de gestion sera sélectionnée à l'aide d'un processus ouvert, transparent et centré sur le mérite. C'est un nouveau principe qui ne figure pas dans la constitution des principales banques de développement multilatérales existantes. Un autre exemple est que la BAII n'impose aucune restriction concernant la fourniture des produits ou des services de la part de n'importe quel pays, et là encore, ce n'est pas le cas dans d'autres banques de développement multilatérales régionales.

Les membres fondateurs potentiels de la BAII travaillent sur les directives de fonctionnement spécifiques conformes à l'accord. La relation entre la BAII et les banques de développement multilatérales existantes est coopérative et complémentaire. La BAII s'engage dans la coopération avec ces banques en matière de partage des compétences, de construction de capacité et de financement conjoint.

La Chine félicite et salue la participation du Royaume-Uni à la BAII. Nous sommes prêts à travailler avec le Royaume-Uni et d'autres membres fondateurs potentiels pour faire de la BAII une plate-forme de financement d'infrastructures professionnelle et efficace, afin de contribuer au développement de l'Asie et du monde entier.

Q: La Chine devient de plus en plus autoritaire dans la poursuite de ses revendications territoriales en mer de Chine méridionale, ce qui a préoccupé beaucoup de ses voisins. La Chine indique également qu'elle ne chercherait pas l'hégémonie et s'attacherait fermement à suivre la voie de développement pacifique. Comprenez-vous pourquoi un grand nombre des voisins de la Chine doutent de ces revendications? Comment répondez-vous aux accusations selon lesquelles les activités chinoises en mer de Chine méridionale pourraient aggraver la situation dans la région? Quel est l'objectif final de la Chine avec ses activités actuelles en mer de Chine méridionale?

R: Suivre la voie de développement pacifique sert les intérêts fondamentaux de la Chine, et c'est également ce que les pays et peuples de la région attendent de nous. Il s'agit d'un choix stratégique fait par la Chine, qui n'a pas changé et ne changera pas. Depuis de nombreuses années, les efforts actifs de la Chine en vue d'une coopération gagnant-gagnant avec ses voisins ont apporté de bénéfices réels aux pays et aux peuples de la région. Dans les nouvelles circonstances, la Chine s'efforcera d'apporter aux pays et peuples voisins davantage de bénéfices nés de son développement. La Chine continuera à poursuivre l'amitié et le partenariat avec ses voisins, à construire un voisinage harmonieux, sécurisé et prospère et à poursuivre jusqu'au bout ses politiques d'amitié, de sincérité, de bénéfices mutuels et d'intégration vis-à-vis de ses voisins.

Les îles et récifs en mer de Chine méridionale font partie du territoire chinois depuis l'antiquité. Ils nous ont été donnés par nos ancêtres. Le peuple chinois n'autorisera personne à nuire à la souveraineté et aux droits et intérêts de la Chine en mer de Chine méridionale. Les actions prises par la Chine en mer de Chine méridionale sont des actions légitimes pour sauvegarder sa souveraineté territoriale. L'expansionnisme désigne la réclamation des terres en dehors du territoire propre d'un pays. La Chine n'a jamais fait de chose pareille, et de tels doutes ou de telles accusations sont donc injustifiés.

Avec les efforts conjoints de l'ensemble des parties, la situation en mer de Chine méridionale a été généralement stable. La mer de Chine méridionale fournit des voies navigables importantes aux échanges commerciaux internationaux de la Chine. La Chine a besoin de la paix, de la sécurité et de la stabilité en mer de Chine méridionale plus que n'importe quel autre pays. La Chine ne veut pas de turbulences dans cette zone, et ne sera pas celle qui provoquera le chaos. Elle travaille d'arrache-pied pour faire avancer les consultations pour un code de conduite en mer de Chine méridionale dans le cadre de la mise en application pleine et efficace de la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale. La Chine continuera à travailler avec ses voisins en mer de Chine méridionale afin de gérer les différends à travers un dialogue institutionnalisé, les résoudre à travers la négociation et la consultation, explorer activement les résultats gagnant-gagnant à travers la coopération et le développement conjoint, et sauvegarder la liberté de navigation et de survol dont se réjouissent les pays, en conformité avec la loi internationale. Nous oeuvrons ensemble pour faire de la mer de Chine méridionale une mer de paix, d'amitié et de coopération. Et les efforts des pays de la région visant à maintenir la paix et la stabilité méritent davantage de respect.

Q: L'économie chinoise et son impact sur la planète sont devenus de plus en plus importants. Les décideurs politiques du monde entier ont tous plus que jamais besoin de connaître la situation sur l'économie chinoise. Votre gouvernement a fixé un objectif de croissance de l'économie chinoise à environ 7% cette année. Cependant, il semble que la situation économique se soit détériorée au cours de ces derniers mois, et beaucoup d'investisseurs et d'économistes considèrent maintenant que cet objectif sera difficilement atteint, provoquant une grande préoccupation sur les marchés financiers et de marchandises internationaux. Comptez-vous atteindre cet objectif ? Quelles mesures plus approfondies êtes-vous prêts à prendre afin d'éviter le ralentissement de la croissance ? Comment maintenir la stabilité du marché financier chinois ?

R: L'économie chinoise a augmenté de 7% au cours de la première moitié de l'année, ce qui est conforme à l'objectif de croissance pour toute l'année et il s'agit du plus important taux de croissance parmi les économies principales du monde. Il est normal qu'une économie progresse à des vitesses différentes pendant des périodes différentes. Viser un taux de croissance plus élevé sans aucun ralentissement serait contre la loi de l'économie. Le taux de croissance de 7% au cours de la première moitié de l'année a été réalisé sur la base d'une économie de plus de 10.000 milliards de dollars. Cette augmentation équivaut déjà au PIB annuel d'un pays de taille moyenne et dépasse ce qui était généré par une croissance à deux chiffres il y a plusieurs années.

En tant qu'économie étroitement liée aux marchés internationaux, la Chine ne peut rester à l'abri des résultats moroses de l'économie mondiale. Nous avons des inquiétudes au sujet de l'économie chinoise, et nous travaillons dur pour y faire face. Nous nous préoccupons aussi de l'apathie de l'économie mondiale, qui affecte tous les pays, en particulier les pays en voie de développement.

L'historien Dr Arnold Toynbee estime que "le défi et la réponse" sont des facteurs importants qui soutiennent le développement de la civilisation humaine. Le développement de l'économie chinoise est en train de s'adapter à la nouvelle normalité et de traverser des souffrances de croissance liées au changement d'anciens élans de croissance pour des nouveaux. Les fondamentaux d'une économie à croissance stable sont pourtant restés inchangés. Le nouveau modèle d'industrialisation, l'application des technologies de l'information, l'urbanisation et la modernisation agricole qui bat son plein ont généré une forte demande nationale et un grand potentiel pour la croissance future. Ils ont également rendu l'économie beaucoup plus résistante et adaptable. Tout cela, combiné à l'approfondissement des réformes structurelles, signifie que la Chine possédera de très belles perspectives économiques.

Nous menons des actions coordonnées pour promouvoir une croissance stable, des réformes continues, des ajustements structurels, des niveaux de vie plus élevés et pour anticiper les risques économiques. Nous renforcerons la régulation macroéconomique de manière créative afin d'améliorer la qualité et l'efficacité du développement économique et de résoudre le manque d'équilibre, de coordination et de durabilité dans l'économie. Nous attacherons une plus grande importance à l'innovation et à une croissance basée sur la consommation. La politique sur l'utilisation de l'investissement étranger reste inchangée. Nous nous efforcerons à améliorer le cadre juridique du secteur commercial, à protéger la propriété intellectuelle et à promouvoir la concurrence loyale. Nous continuerons à promouvoir le développement de la Ceinture économique de la Route de la soie et la Route de la soie maritime du 21e siècle, et à mener la coopération internationale sur la capacité de production. L'économie chinoise et celle du monde pourront profiter de ce processus.

Sur fond de changements sur les marchés financiers chinois et internationaux, nous avons franchi de nombreuses étapes dont abaisser le taux de réserves requis et les taux d'intérêts, et améliorer le régime du taux de change du RMB. Ces mesures ont permis d'atténuer les risques et de restaurer la stabilité sur les marchés. A l'avenir, nous approfondirons conformément à la loi les réformes financières orientées vers le marché afin de cultiver un marché de capitaux ouvert et transparent, bénéficiant d'un développement à long terme, stable et en bonne santé. Nous améliorerons la gestion des risques, stabiliserons les attentes du marché et faciliterons les opérations de capitaux privés dans le secteur financier en vue de mieux soutenir l'économie réelle.