Commentaires

Approfondissement intégral de la réforme sans relâche

Publié le:2018-05-23 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Xin Ming | Source:Quotidien Guangming (Le 17 avril 2018)

Cette année est le 40e anniversaire de la réforme et de l’ouverture en Chine, l’avenir de la politique de la réforme et de l’ouverture de la Chine est devenu un sujet assez chaud dans la communauté mondiale. Il y a quelques jours, le président Xi Jinping a répondu à cette question de manière claire dans son discours thématique donné à la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle 2018 du Forum de Bo’ao pour l’Asie, en disant que « Dans la nouvelle ère, les Chinois continueront de faire des efforts inlassables pour se perfectionner, se renouveler. Nous allons approfondir inébranlablement de manière intégrale. Face aux difficultés, nous trouverons des solutions, nous serons courageux de nous lancer sur les problèmes persistants et les maladies chroniques, de briser les barrières de la solidification des intérêts, de mener la réforme à terme. » Ce jugement est non seulement une déclaration politique du PCC qui a l’intention de promouvoir la réforme et l’ouverture d’un esprit assez conscient, une expression distinctive de la détermination ferme de la promotion de la réforme et de l’ouverture de la société chinoise, mais aussi une voix de l’espoir pour le développement, le progrès et la prospérité donnée au monde. 

La réforme est une cause ambitieuse qui est en cours et qui n’est pas finie. Après un développement énorme depuis 40 ans, sur tout le développement rapide et stable au cours des 5 ans depuis le 18e Congrès du PCC, beaucoup de réalisations ont été obtenues dans l’aspect de la réforme. « Devenir riche », « devenir puissant », « miracles chinois », « gouvernance et prospérité chinoises », seraient hors d’imagination sans les efforts depuis la réforme et l’ouverture. Une grande partie des piétons s’arrêtent au milieu de leurs trajets. Il nous reste toujours beaucoup de choses à faire pour la réforme chinoise. Nous devons faire mieux et continuer de les faire ce que nous avons bien fait, mettre en œuvre des choses proposées mais qui ne sont pas encore mises en œuvre dans la pratique, corriger les choses qui ne sont pas adaptées à l’évolution du développement de la situation. Mener la réforme à terme, il faut non seulement mettre en œuvre une réforme complète d’anciens mécanismes et modes avant la réforme et l’ouverture, mais aussi, il faut également mener de nouveau une réforme sur une partie des modèles institutionnels et des habitudes de comportement non scientifique et déraisonnables formés au cours du processus de la réforme. 

Plus précisément, il faut faire des efforts dans l’approfondissement intégral de la réforme. Nous devons « mettre une attention plus grande dans l’aspect du système, de la globalité, et de la synergie de la réforme. Après l’entrée dans la zone de l’eau profonde de la réforme, chaque réforme aura des impacts importants sur d’autres réformes, tout en demandant la coordination et la synergie des autres réformes. Si c’est toujours une réforme dans un certain aspect qui s’avance, il sera difficile d’avoir des réformes à long terme et durables, même cela causera des dissimilations des réformes dans un certain degré. Il faut continuer de faire jouer le rôle de premier plan de la réforme de l’institution économique, mais aussi il faut accélérer les réformes dans tous les domaines, y compris la construction politique, sociale, culturelle, écologique, la construction du parti, la défense nationale, les armées. Nous devons « saisir l’occasion d’approfondir la réforme des domaines clés » à travers diverses réformes visant à promouvoir une interaction positive mutuelle, les progrès dans l’ensemble, les percées dans les domaines importants, afin de former une force puissante continuer à faire avancer la réforme et l’ouverture. 

La réforme est une révolution, la révolution n’a pas touché sa fin, les camarades doivent encore travailler dur. Fondamentalement parlant, la réforme est l’ajustement et le réajustement des intérêts. Après 40 ans de réformes, les réformes faciles et à la satisfaction de tous sont finies, la viande délicieuse sont consommés, ce qui nous reste, ce sont des os durs à traiter. Nous disons que la réforme de la Chine est entrée dans une phase cruciale et dans la zone de l’eau profonde, en fait, c’est le moment pour nous de « corriger » la structure d’intérêts qui nuit à l’équité, à la justice et qui limite le développement harmonieux de la société. Xi Jinping, secrétaire général, appelle la réforme et l’ouverture comme « la deuxième révolution en Chine », tout en comparant la réforme à la révolution. Cela montre que nous allons créer une situation d’intérêt équitable et juste afin de cultiver la vitalité pour la société chinoise dont l’avenir sera de plus en plus beau. 

La révolution est avant tout une auto-révolution: pour faire supprimer les « fromages » des autres, il faut d’abord détruire ses défenses d’intérêts. Xi Jinping, secrétaire général a indiqué quand il donnait des explications concernant la décision prise du troisième plénum du 18e Congrès national du PCC, en disant que « concernant l’approfondissement de la réforme, des barrières idéologiques ne se voient pas chez les gens à l’extérieur du système, au contraire, chez les gens qui font partie du système. » Cette phrase est significative et assourdissante. Mener la réforme à la fin, cela nous oblige de promouvoir la réforme d’un courage de l’auto-révolution et d’une énorme persévérance, de nous lancer sur des problèmes persistants et chroniques accumulés depuis de longues années, d’oser de toucher les relations d’intérêt et les contradictions de niveau profond, de briser résolument le carcan d’idées, de démolir des défenses de la solidification des intérêts, d’éliminer résolument des obstacles institutionnels qui limitent le développement des forces productives sociales, afin de promouvoir l’entreprise à la victoire finale de la révolution sociale avec la détermination de l’auto-révolution. 

La réforme est une innovation, « si l’on peut se renouveler tous les jours, il faudra toujours se perfectionner et faire des réflexions ». La réforme doit faire évoluer les choses existées depuis le passé, mais elle vise à l’amélioration dans l’avenir. Le perfectionnement et le développement de l’institution du socialisme à la chinoise, la promotion de la modernisation du système de la gouvernance nationale et du système des capacités de gouvernance est une grande pratique sans précédent. Cela signifie que la réforme dans la société chinoise ne peut ni tomber dans le piège du « culte du livre » qui nous rendrait rigides, ni se noyer dans le « nihilisme » qui secouerait notre racine. « La copie » simple qui conduit aux erreurs subversives est à éviter. Il faut trouver et créer une nouvelle voie d’un esprit d’innovation. Surtout, le socialisme à la chinoise entre dans une nouvelle ère, l’aspiration de la population à une meilleure vie est en croissance, la Chine s’approche au centre du stage mondial. Cela exige « la création chinoise », « la voie chinoise », « l’esprit chinois », « la gouvernance chinoise », « la contribution chinoise » au cours de la réforme. Ces « chinois » signifient non seulement une puissance orientale avec une transmission de civilisation magnifique de 5000 d’ans, mais aussi un pays puissant modernisé qui s’avance dans la logique du développement historique et qui se développent en suivant la tendance du développement de l’ère. 

En plus, les réformes en Chine ne sont plus simplement ou plus uniquement des événements chinois, elles ont déjà commencé et sont devenues encore les événements mondiaux d’un niveau plus approfondi. En fait, les réformes en Chine ne sont plus une force de changement en Chine ou dans le monde entier, mais, à bien des égards, dans une large mesure, elles commencent à façonner le monde. Surtout depuis le 18e Congrès national du PCC, les communistes chinois, toujours avec une vision large du monde, un sens fort du monde, mettent la gouvernance nationale chinoise et le plan de la gouvernance mondiale ensemble. Ils assument la responsabilité de l’optimisation de la gouvernance mondiale, tout en améliorant la gouvernance nationale. Répondre l’appel de l’ère, suivre la grande tendance mondiale, mener la réforme à la fin, c’est de faire valoir la proposition chinoise, contribuer la solution chinoise, jouer le rôle de la Chine, diffuser la sagesse chinoise, afin de participer activement dans la promotion de changements dans le système de gouvernance mondiale, de construire de nouvelles relations internationales et de faciliter la construction de la communauté du destin  de l’humanité, de faire de plus grandes contributions à l’humanité. 

(Auteur : Xin Ming, chercheur du Centre de recherche sur les pensées de Xi Jinping concernant le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère de l’École centrale du PCC)