Commentaires

L'ouverture réciproque des marchés financiers intensifiera la coopération financière sino-européenne

Publié le:2015-11-10 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:french.xinhuanet.com

Le 13e Plan quinquennal chinois (2016-2020), qui vise à donner à la Chine un mode de développement plus durable et équilibré, propose l'ouverture réciproque des marchés financiers et des capitaux, comprenant l'accélération de l'instauration de la devise locale pour le développement des infrastructures, le renforcement des échanges de devises bilatéraux et multilatéraux et l'élargissement prudent de l'étendue de ces échanges.

Cet engagement, ainsi que l'internationalisation de plus en plus importante de la monnaie chinoise, le renminbi (RMB), offriront sans nul doute de nouvelles opportunités de coopération financière entre la Chine et le monde, particulièrement l'Europe, où les centres RMB offshore ont pris leur essor au cours des dernières années.

S'OUVRIR DAVANTAGE AU MONDE

La Chine accélérera l'ouverture de son marché des capitaux et du secteur des services aux investissements étrangers, notamment les services bancaires, les assurances et les valeurs mobilières, selon le communiqué présentant le 13e Plan quinquennal chinois.

Une Chine plus ouverte créera plus d'opportunités pour les biens, les services et les investissements d'autres pays, indique dans un entretien à Xinhua Tang Zhimin, directeur des études sur la Chine et l'ASEAN à l'Institut de gestion Panyapiwat de Bangkok.

Si la Chine veut continuer de croître à un taux moyen ou élevé, elle devra ouvrir davantage son économie aux échanges commerciaux et aux investissements internationaux, souligne David Dollar, spécialiste de la Chine à l'Institut Brookings.

L'ouverture bilatérale des secteurs financiers est cruciale, car elle permettrait également aux institutions financières chinoises et internationales d'être plus efficaces dans leur coordination et leur présence sur les marchés de capitaux intérieurs et extérieur, confie à Xinhua Amanda Yeung, directrice des services financiers et du développement commercial au cabinet Ernst & Young Luxembourg.

"L'ouverture du marché intérieur est un puissant outil de réforme qui peut profiter à la Chine", estime James Laurenceson, économiste et directeur adjoint de l'Institut des relations sino-australiennes.

Bien qu'il existe des secteurs qui restent protégés et que ceux-ci fassent l'objet de réformes ces cinq prochaines années, M. Laurenceson pense que la réduction des obstacles à l'arrivée des entreprises du secteur privé tant nationales qu'étrangères serait une grande priorité du 13e Plan quinquennal.

UN RMB DE PLUS EN PLUS VISIBLE EN EUROPE

La Banque populaire de Chine (PBoC), la banque centrale du pays, a lancé en octobre à Londres des obligations à court terme pour la première fois à l'étranger, une nouvelle preuve que le marché européen du RMB offshore a pris son essor sur le continent européen ces dernières années et que l'Europe a pris sa part dans le processus d'internationalisation du RMB dans le monde.

Depuis l'introduction test en 2009 du RMB dans le commerce transfrontalier, la devise chinoise est devenue visible pour les entreprises et les organismes financiers en Europe. Avec le quota RQFII (Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor) alloué à un certain nombre de pays sélectionnés comme la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Luxembourg, les gestionnaires d'actifs chinois et internationaux seront encourages à créer des stratégies de fonds d'investissements chinois pour une distribution mondiale, note Mme Amanda Yeung.

Selon les statistiques de Swift, la plateforme mondiale des échanges financiers, l'Europe a représenté 10% de la valeur des transactions en RMB dans le monde entre juillet 2013 et juillet 2014 (Chine et Hong Kong exceptés), quatre pays européens se hissant dans le Top 10.

La croissance de ces transactions en RMB est impressionnante en Europe. Selon Swift, entre juillet 2013 et juillet 2014, les hubs européens du RMB tels que le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et le Luxembourg, ont cru respectivement de 123,6%, 43,5%, 116% et 41,9%.

En tant que géant de la place financière, le Royaume-Uni a pris une certaine avance sur ses concurrents européens comme l'Allemagne et la France dans l'utilisation du RMB. Mais il est à noter que l'Allemagne et la France, deux autres hubs majeurs en Europe, connaissent aussi leurs propres succès.

L'Allemagne est par exemple le premier pays européen à avoir signé un protocole d'accord sur le lancement d'une chambre de compensation des paiements en RMB à Francfort, et ceci trois jours avant le Royaume-Uni. En France, plus d'un quart des sociétés françaises ont réalisé au moins une opération commerciale transfrontalière en utilisant le RMB, ce qui est le niveau le plus élevé pour une nation européenne, selon une étude publiée en 2014 par la banque britannique HSBC.

Selon Mme Yeung, l'expertise du secteur financier luxembourgeois a particulièrement attiré l'intérêt des institutions financières chinoises. Aujourd'hui, six banques chinoises de renom ont installé leur siège européen au Luxembourg.

BELLE PERSPECTIVE DE COOPERATION FINANCIERE

L'internationalisation du RMB et son développement continu devraient ouvrir de nouveaux domaines de croissance pour la communauté des affaires non seulement en Chine, mais aussi en Europe et dans le monde, estime Amanda Yeung.

"Le développement ininterrompu de la Chine a radicalement changé la conjoncture économique mondiale. L'un des changements les plus évidents est la prise en considération du RMB en tant que devise mondiale. Nous observons non seulement un changement en matière de développement économique, mais aussi en matière de système financier à l'échelle mondiale", a-t-elle ajouté.

L'internationalisation croissante du renminbi va fournir beaucoup de nouvelles opportunités pour les banques étrangères et chinoises dans différents domaines : échanges commerciaux, prêts, dépôts et levées de capitaux offshore, produits d'investissements onshore et offshore, selon l'experte.

L'utilisation du RMB permettra aux entreprises européennes de faire des affaires avec plus d'entreprises chinoises, en augmentant leur clientèle et leurs volumes de vente. Les plus grandes entreprises pourront améliorer leur trésorerie et leur gestion des liquidités en RMB dans le monde. Elles pourront gérer leurs portefeuilles d'actifs avec une plus grande diversification monétaire, indique Mme Yeung.

L'année 2015 a marqué une nouvelle ère pour la coopération sino-européenne grâce à un partenariat stratégique sans précédent forgé entre le fonds d'investissement Silk Road Fund et le Fonds européen pour les investissements stratégiques, rappelle-t-elle, tout en ajoutant :"Avec le développement continu de centres RMB offshore en Europe et l'internationalisation progressive du marché, je m'attends à ce que beaucoup de produits financiers en RMB deviennent accessibles".