Commentaires

Les projets dans le cadre de l'aide chinoise à l'Afrique contribuent à l'épanouissement du continent

Publié le:2015-11-11 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:French.xinhuanet.com

Lorsque l'on prend un taxi pour se rendre au centre-ville de Conakry, capitale de la Guinée, après avoir traversé un pont, un grandiose bâtiment jaune saute soudainement aux yeux. Les chauffeurs manquent rarement d'expliquer : "Regardez ! Le Palais du Peuple, la Chine !"

Le Palais du Peuple est un cadeau précieux offert par la Chine au peuple guinéen quelques années après son indépendance. Les techniciens et ouvriers chinois se sont relayés jour et nuit pour achever en 18 mois les travaux lancés en 1966.

D'une valeur de 11,5 millions de yuans, alors que le PIB par habitant de la Chine était de 168 yuans en 1967, le palais s'étend sur 9.800 m² et possède une superficie totale de 30.000 m². Au cours des 50 dernières années, la Chine a rénové à trois reprises ce bâtiment pour un coût de 17 millions de yuans.

Malgré son apparence légèrement vétuste, conséquence de l'érosion due au vent humide en provenance de l'Atlantique, le palais reste le bâtiment phare de la Guinée, non seulement pour son aspect grandiose, mais aussi en tant que symbole de l'amitié sino-guinéenne.

"Je peux dire que c'est le cerveau de ce pays, car tout s'y dit et tout s'y fait", explique Bakary Kourouma, directeur technique du Palais du Peuple.

"C'est grâce à la coopération avec la Chine que nous bénéficions de ce palais, un monument historique et symbolique qui ne sera jamais oublié", déclare Bavogui Kova, musicien guinéen, qui compte faire chanter une chanson en hommage au palais.

Le Palais du Peuple est l'illustration des projets chinois en faveur de l'Afrique. Selon un responsable du ministère chinois du Commerce, au cours des 60 dernières années, la Chine a offert une aide totale de 400 milliards de yuans à 166 pays et organisations internationales et construit plus de 2.700 complexes, dont la plupart sont devenus des projets architecturaux symboliques dans ces pays. L'Afrique est l'une des principales destinations de l'aide chinoise.

En 1970, la Chine a achevé la construction du chemin de fer Tanzanie-Zambie, alors que ce projet était jugé impossible par les pays occidentaux. Long de 1.860 km, il s'agit du plus grand projet offert par la Chine à l'Afrique. Il joue un rôle important dans l'émancipation et le développement économique et social des régions du sud de l'Afrique. L'ancien président tanzanien Julius Kambarage Nyerere l'a qualifié de "grande contribution de la Chine envers le peuple africain".

En 2012, le nouveau siège de l'Union Africaine a été inauguré. Ce bâtiment grandiose de 100 m de haut a coûté 200 millions de dollars. Il est le plus grand d'Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie. Ce projet, le deuxième plus important offert par la Chine à l'Afrique, est devenu le nouveau symbole des relations sino-africaines.

Le peuple africain possède une passion extraordinaire pour le sport. Cependant, en raison d'un manque d'infrastructures, nombre de pays du continent ne peuvent organiser de grandes activités sportives. Depuis les années 1970, la Chine a construit une cinquantaine de stades en Afrique, contribuant de manière remarquable au développement du sport africain. C'est dans le stade d'Angondjé, ou stade de l'Amitié sino-gabonaise, équipé de 40.000 places, qu'ont été organisées la finale et la cérémonie de clôture de la Coupe d'Afrique des nations 2012, tandis que le Centre sportif international Moi, en banlieue de Nairobi, offert par le gouvernement chinois et achevé en 1987, reste l'un des plus grands complexes sportifs d'Afrique de l'Est.

Selon Lin Songtian, directeur des Affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, la Chine a commencé ses dons à l'Afrique il y a une soixantaine d'années, à une époque où le peuple chinois ne pouvait pas toujours manger à sa faim, apportant une grande contribution à l'amélioration des infrastructures en Afrique, lesquelles restent un goulot d'étranglement pour le développement des pays du continent.

Le prochain sommet du Forum de coopération Chine-Afrique, en Afrique du Sud, sera une grande opportunité pour le développement des relations sino-africaines. En continuant d'offrir son aide à l'Afrique, la Chine promouvra la coopération avec les pays africains en matière de capacité de production, permettant à ces derniers d'établir leurs propres systèmes industriels, note M. Lin. Fin

(Avec la collaboration de Lansana Camara, correspondant de Chine Nouvelle à Conak)