Commentaires

La nouvelle ère : le développement de qualité créera de nouvelles gloires

Publié le:2018-05-10 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Huang Shouhong | Source:Quotidien du peuple (le 2 avril 2018)

Durant la première session de la 13e Assemblée populaire nationale (APN), qui vient de se clôturer à Pékin, le Premier ministre chinois Li Keqiang a présenté le Rapport d’activité du gouvernement (« le rapport »). Ce rapport, validé par l’APN, met pleinement en application la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère et l’esprit du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC). Axé sur les dispositions majeures du Comité central du PCC avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, le rapport a passé en revue le travail des cinq dernières années et présenté, de façon précise, les exigences globales, les orientations politiques et les tâches clés pour le développement socio-économique chinois en 2018. Il constitue ainsi un document programmatique pour mener à bien le travail du gouvernement de cette année.  

Au cours des cinq dernières années, la Chine a accompli des progrès notables dont elle peut être fière.  

Les cinq dernières années ont été une période particulière pour le développement de la Chine : de nombreux défis, nationaux et internationaux, se sont superposés, notre pays a fait face à des situations qu’il n’avait jamais rencontrées depuis la réforme et l’ouverture. Durant ces cinq années, grâce à la direction du Comité central du PCC avec Xi Jinping comme noyau dirigeant et aux efforts conjoints de toutes les partes, la Chine a obtenu des résultats et des changements historiques dans son développement socio-économique.  

En premier lieu, la puissance économique de la Chine a atteint de nouveaux records au cours des cinq dernières années : son PIB est passé de 54 000 milliards à 82 700 milliards de yuans, soit une augmentation réelle de plus de 40% ; sa part dans l’économie mondiale est passée de 11,4% à près de 15% et sa contribution à la croissance mondiale s’est élevée à plus de 30% ; ses recettes fiscales sont passées de 11 700 milliards à 17 300 milliards de yuans, soit une progression de près de 48%. En second lieu, la structure de l’économie chinoise a connu des changements majeurs : la part de la consommation est passée de 54,9% à 58,8% ; la contribution de l’industrie des services est passée de 45,3% à 51,6% ; la consommation est devenue l’un des principaux moteurs de la croissance chinoise, autrefois portée par l’investissement et les exportations ; l’industrie secondaire laisse progressivement la place à l’industrie tertiaire pour dynamiser l’économie. En troisième lieu, l’innovation a donné des résultats encourageants en Chine : de nouvelles technologies, de nouveaux produits et de nouvelles industries se développement rapidement, le pays remonte dans le classement mondial de l’indice de l’innovation. En quatrième lieu, le pays a continué de progresser dans la réforme et l’ouverture : la Chine a défini le cadre pour la réforme de ses principaux domaines ; sa construction du projet « la Ceinture et la Route » a obtenu des résultats remarquables ; sa structure du commerce extérieur et son utilisation du capital étranger ont été optimisées. En cinquième lieu, le niveau de vie de la population chinoise a continué de s’améliorer : plus de 68 millions de Chinois se sont débarrassé de la pauvreté durant les cinq dernières années, faisant passer le taux de pauvreté de la Chine de 10,2% à 3,1% ; pendant cette période, plus de 13 millions d’emplois urbains ont été créés chaque année, maintenant le taux de chômage de la Chine à un niveau relativement bas ; le revenu des résidents chinois a connu une croissance annuelle moyenne de 7,4%, supérieur à la croissance économique du pays, les habitants ruraux ont vu leur revenu croître de façon plus rapide que les habitants urbains, la Chine a désormais le groupe à revenu moyen le plus peuple au monde ; ses prix à la consommation ont augmenté de 1,9% en moyenne par an, ce qui correspond au niveau idéal de 2% reconnu par la communauté internationale ; la Chine a aussi bâti le plus grand réseau de sécurité sociale au monde et délogé des millions de personnes vivant dans des bidonvilles ou des logements dangereux vers de nouvelles habitations. Enfin, l’environnement écologique s’est peu à peu amélioré en Chine : sa consommation d’énergie et d’eau par unité de PIB a chuté de plus de 20% et ses rejets de polluants majeurs ont continué à diminuer. Tous ces progrès historiques et changements fondamentaux que le pays a accomplis durant les cinq dernières années ont laissé un chapitre glorieux dans l’histoire de la Chine, dont le développement économique demeure unique sur la scène internationale.  

Alors que la conjoncture intérieure et extérieure était particulièrement complexe, la Chine a réalisé des progrès notables durant les cinq dernières années, ce qui  confirme la capacité de direction, la créativité et le charisme du Comité central du PCC, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant. Les progrès de la Chine sont aussi une preuve concrète de la force qui régit la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère : aucune difficulté et aucun obstacle ne peut arrêter le développement de la Chine. 

Durant les cinq dernières années, nous avons suivi les dispositions stratégiques du Comité central du PCC, mis en œuvre le nouveau concept de développement, persévéré et dynamisé notre développement économique en libérant son potentiel. Premièrement, notre pays a adhéré à la tonalité générale de « progrès dans la stabilité » et s’est efforcé d’innover et d’améliorer le contrôle macroéconomique. Face à la faible reprise de l’économie mondiale et au ralentissement de l’économie nationale, la Chine n’a pas suivi la voie traditionnelle du développement extensif, ni tenté de stimuler sa croissance avec des productions massives. Au contraire, elle a cherché à s’adapter à la « nouvelle normalité économique » afin de la diriger. À cet effet, elle s’est concentrée sur des problèmes liés à la structure et à l’agrégat de son économie, en renforçant le contrôle ciblé, prévisionnel et précis ; elle a aussi adopté une politique budgétaire active, notamment la réduction d’impôts et de taxes qui a permis aux acteurs du marché d’économiser 3 000 milliards de yuans pendant les cinq dernières années ; elle a enfin maintenu une politique monétaire neutre tout en intensifiant son soutien à l’économie réelle. Grâce à toutes ces mesures, l’économie chinoise tend à se stabiliser tout en gagnant en qualité, en structure et en rendement. Deuxièmement, notre pays a insisté sur le fil conducteur de la réforme structurelle du côté de l’offre pour optimiser et moderniser sa structure économique. La Chine a poursuivi la réforme comme méthode de mener des ajustements structurels et a mis l’accent sur les cinq tâches principales de la réforme structurelle du côté de l’offre, à savoir, la réduction de la capacité industrielle excessive, le déstockage, le désendettement, la baisse des coûts des entreprises et le renforcement des maillons faibles. Elle a aussi mis en œuvre une série de stratégies telles que « Internet + » et « Made in China 2025 » pour développer les industries émergentes et moderniser ses industries traditionnelles, ainsi qu’une politique de décentralisation du pouvoir gouvernemental, d’optimisation des services administratifs, de réduction des coûts de transaction institutionnels et des coûts de production ou d’exploitation. Troisièmement, notre pays a continué de promouvoir la réforme, l’ouverture et l’innovation en mettant l’accent sur le dynamisme du marché et la créativité de la société. La réforme a été approfondie afin de corriger les défauts du système et des instituions, l’esprit d’entreprenariat et d’innovation a été encouragé, ce qui a permis au nombre d’acteurs du marché de progresser de plus de 70% en cinq ans. La Chine a accéléré la mise en place d’un système économique ouvert, continué à appliquer la stratégie de développement axé sur l’innovation et à favoriser le développement régional coordonné, le nouveau type d’urbanisation et le développement de nouveaux moteurs de croissance. Quatrièmement, notre pays a maintenu la place centrale du peuple dans le développement et s’est efforcé de protéger et d’améliorer les conditions de vie de la population. Elle a mené un combat ciblé contre la pauvreté, encouragé activement la création d’emploi, soutenu le développé de l’éducation, de la culture, de la santé, du sport, de la sécurité sociale et d’autres domaines d’utilité publique, œuvré pour l’égalisation des services publics de base et intensifié la gestion de l’environnement afin de fournir des produits écologiques de qualité.  

Dans la nouvelle ère, la Chine continuera à promouvoir un développement de qualité avec l’esprit de la réforme et de l’innovation.  

Sur la base d’une analyse globale de la situation nationale et internationale, le rapport du gouvernement chinois a défini les principaux objectifs pour le développement de cette année. Ces objectifs sont essentiellement les mêmes que ceux de l’année dernière, à l’exception de quelques ajustements. Comme pour 2017, le rapport a visé 6,5% pour la croissance du PIB de cette année, ce qui traduit la volonté du gouvernement chinois à promouvoir un développement de qualité et s’inscrit dans l’objectif de la Chine de bâtir une société prospère. En termes de nouveautés, le gouvernement chinois a inclus, pour la première fois, le taux de chômage urbain enquêté dans ses objectifs prévisionnels, car cet indicateur, qui couvre les travailleurs migrants et autres populations urbaines non enregistrées, permet de mieux refléter la situation de l’emploi dans les villes.  

2018 sera une année importante pour le développement du Parti et de l’État. Pour mener à bien le travail de cette année, il nous faut appliquer consciencieusement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, poursuivre la tonalité générale de « progrès dans la stabilité », continuer à innover et à améliorer le contrôle macroéconomique tout en maintenant la continuité et la stabilité des politiques. Nous devons augmenter l’efficacité des politiques budgétaires actives, adapter la flexibilité des politiques monétaires prudentes, renforcer la coordination des politiques, maintenir le fonctionnement économique dans un intervalle raisonnable, promouvoir l’optimisation et la modernisation de la structure économique et intensifier la réforme et l’ouverture, afin d’accomplir de nouveaux progrès dans la promotion d’un développement de haute qualité. 

La réforme structurelle du côté de l’offre doit être approfondie. Plus précisément, il faut créer des grappes industrielles émergentes plus grandes et plus fortes, accélérer la modernisation des industries traditionnelles afin de développer de nouveaux moteurs de croissance ; accélérer la construction d’un pays manufacturier fort en soutenant les industries manufacturières de pointe et en augmentant la qualité des produits fabriqués en Chine ; diminuer la capacité de production excédentaire et éliminer la production arriérée par les voies du marché et la légalisation ; améliorer l’environnement des affaires et les services administratifs en approfondissant la réforme institutionnelle ; continuer à réduire le fardeau fiscal des entreprises, avec, pour 2018, une déduction fiscale de plus de 800 milliards de yuans pour les entreprises, les particuliers et une réduction de charge non fiscale de 300 milliards de yuans pour les entités du marché.  

La construction d’un pays innovant doit être accélérée. À cet effet, il faut mettre en place un système national pour l’innovation, renforcer la recherche fondamentale et l’innovation originale tout en accélérant la transformation des résultats de l’innovation ; promouvoir l’innovation technologique en mobilisant le personnel scientifique ; abolir au plus vite les anciens règlements qui sont à l’encontre de l’esprit d’innovation et supprimer les formalités administratives qui empêchent l’innovation ; encourager l’entrepreneuriat populaire et élever le niveau d’innovation des masses, afin de libérer le potentiel des divers acteurs du marché.  

La réforme doit être approfondie dans les domaines fondamentaux et clés. En cette matière, il faut continuer l’optimisation et la réorganisation des entreprises d’État et la réforme du système d’actionnariat des entreprises du gouvernement central, afin d’accroître et d’optimiser les capitaux publics ; soutenir le développement des entreprises privées en supprimant toutes sortes de barrières cachées ; améliorer le système de droits de propriété et le mécanisme d’allocation des facteurs axée sur le marché, en insistant sur la protection des droits de propriété, la primauté des contrats, la normalisation du marché, les échanges égaux et la concurrence loyale ; poursuivre la réforme du système budgétaire et fiscal, en divisant de manière rationnelle la responsabilité des gouvernements central et locaux, en améliorant le système fiscal local et en réformant l’impôt sur le revenu des particuliers ; approfondir la réforme du système financier en mettant l’accent sur le renforcement des capacités économiques des entités de service, en particulier les difficultés de financement des petites et micro-entreprises ; promouvoir la réforme du système social et améliorer le système de civilisation écologique.  

Il faut redoubler nos efforts pour prévenir les risques majeurs, lutter de façon ciblée contre la pauvreté et contrôler la pollution. En d’autres termes, il faut, d’abord, renforcer la prévention et le contrôle des risques financiers, sanctionner strictement les activités illégales, accélérer la légalisation du marché des échanges de dettes contre des participations, des opérations de fusion et réorganisation d’entreprises, et renforcer la supervision du secteur financier. Au niveau local, il est important de prévenir les risques liés à l’endettement et mettre en œuvre les responsabilités des gouvernements locaux à tous les niveaux, afin de diminuer les dettes avec des méthodes appropriées et de normaliser le mécanisme de financement des gouvernements locaux. Ensuite, nous devons continuer à mener le combat contre la pauvreté, en fournissant un appui ciblé aux régions et populations extrêmement dans le besoin, afin de sortir, avant la fin de l’année, au moins 10 millions d’habitants de zones rurales de la pauvreté. Enfin, nous devons préserver les acquis du programme visant à rendre un ciel bleu au peuple, approfondir la prévention de la pollution de l’eau, des sols et intensifier la protection et la restauration de l’écosystème.   

La stratégie de redressement rural doit continuer à être mise en œuvre. Plus précisément, il faut formuler des plans de revitalisation rurale, faire avancer la réforme structurelle du côté de l’offre, intensifier les efforts pour la restructuration agricole, développer de nouveaux types d’exploitation et promouvoir l’intégration des industries primaire, secondaire et tertiaire des régions rurales. Il est également indispensable d’approfondir la réforme rurale, mettre en œuvre la politique d’extension de la deuxième série de contrats fonciers de 30 ans et explorer la séparation de la propriété, des qualifications et du droit d’utilisation. Enfin, il faut promouvoir le développement global de tous les domaines dans les zones rurales et améliorer le système de gouvernance des campagnes.  

La stratégie de développement régional coordonné doit être poursuivie. Nous devons mettre l’accent sur la mise en place d’un nouveau modèle de développement régional, renforcer notre soutien aux zones reculées et pauvres, œuvrer pour le développement coordonné de Beijing – Tianjin – Hebei et celui de la ceinture économique du fleuve Yangtze, mettre en œuvre les stratégies de développement spécifiques à l’ouest, au nord-est, au centre et à l’est et élaborer le plan de développement pour la Grande Baie Guangdong – Hong Kong – Macao. Il faut maintenir la place centrale de l’homme dans le nouveau type d’urbanisation, pour lequel le rapport du gouvernement a défini des dispositions relatives à la qualité. Cette année, la Chine vise à accueillir 13 millions de personnes de plus dans les villes. Elle donnera la priorité au développement des transports en commun et à l’amélioration des équipements de services aux résidents tels que les marchés et les parkings, fera avancer de façon ordonnée la transformation des quartiers anciens et œuvra pour une gestion urbaine plus concrète et plus humaine.  

La consommation et les investissements efficaces doivent être développés. L’expansion de la demande intérieure constitue la base stratégique du développement de notre pays : il est important de renforcer le rôle fondamental de la consommation dans l’économie, améliorer l’environnement des consommateurs, développer de nouveaux modèles de consommation et soutenir les forces sociales pour accroître l’offre de services. Quant à l’investissement, il est nécessaire de faire jouer son rôle clé dans l’optimisation de la structure du côté de l’offre, mettre en œuvre des politiques et des mesures pour encourager l’investissement privé et créer un environnement d’investissement stable, transparent et équitable.  

Le nouveau modèle d’ouverture tous azimuts doit être promu. Dans le cadre du projet « la Ceinture et la Route », la Chine intensifiera la coopération internationale en matières de capacités de production et élargira l’ouverture des régions ouest, intérieures et frontalières. Le pays devra également créer un environnement commercial de niveau mondial, faciliter l’accès à son marché et les conditions d’investissement étranger, afin de maintenir une croissance soutenue des capitaux étrangers. Du côté du commerce extérieur, le rapport du gouvernement appelle à augmenter les importations en tout proposant des mesures d’expansion des exportations. Enfin, le rapport souligne que la Chine préconise le règlement des différends commerciaux par le biais de consultations égales, s’oppose au protectionnisme commercial et défend résolument ses droits et intérêts légitimes.  

Les conditions de vie de la population chinoise doivent être garanties et améliorées. Le rapport du gouvernement a mis l’accent sur les préoccupations de la population et mis en avant une série de mesures majeures visant à protéger et à améliorer leurs conditions de vie. Des efforts seront faits pour promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat, notamment auprès des diplômés d’universités. Le rapport a proposé des mesures visant à augmenter le revenu et à diminuer le fardeau fiscal des habitants, comprenant des mesures applicables à l’ensemble de la population et celles ciblant des groupes spécifiques. Dans le domaine de l’éducation, il sera question de consacrer davantage de budget aux régions pauvres et aux domaines faibles, réduire le taux de décrochage des élèves ruraux, supprimer les classes trop nombreuses dans les villes, soulager le fardeau extrascolaire des élèves, accroître l’offre de ressources en matière d’éducation préscolaire et optimiser la structure de l’enseignement supérieur, afin de développer une éducation équitable et de qualité. En ce qui concerne la santé, des dispositions seront déployées pour renforcer « la prévention » et « les soins » : le niveau de l’assurance médicale de base et de l’assurance maladies graves sera amélioré, des services de parcours médical et de médecin traitant seront promus, les méthodes de contrôle alimentaire et pharmaceutique seront innovées, le sport pour tous sera préconisé. Pour les problèmes de logement, le rapport appelle à accélérer la mise en place d’un système immobilier basé sur une offre variée et des garanties multiples, axé à la fois sur la location et l’achat. Enfin, le rapport du gouvernement a aussi proposé des dispositions visant à renforcer la protection sociale minimale et à bâtir une société de « construction commune, de gouvernance commune et de partage ».    

 (L’auteur de l’article travaille au Bureau de recherche du Conseil des affaires de l’État chinois.)