Commentaires

Le marxisme est une vérité qui continue de rayonner

Publié le:2018-06-04 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Ruan Qing | Source:Quotidien du Peuple (le 8 mai 2018)

Cette année marque le bicentenaire de la naissance de Marx et le 170e anniversaire de la publication du Manifeste du parti communiste. Dès son apparition, le marxisme a montré une vitalité débordante, une influence qui dépasse les limites temporelles et une attraction unique. Lors de la conférence de commémoration du bicentenaire de la naissance de Marx, Xi Jinping a indiqué « qu’après deux siècles, la société humaine avait connu des changements profonds, mais Marx était toujours respecté par les peuples du monde entier et ses idées continuaient de rayonner ». « La richesse spirituelle la plus précieuse et la plus influente laissée par Marx est la théorie scientifique qui porte son nom, le marxisme, théorie qui a éclairé l’humanité, comme un magnifique lever de soleil, dans son exploration des lois de l’histoire et dans sa quête de libération », a déclaré Xi Jinping. Aujourd’hui, l’entrée du socialisme à la chinoise dans une nouvelle ère montre que le socialisme a retrouvé une vitalité débordante dans la Chine du 21e siècle et que la lumière du marxisme deviendra encore plus éblouissante. Le marxisme est une vérité qui a des bases théorique et pratique solides. Dans la nouvelle ère, il demeurera l’idéologique directrice de notre Parti et de notre pays pour maintenir et développer le socialisme à la chinoise et constitue toujours notre puissante arme idéologique pour comprendre le monde, saisir ses lois, rechercher la vérité et transformer le monde.  

Les bases théoriques qui font du marxisme une vérité 

Comme l’a déclaré Xi Jinping, « dans l’histoire de la pensée humaine, aucune autre théorie idéologique n’a eu un impact aussi étendu et profond sur l’humanité que le marxisme ». Si le marxisme a eu une telle influence, c’est précisément parce qu’il constitue une vérité : il a bâti un système théorique complet et scientifique qui associe la vision du monde scientifique et la méthodologie, la nature scientifique et le système des valeurs, la réalité et l’avenir.  

Le marxisme est une vérité en raison de sa nature scientifique qui lui a permis de révéler de manière créative les lois du développement de la société humaine. Né dans le contexte de son époque, le marxisme a montré des caractéristiques distinctives en termes de sujets théoriques, de positions fondamentales, de cadres analytiques, de modes de pensée, de structures logiques et de système de valeurs. En tant que système théorique complet, le marxisme comprend trois grandes parties : la philosophie, l’économie politique et le socialisme scientifique. Ses fondateurs ont réformé de manière critique la philosophie classique allemande, en intégrant la dialectique et le matérialisme pour former le matérialisme dialectique, avant de l’appliquer dans la recherche sociale et historique, créant le matérialisme historique. À l’aide du matérialisme dialectique et du matérialisme historique, le marxisme a donné une réponse au problème de la relation entre l’existence sociale et la conscience sociale. Partant des activités de production matérielle, il a analysé de manière approfondie les caractéristiques fondamentales du développement de la société humaine, exposé de manière systématique le processus de mouvement des contradictions sociales fondamentales et synthétisé les lois du développement de la société humaine. Le marxisme a aussi analysé de façon complète le but et l’essence de la production marchande de la société capitaliste et dévoilé la nature de l’exploitation capitaliste. En étudiant le processus de développement du prolétariat, le marxisme a exposé la mission historique du prolétariat et illustré l’inévitabilité historique d’une société socialiste qui remplacera la société capitaliste. Tout cela prouve que le marxisme est un système scientifique et théorique avec des thèmes clairs, un système solide, une logique rigoureuse et une orientation de valeurs précise.  

Le marxisme est une vérité en raison de la nature scientifique de sa méthode, qui est devenue une arme idéologique puissante du prolétariat et des masses populaires pour comprendre et transformer le monde. Le marxisme a non seulement révélé les lois universelles qui régissent la nature, la société humaine et le développement de la pensée humaine, nous permettant de comprendre correctement la relation entre l’homme et la nature, l’homme et la société, l’homme et lui-même, mais aussi transformé la théorie en une méthode scientifique pour observer et étudier toute chose de l’univers. Comme l’a fait remarquer Engels, dès sa création, le matérialisme historique « a appliqué d’une façon conséquente la conception matérialiste du monde à tous les domaines considérés du savoir, - tout au moins dans les grandes lignes ». Cela nous indique que le marxisme est à la fois une conception du monde et une méthodologie. Selon Engels, « la conception du monde de Marx n’est pas une doctrine mais une méthode, elle ne fournit pas un dogme établi, mais un point de départ pour d’autres recherches et une méthode pour ces recherches ». Par méthode, Engels fait référence à une façon de penser ou un système d’outils pour comprendre le monde et transformer le monde, un intermédiaire qui permet au sujet d’agir sur l’objet. En se basant sur le matérialisme dialectique et le matérialisme historique, le marxisme a mis fin à la domination de la méthodologie idéaliste et donné, pour la première fois, un attribut scientifique à la méthodologie. Le marxisme a aussi introduit les idées pratiques dans la méthodologie, de manière à ce que la philosophie vise à transformer le monde tout en l’interprétant, un changement révolutionnaire dans les fonctions de la méthodologie. En outre, le marxisme nous a constitué un système méthodologique complet avec des méthodes pour, entre autres, la recherche de vérité, l’analyse des contradictions, des processus, de la relation sujet-objet, des contradictions sociales principales, des classes sociales et de l’opinion de masse. 

Le marxisme est une vérité en raison de son système de valeurs centré sur le peuple, qui constitue sa force morale. L’essence profonde du marxisme consiste à libérer l’humanité. Il représente les intérêts fondamentaux du prolétariat et des masses populaires tout en leur fournissant une arme théorique au service de leur lutte pour la liberté et la libération. En tant que classe sociale la plus altruiste et la plus révolutionnaire, le prolétariat doit adopter une attitude scientifique pour comprendre les lois du développement social, saisir sa mission historique et planifier la société idéale pour l’avenir. Ainsi, dans le Manifeste du parti communiste, Marx déclare que « tous les mouvements sociaux jusqu’ici ont été accomplis par des minorités ou au profit de minorités. Le mouvement prolétarien est le mouvement spontané de l’immense majorité dans l’intérêt de l’immense majorité ». Afin de défendre les intérêts fondamentaux des peuples, les partis prolétariens les dirigent pour renverser le système capitaliste et établir la position dominante du prolétariat et des masses populaires dans la vie politique et économique du pays, de manière à ce qu’ils en deviennent le maître. Par son système de valeurs, le marxisme démasque aussi l’hypocrisie et la tromperie des valeurs bourgeoises : les valeurs marxistes ont pour noyau le prolétariat et les masses populaires, pour objectif la libération et une vie prospère de ces groupes majoritaires et pour idéal le plein épanouissement et la liberté de l’homme. Tout cela donne le marxisme une force morale puissante.  

Le marxisme est une vérité en raison de ses idéaux sociaux nobles, qui sont devenus la conviction de la classe prolétarienne et de ses pionniers. La conviction pour les idéaux, c’est la poursuite spontanée pour un avenir meilleur et pour des objectifs grandioses, c’est aussi une conscience de soi qui consiste à se dépasser, à se façonner, à se développer, à affronter l’avenir et à s’efforcer d’atteindre les valeurs les plus élevées et les objectifs idéaux. Les auteurs marxistes classiques ont toujours insisté pour que le prolétariat et ses partis politiques établissent de nobles idéaux et convictions. La conviction marxiste a une fonction normative sociale claire car elle constitue un critère intrinsèque et une base fondamentale pour les partis prolétariens et les masses populaires dans toutes leurs activités sociales ; elle a aussi une fonction d’orientation sociale qui permet de guider les partis prolétariens et les masses populaires à unir leur poursuite de valeurs et les nobles idéaux sociaux, afin d’établir de nobles idéaux communistes ; elle a enfin une fonction de motivation car elle inspire les partis prolétariens et les masses populaires à se battre pour leurs idéaux et à faire des efforts pour réaliser les nobles idéaux du communisme.  

Les bases pratiques qui font du marxisme une vérité 

La pratique est le seul critère pour tester la vérité. Comme l’a souligné Xi Jinping, « le marxisme est une théorie qui s’applique à la pratique et qui guide les peuples dans leurs actions pour transformer le monde ». « Les idées pratiques et les points de vue sur la vie concrète constituent les idées fondamentales de l’épistémologie marxiste, le caractère pratique du marxisme constitue sa particularité qui le différencie d’autres théories ». Doté d’une nature pratique distinctive, le marxisme vise non seulement à expliquer scientifiquement le monde, mais aussi à le transformer activement. Guidé par le marxisme, le PCC a dirigé le peuple chinois pour accomplir des progrès considérables dans la révolution, la construction du pays et la réforme, fournissant ainsi une base pratique solide pour prouver que le marxisme est une vérité. 

Si le PCC a remporté la victoire dans la révolution, la construction de la Chine et la réforme, c’est fondamentalement grâce à son initiative d’associer les principes fondamentaux du marxisme et les conditions réelles de la Chine. Le PCC est entré dans l’arène politique au milieu d’une crise profonde de la nation chinoise, plongée dans des troubles internes et externes. Dans ce contexte, le PCC a adapté les principes fondamentaux du marxisme aux conditions nationales de la Chine et ouvert une voie révolutionnaire appropriée, qui consistait à encercler les villes par les campagnes et à s’emparer du pouvoir politique par les forces armées. Il a dirigé le peuple chinois pour renverser l’oppression de l’impérialisme, du féodalisme, du capitalisme bureaucratique et fonder la République populaire de Chine, changeant de manière radicale la direction et le processus du développement de la nation chinoise des temps modernes, l’avenir et le destin du peuple chinois ainsi que la tendance et le modèle du développement mondial. Puis, après la fondation de la République populaire de Chine, le PCC a continué à porter haut levé le drapeau du marxisme pour unifier son peuple dans la révolution socialiste, l’établissement d’un système socialiste de base et la construction socialiste, accomplissant ainsi la transformation sociale la plus vaste et la plus profonde de l’histoire de la nation chinoise. Cette transformation a aussi créé les conditions politiques et institutionnelles fondamentales pour le développement et les progrès de la Chine contemporaine, jeté des bases solides pour l’enrichissement et la montée en puissance de la Chine ainsi que l’amélioration du niveau de vie du peuple chinois. La nation chinoise a ainsi accompli des bonds historiques en passant d’un pays en déclin à une nation de plus en plus prospère et puissante. Par la suite, le PCC a adopté la politique de réforme et d’ouverture lors de la 3e session plénière du11e Comité central, ouvrant ainsi sa propre voie de développement marxiste avec le socialisme aux caractéristiques chinoises. Pendant cette exploration ardue, le PCC a conduit le peuple chinois pour établir une voie, un système théorique, un régime politique et une culture propres du socialisme à la chinoise. Le marxisme a donné une réponse aux problèmes historiques auxquels la Chine était confrontée : c’est la base pratique la plus importante qui fait du marxisme une vérité. 

La théorie marxiste sur la contradiction sociale principale a fourni la base théorique aux communistes chinois contemporains pour faire avancer la grande cause de la réforme et de l’ouverture, force motrice pour le développement du socialisme à la chinoise. En effet, selon le marxisme, les contradictions entre les forces productives et les relations de production, entre les fondements économiques et la superstructure constituent les contradictions fondamentales dans la société humaine ; la productivité détermine les relations de production, qui doivent donc s’adapter au développement des forces productives. En d’autres termes, les forces productives sont l’élément le plus actif et le plus révolutionnaire dans la promotion du progrès social et ce n’est qu’en accélérant leur émancipation et leur développement que le régime socialiste peut montrer sa supériorité. Après avoir analysé en profondeur l’évolution des contradictions de la société chinoise contemporaine, le PCC a choisi la réforme et l’ouverture comme l’unique moyen de libérer et de développer ses forces productives sociales : une nouvelle grande révolution menée par le peuple chinois, avec la direction du PCC. Les résultats de cette révolution sont extraordinaires : la Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde ; son régime socialiste s’est amélioré, son système et ses capacités de gouvernance se sont modernisés ; les besoins matériels et culturels de la population chinoise sont essentiellement satisfaits et la qualité de vie des Chinois s’est grandement améliorée ; toutes les entreprises sociales se sont développées à grands pas, la société chinoise est stable et ordonnée ; la civilisation écologique se construit peu à peu en Chine, un nouveau modèle de modernisation axée sur la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature prend progressivement forme. 

Le marxisme a donné aux communistes chinois une poursuite spirituelle. En gardant la conviction marxiste comme une noble quête spirituelle, les communistes chinois ont rassemblé leur force, consolidé leur fondements et construit une équipe révolutionnaire avec « une conviction, une détermination, une discipline et un sens de responsabilité de fer ». Comme l’a souligné Xi Jinping, « renforcer la conviction pour les idéaux et poursuivre la quête spirituelle communiste sont depuis toujours les fondements des activités des communistes chinois. Les convictions pour le marxisme, le socialisme et le communisme sont les âmes politiques et les piliers spirituels des communistes chinois qui les aident à résister à toute épreuve ». Certes, par rapport à l’époque de Marx et Engels, le monde a évolué et présente de nouvelles caractéristiques telles que la multipolarisation, la modernisation, l’informatisation des sociétés et la diversification culturelle. La Chine est aussi confrontée à ses propres problèmes de développement et traverse une période critique d’approfondissement des réformes. Face à de nouvelles situations, de nouveaux problèmes et de nouveaux défis, les différents courants, théories, doctrines et modèles prolifèrent sur la scène internationale. Dans ce contexte, les communistes chinois sont restés fidèles au marxisme et sont parvenus à affronter les divers problèmes avec un esprit ferme et calme. Grâce à sa confiance en son régime politique et sa conscience marxiste, le PCC a fait progresser continuellement le socialisme à la chinoise et l’a conduit vers une nouvelle ère. Les résultats pratiques prouvent pleinement que le marxisme possède un puissant pouvoir de vérité, quel que soit dans le passé, au présent ou à l’avenir. 

(L’auteur de l’article travaille à l’École centrale du Parti communiste chinois.)