Commentaires

La Chine et la France au coeur des enjeux du changement climatique

Publié le:2015-12-01 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:french.xinhuanet.com

Alors que la lutte contre le changement climatique est devenue un enjeu humanitaire, l'environnement et le développement durable constituent deux axes majeurs du partenariat global entre la Chine et la France. Pour cette dernière, désireuse d'être un partenaire privilégié dans cette lutte, les priorités de ses actions dans le domaine de l'environnement en Chine sont le développement urbain durable et la gestion de l'eau.

Le président chinois, Xi Jinping et son homologue français, François Hollande, se sont engagés dans un communiqué conjoint publié le 2 novembre à Beijing à promouvoir un accord global et "juridiquement contraignant" pour lutter contre le changement climatique lors de la conférence à Paris (30 novembre-11 décembre).

M. Xi s'est engagé à soutenir la France dans l'organisation de la conférence, affirmant toute sa confiance en France pour son rôle de coordinateur permettant d'aboutir à des résultats équilibrés et complets à l'issue de la conférence.

PARIS, PARTENAIRE PRIVILEGIE DE BEIJING DANS LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Lors de sa récente visite en Chine, M. Hollande a d'abord fait étape à Chongqing (sud-ouest) pour visiter l'entreprise franco-chinoise de traitement des eaux usées de Tangjiatuo, un projet de coopération dans la protection de l'environnement qui montre l'exemple à suivre. Opérationnelle depuis 2009, Tangjiatuo traite les eaux usées d'environ un million d'habitants.

Surnommée la "ville-montagne", Chongqing est une mégalopole en pleine expansion dans le sud-ouest de la Chine. Une technologie mise en oeuvre par Suez Environnement y permet de traiter les boues générées, les sécher et de les valoriser sous forme de combustible de substitution qui sont ensuite utilisés pour alimenter la station d'épuration.

Au cours de sa visite, M. Hollande a officialisé la création de Derun Environnement, après l'accord de principe conclu en juillet 2015 en présence des Premiers ministres chinois et français, Li Keqiang et Manuel Valls. Cet accord permet à Suez Environnement de créer avec Chongqing Water Assets et New World Services un acteur majeur dans le domaine de l'eau et des déchets en Chine.

La vocation de Derun Environment est "d'être une plateforme de développement dans le domaine en pleine expansion des services à l'environnement en Chine.

Avec une superficie de 9,6 millions de km² et une population de plus de 1,3 milliard d'habitants, la Chine est confrontée à un réel défi en matière de gestion de l'eau. Alors que le pays abrite plus de 20% de la population mondiale, il ne dispose que de 7% des réserves d'eau douce de la planète.

"Depuis 13 ans, Suez Environnement développe avec succès ses activités dans la région de Chongqing avec ses partenaires. Nous sommes fiers de la relation solide établie avec Chongqing Water Assets, qui a notamment permis de déboucher sur une amélioration significative du réseau de distribution d'eau dans cette région", a déclaré Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez Environnement.

Wu Xiufeng, président de Chongqing Water Group à l'époque, a estimé que "la qualité de l'eau et des services d'assainissement est un enjeu primordial pour notre gouvernement. Avoir Suez Environnement comme investisseur stratégique nous permet d'obtenir une technologie et une gestion de très haut niveau. Etant donné le succès de notre partenariat existant, nous pensons que ce nouveau modèle renforcera notre organisation et contribuera à la croissance de la société".

DAVANTAGE D'ECO-CITES CONSTRUITES EN CHINE AVEC L'AIDE DE LA FRANCE

Le développement durable va constituer un domaine prioritaire dans la coopération sino-française, car la Chine vit actuellement une restructuration industrielle destinée à changer son mode de croissance.

Début novembre, après plusieurs séries de discussions entre experts français et chinois, la planification de la cité écologique de Wuhan, capitale de la province chinoise du Hubei (centre), voulue comme exemplaire pour le développement durable de l'urbanisme, a été achevée. Il s'agit d'une première du genre dans le cadre de la coopération sino-française.

Le 30 mars dernier , Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français et président d'honneur du Comité sino-français pour le développement environnemental, a visité le quartier de Nansha à Guangzhou et a discuté avec les autorités locales du projet de construction d'une cité écologique.

Cette cité ambitionne d'être un exemple en matière d'écologie, d'économies d'énergie, de création technique et d'habitat confortable. Le projet combine les caractéristiques chinoises avec les expériences françaises et européennes dans le domaine de la protection de l'environnement et des économies d'énergie.

En novembre 2010, un accord de coopération économique et commerciale en matière d'éco-quartiers a été signé par les deux pays, désignant trois villes pilotes : Chengdu, Chongqing et Shenyang. Ayant pour objectif de renforcer cette coopération, un comité sino-français a été établi en décembre 2011, tandis que le protocole du projet d'éco-quartiers a été signé à Paris en juillet 2012. Aujourd'hui, 70 collectivités territoriales françaises sont engagées en Chine.

INCINERATION DE DECHETS

La Chine fait face au défi de la raréfaction de ses ressources liée à la forte croissance de sa population, son urbanisation et à une croissance économique et industrielle soutenue ces 40 dernières années. Elle a donc pris des mesures face à ce défi majeur, notamment au travers des derniers plans quinquennaux qui placent la protection des ressources au cœur des priorités.

La présence historique de Suez Environnement dans la gestion de l'eau et des déchets en Chine depuis plus de 30 ans en fait un partenaire privilégié pour accompagner les autorités et les industriels chinois dans le développement de solutions innovantes pour répondre aux défis climatiques.

Le groupe français Suez Environnement mettra en service fin 2015 un important incinérateur de déchets ménagers à Beijing en partenariat avec Beijing Enterprise. Surtout, il se développe sur le segment à plus forte valeur ajoutée des déchets spéciaux.

En mars 2014, le groupe français a annoncé la signature d'un contrat prévoyant la création d'une joint-venture pour la construction et l'exploitation d'une nouvelle usine de traitement et de valorisation énergétique de déchets dangereux à Nantong (est).

"Il y a vraiment aujourd'hui une volonté forte de la part des autorités chinoises de mettre en oeuvre des normes environnementales strictes, c'est ce que l'on observe en tant qu'opérateur", a confié à Xinhua Marie-Ange Debon, directrice générale adjointe de Suez Environnement.

L'usine de Nantong pourra gérer par an 30.000 tonnes de déchets dangereux locaux et 3.300 tonnes de déchets médicaux, dans le respect intégral des normes chinoises et européennes.

Le contrat devrait générer près de 575 millions d'euros de revenus sur les 30 prochaines années.

UN AVENIR PROMETTEUR

La Chine, qui a réussi à maintenir son développement économique, est le moteur de la croissance mondiale. Face aux besoins croissants en énergie et en matières premières découlant de ce développement rapide, la France peut apporter son aide et saisir de nombreuses opportunités dans les secteurs de l'environnement, des eaux, des transports et du traitement des déchets.

Plus généralement, les deux pays ont un avenir prometteur dans l'innovation en matière de technologie, de protection de l'environnement, de matériaux, d'agriculture, ainsi que de réforme des devises mondiales et de coopération entre petites et moyennes entreprises.