Commentaires

La « nouvelle troïka » pour la croissance économique de la Chine

Publié le:2015-10-12 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Chen Yongming | Source:Le temps d’études

Le fondement de la croissance économique de la Chine passe progressivement de l’ancienne troïka (investissements, consommation et exportations nettes) à la nouvelle troïka (nouveaux investissements, nouvelle consommation et « la Ceinture et la Route »). 

Les nouveaux investissements constituent un moteur important de la croissance économique. 

Les nouveaux investissements, qui se réfèrent essentiellement aux investissements fondamentaux axés sur la consommation publique et à la restructuration/modernisation industrielle, comprennent trois aspects : premièrement, les investissements fondamentaux axés sur la consommation publique, y compris le chemin ferroviaire à grande vitesse, le métro, les infrastructures urbaines, la prévention des catastrophes, le traitement des ordures et eaux usées en zone rurale, l’amélioration de la qualité de l’air, la construction des logements sociaux, etc. Les investissements comprennent les réseaux électriques d’information, les réseaux pétroliers et gaziers, les énergies propres, la protection des ressources énergétiques et minérales, l’écologie et la protection de l’environnement, la circulation et le transport, les céréales et les travaux hydrauliques, les services de santé. Les projets classés dans le paquet des travaux importants doivent : avoir une signification globale, fondamentale et stratégique sur le développement économique et social et favoriser la formation des nouveaux points de croissance économique ; favoriser le réglage de structure et la correction de faiblesse, renforcer le maillon faible, et accroître l’approvisionnement des produits et services publics ; se conformer avec la politique industrielle nationale ; avoir une certaine base pour pousser le plus vite possible les travaux avec les efforts redoublés. Deuxièmement, la transition verte de la capacité industrielle existante, la restructuration et la modernisation industrielles. Seulement pour les cinq secteurs énergivores majeurs (métaux non ferreux, sidérurgie, énergie électrique, industrie chimique, matériaux de construction), il faut environ dix ans pour le renouvellement de la capacité industrielle hautement polluante et de forte consommation d’énergie, avec une contribution annuelle de 1% pour la croissance du PIB. Avec le vieillissement de la population, les dépenses sur les maladies cérébrales en Chine peuvent atteindre un millier de milliards de RMB par an. Il faut, sous l’orientation d’« un cerveau en santé », mettre l’accent sur les recherches sur la prévention et le traitement des maladies neurologiques, y compris la maladie d’Alzheimer, des maladies mentales et des maladies neurodégénératives. En même temps, il faut promouvoir le développement en essor de l’intelligence artificielle, cibler les technologies de pointe, et arranger les domaines importants comme l’interaction homme-machine intelligente, la conduite automatique, la technologie d’analyse et de prédiction des données volumineuses, le diagnostic médical intelligent, le drone intelligent, etc. Troisièmement, il faut des investissements importants pour développer l’industrie de la vieillesse, qui est une nouvelle industrie développée avec le vieillissement de la population et un système industriel intégré destiné à fournir des produits ou services aux personnes âgées, pour répondre à leurs besoins de nécessités de vie, spirituels et culturels, comprenant le secteur de fabrication et de vente au détail des produits pour personnes âgées, le secteur immobilier de vieillesse, le secteur des soins à domicile, le secteur des services médicaux de vieillesse, le secteur d’assurance et de financement de vieillesse, le secteur d’éducation de vieillesse, le secteur de divertissement spirituel et culturel de vieillesse, le secteur de formation des personnes âgées, etc. Actuellement, les entreprises doivent faire face à la surcapacité de production et le sous-emploi ; d’autre part, les produits de vieillesse dont la société a un besoin urgent sont en état de sous-production. De ce fait, le développement de l’industrie de la vieillesse constitue une clé pour résoudre le problème de surcapacité structurelle en Chine. 

Les fonds pour les infrastructures de consommation publique sont recueillis par les investissements financiers, la dette locale et la coopération entre le gouvernement et le capital social (PPP). Quant à la restructuration et la modernisation industrielles, il faut créer les entreprises de « quatre innovations » : innovation technologique, innovation industrielle, innovation sectorielle et innovation de mode. Il faut profiter de l’intégration en profondeur de la technologie informatique de nouvelle génération et du secteur de fabrication, pour promouvoir les nouvelles percées dans les domaines suivants : l’impression 3D, Internet mobile, le cloud computing, les données volumineuses, la bio-ingénierie, les nouvelles énergies, les nouveaux matériaux, etc. La fabrication intelligente, comme l’équipement intelligent et l’usine intelligente etc. basés sur le système cyber-physique, est en train de diriger les changements du mode de fabrication ; le crowdsourcing en réseau, la conception coordonnée, la personnalisation de masse, la gestion de précision de chaîne d’approvisionnement, la gestion du cycle de vie complet, l’e-commerce etc., sont en train de remodeler le système de chaîne de valeur industrielle ; les produits intelligents terminaux comme les produits intelligents portables, l’électroménager intelligent, l’automobile intelligente, etc. continuent à élargir les nouveaux domaines de fabrication, afin de créer des opportunités pour la transformation, la modernisation, l’innovation et le développement de l’industrie manufacturièrede la Chine. 

La nouvelle consommation constitue la clé de la restructuration économique. 

La nouvelle consommation se réfère principalement à la consommation dans la culture, le loisir, le tourisme, la santé, l’éducation, l’information, la protection de l’environnement et la nouvelle énergie. Actuellement, l’industrie culturelle représente 3% du PIB en Chine, 25% aux États-Unis, 20% au Japon et 13% en Europe. Selon le « Rapport de tourisme global en 2015 » publié par l’Organisation mondiale du tourisme, à partir de l’année 2012, la Chine reste le plus grand émetteur des touristes à l’étranger dans le monde entier pendant trois années consécutives : en 2014, le nombre des touristes à l’étranger atteint 116 millions de personne/fois, et leurs dépenses à l’étranger atteignent 165 milliards de dollars. En 2014, les ventes au détail en ligne de la Chine atteignent 2789.8 milliards de yuans, soit une augmentation de 49.7% par rapport à la même période de l’année précédente. Le chiffre d’affaires d’e-commerce de toute la société atteint 16 390 milliards de yuan, soit une augmentation de 59.4%. Le moyen de réalisation de la nouvelle consommation est l’innovation de canal par « Internet + », qui est destiné à intégrer en profondeur les réalisations innovatrices d’Internet et les domaines économiques et sociaux, promouvoir le progrès technique, l’amélioration de l’efficacité et le changement organisationnel, stimuler la capacité innovatrice et la productivité de l’économie réelle, et former une nouvelle forme de développement économique et social encore plus large et basée sur Internet comme infrastructure et élément innovateur. Dans le nouveau cycle global de révolution scientifique et industrielle, le développement en intégration d’Internet et des différents domaines a une large perspective et un potentiel illimité, qui est devenu déjà une tendance irrésistible de l’époque ayant une influence globale et stratégique sur le développement économique et social des différents pays. « Internet + » et « + Internet » sont semblables mais différents. Ce qui est semblable, c’est l’intégration de l’informatisation et de l’industrie. Les différences résident dans trois aspects : premièrement, « Internet + » consiste à ajouter une industrie, comme « + tourisme » « + secteur foncier » « + transport » « + vêtement et restauration », et le résultat d’addition peut être une autre industrie ; tandis que « + Internet » est destiné à réaliser des améliorations innovatrices sur les secteurs et entreprises traditionnels en profitant d’Internet. Sous ce mode, les secteurs traditionnels, basés sur les activités existantes, peuvent profiter des technologies et des idées d’Internet pour améliorer l’efficacité et la qualité des services fournis aux clients. « Internet + » est une innovation subversive, tandis que « + Internet » est une innovation normale. Deuxièmement, leurs avantages sont différents. « Internet + » est doté des avantages de nouvelle technologie et institutionnels et d’un large soutien social, d’où une croissance explosive de celui-ci. Basé sur la technologie d’Internet, combiné avec le prix concurrentiel, l’opération commode et l’expérience confortable, il peut gagner un grand nombre de consommateurs. « + Internet » est doté des avantages de stockage, de norme industrielle et de crédibilité. Troisièmement, le corps principal est différent. Le rôle dominant d’« Internet + » est l’entreprise d’Internet, tandis que pour « + Internet », ce sont les entreprises traditionnelles qui conduisent le processus d’intégration. « + Internet » peut s’appliquer aux secteurs suivants : l’agriculture, l’exploitation forestière, l’élevage, l’activité secondaire, la pêche, le gaz, l’électricité, l’hydraulique, la fabrication, la santé publique, les services publics, l’éducation, le bien-être public, la finance, la logistique, etc. « Internet + » peut s’appliquer aux secteurs suivants : les services informatiques, les services de communication, le transport, la culture et le divertissement, le tourisme, la vente au détail, la restauration, le commerce de gros, le courtage, l’immobilier, etc. 

L’élargissement de canal pour la nouvelle consommation est associé à la réforme du secteur des services et à la restructuration économique urbaine. De ce fait, il faut d’abord accélérer la réforme du système administratif du gouvernement, essayer les projets pilotes et entrer dans les secteurs non-interdits ; accélérer la réforme du système d’institutions publiques et séparer le secteur d’exploitation et celui de non-exploitation ; accélérer la réforme du système scientifique, technologique et éducatif, et accoître les investissements dans ce secteur ; accélérer la réforme de propriété des entreprises de services, et élargir l’ouverture du secteur de service ; accélérer la réforme du régime fiscal, et promouvoir l’optimisation et l’adaptation de structure économique et le développement du secteur de service. Ensuite, il faut renforcer le soutien de politique, créer le fonds d’orientation du développement de secteur de service, mettre l’accent sur la logistique, le transport aérien, la culture, l’exposition, le tourisme, le service informatique, le service spécialisé, etc., et accorder les prêts bonifiés aux projets importants dans ces domaines. Enfin, il faut accélérer le perfectionnement des infrastructures de consommation, y compris l’accès de la route, de l’électricité, de l’eau, de la communication, du gaz, du réseau câblé de télévision, le drainage,  et la construction de données volumineuses, cloud computing, cloud service, plate-forme de transaction, plate-forme de média, plate-forme de paiement, Internet mobile. 

« La Ceinture et la Route » favorise l’élargissement de la demande intérieure 

Il faut mettre pleinement en jeu les avantages comparatifs de différentes régions chinoises pour promouvoir la stratégie « la Ceinture et la Route ». Premièrement, ce sont la région nord-ouest et la région nord-est. Il faut déployer pleinement les avantages géographiques  uniques de Xinjiang et son rôle important de fenêtre pour l’ouverture à l’ouest, approfondir les échanges et la coopération avec les pays en Asie centrale, en Asie du sud et en Asie de l’ouest, se former le nœud de transport important et le centre commercial, logistique, culturel, scientifique et éducatif sur la Ceinture économique de la Route de la Soie, et créer la zone centrale de la Ceinture économique de la Route de la Soie. Il faut mettre en œuvre les avantages intégrés économiques et culturels de Shaanxi et de Gansu, et les avantages pluri-ethnique et multi-culturel de Ningxia et de Qinghai, faire de Xi’an un nouveau sommet intérieur de réforme et d’ouverture, accélérer le développement et l’ouverture de Lanzhou et de Xining, promouvoir la construction de Ningxia en zone d’essai économique d’ouverture à l’intérieur du pays, pour former le canal orienté aux pays en Asie centrale, en Asie du sud et en Asie de l’ouest, le nœud commercial et logistique, et la base des échanges industriels et culturels importante. Il faut mettre en valeur l’avantage géographique de la Mongolie intérieure qui relie la Russie et la Mongolie, perfectionner le chemin de fer entre Heilongjiang et la Russie ainsi que le réseau ferroviaire régional, et la coopération de transport terre-mer entre Heilongjiang, Jilin, Liaoning et la région extrême-orientale de la Russie, promouvoir la construction du corridor de transport eurasiatique à grande vitesse Beijing – Moscou, et construire la fenêtre importante ouverte au nord. Deuxièmement, c’est la région sud-ouest. Il faut déployer l’avantage unique de Guangxi qui voisine en terre et en mer avec les pays d’ANASE, accélérer l’ouverture et le développement de la zone économique du golfe nord et de la ceinture économique Zhujiang-Xijiang, construire le canal international vers l’ANASE, créer le nouveau point d’appui stratégique pour l’ouverture et le développement des régions sud-ouest et centre-sud, et former la porte importante pour la liaison organique entre la Route de la Soie maritime du 21ème siècle et la Ceinture économique de la Route de la Soie. Il faut déployer l’avantage régional de Yunnan, créer le nouveau sommet de coopération économique de sous-région du Grand Mékong, et construire le centre de rayonnement vers l’Asie du sud et l’Asie du sud-est. Il faut promouvoir le commerce transfrontalier et la coopération touristique et culturelle entre le Tibet et les pays comme le Népal, etc. Troisièmement, ce sont les zones côtières et les régions Hong Kong, Macao et Taiwan. Il faut profiter des avantages d’ouverture à haut niveau, de forte puissance économique et de grands effets de rayonnement des régions économiques du Delta du fleuve Yangtze, du Delta de la rivière des perles, du côté ouest du détroit et autour de la mer de Bohai, etc., mettre pleinement en jeu le rôle des zones ouvertes de coopérations de Qianhai de Shenzhen, Nansha de Guangzhou, Hengqin de Zhuhai et Pingtan de Fujian, approfondir la coopération avec Hong Kong, Macao et Taiwan, et créer la zone de grande baie de Guangdong, Hong Kong et Macao. Il faut mettre en œuvre les avantages particuliers des Chinois d’outre-mer et des régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao, avec une participation active et une promotion de la construction de « la Ceinture et la Route », pour réaliser les dispositions appropriées permettant à la région de Taiwan de participer à la construction de « la Ceinture et la Route ». Quatrièmement, ce sont les zones intérieures. Il faut profiter des avantages de vaste profondeur, des ressources humaines abondantes et de meilleure base industrielle des zones intérieures, en s’appuyant sur les domaines clés des agglomérations urbaines du cours moyen du fleuve Yangtze, de Cheng-Yu, des plaines centrales, de Hu-Bao-E-Yu, de Ha-Chang, etc. pour promouvoir la coopération et l’interaction régionales et le développement industriel en agglomérations, et faire de Chongqing un appui important pour le développement et l’ouverture de l’Ouest et transformer les villes de Chengdu, Zhengzhou, Wuhan, Changsha, Nanchang et Hefei en sommets économiques intérieurs d’ouverture. « La Ceinture et la Route » apporte d’énormes possibilités d’investissements pour la sortie du pays des entreprises chinoises qui travaillent dans les domaines comprenant les infrastructures, le chemin ferroviaire à grande vitesse, l’énergie, l’agriculture, l’aliment, le tourisme, la haute technologie, le commerce, etc. 

La promotion de la stratégie « la Ceinture et la Route » nécessite l’établissement du mécanisme de coopération bilatérale et multilatérale avec les pays le long du chemin. Il faut renforcer la coordination intérieure et extérieure, accélérer le processus de négociation de fond du BIT (Accords de protection des investissements) entre la Chine et les États-Unis, et accélérer l’élaboration de loi sur les investissements à l’étranger pour protéger la sécurité de fonctionnement, de gestion et de capitaux des entreprises chinoises au cours de leurs investissements en outre-mer ; le gouvernement doit profiter du temps propice pour construire les plate-formes fournissant des services publics aux entreprises chinoises pour leur sortie du pays, permettant à la Chine de connaître les cultures, les gens et les lois et règlements des différents pays au cours de sortie. Il faut faire attention aux risques politiques et économiques de nombreux pays au long du chemin de « la Ceinture et la Route » ; il faut s’efforcer de soutenir les entreprises chinoises de puissance effective en leur permettant de participer réellement à la concurrence internationale, et former une équipe d’entrepreneurs ayant une vision globale.