Commentaires

Notre pays reste encore le plus grand pays en développement dans le monde entier

Publié le:2018-06-06 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Han Zhen | Source:Quotidien du Peuple (Le 30 avril 2018)

Une preuve importante qui montre que le socialisme à la chinoise est entré dans la nouvelle ère est que la principale contradiction dans la société chinoise s’est transformée en celle entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant de la Chine. Face au nouveau changement de la contradiction principale sociale, certaines ont un doute : est-ce que la Chine a déjà affranchi le stade primaire du socialisme et est-ce que la Chine n’est plus un pays en développement ? En réalité, dans le rapport du 19e Congrès national du PCC, Monsieur le camarade Xi Jinping a déjà donné une réponse claire : « Il faut également comprendre que, bien que la principale contradiction sociale ait changé, notre affirmation sur la phase historique où se trouve le socialisme en Chine n’a pas changé : notre pays se trouve et se trouvera encore longtemps dans le stade primaire du socialisme, et cette réalité fondamentale n’a pas changé ; la Chine demeure le plus grand pays en développement dans le monde, et ce statut international n’a pas changé. Le jugement politique important concernant « un changement » et de « deux inchangés » manifeste complètement que le Comité central du Parti communiste chinois, ayant Monsieur le camarade Xi Jinping comme tête, a une conscience lucide de la situation de notre pays et a une compréhension approfondie sur la situation internationale. Tout cela représente l’allure intensive de l’époque et une signification considérable.  

La situation de base que le socialisme en Chine se trouve dans le stade primaire détermine le statut international de la Chine en tant que le plus grand pays en développement 

La contradiction principale de la société décide les caractéristiques du stade où se trouve le développement social. Dans les différentes périodes historiques de la révolution, de la construction et de la réforme, le Parti communiste chinois prend la contradiction principale de la société comme la base pour établir la ligne et la politique générale. Il faut remarquer que le mouvement de la contradiction est un processus du changement quantitatif en changement qualitatif, du changement qualitatif partiel en changement qualitatif complet. Le 19e Congrès national du PCC a indiqué que la contradiction principale dans la société s’est transformée, c’est-à-dire que c’est un changement qualitatif transitoire pendant le processus du changement quantitatif du stade primaire du socialisme. On peut le comprendre et saisir des deux aspects. 

Du point de vue des demandes sociales, notre pays est déjà parvenu à assurer la satisfaction des besoins élémentaires et quotidiens de plus d’un milliard de personnes, a réalisé pour l’essentiel une prospérité moyenne, et accomplira bientôt l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, les besoins de la population pour une vie meilleure se diversifient, et la population devient de plus en plus exigeante non seulement à l’égard d’un sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité, mais aussi de la démocratie, de la légalité, de l’équité, de la justice, de la sécurité et de l’environnement. Les gens ont plus de demandes, tout en espérant une meilleure éducation, un travail plus stable, un salaire plus satisfaisant, une assurance sociale plus fiable, un service de santé de plus haut niveau, une condition de logement plus confortable, un environnement plus beau et une vie spirituelle plus riche. 

Du point de vue de la production sociale, après un développement rapide de 40 ans de la réforme et de l’ouverture, le niveau global de la production sociale de la Chine a une augmentation remarquable et dans beaucoup de domaines, la Chine a un rôle de guide dans le monde entier, au lieu de suivre les autres pays. Maintenant, la production sociale sous-développée ne peut plus synthétiser la situation de la production sociale de notre pays. En plus du changement des demandes sociales, la contradiction principale sociale de la Chine se transformera certainement. Mais, de l’autre côté, les problèmes dans le développement tels que le déséquilibre et l’insuffisance sont encore proéminents. En Chine de nos jours, les métropoles animées et les villages sous-développés coexistent ; l’Est est bien développé tandis que l’Ouest est sous-développé. La Chine possède les moyens de production et de transaction les plus avancés dans le monde entier, tels que la capacité spatiale de Shenzhou et de Tiangong, la vitesse de TGV, le superordinateur, et le paiement mobile, mais en même temps, il existe aussi des façons sauvages et extensives de productions, par exemple, il faut dépendre du ciel et se servir de charrue et de taureaux. 

Les problèmes du déséquilibre et de l’insuffisance sont déjà devenus les obstacles majeurs pour satisfaire l’aspiration croissante du peuple à une meilleure vie et ces obstacles déterminent que les problèmes au stade primaire du socialisme ne sont pas encore fondamentalement résolus. L’économie chinoise est entrée dans la phase du développement de haute qualité en quittant la phase du développement de haute vitesse. En revanche, les missions sont lourdes et pénibles, par exemple, le changement du mode du développement, la modification de la structure économique et le changement de la force motrice du développement. De plus, il existe encore beaucoup de faiblesses dans le développement socioéconomique. Par conséquent, il nous faut saisir ferme la ligne de base du Parti communiste chinois, qui est la ligne de vie du Parti et du pays et la ligne de bonheur du peuple. Il faut se tenir fermement à la ligne fondamentale du Parti qui représente une source vitale pour le Parti et l’État et fournit une garantie essentielle pour le bonheur du peuple ; axer nos efforts sur le développement économique, observer les quatre principes fondamentaux, poursuivre la réforme et l’ouverture, compter sur nos propres forces et œuvrer sans relâche en bravant les obstacles et difficultés, afin de lutter pour faire de la Chine un grand pays socialiste beau, moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé. 

La situation de base que la Chine reste pour longtemps dans le stade primaire du socialisme décide qu’elle est encore le plus grand pays en développement dans le monde entier. Bien que la force de production chinoise ait beaucoup augmenté, le volume total de l’économie ne cesse pas de s’accroître et que la Chine soit déjà devenue la deuxième économie du monde, le PIB par habitent est seulement 1/7 de celui des Etats-Unis et se situe à la 60e place et même encore en arrière. Le niveau total de la productivité sociale reste encore bas, la structure de la productivité n’est pas suffisamment raisonnable, la façon du développement de hauts investissements et de haute consommation n’a pas changé de manière fondamentale, la créativité technologique est manifestement insuffisante et l’écart du développement entre la ville et la campagne est assez grand. Dans le monde entier, la fabrication et le commerce international de la Chine présentent une assez grande envergure, mais dans l’économie nationale, il existe un problème que l’économie est grande mais pas puissante. La Chine a un grand progrès dans la construction et la gouvernance sociales, mais le développement des causes sociales et le niveau de la modernisation de l’administration sociale restent à désirer. La puissance douce de la culture ne cesse pas de se renforcer, mais il est loin de changer la situation que l’Occident est puissant tandis que la Chine est faible. La technologie s’est rapidement développée, mais on ne possède pas encore le point dominant de la technologie de pointe. La puissance de la défense nationale et la puissance militaire se sont beaucoup améliorées, mais il y a encore une longue distance à parcourir pour construire le système de classe mondiale de la puissance militaire qui correspondent à la taille du pays et à la puissance économique. En général, la Chine est encore un pays typique en développement. 

Le statut international du plus grand pays en développement est la base logique importante du développement de la cause du Parti et du pays 

Pour offrir la prémisse logique à la fois scientifique et correcte afin de pousser le développement de la cause du Parti et du pays, il faut avoir une conscience claire du statut international de la Chine--elle reste encore le plus grand pays en développement dans le monde entier. L’époque est celle qui propose des sujets tandis que nous sommes ceux qui donne des réponses et la population est celle qui les corrige. A cheque époque, il y a des questions à répondre. Il faut bien prendre conscience des questions posées par l’époque pour y bien répondre. Pour l’instant, les questions de l’époque sont déjà listées, et l’histoire de la lutte au stade primaire du socialisme qui se déroule sur la grande terre est la feuille de réponses. Pour donner des réponses qui méritent l’histoire et la population, il nous faut bien répondre aux questions listées.  

Selon la dialectique matérialiste, il y a plein de contradictions dans chaque société, parmi lesquelles la contradiction principale joue un rôle de direction et de contrôle. Le socialisme à la chinoise est entré dans la nouvelle ère. Bien que la contradiction principale de la société se soit déjà transformée, ce changement reste encore dans le processus historique du stade primaire du socialisme, ou plutôt, c’est un changement de la contradiction principale de différentes périodes du stade primaire du socialisme. Pour saisir le nœud de l’affaire de résoudre les problèmes du développement, de renforcer la force du développement et d’élargir l’espace du développement, il faut saisir correctement la contradiction principale de la société. Pour saisir correctement la contradiction principale de la société, il faut saisir correctement la connotation et la dénotation de la transformation de la contradiction principale de la société, et il faut être ni conservateur ni trop révolutionnaire dans la compréhension et la maîtrise. Pour l’instant, il faut prendre conscience que nous sommes encore sur le chemin du stade primaire du socialisme et que notre pays reste encore le plus grand pays en développement dans le monde entier. C’est en prenant conscience de cette plus grande situation et en saisissant cette plus grande réalité que l’on peut réaliser de grandes affaires, ayant les pieds sur terre, afin de faire de grands exploits.  

La transformation de la contradiction principale de la société chinoise influence est une transformation historique qui a une influence sur la situation générale. En même temps, la Chine est encore le plus grand pays en développement dans le monde entier et cela donne beaucoup de nouvelles exigences au travail du Parti et du pays. Premièrement, sur la base de la promotion continuelle du développement, il faut s’efforcer de bien résoudre les problèmes du développement déséquilibre et insuffisant, améliorer considérablement la qualité et la rentabilité du développement, afin de mieux satisfaire l’aspiration croissante de la population dans les domaines de l’économie, de la politique, de la culture, de la société, de l’écologie, etc. et de mieux promouvoir l’épanouissement plein de l’homme et le progrès complet de la société. Deuxièmement, pour gagner la lutte décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, il y a beaucoup de travaux à faire. Vu que l’économie chinoise est grande mais pas puissante, les missions de se renforcer, de prévenir et de résoudre les risques sont encore dures. A cause du développement déséquilibré et insuffisant, les missions de compléter les points faibles, de renforcer les faiblesses, surtout d’apporter une assistance ciblée aux démunis, sont dures. En raison des façons de production extensives, les missions de prévenir la pollution de l’environnement et de construire une belle Chine sont encore dures. Troisièmement, après l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, on doit s’efforcer pour réaliser l’essentiel de la modernisation socialiste d’ici 2035, pour transformer notre pays en un grand pays socialiste beau, moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé en 2050. Etant qu’un pays en développement, il faut garder une vitesse convenable du développement économique pour résoudre des problèmes, sinon ce sera impossible d’envisager l’amélioration de la qualité, de l’efficacité et des moyens d’existence du peuple. Par conséquent, il nous faut tenir inébranlablement le développement comme la priorité absolue, saisir la construction économique comme le noyau et établir solidement la base puissante matérielle d’une belle vie populaire dans la nouvelle ère, à travers la libération et le développement de la force productive sociale.  

Pour l’instant, la Chine se trouve dans une période historique où il y a beaucoup d’occasions pour tous. La tendance générale du développement est bonne, mais sur le chemin d’avancement, il y a toujours des obstacles. Comme ce que Monsieur le camarade Xi Jinping a mentionné en avertissant qu’au moment où on obtient plus de succès, on doit rester encore plus discrets comme si l’on marchait sur la glace, et avoir plus de soucis en songeant aux dangers. Il ne faut pas du tout faire des erreurs stratégiques et subversives. On ne peut pas non seulement s’allonger sur le registre des succès obtenus dans le passé en s’adorant, mais aussi se lâcher spirituellement avec le sentiment fier et surtout on ne peut pas ignorer les nouveaux problèmes et contradictions. Face à la situation internationale perplexe, à l’environnement voisin complexe et sensible, à la mission dure et lourde de la réforme, du développement et de la stabilité, on doit agir en premier pour prévenir des risques et avoir des moyens ingénieux qui peuvent répondre et résoudre des risques et des défis. Il nous faut bien nous préparer à la prévention et à la lutte contre les risques ; de plus, il nous faut aussi prendre l’initiative pour transformer le risque et le danger en paix et occasion. Il nous faut continuer à mener de grandes luttes aux nouvelles caractéristiques historiques, à nous prêter à convaincre toutes les difficultés et à nous avancer courageusement vers le grand objectif établi par le Parti communiste chinois. 

Apporter la sagesse chinoise pour résoudre les problèmes humains sur le chemin du socialisme à la chinoise. 

L’entrée du socialisme à la chinoise dans une nouvelle ère signifie que la nation chinoise, qui avait connu toutes sortes d’adversités dans le passé, est en voie d’accomplir un grand bond, passant d’une nation qui s’est relevée, à une nation riche, puis à une nation puissante, et ouvrant de ce fait de belles perspectives pour son grand renouveau. En revanche, on doit être conscient qu’il y a un voyage encore dur et pénible pour édifier un grand pays socialiste moderne dans tous les domaines et qu’il faut déployer des efforts encore plus durs et pénibles. Pour la Chine qui est le plus grand pays en développement, c’est en élargissant le chemin du socialisme à la chinoise, en clarifiant la théorie, en rendant le système plus mûr et la culture plus prospère et puissante qu’elle peut mieux offrir un nouveau choix pour les pays et les peuples qui veulent se développer rapidement tout en gardant leur indépendance et peut fournir la sagesse chinoise et la solution chinois pour mieux résoudre les problèmes humains. 

Un pays ne peut faire que ce dont il est capable, il doit s’y mettre tous ses efforts, à la mesure de ses forces. S’il fait les choses dépassant ses capacités, il sera difficile pour lui de tenir longtemps et surtout, il sera fort probable que ces choses l’entrainent dans une situation délabrée, et cela conduit à nuire à la prospérité et au développement du monde entier. En tant qu’un grand pays en développement, la Chine doit aider les autres pays en développement en ne pas dépassant ses propres capacités, avec son propre développement. Les pays en développement doivent profiter de l’effet des retombées du développement économique de la Chine. En même temps, la Chine parle au nom de la justice pour les pays en développement dans la communauté internationale, en tout se considérant comme membre des pays en développement. Si les autres pays exclue la Chine du rang des pays en développement, non seulement ils flambent la Chine par la flatterie, mais aussi ils nuisent au profit global des pays en développement. 

Le socialisme à la chinoise est déjà entrée dans la nouvelle ère. Cela ne signifie pas du tout que la Chine n’est plus un pays en développement et surtout pas que la Chine est déjà devenue un pays développé. Cette nouvelle ère, héritière de l’ancienne et annonciatrice de la future, est l’ère durant laquelle le socialisme à la chinoise se dirige vers une grande victoire dans un nouveau contexte historique. L’édification intégrale de la société de moyenne aisance remportera la victoire décisive avant que la construction complète d’un grand pays socialiste moderne puisse être menée à terme. Le peuple chinois multiethnique continuera à lutter ensemble pour créer continuellement les conditions d’une vie meilleure et réaliser enfin la prospérité commune. Tous les Chinois travailleront sans relâche, d’un même cœur et d’une même volonté, pour la réalisation du rêve chinois du grand renouveau national. Notre pays jouera progressivement un rôle central sur la scène internationale et apportera des contributions plus grandes à l’humanité. 

C’est en prenant une claire conscience du statut international de la Chine--la Chine est encore le plus grand pays en développement dans le monde entier et en saisissant la loi du développement du stade primaire du socialisme que l’on peut tenir ferme et faire développer le socialisme à la chinoise, se lancer dans le travail sans perdre aucune minute, et continuer à ouvrir de nouvelles situations du socialisme à la chinoise. Pour tenir ferme et faire développer le socialisme à la chinoise, il faut avoir la prévoyance qui peut s’adresser au futur. Cette nouvelle et grande révolution de la réforme et de l’ouverture menée sous la direction du Parti communiste chinois fraye le chemin du socialisme à la chinoise et permet à la Chine d’attraper le développement de l’époque à pas grand. Mais pour entrer dans le rang des pays développés, il nous reste encore un long voyage à faire et il nous faut nous y mettre des efforts sans relâche à long terme. Pour tenir ferme et faire développer le socialisme à la chinoise, il faut avoir l’esprit ouvert envers le monde. Face à la grande tendance du développement mondial, si la Chine ne peut pas atteindre et dépasser vraiment le niveau des pays capitalistes développés sur le plan de développement économique et qu’elle se contente des résultats déjà obtenus, les avantages et les caractéristiques du socialisme à la chinoise ne peuvent pas être complètement mis en valeur et il manque d’éloquence pour les affaires du socialisme à la chinoise. Si l’on veut apporter de plus grandes contributions historiques au développement du socialisme scientifique et à la résolution des problèmes futurs du développement pour l’humanité, il nous faut faire face sérieusement à la réalité actuelle que la Chine est encore un pays en développement. Pour tenir ferme et faire développer le socialisme à la chinoise, il faut garder l’esprit révolutionnaire. Il ne faut jamais se fier de la victoire, se relâcher en voyant les résultats, et se reculer face aux difficultés. Il ne faut pas se reposer sur les lauriers et s’efforcer de promouvoir le socialisme à la chinoise à manifester une puissance plus importante et plus convaincante de la vérité.  

 (Unité de l’auteur : Université des langues étrangères de Beijing)