Commentaires

Construire le nouveau système économique ouvert et promouvoir la réforme interne
- Interview avec Long Guoqiang, directeur adjoint du Centre de recherche de développement du Conseil des Affaires d'État

Publié le:2015-12-10 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par: | Source:Economic Information Daily

● L'expansion rapide du marché énorme intérieure de la Chine est devenue le nouvel avantage concurrentiel. Grâce au taux d’expansion de la Chine de 7%, un tel grand marché et en particulier la nouvelle demande apporteront de nombreuses nouvelles opportunités pour attirer l'investissement mondial en Chine.

● La « ré-industrialisation » des États-Unis et « Industrie 4.0 » de l’Allemagne ont besoin d’une meilleure infrastructure. Pour les pays en développement, surtout pour les économies émergentes, l'accélération de l'industrialisation et l'urbanisation a besoin beaucoup plus de la construction et l’amélioration des infrastructures. Dans le secteur de l'infrastructure, les entreprises chinoises ont un très fort avantage concurrentiel. 

● Les nouvelles opportunités de l'ouverture vers l’extérieur sont celles de l’accélération de la mise à niveau de la structure industrielle au lieu de celles de l'expansion. Afin de développer une nouvelle stratégie d'ouverture vers l’extérieur, il faut tenir compte des possibilités offertes par des changements en profondeur dans l'environnement extérieur. 

L'ouverture de la Chine est également confrontée à trois étapes superposées. 

D’après Long Guoqiang, dans les trente dernières années, la Chine a réussi à accélérer l’industrialisation par l’expansion et l’approfondissement en constante l’ouverture vers l’extérieur dans un contexte de mondialisation. Mais quand l'économie chinoise est entrée dans un nouveau stade, ce n’est pas possible de continuer la stratégie initiale des trente dernières années. L'ouverture de la Chine est confrontée à trois étapes superposées. 

Tout d'abord, une étape de relèvement et de rajustement de l’économie mondiale après la crise financière. Cette période n’est pas encore terminée et elle va continuer pendant un certain temps. Par rapport à la floraison avant 2007, cette période a plusieurs nouvelles particularités, telles que le ralentissement de la demande extérieure, l’aggravation de la surcapacité mondiale, la concurrence croissante, le relèvement du protectionnisme de commerce local, et la multiplication des frictions commerciales. 

Deuxièmement, une étape de l’institution de nouvelle règlementation de commerce international. Les règles commerciales mondiales toujours évoluent, qui sont maintenant dans la période de développement intensif. D'une part, l'OMC fonctionne toujours comme un système multilatéral; d'autre part, la plate-forme de commerce régional peut fonctionner plus vite, où un certain nombre de nouvelles règles commerciales pourrait être établies à travers des négociations. Par exemple, l’Accord de partenariat transpacifique forme de nouveaux arrangements commerciaux régionaux, et en plus promeut l’établissement d'un grand nombre de nouvelles règles du commerce international. Ces règles, une fois formés, ont un impact sous deux aspects sur tous les pays, non seulement des opportunités mais aussi des défis. La Chine va être également influencée. 

Troisièmement, une étape de transition de l'avantage comparatif. Au cours des trente dernières années, le principal avantage de la Chine dans la concurrence mondiale est les coûts faibles, parmi lesquels l'un des plus importants est ceux de main-d'œuvre. Après trois décennies de développement, notre structure de la population et de l'offre et la demande du marché du travail ont subi de grands changements. Selon les statistiques, la population active totale a atteint un pic en 2012 et n’augmente plus dès lors, tandis que le vieillissement de la population approche rapidement. Les changements dans la structure de l'offre et de la demande du marché du travail sont plus intenses. En Chine, chaque année environ 15 millions de personnes entrent dans le marché du travail. En 2000, le nombre des étudiants qui entrent dans les universités est de 1,08 millions, alors les 14 millions personnes qui restent peuvent devenir les cols bleus. Mais maintenant 7 millions d’étudiants peuvent entrer dans les universités par an, et par rapport à il y a une décennie, le nombre de nouveaux cols bleus est seulement une moitié. Par conséquence, il y a un nouveau phénomène dans le marché du travail, c’est que les étudiants n’arrivent pas à trouver le travail facilement, tandis que c’est difficile de recruter les ouvriers dont les salaires ont augmenté trop vite, avec une croissance à deux chiffres depuis de nombreuses années. La tension entre l'offre et la demande a apporté certains changements en profondeur. Les entreprises ont commencé à remplacer les travailleurs par des machines, mais aussi causé le changement trop fréquent des travails des ouvriers. 

Le Centre de recherche de développement du Conseil des Affaires d'Etat et un département du Ministère de Commerce ont fait une recherche coopérative et constaté que, dans les entreprises de commerce de traitement, la mobilité de la main-d'œuvre est trop rapide, et le taux de perte est très élevé. Il y a une très forte proportion des entreprises dont le taux de perte des ouvriers est plus de 100%, c’est-à-dire en moyenne, un changement total du personnel par an. Pour les entreprises, elles ne veulent pas investir dans la formation des travailleurs, parce que chaque fois la formation est terminée, de nombreux travailleurs vont quitter. Dans cette étape de transition de l'avantage comparatif, l’avantage des coûts affaiblis, les entreprises doivent compter sur la main-d'œuvre plus qualifiée. Mais des changements dans la qualité de la main-d'œuvre ne peuvent pas soutenir efficacement la mise à niveau de la compétitivité des entreprises. 

Les nouveaux changements apportent une nouvelle influence sur la transformation et la mise à niveau de structure économique. 

D’après Long Guoqiang, le fait que l'ouverture de la Chine est confrontée à trois étapes superposées, est non seulement des opportunités mais aussi des défis dans la transformation et la mise à niveau de l’économie chinoise. Les défis sont l’insuffisance de la demande extérieure, la multiplication des frictions commerciales, l’écart entre la qualité de la main-d’œuvre et la demande. Quand aux opportunités, sous l’angle interne, la structure de la main-d’œuvre a changé. Les cols bleus ont un grand défi, par exemple, la pression des coûts et la pression de la qualité du travail. Cependant, pour les diplômés de l'université, il y a beaucoup de possibilités. Plus de gens qui ont fait les études supérieures sont capables de pratiquer une activité de niveau plus haut, y compris les services, et la recherche et le développement. 

L'expansion rapide du marché immense intérieure de la Chine est devenue le nouvel avantage concurrentiel. La Chine a changé d’un soi-disant marché potentiel à un grand marché en réalité, avec un taux d’expansion de la Chine de 7%, ceci est une chose incroyable dans le monde entier. Malgré le taux de croissance économique a chuté de 10% à 7%, la croissance de 7% est en fait un incrément de plus de 700 milliards de dollars, équivalents à PIB de toute l’année (800 milliards de dollars) de la Turquie (16ème économie du monde). Un tel grand marché et en particulier la nouvelle demande apporteront de nombreuses nouvelles opportunités pour attirer l'investissement mondial en Chine. Surtout pour les investisseurs étrangers qui veulent mieux entrer dans le marché chinois, la recherche et le développement en Chine sont nécessaires. Nous avons trouvé au cours des dernières années qu’un grand nombre d'entreprises multinationales ont accéléré le transfert de certains de leurs centres siège régional et des centres de recherche et développement en Chine. 

De ce fait, sous l’angle de « apporter », le changement de l'avantage comparatif peut attirer l'activité industrielle et les talents de haut niveau en Chine. Sous l’angle de « sortir », le marché extérieur a également des opportunités bénéfiques très importantes. La première est l’essor mondial de construction des infrastructures. Pour les économies développées, c’est le renouvellement de l'infrastructure, pour les économies émergentes, c’est la construction. La « ré-industrialisation » des États-Unis et « Industrie 4.0 » de l’Allemagne ont besoin d’une meilleure infrastructure. La ferroviaire à grande vitesse et l'infrastructure de l'informatisation comme la 4G, sont des points chauds de construction de l'infrastructure. Pour les pays en développement, surtout pour les économies émergentes, l'accélération de l'industrialisation et de l'urbanisation a besoin beaucoup plus de la construction et l’amélioration des infrastructures. Dans le secteur de l'infrastructure, les entreprises chinoises ont un très fort avantage concurrentiel. Elles signent à grande échelle des contrats de construction d'infrastructures, ce qui entraînera les exportations de matériel de la Chine. Comparé avec de nombreuses exportations antérieures, les équipements d'électricité, de transport et de communication mobile de la Chine ont une forte intensité technologique et financière et une valeur ajoutée. Ainsi, l’essor mondial de construction des infrastructures est propice à la mise à niveau de la structure des exportations de la Chine. 

Les nouvelles opportunités de l'ouverture vers l’extérieur sont celles de l’accélération de la mise à niveau de la structure industrielle au lieu de celles de l'expansion. Afin de développer une nouvelle stratégie d'ouverture vers l’extérieur, il faut tenir compte des possibilités offertes par des changements en profondeur dans l'environnement extérieur. 

Une autre opportunité est le domaine de l'investissement étranger. La Chine n’est plus un pays qui investisse un peu et utilise énormément des capitaux étrangers, mais elle est maintenant devenu un pays qui profite bien des capitaux étrangers et à la fois investit beaucoup à l’étranger. En 2003, les investissements à l’étranger de la Chine sont seulement de 2,85 milliards dollars, et l’année dernière ils sont plus de 100 milliards de dollars. Dans quel domaine est-ce que la Chine investit à l’étranger ? Au point de vue des entreprises, la motivation est diversifiée. Certains veulent ouvrir le marché, certains veulent acheter le mien ou de l'huile. La catégorie la plus importante est l'accès à des technologies, des capacités de recherche et de développement, des marques et des chaînes internationales à travers l’acquisition et la fusion à l'étranger. Ces acquisitions vont aider les entreprises à combiner des technologies avancées, des marques fortes et des canaux de ventes internationales avec des capacités complètes de fabrication et avec des coûts faibles pour renforcer encore la compétitivité de l'ensemble de la chaîne de l'industrie. En bref, Les nouvelles opportunités de l'ouverture vers l’extérieur sont celles de l’accélération de la mise à niveau de la structure industrielle au lieu de celles de l'expansion. Afin de développer une nouvelle stratégie d'ouverture vers l’extérieur, il faut tenir compte des possibilités offertes par des changements en profondeur dans l'environnement extérieur. 

Le nouveau stade a présenté de nouvelles exigences pour l'ouverture de la stratégie de l’ouverture vers l’extérieur de la Chine. 

Selon Long Guoqiang, pour comprendre la nouvelle stratégie d'ouverture de l'époque, nous devons d'abord comprendre les nouvelles exigences pour l'ouverture de la Chine proposées par le nouveau stade économique. À la fin de la réunion de l'APEC de l'année dernière, le Président Xi a parlé du nouveau stade de l’économie chinoise sous les trois aspects. D'abord, par rapport au rythme ultra-rapide, l'économie de la Chine se développe maintenant à une grande vitesse. Beaucoup de gens tout simplement le considèrent comme décélération. En fait, dans une perspective mondiale, même la décélération est encore très élevée. Deuxièmement, la transformation et l’élévation du niveau de la structure. Sous les angles de la structure de la demande, la structure de l'offre, la structure industrielle et les différents niveaux, l'économie de la Chine dans le nouveau stade est toujours dans une phase d'accélération de la restructuration. Troisièmement, c’est la transformation de la dynamique de croissance économique de la Chine. C’est-à-dire, l’ancien mode de la dépendance à long terme sur l'investissement, sur les facteurs de production et sur les investissements à grande échelle au cours des dernières décennies, a été remplacé par l'innovation, la qualité et la marque pour promouvoir une nouvelle croissance économique à grande vitesse de la Chine. 

Long Guoqiang estime qu’il y a des significations de deux niveaux. La première est la transition de la structure. La transition structurelle et la conversion de motivation de croissance nous obligent à répondre sur la question que dans l'ouverture prochaine, comment ajuster les stratégies, faire pleinement usage du marché international et des ressources internationales, afin de promouvoir l’élévation du niveau de la structure et la conversation de motivation de croissance. La deuxième est de nouvelles exigences proposées par la montée de la Chine comme une des puissances émergentes. Le ralentissement est la conséquence de la loi économique dans le nouveau stade. Il y a beaucoup d'économies en phase de rattrapage ont eu des situations similaires. Pour la Chine, derrière le ralentissement il y a l’expansion rapide de l’échelle économique. Comme la deuxième économie du monde et une grande puissance émergente,  l’ascension de la Chine aura un grand impact sur la politique internationale, la gouvernance mondiale, le système économique et le commerce international. Si manipulé incorrectement la relation entre la Chine et la communauté internationale,  il peut être relativement difficile de mieux profiter des ressources externes et du marché externe pour soutenir le développement économique de la Chine. La nouvelle stratégie d'ouverture devrait répondre à la question, qui est, quand l'économie a crû rapidement en Chine, elle est en face à la pression de la transition et de l’élévation du niveau de la structure en utilisant le marché externe et les ressources externes, à la fois une autre tâche de créer un environnement extérieur favorable gagnant-gagnant et mieux gérer la relation entre la Chine et le monde extérieur a travers l'ajustement stratégique de l’ouverture. Cela peut être deux questions à répondre dans notre prochaine étape de l’ouverture, et également la nouvelle cible de stratégie de l’ouverture. Comparé avec l’objectif principal de trois ans précédents de l'ouverture, c’est-à-dire accélérer le processus d'industrialisation en Chine à travers les exportations, de grands changements ont eu lieu. 

Souligner l’amélioration de la position de la Chine dans la chaîne de valeur mondiale à l’avenir. 

Long Guoqiang a souligné que pendant le XIIIe programme quinquennal et dans l'avenir, l’exportation est l’objectif principal de la stratégie d’ouverture de la Chine au cours de trois premières décennies. Actuellement, il y a deux nouveaux objectifs stratégiques de l'ouverture de la Chine. Tout d'abord, adapter à la montée de la Chine, créer un environnement extérieur favorable afin d'assurer le développement pacifique de la Chine. Deuxièmement, faire bon usage des marchés et des ressources externes, et accélérer la mise à niveau structurelle de la Chine. Dans le contexte de l’approfondissement de la chaîne mondiale de valeur de la production, l'objectif est de renforcer la position de la Chine dans la chaîne de valeur mondiale. 

Longue Guoqiang a met l’accent sur la nécessité d’identifier la nouvelle orientation stratégique pour mettre en œuvre les nouveaux objectifs stratégiques. 

Premièrement, faire les efforts pour créer un environnement économique et commercial international favorable. Pour une telle grande économie comme la Chine, la première chose à penser, c’est comment participer à la gouvernance économique et l’élaboration de nouvelles règles, comment équilibrer les intérêts de la Chine et d'autres pays. Avant nous acceptons toujours les règles existantes. Désormais il faut tenir pleinement compte des changements de la gouvernance mondiale dans la nouvelle ère pour guider la gouvernance des règles. Cela nous oblige à renforcer les capacités dans ce domaine, améliorer grandement la puissance douce du pays, contribuer la puissance coercitive à la gouvernance internationale. 

Deuxièmement, considérer l’ouverture du secteur des services comme une priorité, et faire les efforts pour améliorer l'environnement d'investissement. Il y a deux différences entre le nouvel usage de l'investissement étranger et l’ancien usage. D’abord l’accent a changé de l'industrie aux services, deuxièmement c’est le changement de système de gestion de l'investissement étranger. Pour les négociations en cours du BIT sino-américaines, nous avons choisi la façon de gestion de l'admission de l'ancien traitement national avant admission plus la gestion de la liste négative. Ceci nous apportera de grands changements dans le comportement du gouvernement et la façon de gestion. En fait, ce sont les grands changements dans la philosophie de gestion du gouvernement. 

Troisièmement, viser à promouvoir les investissements à l’étranger. À travers l'investissement à l’étranger, approfondir la coopération avec le pays hôte, améliorer la capacité des entreprises à intégrer les ressources mondiales, et créer des entreprises multinationales chinoises avec forte concurrence. Un ensemble d'institutions nationales, y compris le système du gouvernement et la philosophie de gestion de l'investissement étranger, comment change-t-il de l'accent sur l'approbation et la gestion, au service et la réglementation en cours et après, c’est un énorme défi. Du point de vue de l'entreprise, la façon d'améliorer la capacité des opérations mondiales, y compris la capacité de développer une stratégie globale, les talents du monde entier, le système de gestion interne, la façon de se conformer à la responsabilité sociale et la culture dans la communauté internationale, il y a beaucoup de nouvelles exigences. 

Long Guoqiang estime que la réalisation d'une nouvelle stratégie de l'ouverture, l’essentiel est d’avoir les arrangements institutionnels appropriés. On l’appelle la construction du nouveau système d’une économie ouverte. Il n’existe pas pour la réforme, mais dans le but de parvenir à la nouvelle stratégie, dont le moyen et le « point de départ » sont l'innovation institutionnelle. Par conséquent, pour construire le nouveau système de l’économie ouverte, il faut se concentrer sur de nouveaux objectifs et de nouvelles orientations de la stratégie d'ouverture. 

Pour conclure, Long Guoqiang a dit que, pour la Chine, l’ouverture a un effet spécial. Résumant les expériences de ces trente dernières années, l’ouverture peut non seulement accélérer le développement du pays en utilisant deux marchés et deux ressources, mais aussi promouvoir les réformes internes. La Troisième séance plénière a souligné qu’il faut promouvoir la réforme avec l’ouverture. Par conséquent, l'accélération de la réforme du système économique à l'étranger, a un rôle important dans la promotion de la réforme de l'économie globale de la Chine. (Jin Hui)