Commentaires

Etude sur le mécanisme de croissance économique sous les contraintes des émissions de carbone

Publié le:2017-07-17 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Jin Xiangfeng Ren Dong | Source:Quotidien Guangming Le 4 juillet 2017

Au cours de ces dernières années, la Chine a répondu activement aux changements climatiques, tout en ayant mis en œuvre des mesures à double contrôle sur les émissions totales et les intensités d’énergie et de carbone. Elle a proposé des objectifs stratégiques que les émissions de carbone vont atteindre son pic en 2030 et il faut atteindre le pic le plus tôt possible, cela a conduit des changements profonds des environnements interne et externe pour la croissance économique. Il n’est pas difficile à trouver, lors de l’étude sur l’impact des émissions de carbone sur la croissance économique, que le modèle dominant de croissance économique ne tient pas compte de l’impact des contraintes des émissions de carbone sur la croissance économique. Les analyses traditionnelles admettent en général aussi que, dans le contexte de la réduction des émissions mondiales de carbone, si les autres conditions restent inchangées, les contraintes des émissions de carbone auront une incidence défavorable sur le potentiel de croissance économique à court terme. Cependant, avec une sensibilisation mondiale de plus en plus grande sur les questions environnementales, sur le plan des théories et des pratiques, on commence à considérer les facteurs de l’impact des contraintes des émissions de carbone pendant une période du temps relativement long et leur mécanisme de transmission d’impact sur le développement économique et social.  

Conceptuellement, l’effet direct des contraintes des émissions de carbone sur la croissance économique réside principalement dans ce que sous la condition du contrôle du niveau des émissions de carbone et de la réduction des émissions totales de carbone, la trajectoire de croissance économique connaîtra des changements, et que l’exploitation du potentiel de la croissance économique future tournera vers l’amélioration considérable de l’efficacité énergétique, l’augmentation du niveau de la croissance économique provoquée par l’émission de carbone par unité. Ainsi, il est possible de créer deux mécanismes de trajectoire différents pour l’impact des contraintes des émissions de carbone sur la croissance économique.  

Mécanisme I : A travers la restructuration industrielle, il est possible de promouvoir une optimisation des allocations des ressources pour atteindre une « réduction structurelle des émissions » de carbone. En d’autres termes, il est possible d’avoir une allocation optimale des ressources limitées dans les domaines où les émissions de carbone de la production par unité sont plus basses, afin d’atteindre le double objectif d’optimiser la structure économique et la réduction des émissions de carbone. 

Mécanisme II : il est possible d’entrainer l’amélioration de l’efficacité de la production à travers la mise à niveau technologique au sein de l’industrie, afin d’augmenter ainsi l’efficacité de l’utilisation des ressources et réaliser « la réduction des émissions grâce à l’améliorartion de l’efficacité » de carbone. Dans le cadre de ce mécanisme, la structure des ressources ne connait pas une allocation optimale, mais en améliorant le niveau et l’efficacité technologiques de production, il est possible de réduire les émissions de carbone de production par unité et la croissance économique intensives dans les conditions données. 

Sur la base des analyses ci-dessus, l’auteur pense que les contraintes des émissions de carbone peuvent être intégrés dans le paradigme du courant dominant de l’analyse sur la croissance économique, c’est-à-dire d’intégrer les ajustements structurels des industries et des facteurs de production et les ajustements de l’efficacité du progrès des technologies et de l’efficacité de production dans le modèle de croissance économique, à travers du contrôle des facteurs de l’impact essentiels, il est possible de simuler et d’analyser sur les caractéristiques de l’évolution de la convergence de la croissance économique sous les contraintes des émissions de carbone vers la trajectoire optimale de la croissance théorique. Dans le cas du mécanisme I, les contraintes de carbone sont appliquées aux capitaux et aux éléments de travail, pour présenter l’amélioration du niveau de production par l’optimisation et de l’ajustement des structures industrielles entrainée par des contraintes de carbone. Dans le cas du mécanisme II, les contraintes de carbone sont appliquées à l’efficacité de production de tous les éléments, pour présenter l’amélioration de l’efficacité de production provoquée par l’innovation des technologies entrainée par des contraintes de carbone. Selon les caractéristiques et les objectifs de recherche, tout en prenant pleinement en considération des différences entre la trajectoire de croissance équilibrée sous la condition des contraintes des émissions de carbone et la trajectoire de croissance équilibrée sans contrainte des émissions de carbone, l’auteur a établi le modèle de croissance économique R-C-K(Ramsey-Cass-Koopmans Model), qui a été proposé et établi en décembre 1928 par F.Ramsey, mathématicien et logicien de l’Université de Cambridge. C’est un modèle d’application important dans l’étude de la macroéconomie moderne. Le centre de recherche du modèle R-C-K est l’allocation des ressources intertemporelle, l’analyse sur la trajectoire optimale de croissance économique dans des conditions données, et d’en tirer les conditions intertemporelle qui satisfont la trajectoire optimale. En simulant les processus des changements dynamiques des trajectoires de croissance équilibrée sous des contraintes des émissions de carbone de différentes intensités, nous pouvons obtenir des conclusions importantes suivantes : 

Premièrement, lorsque les contraintes des émissions de carbone ne changent pas, en comparaison des modules avec ou sans contraintes des émissions de carbone, il y aura des impacts relativement différents sur le niveau à l’état stationnaire de l’output . À court terme, avec des contraintes des émissions de carbone, le niveau de l’output est inférieur à celui sans contraintes des émissions de carbone. Les explications réelles pour cet effet sont : à cause l’effet de macro-régulation des émissions de carbone à court terme, un certain nombre de capacités de production arriérées et des éléments dont le taux d’utilisation est faible sont exclus du marché à court terme, cela conduit une basse à court terme du niveau de l’output. Avec l’avancement stable des politiques des contraintes des émissions de carbone, le niveau à l’état stationnaire de l’output montre une augmentation constante et stable, tout en dépassant graduellement le niveau de l’output sans contraintes des émissions de carbone, avec une tendance d’élargissement de l’écart. Cela montre que, à long terme, l’application des contraintes des émissions de carbone est favorable à la promotion de la croissance économique, et à travers les ajustements structurels optimaux des industries, l’allocation optimale des ressources, les progrès dans les technologies de production, l’amélioration de l’efficacité de production et d’autres mécanismes d’action, il est possible d’avoir un  niveau à l’état stationnaire de la croissance économique plus élevé.   

Deuxièmement, lorsque les contraintes des émissions de carbone changent, et la vitesse de l’amélioration des progrès technologiques provoquée par les contraintes des émissions de carbone est inférieure à la vitesse de la diminution des ajustements structurels, le niveau à l’état stationnaire de l’output analogique à la phase initiale est supérieur au niveau de l’output dans le cas des contraintes des émissions de carbone inchangées. Mais, à long terme, les changements des politiques deviendront de plus en plus « mauvais ». Bien que le niveau de l’output provoqué soit supérieur au niveau de l’output sans contraintes des émissions de carbone, il est inférieur au niveau de l’output dans le cas des contraintes des émissions de carbone inchangées. Les contraintes des émissions de carbone sont soumises aux caractéristiques physiques, à la phase initiale de la transition de l’économie extensive à l’économie intensive, la force de la réduction des émissions de carbone est relativement grande, il y a un potentiel relativement grand pour la réduction des émissions, pourtant, en raison de l’invariance physique de conversion d’énergie par unité, ce processus ne peut pas se poursuivra pour toujours, donc l’espace pour la réduction des émissions de carbone sera de plus en plus petite à travers le mécanisme I pour atteindre l’objectif de la réduction des émissions de carbone.  

Troisièmement, lorsque les contraintes des émissions de carbone changent, et la vitesse de l’amélioration des progrès technologiques provoquée par les contraintes des émissions de carbone est supérieure à la vitesse de la diminution des ajustements structurels, le niveau à l’état stationnaire de l’output analogique à la phase initiale est inférieur au niveau de l’output dans le cas des contraintes des émissions de carbone inchangées. Mais, à long terme, les changements des politiques deviendront de plus en plus « bons ». Le niveau de l’output provoqué par les changements des contrainte des émissions de carbone est supérieur au niveau de l’output sans contraintes des émissions de carbone, il est même supérieur au niveau de l’output dans le cas des contraintes des émissions de carbone inchangées. Donc à long terme, c’est le mécanisme II dans lequel la mise en œuvre des contraintes des émission de carbone peut jouer véritablement un rôle essentiel pour l’amélioration du niveau de l’output, avec l’application de nouvelles technologies et de nouvelles inventions, plus d’espaces de la réduction des émissions de carbone seront libérées grâce aux progrès technologiques, à l’amélioration de l’efficacité et ainsi de suite, qui seront les sources principales des forces motrices pour la croissance économique durable.  

A la comparaison, on peut voir que bien que les mécanismes d’action I et II sous des contraintes des émissions de carbone aient tous des impacts relativement grands sur le niveau à l’état stationnaire de l’output, la restructuration industrielle dans le mécanisme I a un point de final, mais les progrès technologiques dans le mécanisme II sont infinitifs. Par conséquent, l’influence du premier mécanisme d’action sous des contraintes des émissions de carbone sera plus en plus petite, tandis que l’influence du second mécanisme d’action sous des contraintes des émissions de carbone sera plus en plus grande. Si l’on fait pleinement jouer le rôle des progrès technologies dans le mécanisme II, il sera plus favorable pour l’atteinte à une valeur du niveau de l’output du système de l’économie dans un état stationnaire. L’auteur pense que la mise en œuvre des politiques des contraintes des émissions de carbone pourra avoir des impacts inhérents sur les facteurs qui sont favorables à la croissance économique, tels que la structure industrielle, l’innovation indépendante, l’investissement des biens immobiliers, l’économie orientée vers l’extérieur, et qu’elle aidera à réaliser une transition vers une croissance économique à faible émission de carbone dans la nouvelle normalité de l’économie. À cette fin, il faut promouvoir des travaux pertinents globalement dans les aspects de l’innovation scientifique et technologique, la restructuration industrielle, les réformes fiscales et financières et le système d’évaluation réglementaire et ainsi de suite. Premièrement, il faut renforcer le moteur de base, soit le développement à faible émission de carbone sur l’innovation scientifique et technologique, renforcer la recherche et le développement indépendants et la digestion et la résorption après l’introduction des technologies à faible émission de carbone, accélérer la transformation des réalisations pertinentes en applications, établir et perfectionner les mécanismes d’évaluation et de stimulation des innovations des technologies à faible émission de carbone, tout en appuyant sur les innovations pour guider l’optimisation et la mise à niveau des industries traditionnelles et soutenir la croissance à faible émissions de carbone. Deuxièmement, il faut construire un système industriel moderne haut de gamme, très efficace, à faible émission de carbone, vert, explorer progressivement un chemin gagnant-gagnant pour atteindre la croissance à faible émission de carbone et l’amélioration de la structure industrielle, pour réaliser une unification harmonieuse de la rationalisation, le haut de gamme et la faible émission de carbone de la structure industrielle. Troisièmement, il faut améliorer le système de soutien budgétaire et financier au développement à faible émission de carbone, renforcer le rôle de guide des politiques fiscales dans les changements des modes de développement économique, explorer la mise en place des droits de profits, tels que le droits d’émission de carbone, les droits d’émission des polluants, les droits d’utilisation de l’énergie, les droits d’utilisation de l’eau, ainsi que les modes de crédit et de garantie des droits de propriété intellectuelle, le gage des profits verts attendus et ainsi de suite, pour élargir les canaux de garantie et de crédit financiers verts. Quatrièmement, il faut améliorer le mécanisme d’examen et d’évaluation des performances politiques qui « juge les gens selon le PIB » , accélérer l’établissement et l’amélioration du système de comptabilité du PIB à faible émission de carbone, créer les mécanismes d’examen et d’évaluation et les mécanismes de stimulation qui insistent sur la promotion de la croissance économique à faible émission de carbone, de sorte que l’évaluation des performances politiques est unifiée avec le développement durable de l’économie, de l’environnement, des ressources, de l’écologie et de la société, pour assurer la réalisation des objectifs de développement économique à faible émission de carbone. 

(Auteur : Jin Xiangfeng, Département de la gestion et des sciences de l’économie de l’Université de Tianjin, Ren Dong, Institut de recherche macroéconomique de la province du Shandong)