Commentaires

La Chine apporte continuellement la sagesse et la force chinoises à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale

Publié le:2018-01-08 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Le Yucheng | Source:Quotidien Guangming (Le 22 novembre 2017)

Dans le rapport présenté au XIXe Congrès national du PCC (Parti communiste chinois), Xi Jinping a souligné que la Chine resterait fidèle à la conception de gouvernance mondiale dite « concertation, synergie et partage » et participerait activement à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale, pour y apporter continuellement la sagesse et la force chinoises. Cette déclaration est une manifestation importante de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère dans le domaine diplomatique, elle constitue un élément important de la théorie de diplomatie de grands pays à la chinoise et aussi une contribution majeure que la Chine apporte à la cause mondiale de la paix et du développement.  

I. Promouvoir la réforme du système de gouvernance mondiale est une exigence de notre époque. 

Comme l’a souligné le rapport présenté au XIXe Congrès national du PCC, « le monde traverse actuellement une période de grands développements, de profondes transformations et de vastes réajustements, mais la paix et le développement demeurent les deux thèmes majeurs de notre époque ». La multipolarisation politique, la mondialisation économique, l’informatisation sociale et la diversification culturelle se développent en profondeur, les liens et l’interdépendance des Etats se renforcent chaque jour. Promouvoir la réforme du système de gouvernance mondiale est devenue non seulement une tendance globale, mais aussi le seul moyen de bâtir une communauté de destin pour l’humanité et un monde meilleur. 

(1) Le rapport de force international tendant à devenir plus équilibré accélère la réforme du système de gouvernance mondiale. Depuis la crise financière internationale en 2008, les pays émergents et un grand nombre de pays en développement ont connu un développement rapide et leur influence internationale ne cesse de croître, ce qui a provoqué les changements les plus révolutionnaires dans le rapport de force international depuis les temps modernes. A l’heure actuelle, les pays émergents et les pays en développement représentent au total une part plus importante dans l’économie mondiale que celle des économies développées, et leur contribution à la croissance mondiale s’élève à 80%. Les pays occidentaux sont confrontés à des crises politiques, économiques et sociales et voient émerger une tendance protectionniste. Le renforcement de la représentation et l’extension du droit de parole des pays émergents et des pays en développement permettront au système de gouvernance mondiale de mieux refléter le nouveau rapport de force entre les économies du monde, et sont donc une condition nécessaire pour la mise en place d’un nouvel ordre politique et économique international plus juste et rationnel.  

(2) Renforcer la gouvernance mondiale est le principal moyen de faire face aux défis mondiaux. Le système de gouvernance mondiale existant, établi principalement après la Seconde Guerre mondiale, ne convient plus au développement de notre époque et aux besoins réels sur de nombreux points. Au fur et à mesure que des lacunes de gouvernance s'accumulent dans divers domaines, la communauté internationale appelle de plus en plus à réformer le système de gouvernance mondiale actuel. D'une part, le monde est confronté à de nombreuses menaces sécuritaires traditionnelles et non traditionnelles ainsi qu'à divers défis mondiaux qui émergent sans cesse; d'autre part, les intérêts de tous les pays étant aujourd'hui hautement intégrés et interdépendants, le monde est devenu une communauté de destin où nous sommes reliés les uns aux autres. Comme l'a souligné le rapport présenté au XIXe Congrès national du PCC, "aucun pays n'est capable de répondre tout seul aux divers défis posés à l'humanité, de même qu'aucun pays ne peut se retirer sur une île déserte pour y vivre dans l'isolement". Les pays ne peuvent relever les défis qu'en renforçant ensemble la gouvernance mondiale grâce à la coopération et à l'aide mutuelle. 

(3) Participer activement à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale est une responsabilité incontournable de la Chine en tant que grand pays. Alors que la puissance de la Chine continue de monter, son statut international connaît aussi une élévation sans précédent, son influence au niveau international, son charisme et sa capacité à façonner le monde ne cessent d'augmenter, et le pays s'approche de jour en jour du centre de la scène mondiale. La relation entre la Chine et le reste du monde est entrée dans une nouvelle phase où la conjoncture intérieure de la Chine et la conjoncture internationale sont étroitement liées. A ce tournant historique important, l'accélération de la transformation du système de gouvernance mondiale et de l'ordre international a une influence de plus en plus profonde sur le développement de notre pays. Par conséquent, participer et promouvoir la réforme du système de gouvernance mondiale est un choix inévitable pour parvenir à un développement durable de notre économie, et aussi une attente de la communauté internationale à l'égard de notre pays. "Le monde est tellement grand, et les problèmes tellement nombreux. La voix et la solution chinoises sont attendues par la communauté internationale. La Chine ne peut manquer à l'appel", a déclaré le Secrétaire général Xi Jinping avec le sens de responsabilité d'un dirigeant de grande puissance. Sur les questions majeures concernant l'avenir et le destin de l'humanité, telles que la réforme du système de gouvernance mondiale, la Chine sera toujours un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement mondial et un défenseur de l'ordre international.  

II. La réforme du système de gouvernance mondiale doit se baser sur le principe de "consultations réciproques, d'engagement commun et de partage des fruits" (dit "concertation, synergie et partage").   

Les idées dirigent l'action, la direction détermine la destination. La réforme et le développement du système de gouvernance mondiale ne peuvent se réaliser qu'avec la direction de concepts avancés. Depuis le XVIIIe Congrès national du PCC, le Comité central du Parti, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, insiste sur la méthodologie du matérialisme dialectique et du matérialisme historique pour réfléchir en profondeur sur la question fondamentale de "qu'est-il arrivé au monde, que pouvons-nous faire", à partir des perspectives différentes allant de l'histoire à la réalité, de la théorie à la pratique, du niveau national au international, afin de trouver des idées et propositions pour améliorer la gouvernance mondiale. Le Bureau politique du Comité central du PCC a organisé deux séances d'étude collective sur la question de la gouvernance mondiale, le président Xi Jinping a exposé à plusieurs reprises la conception et la proposition chinoises de la gouvernance mondiale dans des occasions de rencontre multilatérale majeures comme les Nations Unies, le G20, le Forum économique mondial de Davos et l'APEC, et dans le rapport présenté au XIXe Congrès national du PCC, Xi Jinping a déclaré que notre pays resterait fidèle à la conception de gouvernance mondiale dite "concertation, synergie et partage". Tout cela montre que la Chine répond, de manière de plus en plus claire, à la question de comment promouvoir la réforme et le développement du système de gouvernance mondiale.  

(1) La Chine préconise l'égalité souveraine des Etats, l'équité et la justice internationales. L'égalité en souveraineté est le principe le plus important dans les relations internationales et le premier principe à respecter dans la gouvernance mondiale. Tous les pays, qu'ils soient grands ou petits, puissants ou faibles, riches ou pauvres, sont des membres égaux de la communauté internationale et doivent jouir d'une égalité souveraine dans les prises de décisions, les droits et les obligations. La gouvernance mondiale, indissociable du développement et de la coopération de chaque pays, est une responsabilité à assumer par l'ensemble des Etats souverains. Il faut donc promouvoir continuellement la démocratisation des relations internationales, respecter le droit des peuples à choisir en toute indépendance leur voie de développement, défendre l'équité et la justice internationales, et s'opposer à ce que l'on s'ingère dans les affaires intérieures d'autrui et que l'on impose sa volonté aux autres.  

(2) La Chine suivra fidèlement le principe de consultations réciproques, d'engagement commun, de coopération et le principe gagnant-gagnant. « Tous les peuples du monde doivent discuter ensemble pour déterminer quel ordre international et quel système de gouvernance mondiale sont bénéfiques pour le monde et les peuples du monde. Aucun pays ne peut le décider seul », a souligné le Secrétaire général Xi Jinping. La réforme du système de gouvernance mondiale est donc une affaire de tous, qui nécessite les consultations réciproques. Il faut notamment œuvrer pour plus de participation des pays en développement, de sorte que leur représentation et leur droit de parole dans les affaires internationales soient en accord avec leur statut et leur influence. Les pays doivent se consulter pour parvenir à un consensus sur le programme de réforme du système de gouvernance mondiale et pour rédiger ensemble les règles internationales, afin que les souhaits et les intérêts de la majorité des pays, en particulier les pays en développement, soient exprimés de manière plus équilibrée. Nous devons privilégier aussi la coopération et le principe gagnant-gagnant, plutôt que les confrontations et l'approche gagnant-perdant, veiller à ce que les fruits de la réforme et du développement profitent à toutes les parties, et que les avantages de la gouvernance mondiale soient partagés entre les différents pays, les différentes classes sociales et les différents groupes de personnes. 

(3) La Chine appelle le monde à avancer avec notre temps, par la réforme et l’innovation. Nous devons partir de la réalité et des problèmes concrets pour améliorer progressivement le système de gouvernance mondiale existant à travers la réforme et l’innovation. La réforme ne peut pas être accomplie du jour au lendemain, elle doit se faire progressivement et de manière ordonnée. Nous devons commencer par les mesures faisables qui ont déjà fait l’objet d’un large consensus, pour s’assurer que la gouvernance mondiale devienne plus juste, efficace et adaptée aux exigences de notre époque. L’ONU est l’organisation internationale la plus universelle, représentative et faisant autorité, nous préconisons résolument de sauvegarder l’ordre international basé sur les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unis, de promouvoir la réforme des mécanismes de gouvernance tels que le FMI (le Fonds monétaire international) et la Banque mondiale, et de renforcer la représentation et le droit de parole des pays émergents et des pays en développement. Nous soutenons aussi le G20, l’Organisation de coopération de Shanghai et les BRICS pour qu’ils jouent un rôle actif dans la gouvernance mondiale. Pour les domaines émergents tels que les océans, les régions polaires, les réseaux, l’espace, la sécurité nucléaire et les changements climatiques, nous appelons tous les pays à travailler ensemble afin d’établir de nouveaux mécanismes et de nouvelles règles, de manière ce qu’ils deviennent des nouveaux domaines de coopération gagnant-gagnant.  

(4) La Chine promouvra la construction d’une communauté de destin pour l’humanité. Comme il a été souligné dans le rapport présenté au XIXe Congrès national du Parti, « le monde où nous vivons est plein d’espoir et de défis. Nous ne devons pas abandonner nos rêves à cause de la complexité de la réalité, ni cesser la poursuite de nos idéaux parce qu’ils nous semblent trop loin à atteindre ». Bâtir un monde meilleur et mener une vie plus heureuse sont le rêve commun de tous les peuples et le but ultime de la gouvernance mondiale. Dans le rapport présenté au XIXe Congrès, le Secrétaire général Xi Jinping a appelé « tous les peuples à unir leurs efforts pour bâtir une communauté de destin pour l’humanité, et construire un monde beau et propre, caractérisé par la paix durable, la sécurité globale, la prospérité commune, l’ouverture et l’inclusion ». Cette initiative est conforme à la tendance de l’histoire de l’humanité, répond aux exigences de notre époque et réunit le consensus de toutes les nations. Elle indique la direction que nous devons suivre pour améliorer la gouvernance mondiale et pour établir un ordre international plus juste et plus raisonnable, et dessine un plan avec des perspectives positives pour que l’humanité réalise un développement commun, une prospérité durable et une paix pérenne. L’édification d’une communauté de destin pour l’humanité est donc la solution chinoise que les communistes chinois proposent au monde, et aussi une contribution remarquable que la Chine apporte à la cause de la paix et du développement dans le monde.    

(III) La Chine apporte une contribution significative à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale. 

Les actions pèsent plus que les mots. Fidèle à ses discours, la Chine s’engage à mettre en œuvre son programme de gouvernance mondiale avec des actions concrètes, à participer activement à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale et à jouer le rôle d’un grand pays responsable, afin d’y contribuer la sagesse et la force chinoises.  

(1) La Chine innove et enrichit la conception de gouvernance mondiale. Depuis le XVIIIe Congrès national du PCC, le Comité central du Parti étudie pleinement les points communs entre les idées de gouvernance positives dans la culture chinoise et notre époque, et associe la réforme du système de gouvernance mondiale à la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Notre pays a ainsi proposé une série de concepts de gouvernance mondiale avec des caractéristiques chinoises distinctives, par exemple, la voie du développement pacifique, le principe de coopération gagnant-gagnant, le nouveau type de relation entre grandes puissances, la bonne approche de la justice et des intérêts, ainsi que les concepts liés au développement, à la coopération, à la sécurité et à la mondialisation. Notamment, notre pays a lancé l’initiative de « la Ceinture et la Route » et la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, qui ont attiré une attention particulière de la communauté internationale et été intégrées maintes fois dans les documents des Nations Unies. Ancrée dans notre culture traditionnelle, la conception chinoise de la gouvernance mondiale est une continuité et un développement des pensées diplomatiques chinoises depuis la fondation de la République populaire de Chine. Elle reflète la poursuite commune de l’humanité et la réalité des relations internationales contemporaines, tout en restant conforme aux principes de base des relations internationales énoncés dans la Charte des Nations Unis. Ces concepts chinois enrichissent et développent, de façon importante, la théorie des relations internationales et apportent la sagesse et la solution chinoises à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale.   

(2) La Chine devient un fournisseur de biens publics de plus en plus important. Au cours des cinq dernières années, la Chine a organisé avec succès le premier Forum de « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale, la réunion informelle des dirigeants de l’APEC, la réunion des dirigeants des BRICS à Xiamen, le sommet de la CICA (la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie) et notamment, le Sommet du G20 de Hangzhou au cours duquel de nombreuses décisions pionnières, directives et institutionnelles ont été prises, laissant une empreinte chinoise profonde dans l’histoire du développement du G20. En 2013, en proposant l’initiative majeure de « la Ceinture et la Route », le président chinois Xi Jinping a créé un nouveau modèle de coopération internationale et fourni une nouvelle plate-forme, une nouvelle conception et une nouvelle force motrice à la gouvernance mondiale. Aujourd’hui, soutenu par une centaine de pays et organisations internationales, le projet de « la Ceinture et la Route » est devenu la plus grande plate-forme de coopération internationale et le bien public mondial le plus populaire dans le monde. Notre pays a aussi lancé la création de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures et mis en place le Fonds de la Route de la soie, pour promouvoir l’interconnexion et le développement économique durable en Asie par l’amélioration des mécanismes de coopération financière. La Chine a également pris l’initiative de mettre en place des aides internationales au développement et annoncé l’établissement d’un fonds Chine-ONU d’un milliard de dollars pour la paix et le développement, d’un fonds de 20 milliards de yuans pour la coopération Sud-Sud sur le changement climatique et d’un fonds d’aide à la coopération Sud-Sud. Le rôle de la Chine en tant que grand pays responsable est devenu de plus en plus important.  

(3) La Chine crée un réseau de coopération des pays en développement dans le système de gouvernance mondiale. Notre pays reste conscient de son stade de développement et se positionne fermement comme pays en voie de développement. Sur les questions de la réforme du système de gouvernance mondiale, notre pays œuvre pour la justice envers les pays en développement afin de mieux protéger les intérêts communs des pays en développement. La Chine a initié la création de plusieurs organisations internationales et mécanismes de coopération qui incluent principalement les pays en développement, de manière à ce que les mécanismes multilatéraux couvrent tous les pays en développement. Notre pays s’efforce également d’améliorer la gouvernance mondiale dans les pays du Sud, et fait en sorte  que les mécanismes comme BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai jouent un rôle plus important dans la gouvernance régionale et mondiale. Nous soutenons l’esprit des BRICS caractérisé par l’ouverture, l’inclusion, la coopération et le principe gagnant-gagnant, préconisons la création de la Nouvelle banque de développement ainsi qu’un fonds de réserves d’urgence (Contingency Reserve Arrangement), renforçons les échanges culturels, explorons le modèle « BRICS+ », organisons des dialogues entre les pays émergents et les pays en développent, et dirigeons la mise en place d’un cadre de coopération des BRICS multi-niveaux, pour en faire une plate-forme importante permettant aux pays émergents et aux pays en développant de participer à la gouvernance mondiale.   

(4) La Chine répond activement aux défis mondiaux. Face aux questions brûlantes sur la scène internationale et aux divers défis mondiaux, notre pays agit avec le sens de responsabilité d’une grande nation et joue un rôle constructif en apportant au monde la solution et la force chinoises. La Chine promeut activement les pourparlers de paix, défend la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne, œuvre pour un accord global entre le P5+1 et l’Iran à l’égard du programme nucléaire de ce dernier, et aide à accélérer le processus de règlement politique des questions difficiles comme le Soudan du Sud, la Syrie et l’Ukraine. La Chine participe activement à la coopération internationale de lutte contre le terrorisme, en envoyant dans le golfe d’Aden et au large de la Somalie des navires militaires pour des opérations d’escorte. Notre pays promeut le développement vert et à faible teneur en carbone. Il a annoncé ses objectifs de lutte contre le changement climatique post 2020, contribue à la signature et à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, et dirige la communauté internationale à prendre des mesures pour lutter activement contre le changement climatique. Nous avons promu l’adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030 par l’ONU et sommes parmi les premiers à publier notre plan de mise en œuvre du Programme, pour favoriser le développement équilibré à l’échelle mondiale. Nous participons activement à la rédaction des règles dans des domaines émergents tels que le réseau Internet, les régions polaires, la mer profonde et l’espace. Notre pays a lancé et accueilli la première « Conférence mondiale Internet », et préconise la mise en place d’un système mondial de gouvernance d’Internet multilatéral, démocratique et transparent. Notre pays œuvre également pour l’édification d’un nouvel ordre dans la coopération internationale de lutte contre la corruption en menant activement des opérations internationales de lutte contre la corruption.  

Les pensées sont nées avec leur époque, la pratique est la source des théories. La réalité montre que la conception chinoise de gouvernance mondiale suit la tendance de notre époque, répond aux besoins réels, s’accord avec les intérêts de tous les peuples, et refaçonne la conception de gouvernance mondiale dans le monde entier grâce à une forte vitalité et une forte attractivité. Sous la direction du Comité central du Parti avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, un nouvel horizon historique s’est ouvert au développement de notre pays. Aujourd’hui, nous sommes engagés dans une grande lutte avec de nombreuses nouvelles caractéristiques. Nous devons appliquer activement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère et poursuivre sans cesse nos efforts pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau de la nation chinoise. A l’avenir, avec la montée de notre puissance nationale, la Chine avancera progressivement vers le centre de la scène mondiale. Nous participerons encore plus activement à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale, afin de créer un meilleure environnement extérieur pour le développement de la Chine et de contribuer davantage à la sauvegarde de la paix mondiale, à la promotion du développement commun et à la création d’un meilleur avenir pour l’humanité.