Commentaires

La Chine constitue une source d’inspiration pour les pays en développement dans leur voie de la modernisation

Publié le:2018-01-04 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Hu Angang, Yang Zhuzong | Source:Quotidien du Peuple (le 4 décembre 2017)

Dans le rapport présenté au XIXe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping déclare, que l’entrée du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère signifie que le socialisme à la chinoise a progressé sans cesse dans sa voie, sa théorie, son régime et sa culture, ouvert aux pays en développement une voie plus large pour leur modernisation, offert des choix totalement nouveaux aux nations et pays désireux d’accélérer leur développement tout en indépendance, et apporté à l’humanité la sagesse et la solution chinoises pour résoudre ses problèmes. En effet, le plus grand défi auquel le monde d’aujourd’hui est confronté est celui du développement. La question centrale est de savoir comment permettre aux pays en développement, qui sont nombreux, d’améliorer leur développement. Sur cette question fondamentale du développement, les progrès de la Chine sont exemplaires, les propositions chinoises démontrent notre sagesse et les contributions de la Chine sont au bénéfice du monde entier. Plus précisément, la Chine constitue une source d’inspiration importante aux pays en développement sur leur voie de la modernisation à partir des trois aspects suivants : le « centre » du développement, les « stratégies » du développement et les « méthodes » du développement.  

Le « centre » du développement : il faut rester fidèle au concept de développement centré sur le peuple.  

Xi Jinping souligne que la question « qui servir » est la pierre de touche permettant de déterminer la nature d’un parti et d’un pouvoir ; et que « la position du peuple est la position politique fondamentale du Parti communiste chinoise et un symbole important qui distingue les partis marxistes des autres partis politiques ». Le PCC a pour objectif fondamental de servir entièrement le peuple, il défend l’intérêt public et gouverne pour le peuple. Sur la question du développement, il œuvre depuis toujours pour un développement au bénéfice du peuple et dépendant du peuple, avec des fruits partagés par le peuple. Que ce soit la stratégie de modernisation « en trois étapes », les objectifs des « deux centenaires » ou le rêve chinois du grand renouveau de la nation, ces projets sont tous à l’image de la position ferme du PCC centrée sur le peuple.   

Depuis le XVIIIe Congrès national du PCC, le Comité central du Parti, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, a développé le concept de développement centré sur le peuple à partir de la position centrale du peuple. Dans ce concept, l’objectif fondamental du développement est de réaliser, maintenir et développer les intérêts fondamentaux de la population, le point de départ et d’arrivé du développement est d’améliorer le bien-être de la population et de promouvoir le plein épanouissement de l’homme. Le concept de développement centré sur le peuple vise à préserver l’équité et la justice sociales, à garantir le droit du peuple à la participation et au développement sur un pied d’égalité, de sorte que davantage de fruits du développement profitent à toutes les personnes de manière plus équitable, réalisant ainsi progressivement la prospérité commune. Ce concept incarne pleinement la position centrale du peuple et les valeurs du PCC qui reste fidèle à la suprématie du peuple, et donne un caractère populaire fort au développement de la Chine. De ce fait, la modernisation de la Chine est une modernisation pour le peuple. Elle a stimulé grandement l’enthousiasme, l’initiative et la créativité de toute la population chinoise, qui a fait des efforts conjoints pour réaliser et partager la modernisation. C’est la raison fondamentale pour laquelle la Chine réussit de plus en plus dans sa voie de la modernisation, et c’est aussi le point le plus important que les pays en développement doivent retenir de la modernisation de la Chine.  

Les « stratégies » du développement : le choix de la Chine dans sa voie de la modernisation.  

Depuis le XVIIIe Congrès national du PCC, le Comité central du Parti, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, a formulé les nouveaux concepts de développement en mettant l’accent sur l’innovation, la coordination, le développement vert, l’ouverture et le partage. Ces nouveaux concepts ont réformé le développement global de notre pays et mis à niveau la voie de la modernisation de la Chine, qui se caractérise désormais par les trois points suivants.   

La voie de la modernisation de la Chine vise à promouvoir le développement coordonné d’une industrialisation de type nouveau, de l’informatisation, de l’urbanisation et de la modernisation agricole. Xi Jinping a souligné que la modernisation de la Chine était très différente de celle des pays occidentaux. Dans les pays occidentaux développés, la modernisation est un processus de type « tandem » dans lequel l’industrialisation, l’urbanisation, la modernisation agricole et l’information se sont enchaînées les unes après les autres pendant plus de deux cents ans pour atteindre le niveau actuel. La Chine avait du retard et doit rattraper ces deux cents ans, son développement doit donc être un processus de type « parallèle » dans lequel l’industrialisation, l’information, l’urbanisation et la modernisation agricole sont superposées et développées ensemble. Depuis le XVIIe Congrès national du PCC, sur le plan de l’industrialisation, la Chine prend l’initiative de saisir les opportunités créées par le nouveau cycle de révolution technologique et de révolution industrielle, applique la stratégie de développement axée sur l’innovation, accélère les innovations scientifiques et technologiques ainsi que la transformation technologique, encourage le développement de la fabrication de pointe, des industries de hautes technologies et des industries émergentes stratégiques. Le pays a ainsi vu naître des industries avantageuses et des entreprises clés compétitives au niveau international, ouvrant une nouvelle voie de l’industrialisation. En matière d’information, la Chine met en œuvre activement le plan d’action « Internet + » et a créé une vague d’innovation et d’entreprenariat dans l’ensemble de la société. L’économie de l’information représente une part de plus en plus importante dans le PIB de la Chine et il est apparu sans cesse de nouvelles industries, de nouvelles activités économiques et de nouveaux modes de commerce. Au niveau de l’urbanisation, la Chine promeut vigoureusement une urbanisation de type nouveau centrée sur l’homme. Le pays accorde plus d’attention à la planification spatiale urbaine et industrielle, à l’amélioration du taux d’urbanisation de la population des ménages enregistrés, à l’égalisation des services publics de base, à l’habitabilité environnementale et au patrimoine historique, ainsi qu’au sentiment de satisfaction et de bonheur du peuple. Dans le domaine de la modernisation agricole, le Parti considère toujours les solutions aux problèmes liés à l’agriculture, aux paysans et aux régions rurales comme « la priorité des priorités » de leur travail. Le pays promeut la modernisation agricole par l’industrialisation de type nouveau, l’information et l’urbanisation, aide l’agriculture avec les industries, soutient les zones rurales avec le développement des villes et aide les agricultures à s’enrichir, afin de remplacer progressivement la structure duale des zones urbaines et rurales par l’intégration de ces zones, ouvrant ainsi une voie de la modernisation agricole avec les caractéristiques chinoises. 

 La voie de la modernisation de la Chine vise à accélérer la construction d’infrastructures, afin de surmonter ce « fossé de développement ». En effet, le problème de l’infrastructure désuète est un goulot d’étranglement dans le développement de nombreux pays en développement et un « fossé » qui leur est difficile à surmonter. En Chine, depuis la réforme et l’ouverture, le pays a œuvré pour accélérer la construction d’infrastructures et a réalisé une révolution dans ses infrastructures. En 1950, la Chine comptait seulement 21 800 km de lignes ferroviaires et aucune autoroute. A la fin de 2016, les lignes ferroviaires en Chine ont atteint au total 124 000 km, dont plus de 22 000 km de lignes à grande vitesse, soit deux tiers du kilométrage total des lignes ferroviaires à grande vitesse dans le monde. Les lignes à grande vitesse sont devenues une nouvelle « carte de visite » de l’innovation indépendante de la Chine et de la fabrication chinoise. A la fin de 2014, le kilométrage total des autoroutes en Chine a dépassé le seuil des 110 000 km pour devenir le plus élevé au monde en dépassant les Etats-Unis, avant de passer à 131 000 km à la fin de 2016. Le débit total des conteneurs des principaux ports chinois s’est également classé au premier rang mondial depuis de nombreuses années. Le pays a aussi construit un grand nombre de grands carrefours de transport de haut niveau, pour former un réseau de transport intégré à plusieurs nœuds qui couvre l’ensemble du pays. L’infrastructure de transport, qui fut un goulot d’étranglement du développement économique et social de la Chine au début de la réforme et l’ouverture, en est devenue un soutien important. A l’ère de l’Internet, l’infrastructure de l’information est également une infrastructure importante. Ces dernières années, les points forts de la Chine dans ce domaine ne font que croître et l’économie numérique est devenue une nouvelle source de croissance pour l’économie chinoise. En 2000, le taux de pénétration d’Internet en Chine n’était que de 1,8%, et en juin 2017, il a atteint 54,3%, soit 4,6 points de pourcentage au-dessus de la moyenne mondiale. Le marché de la vente au détail en ligne de la Chine est au premier rang mondial, la totalité de son économie numérique s’est élevée à 22 600 milliards de yuans en fin 2016, soit 33,3% du PIB, devenant une partie importante de l’économie nationale. Pendant des décennies, la Chine n’a cessé de promouvoir la plus grande construction d’infrastructures de transport et d’information du monde, de favoriser l’expansion et l’intégration profonde des marchés régionaux et nationaux, et a réussi à réduire l’écart de développement économique et social entre les régions, et à accélérer le processus de la modernisation. Pour s’enrichir, il faut construire d’abord des « routes » : cette expérience, qui considère la révolution des infrastructures comme moteur du développement, montre de plus en plus d’externalités positives. Dans le projet de « la Ceinture et la Route », la Chine a aussi placé l’interconnexion des infrastructures comme une priorité, afin de fournir aux pays en développement des expériences, de l’équipement technique, des fonds et des talents pour leur construction d’infrastructures et accélérer leur rythme de modernisation. 

La voie de la modernisation de la Chine vise à améliorer les conditions de vie de la population et à promouvoir la modernisation de la population de manière globale. L’objectif fondamental de notre Parti, qui mène la politique de réforme, d’ouverture et de modernisation socialiste, est d’améliorer continuellement le niveau de vie matérielle et culturelle de la population et de promouvoir le plein épanouissement de l’homme, par le développement des forces productives sociales. Xi Jinping souligne que l’évaluation de l’efficacité de tout notre travail ne peut se passer de trois questions : le peuple en bénéficie-t-il réellement ? La vie de la population s’est-elle vraiment améliorée ? Les droits et les intérêts du peuple ont-ils vraiment été garantis ? La modernisation de la Chine est aussi une modernisation de l’homme, elle s’est toujours rapprochée du peuple pour trouver le moteur du développement, elle s’appuie sur le peuple pour promouvoir le développement et œuvre pour que le développement profite au peuple. Depuis le XVIIIe Congrès national du PCC, la Chine s’efforce de fournir une éducation qui satisfait au peuple, la proportion de ses dépenses nationales d’éducation dans le PIB est restée supérieure à 4% pendant cinq années consécutives, son taux de généralisation de l’enseignement obligatoire a dépassé le niveau moyen des pays à revenu élevé et les taux brut d’inscription dans l’enseignement secondaire et dans l’enseignement supérieur ont dépassé le niveau moyen des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. La Chine a accéléré la construction d’un pays en bonne santé, et le niveau de santé de sa population est maintenu dans l’ensemble dans les rangs des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Le pays a poursuivi l’expansion de l’emploi en tant que cible prioritaire d’un développement économique durable et sain et de l’amélioration des conditions de vie de la population. Des stratégies favorables à l’emploi et des politiques de l’emploi plus actives ont été mises en œuvre, le nombre annuel moyen de nouveaux emplois dans les zones urbaines s’est élevé à plus de 13 millions. La Chine a continué à approfondir la réforme du système de sécurité sociale et à renforcer le réseau de sécurité sociale couvrant à la fois les zones urbaines et rurales. Elle promeut plus consciemment le développement vert, en restant fidèle au principe qui dit que protéger et améliorer l’environnement écologie est de protéger et améliorer les forces productives. La Chine vise à remporter la victoire de la lutte contre la pauvreté en appliquant les stratégies d’élimination ciblée de la pauvreté, afin de s’assurer que d’ici 2020 toutes les populations rurales démunies et tous les districts pauvres, définis selon les critères en vigueur dans notre pays, sortent de la pauvreté, donnant ainsi un exemple pour la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement. La modernisation de la Chine améliore donc la qualité de vie tous azimuts de la population, augmente leur capacité de développement, stimule leur créativité, favorise le plein épanouissement de l’homme et fait progresser la société dans tous les domaines.  

Les « méthodes » du développement : la méthodologie de la modernisation de la Chine.  

Si la Chine a réussi à rattraper rapidement les pays occidentaux sur la voie de la modernisation, c’est en grande partie parce que la modernisation de la Chine repose sur une méthodologie scientifique.  

La Chine a formé un noyau de direction fort qui unit toute la population. L’excellente direction du PCC est la clé qui a permis à notre pays de trouver la bonne voie vers la modernisation. Comme l’a souligné Xi Jinping, la naissance d’un parti communiste en Chine « a profondément changé la direction et le processus du développement de la nation depuis l’ère moderne, a profondément changé l’avenir et le destin du peuple chinois et de la nation chinoise, et a profondément changé la tendance et le modèle du développement mondial ». Ce n’est qu’en formant un noyau de direction solide que nous pourrons unir le peuple, renforcer notre esprit national et rassembler les forces puissantes qui mènent à la modernisation.    

La Chine a choisi une voie de développement adaptée à ses propres conditions en tenant compte de sa réalité et la poursuit inébranlablement. Comme l’a dit Xi Jinping, seules les personnes qui portent les chaussures savent si elles conviennent à leurs pieds. La voie socialiste de la Chine est un choix solennel fait par le peuple chinois dans les grands changements de son temps, et le seul choix correct pour que le pays s’engage progressivement sur la voie de la modernisation dans les conditions de la Chine ancienne semi-coloniale et semi-féodale. Les conditions nationales sont différentes d’un pays à l’autre et une voie adaptée à ses propres conditions nationales est la seule voie correcte du développement. Une fois qu’un pays a choisi la bonne voie, il doit la poursuivre inébranlablement et sans hésitation, avec les efforts de génération en génération.  

La Chine a le courage de promouvoir l’auto-innovation pour maintenir la vitalité de son régime. Xi Jinping souligne que « la politique de réforme et d’ouverture est un choix clé qui a déterminé le destin de la Chine contemporaine et une arme magique importante pour que la cause du Parti et du peuple rattrape son temps ». C’est grâce à la réforme que le régime chinois a toujours maintenu sa vitalité, que la Chine a connu de considérables changements. La réforme est un projet d’innovation qui élimine les défauts et favorise les points forts d’un système, de sorte que le système institutionnel conserve sa capacité d’adaptation aux changements de la conjoncture ; la réforme est aussi un projet systématique qui nécessite une réflexion systématique et une progression scientifique et ordonnée ; enfin, la réforme est un projet à long terme avec des objectifs et priorités différents à des moments différents, mais la cause de la réforme est infinie.  

La Chine saisit la conjoncture tant nationale qu’internationale et propose de construire une communauté de destin pour l’humanité dans les bénéfices réciproques et la coopération gagnant-gagnant. Xi Jinping a proposé de façon créative le sujet majeur de l’édification d’une communauté de destin pour l’humanité, il fait progresser la diplomatie de grand pays à la chinoise et promeut activement la réforme du système de gouvernance mondiale. Grâce à ces efforts, la modernisation de la Chine répond aux tendances de notre époque axées sur la paix, le développement, la coopération et le principe gagnant-gagnant, et l’image de la Chine en tant que grand pays responsable, capable de diriger la gouvernance mondiale, s’enracine de jour en jour. La Chine suit la voie du développement pacifique. Elle aspire activement à un environnement international pacifique pour son propre développement et promeut en même temps la paix mondiale avec son propre développement, en partageant ses opportunités avec le monde et en injectant une énergie positive forte dans le développement mondial, au profit de tous les peuples.  

(L’auteur travaille à l’Institut d’études sur la Chine contemporaine de l’Université de Tsinghua.)