Commentaires

La maximisation des intérêts du peuple doit être le principe fondamental de l’approfondissement de la réforme

Publié le:2017-10-23 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Han Baojiang | Source:Quotidien Guangming (le 26 septembre 2017)

« Le peuple a appelé, la réforme doit y répondre », tel est l’exigence fondamentale proposée par le Secrétaire général Xi Jinping sur l’approfondissement de la réforme en Chine. Cette phrase devrait servir aussi de méthodologie pour promouvoir la réforme. Depuis le 18e Congrès national du PCC (Parti communiste chinois), le Comité central, sous la direction de Xi Jinping, saisit de façon scientifique les tendances de développement du monde contemporain et de la Chine contemporaine. Il répond aux exigences pratiques et aux souhaits du peuple en proposant une série d’initiatives stratégiques majeures et de dispositions importantes. Des problèmes aigus ont pu être résolus, de nombreux objectifs ont été atteints. L’approfondissement de la réforme a obtenu des résultats remarquables et le développement profite à l’ensemble de la population, de façon de plus en plus équitable. 

L’approfondissement de la réforme suit la tendance à la diversification des intérêts du peuple.  

Depuis le 18e Congrès national du PCC, le Comité central(CC) dirigé par Xi Jinping a fait de grands efforts pour approfondir la réforme, dans le but de suivre le désir du peuple d’améliorer leur niveau de vie, de défendre et maximiser leurs intérêts. Lors d’une conférence de presse tenue par le 18e Comité permanent du Bureau politique du CC du PCC, le Secrétaire général Xi Jinping a souligné que, « notre peuple aime la vie, il attend une meilleure éducation, un travail plus stable, des revenus plus satisfaisants, une protection sociale plus fiable, des services médicaux et de santé de meilleur niveau, des conditions de vie plus confortables et un environnement plus beau. Ils souhaitent que leurs enfants puissent grandir dans de meilleures conditions, trouver un meilleur travail et mieux vivre. Leur désir pour une vie meilleur est notre objectif de travail ». Ses propos clarifient non seulement les valeurs centrales de la nouvelle direction centrale, ils expliquent aussi l’intention fondamentale et la motivation de l’approfondissement de la réforme. C’est sur cette base que la troisième session plénière du 18e Comité central du PCC a approuvé la « Décision du Comité central du PCC sur plusieurs questions majeures de l’approfondissement général de la réforme ». Autour de six grands thèmes de la réforme, à savoir l’économie, la politique, la culture, la société, l’écologie et la construction du Parti, ce document a déterminé 15 domaines, 60 tâches spécifiques et plus de 300 initiatives pour la réforme. Toutes les mesures ont été adoptées en vue de défendre le statut central et les intérêts fondamentaux du peuple, afin de s’assurer que le peuple partage, de manière plus juste, davantage de fruits de la réforme et du développement, ressentant ainsi plus de sentiment de gain. En particulier, depuis sa création, le groupe central pour l’approfondissent de la réforme a organisé plus de 30 réunions spéciales et adopté plus de 200 programmes de réforme spécifiques, dont la majorité est destinée à résoudre des problèmes liés aux intérêts vitaux et aux conditions de vie de la population. La réforme a donc ciblé les soucis et les attentes de la population chinoise.  

 La première préoccupation de la population est sans aucun doute un travail stable avec un revenu satisfaisant. Pour préserver l’emploi, le Comité central du PCC a porté une attention particulière à la transformation des fonctions du gouvernement et à la réforme du système administratif. Il a également approfondi la réforme structurelle du côté de l’offre et soutenu activement les nouvelles industries et les nouveaux modèles d’affaires, ce qui a non seulement stimulé la croissance économique, mais aussi créé un grand nombre d’emplois. Plus précisément, d’une part, le gouvernement a décentralisé et optimisé les services, ce qui a permis de mobiliser les investissements privés, notamment grâce à la réforme du système commercial et à « l’intégration des certificats trois en un » (le permis d’exploitation, le certificat de code d’organisation et le certificat d’enregistrement fiscal). Les industries émergentes ont pu ainsi maintenir une croissance rapide de 10%. D’autre part, le gouvernement chinois a continué d’ajuster le mode de développement et la structure économique de la Chine, ce qui a renforcé sa capacité à créer des emplois. Aujourd’hui, 1 point de pourcentage de croissance du PIB permet de créer 1,93 millions d’emplois, contre 1,5 millions seulement en 2013. Dans un contexte de ralentissement de la croissance, la Chine a réussi à atteindre pendant cinq années consécutives son objectif annuel en matière d’emploi. Chaque année, plus de 12 millions de nouveaux emplois urbains sont créés en Chine, au total plus de 65 millions de personnes ont trouvé un emploi pendant les cinq ans. Pendant ce temps, les revenus des habitants ont augmenté, à une vitesse égale et voire supérieure à la croissance économique. Pendant la première moitié de l’année, par exemple, le PIB de la Chine a progressé de 6,9%, ce qui est meilleur que prévu. Mais l’augmentation des revenus a été encore plus élevée et s’est élevée à 7,3% sur un an (sur la base des prix comparables), soit 0,4 point de pourcentage de plus que la croissance économique.  

La population est aussi préoccupée par l’avenir de leurs enfants, à qui elle souhaite une éducation juste et de qualité. C’est pour cette raison que, depuis le 18e Congrès national du PCC, le Comité central du Parti promeut une éducation équitable.  Le système de financement des élèves issus de familles en difficultés financières a été amélioré pour réduire les écarts entre les régions, entre les milieux urbains et ruraux, ou entre les écoles. La répartition des ressources éducatives a aussi été améliorée, afin de réduire le fardeau des élèves. Le gouvernement s’attaque en outre au problème de l’enseignement professionnel, qui est un maillon faible de l’éduction chinoise. Il accélère la construction d’un système d’enseignement professionnel moderne, encourage l’intégration entre la production et l’enseignement, ainsi que la coopération école-entreprise, afin de former des travailleurs de qualité et du personnel qualifié. A l’heure actuelle, le taux de scolarisation dans l’enseignement obligatoire en Chine est plus élevé que le niveau moyen des pays à revenu élevé, le taux brut de scolarisation dans le secondaire et le supérieur en Chine s’élève respectivement à 87,5% et à 37,5%, au-dessus du niveau moyen des pays à revenu intermédiaire supérieur.  

La sécurité environnementale et alimentaire, la protection sociale, y compris les soins médicaux et les allocations aux personnes âgées, font également partie des soucis du peuple. A cet égard, le Comité central du Parti a mis l’accent sur la réforme dans les domaines les plus proches de la vie des gens. Le Secrétaire général Xi Jinping a souligné que la réforme devrait commencer par les domaines les plus attendus par le peuple. Le 11 avril 2015, lors de sa 11e session plénière, le groupe central pour l’approfondissement de la réforme a adopté les « Lignes directrices sur le pilotage de la réforme globale des hôpitaux publics urbains ». Et dès la fin d’octobre, la réforme des hôpitaux publics est mise en œuvre dans l’ensemble du pays, au niveau municipal. En Chine, les populations rurales rêvent de bénéficier de la même sécurité sociale que les citadins. Pour cela, depuis le 18e Congrès national, le Comité central du Parti élabore un système de sécurité sociale minimale, en intégrant le système de protection vieillesse de base et le système d’assurance maladie de base pour les populations urbaines et rurales. L’embryon d’un système de sécurité sociale couvrant les zones urbaines et rurales a été mis en place. A la fin de 2016, 890 millions de personnes en Chine sont assurées par l’assurance vieillesse, plus de 1,3 milliard de personnes bénéficient de l’assurance maladie, soit une couverture quasi-totale de la population chinoise. D’ici la fin de 2017, « le système médical hiérarchique » sera étendu à plus de 85% des villes chinoises, tous les hôpitaux publics seront concernés par la réforme et devront supprimer les marges de médicaments. Ayant construit le plus grand réseau de sécurité sociale du monde, le gouvernement chinois a reçu, à la fin de 2016, le Prix pour une contribution exceptionnelle à la sécurité sociale, attribué par l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS).  

Pour répondre aux préoccupations de la population sur l’écologie et la sécurité alimentaire, le Comité central du Parti a décidé des mesures d’une poignée de fer. D’une part, le gouvernement continue à approfondir la réforme du système de protection de l’écologie et de l’environnement, en réponse aux appels de la population, afin de construire une belle Chine. Des limites ont été posées en vue de protéger l’écologie, des systèmes stricts pour la protection à la source, la compensation des dommages, la responsabilisation et la « tolérance zéro » des pollutions et destructions environnementales ont été appliqués. D’autre part, l’Etat chinois a élaboré spécifiquement le  « Programme national de sécurité alimentaire du 13e quinquennat » ainsi que le « Programme national de sécurité des médications du 13e quinquennat », qui exigent les normes les plus strictes, la surveillance la plus rigoureuse, les sanctions les plus sévères et la responsabilisation la plus sérieuse afin d’assurer la sécurité des aliments et des médicaments. 

  En Chine, la population a des exigences de plus en plus fortes en matière de protection de la propriété, notamment la propriété intellectuelle, car les habitants ont de plus en plus de propriété privée et les entreprises individuelles possèdent des actifs de plus en plus importants. Pour rassurer les acteurs du marché dans les investissements et la population dans les acquisitions immobilières, le gouvernement chinois a publié, en 2016, « l’Avis du Comité central du PCC et du Conseil d’Etat sur l‘amélioration du système de protection des droits de propriété », qui renforce la protection juridique des droits de propriété en l’intégrant dans ce document central.  

    Il est à noter que, depuis le 18e Congrès national du PCC, la lutte ciblée contre la pauvreté a été d’une efficacité remarquable et que le nombre de population pauvre a été considérablement réduit en Chine. Cette lutte contre la pauvreté est à la fois le renforcement d’un maillon faible du développement économique de la Chine et une réforme qui vise un système de distribution des revenus juste et équitable. Pour construire une société modérément prospère à tous les niveaux d’ici 2020, le président Xi Jinping a accordé une attention particulière à la lutte contre la pauvreté, qui s’étend sur tous les niveaux allant des provinces et villes jusqu’aux villages en passant par les districts et comtés. Grâce à la lutte menée par le gouvernement, entre 2013 et 2016, plus de 10 millions d’habitants ruraux sont sortis de la pauvreté chaque année, soit un total de 55,64 millions de personnes ayant quitté la pauvreté pendant cette période, ce qui équivaut à la population totale d’un pays de taille moyenne. Dans les trois prochaines années, 43,35 millions de personnes devaient sortir progressivement de la pauvreté en Chine.   

Le Parti communiste chinois est la clé de toutes les œuvres en Chine. Par conséquent, depuis le 18e Congrès national du PCC, le Comité central dirigé par Xi Jinping impose l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans tous les rangs du Parti, avec une « tolérance zéro » envers la corruption. Les résultats de cette campagne anti-corruption sont remarquables. Les organisations du Parti à tous les niveaux sont plus responsables, la discipline du Parti est renforcée, la propagation de la corruption a été efficacement freinée et, la vie politique du Parti présente une nouvelle image, ce qui consolide la place centrale du Parti dans la direction du pays. Devenue plus intègre, la vie politique en Chine a également gagné la confiance du peuple chinois. 

Dans l’ensemble, en renforçant son leadership, le Comité central du PCC a fait en sorte que les fruits de la réforme et du développement profitent à tous, grâce au renforcement des domaines faibles, comme l’éducation, les services de santé, l’emploi, la répartition des revenus, la sécurité sociale et la réduction de la pauvreté. Les Chinois ressentent davantage le sentiment de gain, ils sont plus rassurés, plus apaisés et plus confiants en l’avenir. 

L’approfondissement global de la réforme prend de nouvelles dimensions.  

L’efficacité de l’approfondissement de la réforme est évidente, ses résultats sont remarquables. Cependant, certaines personnes jugent encore cette réforme superficielle. A part quelques arrière-pensées isolées, c’est en raison du manque de connaissance des particularités de cette réforme par rapport aux précédentes que les gens tiennent ce genre de propos. Ces derniers ne prennent pas en compte la diversité des intérêts de la population, ils ne saisissent pas non plus les bonnes dimensions et normes pour évaluer l’efficacité de la réforme. 

  D’abord, la caractéristique la plus importante de la réforme en cours est sa globalité. Contrairement aux réformes lancées précédemment pour traiter un domaine particulier ou limité, la réforme en cours porte sur un large éventail de domaines sans précédent. Il est difficile pour une région, une classe, un groupe particulier ou un service, même de niveau central, de comprendre les progrès et les effets d’une réforme globale, en raison de l’étendue de leurs propres intérêts et des limites de la connaissance. C’est l’effet de l’arbre qui cache la forêt. Par conséquent, lorsqu’une région, une classe et un groupe ne sont pas directement concernés par la réforme, ils peuvent difficilement représenter les autres régions, classes ou groupes, ni donner une évaluation raisonnable et précise de l’efficacité de la réforme globale. Lorsqu’une région, une classe ou un groupe se trouve peu concerné par la réforme en cours, ou lorsque la réforme porte sur les intérêts qu’ils ont déjà acquis, ils pourraient penser que les résultats de la réforme sont « imperceptibles ». Les comités du Parti et les gouvernements à tous les niveaux doivent donc faire tout leur possible pour que le public comprenne pleinement le processus d’approfondissement ainsi que les résultats de la réforme globale, afin d’éviter les regards restreints portés sur l’efficacité de la réforme.  

Ensuite, la réforme en cours se distingue par son approfondissement. Comparée aux réformes précédentes, notamment celles menées au début de la réforme et l’ouverture, la présente réforme se concentre sur l’amélioration de la qualité des produits et des services, l’amélioration de la capacité de gouvernance nationale et sociale, ainsi que la fourniture de biens et services publics adéquats. Pendant la période d’économie de pénurie, la population avait notamment besoin d’une quantité suffisante de produits ou intérêts matériels, elle était particulièrement sensible à la quantité, malgré l’effet de la loi de l’utilité marginale décroissante. Au fur et à mesure du développement économique, la population commence à exiger une amélioration qualitative des besoins matériels puisque la quantité est désormais suffisante. De plus, d’autres besoins, tels que les besoins spirituels, culturels, politiques et environnementaux, surgissent également. La réforme en cours vise donc principalement à « une amélioration de la qualité » des produits matériels, en plus de « l’augmentation de la quantité ». Mais les gens n’ont pas tous la même sensibilité à l’égard de la qualité des produits ou des services. Par exemple, par rapport aux personnes en bonne santé, les personnes malades remarquent plus les avantages apportés par la réforme médicale et la baisse de prix des médicaments. Pour avoir une bonne compréhension de l’efficacité de la réforme actuelle, il est donc indispensable de tenir en compte les subtilités dans l’amélioration de la qualité des produits et services.  

Enfin, la réforme actuelle est différente par le fait qu’elle touche au « stockage ». « Les réformes faciles et heureuses ont été achevées. Ce qui reste, ce sont des problèmes durs », a déclaré le Secrétaire général Xi Jinping. En effet, les réformes précédentes cherchaient à augmenter la quantité, ce qui concernait et profitait à tous, tandis que la réforme actuelle vise le stockage, ce qui peut profiter à certaines personnes, mais aussi nuire aux intérêts d’autres. C’est pour cette raison que certaines personnes remettent en question, à tort, l’efficacité de la réforme. Il est à souligner que le but de l’ajustement des intérêts dans la réforme est de maintenir l’équité et la justice sociale, de sorte que les fruits du développement profitent à l’ensemble de la population de façon plus équitable. Le peuple ressentira alors plus de sentiment de gain et de bonheur, une des raisons pour lesquelles le peuple soutient et applaudit la réforme actuelle. Par exemple, en matière de redressement de la conduite des cadres et de sanction des fonctionnaires corrompus, la réforme actuelle a obtenu des résultats sans précédents, qui sont bénéfiques à court et long terme et applaudis par le peuple. 

En conclusion, depuis le 18e Congrès national du PCC, maximiser les intérêts de la population a toujours été le point de départ et le but de l’approfondissement global de la réforme, dont l’efficacité a été remarquable. Mais la réforme n’est jamais finie. Nous devons continuer à défendre le socialisme aux caractéristiques chinoises, poursuivre la construction économique et développer vigoureusement l’économie de marché socialiste, continuer à libérer, développer et protéger les forces productrices sociales afin d’agrandir le « gâteau » à partager, consolidant ainsi la base matérielle pour satisfaire à la diversification et à la maximisation des intérêts du peuple. Dans le même temps, il faudra prêter une attention particulière au partage de ce « gâteau », afin de réaliser la prospérité commune. Enfin, il nous est essentiel de préserver notre courage et notre énergie dans les défis que nous pouvons rencontrer, afin de construire une base institutionnelle solide pour réaliser les objectifs des « deux centenaires » et le grand renouveau de la nation chinoise.    

(L’auteur travaille à l’Ecole centrale du Parti communiste chinois.)