Commentaires

Le guide d’action pour un développement harmonieux entre l’homme et la nature doit être approfondi

Publié le:2017-11-03 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Huang Chengliang | Source:qstheory.cn

Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) s’est ouvert à Beijing ce 18 octobre. A cette occasion, le camarade Xi Jinping a présenté un rapport à l’assemblée dans lequel il a précisé et mis en évidence le contexte, les bases, les conditions externes et les politiques pour la construction de la civilisation socialiste écologique dans la nouvelle ère. Son rapport répond de façon globale aux questions théorique et pratique de la nouvelle ère et constitue à la fois une déclaration politique et un guide d’action pour continuer à consolider et approfondir le développement harmonieux entre l’homme et la nature, créant ainsi un nouveau modèle de construction de la modernisation.

1. Nouvelle ère : l’exposition sur la base, la logique et le contexte de la construction de civilisation écologique dans le rapport du 19e Congrès national du PCC  

Le socialisme aux caractéristiques chinoises est entré dans une nouvelle ère. De nombreux objectifs sont à atteindre pendant cette nouvelle ère : continuer à remporter la victoire du socialisme à la chinoise dans les nouvelles conditions historiques, parvenir à l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance, rapprocher le peuple des différentes ethnies pour créer ensemble une vie meilleure et réaliser progressivement la prospérité commune, unir toute la population chinoise pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau de la nation chinoise et, contribuer plus à l’humanité en étant de plus en plus approché de la scène centrale du monde. Tout cela constitue la base, les conditions externes et le contexte historique pour la construction d’une civilisation écologique en Chine.  

La contradiction principale à laquelle fait face la société chinoise a évolué. Dans la nouvelle ère, la principale contradiction est celle entre l'aspiration croissante de la population à une vie meilleure et un développement déséquilibré et insuffisant de la Chine. Il s’agit d’une déclaration stratégique importante, qui fournit une orientation précise, ciblée et efficace à la construction scientifique de la civilisation écologique actuelle. D’une part, depuis la Réforme et l’Ouverture, l’industrialisation et l’urbanisation, qui ont connu un développement fulgurant en Chine, nuisent gravement à la santé physique et mentale du peuple. D’autre part, avec l’amélioration du niveau de vie et de consommation, le peuple demande de plus en plus de produits écologiques de qualité et un bon environnement écologique. L’aspiration du peuple chinois à une vie meilleure, leur réclamation des droits environnementaux et leur demande de produits écologiques publics sont donc en conflit avec la capacité de charge des ressources écologiques et de l’environnement, le manque de biens publics écologiques et l’environnement actuel. Aujourd’hui, cette contradiction tend à devenir la principale contradiction de la société chinoise. 

Dans la nouvelle ère, la Chine doit mener une grande lutte avec de nombreuses nouvelles caractéristiques historiques, afin de réaliser le grand rêve chinois. Aujourd’hui, le manque de ressources énergétique et l’insuffisance de la capacité de charge de l’environnement écologique sont devenus des défis nationaux de la Chine. Dans le même temps, après la crise financière internationale de 2008, un grand nombre de pays, notamment les principaux pays développés occidentaux, ont proposé et mis en œuvre « la nouvelle politique verte », « l’économie verte » et « la croissance verte » pour promouvoir la reprise économique mondiale et répondre au changement climatique, à la crise des ressources énergétiques et à d’autres défis. Ces propositions ont évolué vers une nouvelle lutte du droit de parole sur la scène internationale. La construction d’une civilisation écologique en Chine est donc devenue un enjeu global qui implique la politique, l’économie, l’amélioration de la vie du peuple, la gouvernance mondiale et la concurrence internationale. Elle fait aussi partie des critères pour évaluer le développement du socialisme à la chinoise. Par conséquent, toutes les personnes travaillant sur la théorie de la civilisation écologique doivent saisir correctement les nouvelles caractéristiques d’une telle construction, sur le plan national et international, tout en restant fidèles à l’engagement initial et gardant toujours à l’esprit la mission, afin de former un nouveau modèle de modernisation avec un développement harmonieux entre l’homme et la nature.  

2. Nouvelle déclaration : les thèses scientifiques sur la construction de la civilisation écologique dans le rapport du 19e Congrès national du PCC 

« Les montagnes et rivières vertes » sont la source de la richesse. Pour la première fois de l’histoire, le Congrès national a intégré, dans son rapport, la protection de l’environnement comme un principe à suivre, ce qui révèle une signification historique évidente. Le rapport met en parallèle la protection de l’environnement et le développement, en insistant sur l’harmonie, la coexistence, le développement vert, le recyclage et le développement à faible émission de carbone. Il préconise une économie nationale verte à l’aide d’un système moderne d’industrie verte, qui marque l’arrivée de « l’ère écologique ». Par conséquent, du point de vue stratégique, intégrer la protection de l’environnement dans le rapport du 19e Congrès national fournit des valeurs à suivre pour créer de la dialectique de la nature dans la construction d’une civilisation écologique chinoise contemporaine. 

La modernisation doit être une modernisation basée sur la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature. Le rapport souligne qu’il est nécessaire de créer plus de richesse matérielle et spirituelle pour répondre aux besoins croissants de la population pour une vie meilleure, mais aussi indispensable de fournir plus de produits écologiques de qualité pour répondre à la demande du peuple à l’égard d’un bel environnement. Pour la première fois, le rapport du Congrès donne une définition centrale sur « l’attribut vert » de la modernisation, c’est-à-dire, s’aligner plus avec la civilisation écologique, ce qui est une innovation théorique et une thèse scientifique majeure. En d’autres termes, la croissance de la richesse matérielle ne doit pas être au détriment de l’environnement écologique. Ainsi, « la production et la consommation aliénées », qui visent à stimuler la consommation pour atténuer la surproduction, ne constituent pas une modernisation capable de créer un environnement écologique durable pour la population. Pour mieux comprendre les termes clés du rapport, tels que « la nouvelle normalité », « le nouveau concept de développement » et « le système économique moderne », il est primordial d’adhérer à la thèse scientifique selon laquelle « la modernisation est la modernisation de la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature ». 

Il faut construire une puissance socialiste moderne, riche, démocratique, harmonieuse et belle. Le rapport du 19e Congrès national du PCC a défini pour la première fois « la beauté » comme un des objectifs de la modernisation socialiste dans la nouvelle ère. En insistant sur la beauté du pays à plusieurs reprises, le rapport met en évidence la civilisation écologique, la belle Chine, l’harmonie entre l’homme et la nature dans la cause du socialisme à la chinoise. La construction d’une civilisation écologique est une exigence inévitable de la mise en œuvre de la disposition globale « Cinq en un » et des dispositions stratégiques de « Quatre intégrités », elle est un but juste et la force motrice pour la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise. 

La Chine est devenue un participant, contributeur et leader important dans la construction de la civilisation écologique mondiale. Le rapport a formulé cette déclaration en se basant sur deux aspects : D’abord, le discours chinois sur « la construction d’une civilisation écologique » attire de plus en plus de partisans dans le monde. Ensuite, La Chine devrait devenir un leader mondial dans la construction de la civilisation écologique. Le pays défend l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU adopté en 2015 et en vigueur depuis 2016, qui sont des programmes visant à promouvoir la transition de la civilisation industrielle vers la civilisation écologique. Tout cela montre que la Chine porte haut levé le grand drapeau de la construction d’une civilisation écologique socialiste dans le monde.    

(L’auteur travaille à la division théorique du Laboratoire d’idées sur la civilisation écologique de l’Académie chinoise des sciences sociales.)