Commentaires

Visites de Xi à Paris et en Afrique, nouvelle ère dans la lutte contre le changement climatique et la coopération sino-africaine

Publié le:2015-11-26 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:french.xinhuanet.com

Le président chinois Xi Jinping participera à la cérémonie d'ouverture de la Conférence sur le climat de Paris (COP21) les 29 et 30 novembre, effectuera une visite d'Etat au Zimbabwe et en Afrique du Sud du 1er au 5 décembre et présidera le Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) à Johannesburg. Trois rendez-vous qui marquent une nouvelle ère dans la campagne mondiale sur le changement climatique et la coopération sino-africaine.

M. Xi devrait en effet présenter les propositions de son pays pour lutter contre le réchauffement climatique lors de la COP21 à Paris et de nouvelles initiatives pour promouvoir la coopération globale entre la Chine et l'Afrique.

RESPONSABILITES DIFFERENCIEES SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

La Chine appelle la COP21 à être réaliste quant aux capacités et responsabilités "différenciées" des pays développés et des pays en développement, a indiqué mercredi le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Liu Zhenmin lors d'une conférence de presse.

Beijing espère que le rassemblement des dirigeants mondiaux à Paris respectera les principes inscrits dans la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a ajouté M. Liu.

Pour faire face au changement climatique, la Chine a promis une "contribution prévue déterminée au niveau national" (INDC) dans laquelle elle s'engage à réduire d'ici 2030 ses émissions de carbone par unité de PIB de 60 à 65% par rapport aux niveaux de 2005. Elle vise également à accroître à 20% la part des énergies non-fossiles dans sa consommation énergétique primaire et compte atteindre le pic de ses émissions de CO2 d'ici 2030, selon le document présenté fin juin au secrétariat de la CCNUCC.

Beijing a également annoncé la mise en place d'un fonds de coopération Sud-Sud à hauteur de 20 milliards de yuans pour aider les autres pays en développement à faire face au changement climatique.

Le 13e Plan quinquennal chinois (2016-2020), qui vise à donner à la Chine un mode de développement plus durable et plus équilibré, cherche à promouvoir une production industrielle propre, un développement à faible émission de carbone et la conservation de l'énergie pour assurer une croissance durable dans les cinq prochaines années.

"Le changement climatique est un défi mondial auquel nul pays ne peut faire face par ses propres moyens. Les pays développés et les pays en développement ont des responsabilités historiques différentes face au changement climatique, ainsi que des besoins et des capacités de développement différents", a souligné M. Xi dans une interview écrite accordée à Reuters en octobre dernier.

"La Chine est prête à jouer un rôle constructif et à travailler pour la conclusion rapide d'un accord global, équilibré et solide à la conférence de Paris", a-t-il ajouté.

LA CHINE ET L'AFRIQUE ELARGISSENT LEUR COOPERATION

La Chine et les pays africains appartiennent à une communauté de destin qui partage les mêmes objectifs de développement.

La Chine, qui chérit son amitié traditionnelle avec l'Afrique, a impulsé un nouvel élan à ce lien face aux nouvelles circonstances.

Dans sa coopération avec l'Afrique, la Chine s'en tient aux concepts de "sincérité, résultats tangibles, affinité et bonne foi", comme l'a prôné le président Xi lors de son discours prononcé en Tanzanie au cours de sa première tournée en Afrique en mars 2013 tout juste après son investiture.

Lors des prochaines visites que M. Xi doit effectuer au Zimbabwe et en Afrique du Sud, une série d'accords dans les domaines de l'économie, du commerce, de l'investissement et de la culture devraient être signés.

En cette année marquée par le 35e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Zimbabwe, Beijing cherche à travailler en étroite collaboration avec Harare pour faire de ces relations bilatérales un paradigme d'égalité, de confiance et de soutien mutuels, de coopération, de croissance partagée et de prospérité commune.

La Chine et l'Afrique du Sud, tous deux membre du bloc des BRICS, se sont engagées à forger un partenariat économique plus étroit et plus fort au sein de ce bloc de pays en développement.

Lors du prochain sommet du FOCAC, la Chine devrait annoncer de nouvelles mesures visant à promouvoir sa coopération globale avec l'Afrique, a annoncé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

M. Wang a ainsi précisé que son pays allait aider le continent à promouvoir l'industrialisation, la sécurité alimentaire, les systèmes de soins publics et de prévention des maladies dont l'Afrique a grand besoin.

Seront également au menu de discussions du sommet le maintien de la paix et la sécurité.

La Chine et l'Afrique, qui jouissent d'une grande complémentarité économique, se trouvent toutes deux à un moment-clé de la transformation économique, estime Liu Guijin, un ancien représentant spécial chinois pour les affaires africaines.

"En donnant un coup de main à l'industrialisation et à la modernisation de l'agriculture de l'Afrique, la Chine pourrait contribuer au règlement de gros problèmes sur le continent", a-t-il estimé.