Commentaires

Quatre aspects pour comprendre le changement de la principale contradiction dans la société chinoise

Publié le:2017-11-03 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Nie Huihua | Source:GMW.cn

Le XIXe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) s’est ouvert ce 18 octobre au Grand Palais du Peuple à Beijing. Au nom du 18e Comité central du PCC, Xi Jinping a présenté un rapport à l’Assemblé générale. Dans son rapport, Xi Jinping souligne que la principale contradiction dans la société chinoise à la nouvelle ère est celle entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et un développement déséquilibré et insuffisant. Il s’agit d’un diagnostic très important, car l’évolution de la contradiction principale de la société est un élément essentiel à prendre en compte pour adapter l’orientation du travail du Parti et de l’Etat, la politique de travail et la politique gouvernementale, ainsi que les concepts et stratégies de développement. Comment comprendre ce changement de la contradiction principale de notre société ? Nous pensons qu’il peut être interprété à partir de quatre aspects.  

1. De la contradiction entre l’offre et la demande à une demande déséquilibrée 

Pendant longtemps, les forces productrices de la Chine étaient très faibles, le niveau de revenu par habitant était bas et les besoins fondamentaux de la population n’étaient pas satisfaits. Par conséquent, au début de la Réforme et l’Ouverture, le PCC a reconnu que la contradiction principale de la société chinoise était celle entre les besoins matériels et culturels sans cesse croissants du peuple et la production sociale obsolète, ce qui a déterminé le développement des forces productives sociales comme tâche fondamentale de la Chine. Au cours des 30 années de Réforme et d’Ouverture, la Chine a amélioré considérablement ses forces productrices, augmenté sa richesse matérielle et diminué significativement son nombre de population pauvre. Aujourd’hui, la Chine est devenue une puissance économique avec le deuxième plus gros PIB du monde et se classe au premier rang dans certains domaines de la fabrication. Dans ces circonstances, la contradiction entre les besoins fondamentaux du peuple et la production sociale obsolète n’est plus à jour. En revanche, le problème du développement déséquilibré et insuffisant devient le principal handicap pour satisfaire l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure. En termes simples, la contradiction principale sociale d’autrefois est celle entre la demande et l’offre, alors que la contradiction principale sociale d’aujourd’hui est la satisfaction des besoins internes de la population. En raison du niveau élevé des forces productrices de la Chine, une partie de la population est devenue très riche, alors que d’autres sont moins ou voire très peu riches. Tout le monde a le droit de poursuivre une vie meilleure. Mais cette aspiration pour une vie meilleure n’est pas, ou pas suffisamment, satisfaite pour de nombreux gens, parce que le point de départ du développement n’est le même, le rythme de développement n’est pas égal et le degré de développement n’est pas équilibré. L’objectif de la prochaine étape est donc de satisfaire davantage de population chinoise à l’égard de leur aspiration pour une vie meilleure. 

2. De la poursuite de la quantité vers une recherche de la qualité 

Dans le passé, lorsque les forces productrices globales étaient faibles, la Chine devait s’assurer d’abord que le peuple avait accès à une quantité élémentaire de richesse matérielle et spirituelle. Aujourd’hui, la productivité globale étant élevée en Chine, au lieu de la quantité, le peuple porte plus d’attention à la qualité de la consommation. Par exemple, autrefois, le peuple se contentait d’avoir suffisamment à manger, alors qu’aujourd’hui, il veut manger de façon plus raffinée, plus saine et plus nutritive. Cette évolution du côté de la demande nécessite une adaptation du côté de l’offre fournie par la production sociale. Si les entreprises continuent sur une simple expansion quantitative, plutôt que de se concentrer sur la qualité du produit, l’individualisation des besoins et l’innovation technologique, elles ne peuvent pas répondre à l’aspiration du peuple pour une vie meilleure. En ce sens, la réforme structurelle du côté de l’offre est le choix inévitable et la stratégie indispensable pour faire face au changement de la contradiction principale dans la société chinoise. Par conséquent, le contrôle macroéconomique doit axer sur cette réforme pour améliorer la compétitivité nationale et internationale des produits chinois, à travers l’innovation technologique et la modernisation industrielle, afin de satisfaire le peuple en termes de qualité des produits.   

3. De la poursuite matérielle au développement global 

Comme le disent les anciens, « lorsque les besoins fondamentaux du peuple sont satisfaits, le peuple s’intéressera aux manières et à l’honneur », la civilisation matérielle est la base de la civilisation spirituelle, qui est son étape supérieure. Au sens large, la civilisation spirituelle comprend non seulement la bienséance, mais aussi les demandes dans d’autres domaines comme la démocratie, la primauté du droit, l’équité, la justice et l’environnement. Il s’agit en réalité de la poursuite du développement global. La Chine est sortie de la pauvreté, le peuple chinois veut participer davantage dans les affaires sociales et publiques et, contribuer à la promotion de l’équité sociale et de la justice. Il accorde également plus attention à la sécurité et à la protection de l’environnement, ce qui constitue une demande d’un niveau supérieur. Pour cela, en plus du développement des forces productrices, la Chine doit également promouvoir la réforme du système politique, consolider la primauté du droit, renforcer la protection de l’environnement et maintenir l’unité et la sécurité nationales. En effet, pour protéger le peuple dans leur poursuite d’une vie meilleure, le pays doit avoir une vie politique intègre et gouverner avec la primauté du droit pour assurer l’équité et la justice. Un développement social supérieur est caractérisé par la satisfaction des besoins raisonnables du peuple d’une part, et le développement complet de l’être humain d’autre part. L’expérience de développement de la Chine montre que seul le développement économique permet de poser une base matérielle solide et gagner la confiance du peuple pour construire la démocratie et la primauté du droit. Lorsque le niveau économique est faible, une réforme politique imprudente peut subir un échec similaire à celui de l’Europe de l’Est. 

4.  Le « gâteau » économique doit être agrandi et correctement partagé.  

Le changement de la contradiction principale sociale en Chine signifie que l’orientation du travail doit être changée. Dans l’ère où les forces productrices étaient faibles, l’objectif principal consistait à répondre aux besoins matériels et culturels de base de la population, à travers le développement rapide des forces productrices. Et lorsque le PIB atteint un certain niveau, la répartition équitable du « gâteau » économique devient progressivement un problème majeur. A l’heure actuelle, la politique de distribution des revenus reste à améliorer, l’écart des revenus demeure important, la distribution de richesses est très inégale, tout cela provoque inévitablement des conflits sociaux. Puisque la contradiction principale de la société chinoise est désormais celle entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et un développement déséquilibré et insuffisant, le travail de la nouvelle ère doit se concentrer sur la recherche d’un développement équilibré. Par exemple, le pays peut réduire l’écart de revenu à travers une politique d’ajustement, réduire l’écart entre les régions grâce à la politique de paiements de transfert et réduire l’écart entre les riches et les pauvres grâce à une réduction ciblée de la pauvreté. Au cours des dernières années, le gouvernement central a mis en œuvre des stratégies pour le développement des régions de l’ouest, du centre et du nord-est, qui ont permis de réduire le fossé de développement entre les régions et accélérer le développement coordonné de l’économie régionale. La Chine est un pays vaste avec des régions très diversifiées, la superficie et le volume économique d’une province chinoise sont souvent équivalents à un pays européen. Parvenir à un développement équilibré et réduire les disparités régionales tout en rattrapant les pays développés occidentaux par le développement intégré de Beijing-Tianjin-Hebei et la ceinture économique du fleuve Yangtze constitue donc un énorme défi pour la Chine. Si la Chine parvient à un développement économique régional coordonné, l’ampleur de la réalisation ne sera pas moins importante par rapport à sa transformation d’un pays à faible niveau de productivité à une puissance économique.  

  (L’auteur est vice-président de l’Institut de recherche sur le développement et les stratégies nationales et professeur à l’Ecole d’économie, appartenant à l’Université Renmin de Chine.)