Commentaires

Promouvoir le progrès social et satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure : deux tâches qui vont ensemble

Publié le:2018-04-03 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Jia Gaojian | Source:Quotidien du Peuple (le 15 mars 2018)

Dans le rapport présenté au XIXe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), le président chinois Xi Jinping a appelé le parti à « rester fidèle au concept de développement centré sur le peuple » et à « se fixer l’objectif de satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure ». Dans le même rapport, il a souligné l’importance des objectifs des « deux centenaires » et défini de nouvelles dispositions stratégiques pour remporter la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance et entamer la nouvelle marche de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. Il est à noter que, pour satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure, il est indispensable de promouvoir le développement et le progrès social. Nous devons unir ces deux tâches et appréhender, de façon globale, l’objectif formulé par le PCC.    

L’aspiration du peuple à une vie meilleure reflète l’objectif le plus important du développement et progrès social.  

Selon le matérialisme historique, la relation entre le sujet et l’objet de la société constitue l’une des relations fondamentales dans le domaine de l’histoire sociale. L’être humain, qui existe dans un certain système de structure sociale, est le sujet de la société ; l’ensemble du système de structure sociale incluant l’économie, la politique, la culture et d’autres domaines forme l’objet de la société et interagit avec le sujet. Les deux éléments sont indissociables et sont reliés par une action mutuelle : en tant qu’objet, le système de structure sociale encadre l’existence et le développement de l’être humain, qui peut, à son tour, comprendre et transformer l’objet grâce à son existence active. En termes de système de valeurs, l’être humain peut être considéré comme le but tandis que le système de structure sociale fournit un moyen d’y accéder. En d’autres termes, tout développement et progrès du système social est au service du développement humain, l’objectif le plus important du développement social. 

 C’est en partant de ce point de vue fondamental que les fondateurs du marxisme ont mené une critique profonde de la société capitaliste, en exposant l’opposition des classes et les inégalités dissimulées dans ces sociétés, en particulier l’exploitation et l’oppression subies par la classe ouvrière et les travailleurs. Sur cette base, ils ont avancé l’idée d’un objectif idéal qui transcende les limites historiques du capitalisme et vise au développement et à la libération de l’être humain à un stade supérieur. Cet objectif serait le but final de la future société socialiste et communiste qu’ils préconisent, comme ils l’ont déclaré dans Le manifeste du Parti communiste : « A la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ».  

Depuis sa création, le PCC s’est entièrement dévoué à servir le peuple : il a dirigé le peuple chinois à mener la révolution, à renverser la société féodale et à bâtir la République populaire de Chine, dans le but de libérer la classe ouvrière et les travailleurs de l’oppression de l’impérialisme, du féodalisme et du capitalisme. Le peuple devient ainsi le maître du pays. Après la fondation de la République populaire de Chine, le PCC a dirigé le peuple dans la révolution et l’édification socialistes afin de lui donner une vie heureuse. Malgré quelques déviations et erreurs, le Parti est parvenu à ramener le développement social de notre pays dans la bonne direction. La politique de réforme et d’ouverture que le PCC a adoptée lors de la 3e session plénière du 11e Comité central a ouvert la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises et favorisé la modernisation socialiste du pays. Mais le but ultime de tout le travail du Parti demeure le même : améliorer le niveau de vie de la population et garantir leurs intérêts fondamentaux.  

Après le 18e Congrès national du PCC, le socialisme à la chinoise est entré dans une « nouvelle ère ». Pour cette nouvelle ère, le président Xi Jinping a rappelé à plusieurs reprises qu’il faudrait rester fidèle au concept de développement centré sur le peuple et de se fixer l’objectif de satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure. Lors du 19e Congrès national, le PCC a développé cette idée importante de Xi Jinping comme un contenu fondamental de sa pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, confirmant ainsi le statut clé de la pensée centrée sur le peuple qui incarne l’objectif ultime du socialisme à la chinoise. Par ailleurs, la place centrale du peuple est aussi omniprésente dans les dispositions stratégiques adoptées pendant le 19e Congrès national, pour l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance et la construction d’un pays socialiste moderne, deux objectifs formulés en partant de l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure. Il est particulièrement important de garder à l’esprit ce point fondamental dans tout travail visant à promouvoir le développement social : les besoins du peuple constituent le critère d’évaluation de base que nous ne devons, en aucun cas, écarter.  

Le développement et le progrès social constituent un moyen de satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure.  

Le matérialisme historique affirme la valeur de l’homme, sujet de la société, sans pour autant parler du développement humain de façon abstraite. En effet, selon le matérialisme historique, l’homme existe, de manière concrète, dans une certaine relation sociale : le développement et la libération de l’homme sont contraints par le système de structure sociale, objet de la société. Ce n’est qu’en favorisant le développement et le progrès social que nous pouvons parvenir au développement de l’être humain. Le système de structure sociale, dans lequel existe l’homme, est quant à lui une unité « organique » : son existence et son développement sont régis par des lois inhérentes. À cet égard, le matérialisme historique a révélé une série de lois importantes très utiles pour notre pratique sociale, y compris l’interaction entre la productivité et les rapports de production, entre les fondements économiques et la superstructure.    

C’est avec la même méthodologie scientifique que les fondateurs du marxisme ont étudié la société capitaliste et révélé les lois régissant le mode de production capitaliste et l’ensemble du système de structure sociale capitaliste. Ils ont ainsi conclu qu’il s’agissait d’une inévitabilité historique de remplacer le capitalisme par le socialisme et le communisme. Si Marx et Engels ont réussi à transformer l’utopie socialiste en discipline scientifique, c’est parce qu’ils se basaient sur les lois objectives du développement social pour explorer une voie réaliste vers la société idéale. Seuls les efforts réalistes puissent nous emmener vers le monde idéal, soit une nouvelle société socialiste et communiste, où nous pouvons satisfaire au mieux l’aspiration du peuple pour une vie meilleure. Dès lors, l’objectif ultime préconisé par le marxisme, à savoir le développement et la libération de l’homme, peut être réellement réalisé.  

Pour des raisons historiques, la Chine est entrée dans la construction socialiste avec des bases économiques et culturelles relativement peu développées, ce qui l’oblige de passer par une étape spéciale : le stade primaire du socialisme. Durant ce stade, l’amélioration du niveau de vie de la population est limitée par le développement insuffisant de tous les aspects de la société. Par conséquent, l’une des tâches urgentes de ce stade est de promouvoir vigoureusement la construction économique et la construction sociale dans tous les domaines, afin d’achever le plus tôt possible la modernisation socialiste. À cet égard, la Chine a accompli de nombreux progrès spectaculaires grâce à la direction du Parti pendant les près de 70 dernières années. En particulier, après la mise en œuvre de la politique de réforme et d’ouverture, le PCC a défini la stratégie dite « une tâche centrale et deux points de base » pour concentrer son travail sur la construction économique, ouvrant ainsi un nouvel épisode de la modernisation socialiste chinoise tous azimuts. Le Parti a aussi élaboré la stratégie de développement en « trois étapes », avant d’avancer l’objectif de « l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance » sur la base de la réalisation des deux premières étapes d’édification économique, en le présentant comme « une période de transition indispensable pour réussir l’objectif de la troisième étape de modernisation ». Après des efforts sans relâche, la société chinoise contemporaine a enregistré sans cesse des progrès dans divers domaines, permettant ainsi une amélioration continue du niveau de vie de la population.  

 Depuis le 18e Congrès national, le PCC a continué de travailler d’arrache-pied pour diriger le peuple à bâtir une société prospère dans tous les sens et a défini les objectifs des « deux centenaires ». Par la suite, durant le 19e Congrès national, le Parti a proposé « d’entreprendre l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne – nouvelle grande marche conduisant à la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire », lorsque sera parachevée l’édification intégrale de la société de moyenne aisance pour réaliser l’objectif du premier centenaire. Conformément à cette proposition, le Parti a adopté une stratégie dite « deux phases de 15 ans » pour le travail de modernisation après 2020. La mise en œuvre de cette stratégie bénéficiera sans aucun doute à toute la population chinoise et leur créera des conditions sociales plus favorables pour satisfaire à leur aspiration à une vie meilleure.   

 Il faut se baser sur les conditions réelles du stade de développement de notre pays, unir la promotion du progrès social et la satisfaction de l’aspiration du peuple à une vie meilleure.         

L’aspiration de la population à une vie meilleure est la manifestation de l’objectif final du développement et du progrès social, qui constituent, à leur tour, le moyen réaliste pour le réussir. Lors du 19e Congrès national, le Parti nous a dessiné un nouveau plan pour progresser dans la modernisation socialiste et satisfaire l’aspiration du peuple à une vie meilleure. Maintenant, nous devons partir des conditions réelles de notre pays, unir les exigences de ces deux tâches et travailler sans relâche pour assurer une mise en œuvre réelle des déploiements stratégiques du Parti.  

Selon les dispositions stratégiques adoptées par le 19e Congrès national du PCC, à ce stade, il est primordial de continuer la construction économique et d’élever davantage le niveau de nos forces productives sociales, qui présentent encore des lacunes et insuffisances malgré un développement considérable. En effet, le problème du développement insuffisant et déséquilibré se pose toujours avec acuité dans notre pays, la qualité et la performance de notre développement se trouvent encore à un niveau relativement bas, notre capacité à innover n’est pas assez forte et le niveau de notre économie réelle doit être amélioré. Face à ces problèmes, nous devons continuer à transformer notre mode de développement, à optimiser notre structure économique, à développer de nouveaux moteurs de croissance et à accélérer la mise en place d’un système économique moderne. Plus précisément, il nous faut approfondir la réforme structurelle du côté de l’offre, renforcer notre économie réelle et augmenter la qualité de notre économie nationale ; accélérer la construction d’un pays innovant en vue de fournir un appui stratégique au système économique moderne ; appliquer la stratégie de redressement rural en accordant la priorité aux problèmes liés à l’agriculture, aux paysages et aux régions rurales ; mettre en œuvre la stratégie de développement régional coordonné en établissant un mécanisme de coordination plus efficace ; perfectionner notre système économique du marché socialiste et œuvrer pour une conjoncture d’ouverture tous azimuts. De cette manière, nous parviendrons à élever notre niveau de productivité sociale et à jeter une base solide pour bâtir une société de moyenne aisance, faire de notre pays une puissance socialiste moderne et mieux répondre à l’aspiration du peuple à une vie meilleure.  

En plus du développement économique, nous devons aussi faire progresser de façon synergique l’édification du pays sur les plans politique, culturel, social et écologique, de manière à promouvoir les progrès dans la société entière. En effet, dans la nouvelle ère, les besoins de la population pour une vie meilleure se diversifient et la population devient de plus en plus exigeante non seulement à l’égard de la vie matérielle et culturelle, mais aussi de la démocratie, de la légalité, de l’équité, de la justice, de la sécurité et de l’environnement. Par conséquent, il est impératif de promouvoir l’édification dans tous les domaines de manière à répondre à ces nouvelles exigences et nous avons encore beaucoup missions à accomplir : développer la démocratie socialiste, bâtir un pays socialiste de droit, remédier à la lutte idéologique, améliorer les conditions de vie de la population, élever le niveau de civilité, résoudre les problèmes et conflits sociaux et protéger l’environnement écologique. Pour relever ces défis, il nous faut prendre de nouvelles mesures en vue d’institutionnaliser la place centrale du peuple, de développer la démocratie socialiste de bâtir un pays de droit ; renforcer notre confiance dans la culture qui nous appartient afin de faire prospérer la culture socialiste et réussir un développement coordonné entre la civilisation spirituelle et la civilisation matérielle ; améliorer le système de sécurité sociale et les conditions de vie de la population, renforcer et innover la gouvernance sociale de sorte que les résultats de la réforme et du développement profitent, de façon plus équitable, à toute la population ; accélérer la réforme du système de civilisation écologique, construire la belle Chine et fournir plus de produits écologiques de haute qualité pour satisfaire à l’aspiration croissante du peuple à un meilleur environnement. 

La PCC constitue la force de direction centrale dans la cause du socialisme à la chinoise. Il est donc indispensable de mener à bien l’édification du Parti si nous voulons parvenir à développer la société chinoise et à satisfaire à l’aspiration de la population à une vie meilleure. Pour cela, il faut maintenir la direction du Parti dans toutes les activités, assurer fermement l’application intégrale d’une discipline rigoureuse au sein du Parti et accroître sans cesse la capacité de gouvernance et de direction du Parti. En d’autres termes, nous devons continuer à renforcer les « Quatre consciences » (la conscience politique, la conscience de l’intérêt général, la conscience du noyau dirigeant et la conscience de l’alignement) des communistes chinois, mettre en œuvre les décisions prises par le 19e Congrès national du PCC, « rester fidèle à l'engagement initial, garder toujours à l'esprit la mission » et travailler sans relâche pour aller de l’avant, afin de remporter la victoire de l'édification intégrale de la société de moyenne aisance ainsi que celle de la construction d’une puissance socialiste moderne et satisfaire, à un niveau supérieur, l’aspiration du peuple à une vie toujours plus belle.     

(L’auteur de l’article est directeur du Bureau Central de Compilation et de Traduction.)