Commentaires

"La Ceinture et la Route" dirige la nouvelle mondialisation économique

Publié le:2017-06-13 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Chi Fulin | Source:Quotidien Guangming Le 19/05/2017

A l'heure actuelle, la mondialisation économique est située à un nouveau carrefour. Dans ce contexte, l'initiative de "la Ceinture et la Route" lutte contre le protectionnisme et préconise une économie mondiale ouverte, inclusive, partagée et équilibrée. Ayant pour objectif de construire un réseau de libre-échange et de promouvoir le commerce mondial libre, elle apporte de nouvelles idées pour la mondialisation économique et en devient le nouveau protagoniste. Avec "la Ceinture et la Route", la Chine mettra rapidement en place des plates-formes et dispositions de grande envergure, gagnant davantage d'avance dans la restructuration économique nationale et la concurrence sur le marché international.

Le développement de la Chine est actuellement confronté à des changements profonds de son environnement extérieur et intérieur. En ce qui concerne l'extérieur, les pays développés se penchent de plus en plus pour le protectionnisme et l'isolationnisme, aggravant l'incertitude de la mondialisation économique. Quant à l'intérieur, la Chine doit restructurer et moderniser son économie, tout en tenant compte de l'évolution de la situation économique internationale. Dans ce contexte particulier, il est indispensable de saisir l'importance, le rôle et les objectifs de "la Ceinture et la Route" dans la mondialisation économique.  

D'abord, les communautés concernées par "la Ceinture et la Route" sont en pleine expansion. Grâce à son principe de développement ouvert, inclusif, équilibré et partagé, l'initiative de "la Ceinture et la Route" ira progressivement au-delà des pays le long de la route pour devenir une grande plate-forme de négociation, de construction commune et de partage qui inclut les pays développés, jouant ainsi un rôle important dans la promotion d'une nouvelle mondialisation économique. 

Ensuite, l'importance de "la Ceinture et la Route" se fait de plus en plus reconnaître. Si cette initiative chinoise a gagné un consensus général dans la communauté internationale, c'est principalement parce qu'elle porte la mission de promouvoir la nouvelle mondialisation économique. Cette mission se manifeste dans plusieurs aspects: Premièrement, l'interconnexion des infrastructures, qui est la clé des cinq "connectivités" de l'initiative de "la Ceinture et la Route", permet de satisfaire l'énorme demande des pays et régions le long de la route en matière de construction d'infrastructures. Elle crée des emplois, augmente le revenu de la population locale, et fournit un appui à la coordination des stratégies de développement entre les pays et régions situés le long de la route. Deuxièmement, les pays et régions le long de "la Ceinture et la Route" déploient déjà la coopération dans la capacité de production et dans le commerce des services. Dans l'ensemble, le commerce des services est en retard par rapport au commerce des marchandises et à l'exportation des capacités de production. Les coûts du commerce restent donc élevés dans les pays et régions le long de la route, d'autant plus que le libre-échange régional ne fait que débuter. A l'avenir, d'élargir la coopération dans l'industrie des services tout en approfondissant la coopération dans la capacité de production est une des tâches majeures pour le développement durable de "la Ceinture et la Route". Troisièmement, à l'heure où le commerce mondial fait face à la montée du protectionnisme, la construction de "la Ceinture et la Route", notamment la création d'un réseau de zones de libre-échange, a un impact majeur sur la promotion de la mondialisation économique et l'amélioration de la structure de gouvernance de l'économie mondiale. Elle aidera les différentes parties à renforcer leur confiance dans l'intégration économique mondiale et à s'opposer ensemble à toute forme de protectionnisme commercial. 

 Enfin, l'initiative de "la Ceinture et la Route" occupe une place de plus en plus importante. Elle préconise non seulement l'ouverture des marchés émergents, des pays en développement et en transition, mais aussi l'ouverture des pays occidentaux développés. Par ailleurs, elle intègre directement le développement des pays et régions le long de la route à l'ouverture régionale de la Chine. Par conséquent, "la Ceinture et la Route" est plus qu'une stratégie nationale de développement régional, elle dirige la mondialisation économique ouverte, inclusive, partagée et équilibrée, et aide à établir un nouveau modèle de développement, où le développement interne et externe sont intégrés et s'interagissent. 

Sur le plan international, "la Ceinture et la Route" apporte de nouvelles idées à la mondialisation économique, à savoir l'ouverture, l'inclusion, le partage et l'équilibre. A l'avenir, elle devra adopter des formes de coopération multilatérale et bilatérale flexibles et diversifiées, accélérer la construction des différentes types de réseaux de libre-échange, continuer à promouvoir le commerce libre mondial, avec notamment des accords institutionnels dans le cadre de "la Ceinture et la Route". Premièrement, il faut promouvoir l'intégration entre "la Ceinture et la Route" et le réseau des zones de libre-échange. Il est préférable de créer des zones de libre-échange dans les pays remplissant les conditions nécessaires et établir des accords de libre-échange dans les autres pays pour les projets d'infrastructures et l'industrie des services, réalisant dans une certaine mesure le libre-échange. Deuxièmement, il faut accélérer la construction des zones de libre-échange (ZLE) bilatéral, notamment la ZLE Chine-UE. Avec la modernisation de la structure de consommation des Chinois, la Chine et l'UE seront de plus en plus complémentaires, le commerce bilatéral dans les services a un énorme potentiel de croissance. Ainsi, la mise en place d'une ZLE Chine-UE favorisera la transformation de l'économie chinoise et le développement durable de l'économie européenne, elle aura également un impact significatif sur le maintien de l'intégration économique en Europe et la promotion du commerce libre mondial. Troisièmement, il faudra créer de diverses formes de cercles de coopération économique, afin de mettre en œuvre les politiques de libre-échange pour les produits industriels, ainsi que les accords institutionnels pour la facilitation du commerce et de l'investissement. Quatrièmement, nous devons coopérer activement avec les pays et régions le long de "la Ceinture et la Route" pour construire ensemble des zones de coopération économique transfrontalière. En effet, jusqu'à la fin de 2016, les entreprises chinoises ont déjà lancé la construction de 77 zones de coopération économique et commerciale dans 36 pays, parmi lesquelles 56 sont réparties dans les pays le long de "la Ceinture et la Route". Ces zones sont devenues un des porteurs importants de l'initiative de "la Ceinture et la Route", leur construction doit être encouragée. 

 Du point de vue interne, les différents types de libre-échange préconisés par "la Ceinture et la Route" donneront une impulsion à la restructuration de l'économie chinoise. Pour s'adapter à l'évolution de la mondialisation économique, la Chine doit  s'appuyer sur "la Ceinture et la Route" pour avancer sa transition vers une économie ouverte axée sur le commerce des services. D'abord, il faut intégrer l'ouverture du marché des services domestiques et la libéralisation du commerce des services. En effet, l'ouverture du marché est une base importante pour développer le commerce des services. Mais en Chine, le marché des services reste difficilement accessible pour des raisons institutionnelles. Par conséquent, nous devrions approfondir les réformes structurelles en donnant la priorité à l'ouverture du marché des services, briser le monopole, élargir l'espace pour l'investissement privé, stimuler la vitalité du marché, accroître l'offre effective en services, renforcer l'industrie des services et faire de cette industrie le premier moteur de la croissance économique. Ensuite, la Chine doit accélérer la restructuration de ses zones de libre-échange (ZLE) intérieures pour le commerce des services. Au cours des dernières années, la réforme des ZLE intérieures, avec notamment le système de liste négative, a réalisé des progrès significatifs. Cependant, à l'heure actuelle, 122 articles figurent toujours sur la liste négative des ZLE intérieures, dont 80 concernent le commerce des services. La priorité est donc de réduire sensiblement la liste négative, de sorte que le nombre des restrictions descend en dessous de 40 d'ici 2020 pour le commerce des services. Puis, nous devons mener activement la politique de libre-échange, en encourageant les régions qualifiées à appliquer en premier la politique de libre-échange pour les projets du tourisme, de la santé, de la médecine, de la culture et de l'enseignement professionnel, ouvrant une nouvelle voie pour l'ouverture. Enfin, il faut promouvoir l'intégration Guangdong-Hong Kong-Macao en matière de commerce des services. Cela favorisera, d'une part, le développement de Hong Kong et Macao ainsi que la restructuration de l'économie du Guangdong en mettant en avant les avantages de chacun, et jouera, d'autre part, un rôle important pour la mise en pratique du concept "Un Etat, deux systèmes". 

En somme, la transition économique axée sur le commerce des services apportera non seulement une force motrice pour la restructuration économique, la réforme et le développement de la Chine, elle aura aussi un impact majeur sur la mondialisation économique.  

L'auteur travaille à l'Institut chinois pour la Réforme et le Développement (CIRD).