Commentaires

Nous devons poursuivre et développer inébranlablement le marxisme

Publié le:2018-06-13 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Chen Shuguang | Source:Quotidien du Peuple (le 14 mai 2018)

Lors de la conférence de célébration du bicentenaire de la naissance de Marx, le président chinois Xi Jinping a souligné que « le marxisme avait non seulement changé le monde, mais aussi profondément changé la Chine ». « Le marxisme a guidé la Chine vers la route de l’édification intégrale d’une nation socialiste moderne. En tant que fidèles adhérents et pratiquants du marxisme, les communistes chinois continuent inébranlablement de faire des efforts pour poursuivre et développer le marxisme », a indiqué Xi Jinping. Bien que notre époque soit très différente que celle de Marx, nous sommes encore dans l’ère historique spécifiée par le marxisme dans la perspective des 500 ans du socialisme mondial. Le marxisme demeure donc un système idéologique et de discours avec une influence internationale majeure. Par conséquent, pour poursuivre et développer le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère, il est indispensable de soutenir et développer le marxisme.  

Il nous faut étudier le marxisme. 

Comme l’a souligné Xi Jinping, le marxisme est la richesse spirituelle la plus précieuse et la plus influente que nous ait laissée Marx. La théorie marxiste a éclairé le chemin de l’humanité comme un lever de soleil, pour qu’elle explore les lois historiques et cherche la libération. Depuis sa naissance, le PCC a inscrit le marxisme comme le fondement théorique du parti.  

L’étude du marxisme constitue la mission sacrée des communistes. Comme l’a souligné Xi Jinping, les communistes doivent intégrer la lecture des classiques marxistes et la réflexion sur le marxisme dans leurs habitudes de vie quotidienne et les pratiquer comme une quête spirituelle, de manière à ce que la littérature marxiste nourrisse leur loyauté, leur esprit et guide leurs actions. Comme l’a déclaré le philosophe français Jacques Derrida au début des années 1990, « ce sera toujours une faute de ne pas lire et relire, et discuter Marx », « ce sera de plus en plus une faute, un manquement à la responsabilité théorique, philosophique, politique ». En tant que parti au pouvoir dans un grand pays socialiste, le PCC doit renforcer l’étude de la théorie marxiste pour concrétiser sa mission historique. 

Il faut étudier le marxisme parce qu’il s’agit de la théorie la plus scientifique. Comme l’a noté Xi Jinping, « Marx a fondé le matérialisme historique et la théorie de la plus-value, a révélé les lois générales du développement de la société humaine ainsi que les lois spécialises du fonctionnement capitaliste, et a indiqué à l’humanité la voie de la liberté et de la libération ». Les fondateurs du marxisme ont été entendus dans le monde entier, sans forcer qui que ce soit à croire en leurs idées, lesquelles ont influencé le cours de l’histoire humaine ; Marx est considéré comme « le plus grand penseur du millénaire » sans forcer qui ce soit à l’élever à cette place ; les pensées et le nom de Marx ont surmonté les limites spatiales et temporelles pour entrer dans l’ère contemporaine et devenir éternels, sans forcer qui ce soit à se souvenir de ses contributions. Comme l’a déclaré Xi Jinping, « deux siècles ont passé, la société humaine a connu des changements considérables et profonds, mais le nom de Marx est toujours respecté dans le monde entier et ses idées continuent de rayonner tel qu’une vérité » ! 

Il faut étudier le marxisme car la théorie de Marx a toujours un fort pouvoir explicatif. Comme l’a déclaré Gariste Jones, professeur de politique à l’Université de Cambridge, « si tu lis le Manifeste du parti communiste, tu admettra que c’est un document excellent et très puissant. Bien qu’il ait été publié en 1848, nous pouvons y trouver tous les sujets dont nous parlons aujourd’hui, comme la mondialisation, les licenciements, les sociétés multinationales et l’évolution de l’économie mondiale. Il a du sens pour le monde actuel, aucune autre littérature n’a ce pouvoir ». Aujourd’hui, les pensées de Marx demeurent intournables pour parler des sujets d’actualité, tels que la mondialisation économique, le marché mondial et l’avenir du capitalisme. Marx a étonnamment prévu de nombreux aspects de la société actuelle, qui évolue aussi selon le chemin de développement qu’il a décrit.  

Il nous faut développer le marxisme.  

L’objectif de l’étude du marxisme est de guider les nouvelles pratiques avec un marxisme vivant. Comme l’a souligné Xi Jinping, « la vitalité des théories réside dans l’innovation. Les communistes chinois ont le devoir sacré de promouvoir le développement continu du marxisme ». En d’autres termes, nous devons continuer à nous baser sur le marxisme pour observer, interpréter et diriger notre époque, promouvoir le développement du marxisme avec les pratiques de la Chine contemporaine, absorber les réalisations exceptionnelles de toute l’humanité avec une vision large, persévérer dans les réformes pour innover et se surpasser, poursuivre l’ouverture pour apprendre des points forts des autres et s’améliorer, approfondir notre compréhension des « trois lois » et explorer continuellement de nouveaux domaines pour le marxisme à la chinoise et le marxisme du 21e siècle.  

Il faut développer le marxisme car les problèmes du 21e siècle ne peuvent pas être résolus par les idées du 19e siècle. Les fondements du marxisme ont fourni les principes directeurs généraux pour la révolution et la construction des pays socialistes. Cependant, ils ne peuvent pas fournir des solutions concrètes toutes faites et il est indispensable de tenir compte des particularités de chaque pays dans leur utilisation. Comme l’a noté Mao Zedong, « Marx ne pouvait pas voir tous les problèmes qui ont apparu après son existence. Il ne pouvait donc pas les résoudre à son époque. Les problèmes de la Russie sont à résoudre par Lénine, ceux de la Chine sont à résoudre par les Chinois eux-mêmes ». De même, les problèmes de la société chinoise contemporaine ne peuvent être résolus que par les Chinois d’aujourd’hui.  

Il faut développer le marxisme pour ne pas l’appliquer comme un dogme. Comme l’a souligné Engels, « toute la manière de concevoir, chez Marx, ce n'est pas une doctrine, c'est une méthode. Elle n'offre pas de dogmes tout apprêtés, mais des points de repère pour une recherche ultérieure, et la méthode de cette recherche ». Engels a également précisé que la théorie marxiste était « un produit de l’histoire, qui pourrait avoir des formes et des contenus complètement différents à des époques différentes ». En Chine, l’expérience du PCC dans la révolution, la construction du pays et la réforme a montré que nous devions saisir à tout moment les particularités des contradictions de chaque période, enrichir la théorie marxiste avec de nouvelles idées, de nouveaux points de vue et de nouvelles conclusions afin d’apporter des solutions créatives à nos propres problèmes. En effet, la nouvelle révolution démocratique, la révolution socialiste, l’édification socialiste et le socialisme aux caractéristiques chinoises sont tous les innovations réussies qui associent les fondements du marxisme aux conditions réelles de la Chine. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à de nouveaux problèmes par rapport à l’époque de Marx, il est urgent de chercher de nouvelles solutions à l’aide du marxisme afin de diriger le développement.  

Il faut développer le marxisme car la pratique n’est pas immuable. En tant que produit d’une époque, le marxisme doit évoluer avec les temps pour s’adapter aux particularités de chaque période historique et dépasser les limites temporelles. Le fait de développer le marxisme est conforme à la logique du processus de connaissance de l’humanité, lequel passe par l’appréhension, la connaissance, l’approfondissement de la connaissance et enfin la comparaison pour corriger la connaissance et obtenir la vérité ; il est également conforme à la logique de l’évolution de l’histoire qui va du simple au complexe, du fini à l’infini, des nations au monde.    

Il nous faut croire au marxisme.  

Comme l’a souligné Xi Jinping, « commémorer Marx aujourd’hui, c’est rendre hommage au plus grand penseur de l’histoire de l’humanité et affirmer notre ferme conviction à l’égard de la vérité scientifique du marxisme ». Il précise qu’à l’heure actuelle, les tâches de réforme, les contradictions, les risques, les défis et les difficultés de gouvernance nationale auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent. Pour prendre le devant et remporter la victoire, nous devons améliorer constamment notre capacité à analyser et à résoudre les problèmes pratiques avec le marxisme, tout en défendant les convictions marxistes et les idéaux communistes.   

Il faut croire au marxisme parce qu’il se tient au sommet de la vérité et de la moralité. En tant que vérité scientifique, le marxisme s’engage à lutter pour les intérêts du peuple et la libération de l’humanité. Dans son essai « Réflexions d’un jeune homme sur le choix d’une vocation » rédigé à la fin de ses études secondaires, Marx confesse que le jeune homme qui s’apprête à choisir une profession doit être guidé par « le bien-être de l’humanité et le souci de notre propre perfection », et que « ce n’est qu’en travaillant pour la perfection et le bien-être de nos contemporains que nous atteindront notre propre perfection ». Durant sa vie entière, Marx s’est battu pour l’équité et la justice sociales, la liberté et l’égalité du prolétariat, la libération de l’humanité et le plein épanouissement de chaque individu. Même dans les moments les plus difficiles, il est resté fidèle à ses convictions et s’est entièrement consacré à la cause de la libération de toute l’humanité. Marx est une personne noble, sa théorie scientifique est en ligne avec sa personnalité. C’est pour cette raison qu’il continue à être admiré par le monde entier. En Occident, les pensées de Marx ont conquis un public nombreux. Comme l’a déclaré l’écrivain allemand Heinrich Böll, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1972, « sans le mouvement ouvrier, sans les socialistes, sans leur penseur Karl Marx, les cinq sixièmes de la population actuelle vivraient encore dans un état de semi-esclavage ; sans les luttes, sans les soulèvements, sans les manifestations, sans le leader des ces mouvements, les capitalistes n’auraient jamais cédé un demi pas ». Le marxisme a contribué, de façon non-négligeable, aux progrès de notre société en termes de liberté, d’égalité, de démocratie, d’équité, de justice et bien d’autres.  

Pour croire au marxisme, nous devons poursuivre ses idéaux, ses convictions et ses théories scientifiques. En d’autres termes, il faut garder à l’esprit que les lois de la société humaine révélées par le marxisme sont inébranlables. Il faut défendre toujours les intérêts fondamentaux des masses populaires qui constituent la position de valeur du marxisme, rechercher le plein épanouissement des individus et la libération de l’humanité qui sont les objectifs du marxisme, et éviter à tout prix d’aller à l’encontre de la suprématie du peuple, du pouvoir du peuple, de la dignité du peuple, des intérêts du peuple et de la volonté du peuple. Nos convictions marxistes doivent être claires, et nous devons avoir le courage de nous opposer à toutes sortes de discours et d’actions antimarxistes, nous doter d’une attitude noble pour résister à des discours blasphémant les idéaux marxistes. Nous devons nous rappeler que le marxisme demeure une bannière de la libération humaine et que dans le monde entier, la quête de la liberté, de l’égalité, de la démocratie, de l’équité et de la justice est toujours d’actualité.  

Croire au marxisme, c’est aussi de rester lucide devant les situations trompeuses et rester fort devant les difficultés temporaires. Les problèmes de la vie réelle ne doivent en aucun cas devenir une raison de remettre en cause, de déroger, d’abandonner ou même de trahir le marxisme. Il est indéniable que la société actuelle fait face à des phénomènes négatifs et à des problèmes, qui ont provoqué des doutes chez certains vis-à-vis au maintien du marxisme. Pour certains, le miracle de développement que la Chine a réalisé depuis la réforme et l’ouverture est le résultat d’un abandon du marxisme et d’un rapprochement avec l’Occident. De toute évidence, ces interprétations sont toutes fausses. Nous ne devons pas attribuer à tort les réalisations de la cause socialiste au non-marxisme, ni remettre en cause et même renoncer au marxisme en raison des phénomènes négatifs qui existent dans la vie réelle. Le socialisme aux caractéristiques chinoises n’est pas un socialisme fermé : les réalisations remarquables que la Chine a accomplies dans l’édification socialiste ne peuvent donc pas être le résultat d’un travail fermé sur soi-même. Cependant, apprendre des autres civilisations humaines ne signifie pas de les copier : la Chine n’a pas reproduit le modèle de développement des pays occidentaux et a créé sa propre voie de développement. L’actionnariat, la distribution selon les facteurs de production, ou encore, l’économie de marché ne sont pas réservés à l’Occident. En tant que produits du développement de la société humaine, ces moyens de développement économique peuvent être utilisés aussi bien par le capitalisme que par le socialisme. Il est aussi à noter que, depuis la réforme et l’ouverture, chaque progrès socio-économique de la Chine a été accompli sous la direction du marxisme. Nos expériences pratiques prouvent donc que soutenir et développer le marxisme fait partie du sens même de la voie chinoise.    

(L’auteur de l’article est chercheur au Centre d’études de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère appartenant à l’École centrale du Parti communiste chinois)