Commentaires

BRICS : un partenariat visant le développement commun

Publié le:2017-09-25 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Mou Zongcong | Source:Quotidien du Peuple (le 29 août 2017, édition 03)

 L’année 2017 marque le début de la deuxième décennie de la coopération des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), alors que l’économie mondiale se trouve encore dans un ajustement profond après la crise financière mondiale. Les BRICS sont des partenaires qui cherchent le développement commun, ils aideront à répondre les nouveaux défis de l’économie mondiale, notamment le manque de forces motrices de croissance et l’émergence du protectionnisme dans le commerce et l’investissement. La coopération des BRICS a un impact sur le développement à long terme des pays membres. 

Le président chinois Xi Jinping préconise ainsi la construction d’un partenariat promouvant le développement commun, qui mettra en avant les avantages complémentaires de chaque pays membre en matière de ressources et de structure industrielle, afin d’explorer davantage d’espace de développement. Il invite les BRICS à mettre en œuvre la stratégie de partenariat économique et à développer de nouvelles perspectives de coopération tout continuant à promouvoir le développement commun et la prospérité des pays en développant. 

Les BRICS ont fait beaucoup de chemin en dix ans malgré les difficultés. 

Au cours des dix dernières années, la coopération des BRICS a traversé des moments difficiles. En raison d’un environnement économique mondial compliqué et d’autres facteurs, le développement économique des BRICS s’est confronté à certaines difficultés et défis. Cependant, les BRICS disposent des ressources naturelles et humaines riches, des marchés intérieurs vastes, d’un énorme potentiel de développement et de la marge de manœuvre politique. Les BRICS continueront donc sur la tendance à la croissance. 

Les pays du groupe BRICS occupent 30% du territoire mondial et représentent 40% de la population mondiale. Au cours des dix dernières années, malgré le ralentissement de l’économie mondiale, les BRICS ont intensifié leur coopération et avancé main dans la main. Leur part dans l’économie mondiale est passée de 12 à 23%, dans le commerce de 11 à 16% et dans les investissements étrangers de 7 à 12%. Par ailleurs, leur part dans la croissance mondiale est estimée à plus de 50%, faisant des BRICS un moteur important de la croissance mondiale. 

« Nous devons rester confiants et solides, voir la force et le potentiel des BRICS et voir la vitalité des marchés émergents et des pays en développement représentés par les BRICS », a rappelé le président chinois Xi Jinping lors de la réunion informelle des dirigeants de BRICS tenue à Hangzhou l’année dernière. Le discours de Xi Jinping, fondé sur une vision à long terme, a redonné confiance et espoir aux BRICS. 

Le mécanisme de coopération créé par les cinq pays de BRICS répond à des besoins objectifs et s’inscrit dans la tendance historique. Depuis leur création, les BRICS ont élargi la portée de leur coopération en mettant en avant les avantages complémentaires de chacun, et formé un modèle de coopération de multi-domaines, multi-niveaux et multi-dimensions. Aujourd’hui, les BRICS ont déjà mis en place plus de 60 mécanismes de coopération couvrant entre autres le commerce, les finances, l’agriculture, l’éducation, la science et la technologie, la culture et les laboratoires d’idée. 

En dix ans, la coopération entre les BRICS s’est approfondie et concrétisée grâce à la détermination de chaque pays membre. Devenus un mécanisme international ayant une influence importante, les BRICS ont obtenu des résultats fructueux de leur coopération. 

« Je suis convaincu que, tant que nous maintenons l’esprit des BRICS et renforçons notre partenariat, c’est-à-dire, œuvrer en faveur d’une économie ouverte, inclusive, coopérative et gagnant-gagnant sans être perturbés par des difficultés et voix extérieures, les BRICS réaliseront un développement plus important », ces paroles de Xi Jinping ont redonné de la force et de la détermination à la coopération des BRICS.  

Les BRICS doivent activer leur potentiel de croissance par une coopération coordonnée. 

A l’avenir, comment les BRICS peuvent-ils diriger leur coopération économique vers un niveau supérieur ?  

 La Chine, qui assure la présidence des BRCS cette année, a formulé quatre priorités pour la coopération au sein du groupe. La première priorité : les BRICS devraient promouvoir de manière coordonnée la coopération pragmatique dans divers domaines, afin de créer une nouvelle situation caractérisée par une intégration à grande échelle du commerce et de l’investissement, une circulation monétaire et financière facile, une connexion des infrastructures et des échanges culturels. 

En effet, en instant sur une croissance commune et coordonnée des BRICS, la Chine reste fidèle à l’esprit des BRICS du début pour activer l’énorme potentiel de coopération du groupe. 

En matière de coopération commerciale et d’investissement, le « Programme pour la facilitation des investissements entre les BRICS », approuvé par la réunion des ministres du Commerce des BRICS le 2 août, fournit désormais une orientation et une force pour promouvoir la facilitation des investissements entre les BRICS. Les BRICS représentent 23% du PIB mondial, mais seulement 16% du commerce mondial. En 2016, l’investissement étranger total des BRICS s’est élevé à environ 197 milliards de dollars, mais l’investissement au sein du groupe BRICS y représente seulement 6%. Les BRICS disposent donc encore d’un grand potentiel pour la coopération commerciale et d’investissement. 

En ce qui concerne la coopération monétaire et financière, les pays membres ont décidé de renforcer leur coopération financière dans neuf domaines, un engagement parvenu lors de la deuxième réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de banque centrales des BRICS tenue le 19 juin. De plus, une succursale de la Nouvelle banque de développement (NDB BRICS) a été ouverte le 17 août à Johannesburg, en Afrique du Sud. Comme l’a déclaré le président sud-africain Jacob Zuma dans son discours inaugural, l’ouverture de cette succursale NDB montre que la coopération des BRICS profite non seulement aux pays membres du groupe, mais aussi à tout le continent africain et à l’ensemble des pays en voie de développement. 

La NDB vise à promouvoir le développement commun. D’après sa stratégie globale pour les cinq prochaines années publiée le 2 juillet, le NDB a précisé que le développement durable serait au centre de ses activités pendant la prochaine période, et les deux tiers de ses prêts seraient attribués aux projets d’infrastructures en relation avec le développement durable. 

Ouverte depuis plus de deux ans, la NDB a déjà obtenu des résultats encourageants. En 2016, la NDB a émis 1,5 milliards de dollars de prêts aux sept projets d’infrastructures liés au développement durable. Cette année, la Banque attribuera entre 2,5 milliards et 3 milliards de dollars de prêts pour financer plus de dix projets, et elle prévoit de financer 35 projets à hauteur de 8 milliards de dollars d’ici 2018. 

« Pendant cette année de présidence chinoise, l’influence des BRICS a fait de grands progrès », « toutes les priorités définies par la Chine ont attiré l’attention de l’ensemble du groupe », a affirmé M. Toloraya, Directeur Exécutif du Comité national pour l’étude des BRICS en Russie. 

Les BRICS devraient partager leur expérience de développement au profit des autres pays.  

« Les pays des BRICS se trouvent à des stades de développement proches, les opportunités et défis auxquels ils sont confrontés sont également similaires. Nous devons donc intensifier nos échanges d’expériences en matière de gouvernance, renforcer la compréhension et l’apprentissage mutuels, et chercher ensemble les réponses à nos problèmes ». « Nous devons faire des efforts pour coordonner de manière efficace les stratégies de développement national avec les programmes de développement international », « mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 (Programme 2030), échanger avec des pays en développement, partager les expériences de développement et approfondir la coopération Sud-Sud » … Ces discours du président Xi Jinping ont montré la voie pour que les BRICS jouent un rôle constructif dans le développement et la coopération Sud-Sud. 

A l’heure actuelle, les BRICS sont confrontés aux problèmes de croissance et à la tâche de réforme structurelle. Seule l’optimisation et la modernisation de la structure économique leur permettraient de consolider les fondamentaux de l’économie. 

Au cours de la deuxième réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de banque centrales des BRICS tenue cette année, face à un environnement économique extérieur complexe, les dirigeants financiers des cinq pays ont promis à l’unanimité d’approfondir ensemble les réformes structurelles pour développer de nouvelles sources de croissance, une décision qui contredit l’opinion des sceptiques de BRICS.  

Initiée par la Chine, l’objectif de « promouvoir les réformes structurelles et renforcer la résilience économique » est désormais un consensus dans la coopération des BRICS, dont les pays membres s’engagent à approfondir la coopération de divers domaines dans le cadre des ressources financières du G20, afin de former une voix commune. 

Au cours d’un séminaire sur la gouvernance tenu ce 17 août à Quanzhou, dans la province du Fujian, les représentants des BRICS et d’autres pays en développement tels que la Tanzanie, l’Ethiopie et le Mexique, ont mené des échanges approfondis sur les expériences de gouvernance de chaque pays et discuté des solutions possibles aux problèmes de développement et de gouvernance. En effet, au cours des dernières années, les BRICS participent activement à l’amélioration du partenariat mondial pour le développement, à travers notamment le dialogue avec les pays africains, les pays sud-africains, l’Organisation de coopération de Shanghai et les pays membres de l’Union économique eurasiatique. Les BRICS sont devenus progressivement le leader de la coopération Sud-Sud. 

Le 18 avril de cette année, le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Liu Jieyi, a pris la parole au nom des BRICS à un forum de l’ONU sur le financement des objectifs de développement durable. Il s’agit de la première fois que les BRICS fassent une voix commune à l’ONU sur des enjeux internationaux majeurs, une mesure importante pour la promotion de la mise en œuvre du Programme 2030. 

Comme l’a déclaré Faaswanna , maître de conférences à l’Institut Mbeki du Leadership pour l'Afrique, le mécanisme des BRICS a une importance de grande envergure, qui ne se limite pas aux pays membres du groupe. Les BRICS contribuent au développement commun d’autres pays émergents et en développement, et fournissent une plate-forme pour le partage et l’apprentissage d’une expérience avancée. 

Les BRICS entament d’ores et déjà leur deuxième décennie de coopération. En travaillant dans un partenariat étroit, les BRICS créeront sans aucun doute un avenir meilleur.