Commentaires

Opportunités et défis pour la coopération commerciale sur « la Ceinture et la Route »

Publié le:2017-09-11 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Yang Rongzhen,Jia Ruizhe | Source:Quotidien Guangming (Le 1er août 2017)

Statut quo et opportunités pour la coopération entre la Chine et les pays riverains de « la Ceinture et la Route » 

La Chine et les pays riverains de « la Ceinture et la Route » sont d’importants partenaires commerciaux l’un pour l’autre. Le développement économique et la croissance du commerce de la Chine fournissent un vaste marché et des produits riches aux pays riverains de « la Ceinture et la Route ». Avec une grande population, un vaste territoire, des ressources riches, ces pays et la Chine sont d’importants partenaires commerciaux l’un pour l’autre. En 2016, la somme du PIB des pays riverains de « la Ceinture et la Route » représentait environ 16,0% du PIB mondial, la population représente 43,4% de la population mondiale et le commerce extérieur représente 21,7% du commerce global mondial. En 2016, le volume des échanges entre la Chine et les pays riverains s’élevait à 953,59 milliards de dollars américains, ce qui représentait 25,9% du commerce total de biens de la Chine. Tout cela montre qu’à la reprise lente de l’économie mondiale, la coopération commerciale sur « la Ceinture et la Route » présente une bonne tendance de développement.  

La Chine est un principal marché d’importation et d’exportation pour les pays riverains de « la Ceinture et la Route ». La Chine est le principal pays de destination d’exportation du Singapour, de la Malaisie, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Russie, de l’Inde, de l’Indonésie et d’autres pays riverains de « la Ceinture et la Route », elle est également le premier marché d’importation des partenaires commerciaux importants tout au long de la route. En 2016, les exportations chinoises vers les pays riverains ont atteint 587,48 ​​milliards de dollars américains, soit 27,8% des exportations totales de la Chine. Les exportations de la Chine vers les pays riverains sont principalement composées par les produits à forte intensité de main-d’œuvre, y compris les machines électriques, les équipements électriques et leurs pièces détachées, les chaudières, les machines, les machines mécaniques et leurs pièces détachées, qui présentent 35% des exportations, la plus grande proportion en fait. La Chine importe principalement les combustibles fossiles, l’huile minérale et ses produits de distillation, les machines électriques, les équipements électriques et leurs pièces détachées, représentant 51,4% du total. 

L’initiative de « la Ceinture et la Route » promeut l’interopérabilité entre la Chine et les pays riverains. La construction de « la Ceinture et la Route » accélère la coopération entre la Chine et les pays riverains dans les domaines du chemin de fer, de l’autoroute, du port, des communications et d’autres infrastructures. Cela fournit des opportunités importantes pour la conquête des marchés des pays riverains aux entreprises chinoises. Depuis la mise en œuvre de la construction de « la Ceinture et la Route », l’accent a été mis en premier sur l’interopérabilité entre la Chine et les pays riverains dans les domaines de transport et de communication. Un grand nombre de construction d’infrastructures a réalisé des réalisations initiales, elles ont promu à la fois l’exportation des capitaux, des technologies, des capacités, et ont réduit les coûts et apporté des opportunités aux pays riverains pour la coopération commerciale. 

La construction du mécanisme de coopération commerciale de « la Ceinture et la Route » a fait des progrès positifs. A part des mécanismes de coopération commerciale multilatéraux et bilatéraux existants, la coopération sous-régionale, les corridors économiques, les parcs industriels, la coordination des politiques, les expositions et d’autres mécanismes de coopération diversifiés ont construit les plateformes institutionnelles pour la coopération commerciale de « la Ceinture et la Route ». Lors de la tenue du Forum de « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale cette année, les mécanismes de coopération commerciale de « la Ceinture et la Route » a fait des progrès positifs. L’établissement et l’amélioration de ces mécanismes de coopération commerciale fourniront une garantie pour la coopération commerciale de « la Ceinture et la Route ». 

Obstacles principales pour la coopération commerciale entre la Chine et les pays riverains de « la Ceinture et la Route » 

La différence de développement des pays riverains est bien évidente, et ces pays ont des relations commerciales étroites avec la Chine des degrés différents. Il existe des variations remarquables des économies et des niveaux de développement du commerce des pays riverains de « la Ceinture et la Route », parmi lesquels, il y a un petit nombre de pays développés, des pays les moins avancés, et aussi un grand nombre de pays en développement. Ces différences apportent des difficultés à la formation du mécanisme de coordination unifiée pour la construction de « la Ceinture et la Route », elles rendent les négociations multilatérales encore plus difficiles. 

Les barrières tarifaire et non tarifaire sont généralement élevées, elles sont des défis pour la libéralisation et la facilitation du commerce. Les pays en développement et les pays les moins avancés sont une partie composante importante des pays riverains de « la Ceinture et la Route », leurs barrières douanières se trouvent toujours à un niveau relativement élevé, elles constituent certains obstacles pour le commerce réciproque. D’ailleurs, la balance favorable du commerce de la Chine sur les autres pays riverains augmente sans cesse, et il existe une certaine concurrence hémogénique des industries, qui provoque facilement des frictions commerciales. Il y a des obstacles qui empêchent la circulation du commerce, comme le niveau bas global des logiciel en facilitation du commerce, l’efficacité peu haute du dédouanement, la transparence peu grande pour la gestion du transit, des procédures compliquées aux douanes et ainsi de suite.  

Le système des règles du commerce international reste instable. L’initiative de « la Ceinture et la Route » n’est pas un accord commercial régional compact. Le commerce entre la Chine et des pays riverains respecte principalement aux règles commerciales multilatérales et des accords commerciaux bilatéraux de l’OMC. Parmi les pays riverains, il y a beaucoup de pays qui ne sont pas adhérés officiellement à l’OMC, leurs politiques du commerce extérieur auront certains effets négatifs sur la libre circulation des marchandises. Sur le plan des accords bilatéraux de libre-échange, seulement un poignée de pays riverains ont signé des accords de libre-échange avec la Chine jusqu’au présent. Autrement dit, le système de règles commerciales internationales entre la Chine et des pays riverains reste à améliorer. 

Il existe des risques pour la coopération commerciale à cause de la diversité culturelle, des conflits régionaux fréquents et l’instabilité géopolitique. Aujourd’hui, des conflits régionaux, l’instabilité géopolitique, la succession fréquente des pouvoirs, le fossé culturel, des conflits religieux, la discrimination raciale, la disparité économique, et bien d’autres facteurs présentés dans certains pays riverains de la Ceinture et la Route, ont empêché l’établissement un environnement stable de développement de certaines régions et pays, où le risque de marché reste à un niveau élevé. 

Choix tactiques pour le renforcement de la coopération commerciale de « la Ceinture et la Route » 

Il faut promouvoir activement les négociations sur les accords de libre-échange bilatéraux et régionaux. La coopération commerciale du commerce de « la Ceinture et la Route » exige la garantie institutionnelle des règles concernant le commerce international. Dans le contexte où les négociations commerciales multilatérales ont temporairement des difficultés de réaliser des progrès substantiels, il est possible d’accorder la priorité aux négociations sur les accords de libre-échange bilatéraux et régionaux, tout en promouvant la coopération commerciale étape par étape et de manière bien planifiée selon les différents partenaires commerciaux. 

Il faut trouver de nouveaux points de croissance commerciale. Les avantages commerciaux traditionnels de la Chine résident dans les produits à forte intensité de main-d’œuvre de l’industrie manufacturière, tandis que les avantages d’une partie des partenaires commerciaux riverains sont axés sur les produits à forte intensité de ressources. En outre, des avantages du commerce agricole de certains pays sont évidents. Bien que la Chine et les pays du pays aient une forte complémentarité commerciale, l’avantage comparatif traditionnel a un effet d’entraînement insuffisamment important pour la croissance du commerce. Les pays devraient combiner la recherche scientifique et technologique pour transformer les réalisations technologiques en avantage concurrentiel des produits réels, pour développer des industries à forte intensité de capital et de technologie, afin de promouvoir le commerce des produits de haute technologie et d’améliorer l’état des produits dans la chaîne de valeur mondiale. 

Il faut éliminer progressivement les barrières commerciales, pour parvenir à la réalisation de la facilitation du commerce. Les pays riverains de « la Ceinture et la Route », en particulier ceux qui n’ont pas encore adhéré à l’OMC, appliquent les tarifs relativement élevé, il reste encore beaucoup à faire pour réduire les barrières tarifaires à travers les négociations bilatérales et régionales. Les mesures suivantes peuvent être prises pour faire face aux obstacles non tarifaires : pour les pays qui prennent principalement des mesures de protection commerciale telles que les antidumping, il est possible de pour réduire les pratiques déraisonnables et non standards dans l’enquête à travers les négociations diplomatiques, afin de minimiser la fréquence des mesures d’assistance commerciale. Pour les pays qui prennent des mesures commerciales techniques, il est possible de les demander de renforcer les mesures pertinentes, de faire des notifications transparentes standardisées dans le cadre de l’OMC pour réduire les obstacles inutiles au commerce ; il faut profiter de l’occasion favorable de la mise en œuvre de l’Accord sur la facilitation du commerce de l’OMC, pour recommander les pays à simplifier les procédures de dédouanement et à assurer une bonne circulation des marchandises. 

Il faut établir un bon mécanisme d’évaluation des risques, afin d’avoir un avertissement commun, pour éviter les risques. Afin de minimiser l’impact négatif des instabilités de la situation politique régionale sur le commerce, il faut mener une évaluation et un jugement exhaustifs et objectifs sur les risques politiques et les risques militaires des gouvernements et des régions périphériques, en mettant en place un mécanisme d’évaluation des risques solide, pour avoir un avertissement commun au début du développement des facteurs des risques, avoir une prévention rapide, afin de réduire les conflits et d’éviter les risques. 

(Unité de l’auteur : Institut de recherche en OMC de Chine de l’Université de commerce international et d’économie de Beijing)