Commentaires

Deux expériences pour le maintien et le développement du système économique fondamental de la Chine
À l'occasion du 40e anniversaire de la politique de réforme et d'ouverture

Publié le:2018-07-30 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Teng Wensheng et Zheng Xinli | Source:Quotidien du peuple (le 13 juin 2018)

Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) a établi la position directrice de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. L'un des contenus clés de cette pensée consiste à maintenir et à améliorer le système économique socialiste aux caractéristiques chinoises. En effet, depuis le 18e Congrès national, le PCC s'efforce d'explorer une structure de propriété, une structure de distribution et une réalisation effective du système économique de base qui soient adoptées au stade primaire du socialisme et aux exigences de développement de la Chine de la nouvelle ère. Dans ce processus, la Chine a mené des recherches actives pour développer une économie de propriété mixte et permettre à l'ensemble de la population de bénéficier de manière plus équitable des résultats de développement. Ce travail a permis de libérer davantage les forces productives sociales de notre pays et d'accomplir des progrès notables dans la cause du socialisme aux caractéristiques chinoises.  

Le régime de propriété mixte est une concrétisation importante du système économique socialiste fondamental de la Chine.  

Selon les "Décisions" de la troisième session plénière du 18e Comité central du PCC, "le régime de propriété mixte axé sur la propriété publique et soutenu par le développement côte à côte de diverses formes de propriété constitue non seulement un pilier important du système socialiste à la chinoise, mais aussi le fondement de l'économie socialiste de marché". "Le régime de propriété mixte caractérisé par le croisement et l'intégration du capital d'État, du capital collectif et du capital privé est une concrétisation importante du système économique fondamental de Chine. Il favorise l'amplification, la préservation et l'augmentation de la valeur du capital détenu par l'État, tout en mettant en avant la complémentarité et le développement mutuel des capitaux de propriété différente". Par conséquent, dans la nouvelle ère, développer l'économie de propriété mixte tout en maintenant la position centrale de la propriété publique constitue un moyen efficace et un choix inévitable pour renforcer le dynamisme, l'influence de l'économie publique et pour promouvoir le développement sain, la vitalité et la créativité de l'économie privée. 

L'économie mixte encourage la mise en place de systèmes d'entreprise modernes où l'assemblée d'actionnaires, le conseil d'administration et le personnel de gestion se contrôlent, s'équilibrent et se coordonnent sur la base d'un système d'actionnariat normalisé. L'expérience de la Chine en matière de réforme, d'ouverture et de modernisation socialiste prouve que l'économie de propriété mixte peut intégrer de façon efficace les différents types de ressources afin de former des équipes compétentes décisionnelles, développer des entreprises dotées de capacités de développement technologique, de compétitivité internationale et de forte croissance. Ces entreprises sont capitales pour renforcer l'innovation et parvenir à la modernisation industrielle. Grâce à l'économie mixte, les entreprises publiques peuvent contrôler leurs entités avec moins de capital, ce qui favorise le maintien de la position dominante de la propriété publique et renforce le dynamisme ainsi que l'influence de l'économie publique, permettant ainsi à celle-ci de jouer un rôle prépondérant dans l'économie nationale. Dans une économie mixte, les entreprises privées peuvent améliorer leur gestion, mettre en place des systèmes d'entreprise modernes, optimiser leur structure de produits et dynamiser leur développement, donnant ainsi un élan à leur développement à long terme. Au sein des entreprises mixtes contrôlées par l'État, la mise en place ordonnée de l'actionnariat salarié contribuera aussi à renforcer l'union et la compétitivité des entreprises. À cet effet, le Conseil d'État chinois a élaboré des dispositions précises sur l'actionnariat salarié dans les entreprises mixtes : le montant total des actions salariales ne doit pas dépasser 30% du capital social de la société ; les actions détenues par chaque salarié ne doivent pas être supérieures à 1% du capital social de la société ; l'État doit rester l'actionnaire principal après la mise en place de l'actionnariat salarié, avec un taux de participation d'au moins 34% du capital social de la société. Ces réglementations montrent la volonté de réformer des entreprises d'État du Parti communiste chinois. 

Depuis la mise en œuvre de la politique de réforme et d'ouverture, la Chine a vu naître un grand nombre d'entreprises industrielles exceptionnelles. Leur développement reflète de manière vivante la vitalité du système économique socialiste de la Chine. Parmi ces entreprises, certaines sont des entreprises d'État réformées, comme Zoomlion ; d'autres sont des entreprises collectives réformées, comme le groupe Haier. Mais il y a également des entreprises privées, telles que Huawei, qui sont devenues des sociétés de haute technologie de renommée mondiale grâce à un système de coopération actionnariale. Appartenant à des régimes de propriété différents, ces entreprises partagent pourtant un point commun : elles ont toutes élaboré un système d'actionnariat normalisé et une structure de gestion d'entreprise scientifique, sur la base des droits de propriété clairs. Pour de nombreuses entreprises industrielles privées, l'économie mixte a apporté des changements positifs dans les relations de propriété, les relations de distribution et les relations de travail. En effet, des travailleurs sont devenus "investisseurs" et "propriétaires communs" de leur entreprise grâce à la mise en place d'un système d'actionnariat salarié. Nombre d'entreprises mixtes adoptent la distribution selon contribution des employés comme modèle de distribution principal de leur structure, favorisant ainsi la prospérité commune des employés. En termes de relation de travail, les employés peuvent participer à la gestion des entreprises à des différents niveaux, ce qui favorise leur enthousiasme, leur initiative et leur créativité : de nombreuses entreprises se transforment progressivement en une communauté d'intérêts, caractérisée par la consultation conjointe, l'engagement commun et le partage des résultats des employés. Il est donc à constater que le développement d'une économie mixte répond non seulement au système économique fondamental de la Chine, mais enrichit aussi les formes de réalisation du système économique socialiste de la Chine, tout en lui donnant de la vigueur et de la vitalité. 

La prospérité commune est une exigence inévitable pour maintenir et perfectionner le système économique fondamental de la Chine.  

Le régime économique fondamental axé sur la propriété publique et soutenu par le développement côte à côte de diverses formes de propriété constitue une garantie institutionnelle permettant à tous les groupes ethniques de Chine de bénéficier des fruits du développement économique et social du pays. C'est aussi une garantie importante pour consolider le statut du PCC et maintenir le système socialiste. L'un des objectifs clés du développement économique de la Chine est de faire en sorte que les résultats du développement profitent à l'ensemble de la population de manière plus équitable, afin de parvenir progressivement à la prospérité commune. Cet objectif constitue aussi une exigence inévitable pour maintenir et perfectionner le système économique socialiste fondamental de la Chine. 

Dès le début de la politique de réforme et d'ouverture, le PCC a pris une décision importante : permettre et aider certaines catégories de population et certaines régions à s'enrichir d'abord à travers le travail et l'exploitation légale, tout en encourageant les premiers riches à aider le reste de la population, afin d'entraîner l'enrichissement commun de toute la population chinoise et de toutes les régions chinoises. Cette décision est à la fois une mesure majeure de la réforme et une stratégie clé de développement. Elle consiste en effet à développer les économies non-publiques (individuelles, privées) tout en maintenant la position dominante de l'économie publique, afin de changer une structure de propriété unique non compatible avec le niveau de productivité réel. De cette manière, les contraintes de l'égalitarisme qui existaient depuis longtemps dans la production sociale et la distribution d'un régime économique planifié sont surmontées, l'initiative des travailleurs est mobilisée, les forces productives sont libérées davantage, le rythme du développement économique est accéléré, jetant ainsi les bases pour la prospérité commune. La mesure a été très efficace : dans tout le pays, que ce soit des zones urbaines ou rurales, un nouveau modèle de développement s'est rapidement formé, avec le développement conjoint de l'économie publique et de l'économie privée, ainsi que la coexistence de plusieurs modes de distribution, notamment la distribution selon la performance et selon les facteurs. Dans le même temps, certains phénomènes négatifs liés à l'égalitarisme ont rapidement disparu, l'enthousiasme, l'initiative et la créativité des travailleurs et d'autres membres de la société ont été mobilisés, apportant un dynamisme continu à l'économie chinoise. Il convient de dire qu'en Chine, le développement des forces productives sociales et l'enrichissement de tous sont les deux objectifs importants de la mise en place d'un régime économique axé sur l'économie publique, soutenu par le développement côte à côte des économies d'autres formes de propriété. 

Après 40 ans de réforme et d'ouverture, la Chine est devenue aujourd'hui la deuxième économie mondiale et se classe aux premiers rangs mondiaux en termes de capacité technologique, de défense nationale et de puissance globale, créant un miracle de développement sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Ces 40 dernières années, l'économie publique et l'économie privée ont connu toutes deux un développement rapide en Chine, les travailleurs et les cadres des entreprises publiques et non publiques ont tous contribué à la réforme et au développement de la Chine. D'une part, le statut central de l'économie publique a été consolidé, avec des entreprises d'État plus performantes et plus grandes ; d'autre part, l'économie privée s'est développée sainement, avec plus de vitalité et de créativité : les deux secteurs se complètent mutuellement. Les faits ont prouvé que dans la phase primaire du socialisme en Chine, le régime économique mixte axé sur l'économie publique correspondait aux exigences du développement des forces productives et du progrès économique ou social. C'est un choix correct que la Chine doit poursuivre à long terme tout en l'améliorant. 

La prospérité commune est le principe fondamental du socialisme à la chinoise. Pour poursuivre et perfectionner notre régime économique, il faut faire en sorte que l'ensemble de la population bénéficie de manière plus équitable des fruits du développement, afin de parvenir à l'enrichissement commun. Après 40 ans de réforme et d'ouverture, un nombre considérable de personnes dans toutes les régions du pays se sont enrichies, la vie matérielle et culturelle des travailleurs et d'autres membres de la société a été grandement améliorée. Cependant, la Chine a encore du chemin à parcourir avant d'atteindre la prospérité commune. Par conséquent, depuis le 18e Congrès national du PCC, le Comité central du Parti, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, a mis l'accent sur l'amélioration du système de distribution socialiste, de manière à ce que le revenu des habitants augmente avec la croissance économique et que la rémunération du travail progresse avec l'augmentation de la productivité au travail. Le PCC a également proposé et mis en œuvre le nouveau concept de développement, pris des dispositions institutionnelles efficaces pour satisfaire l'ensemble de la population dans l'édification du pays. Un système de distribution des revenus axé sur l'efficacité et l'équité a été mis en place pour promouvoir l'équité et la justice sociales ainsi que la prospérité commune. Le PCC tâche aussi de promouvoir la péréquation des services publics de base et de réduire progressivement l'écart de distribution des revenus. Dans le rapport présenté au 19e Congrès national, le PCC a défini les objectifs progressifs en vue de parvenir à la prospérité commune de toute la population chinoise : accomplir des progrès solides d'ici 2035 pour réaliser l'essentiel de la prospérité commune au milieu du siècle. 

L'expérience chinoise depuis la réforme et l'ouverture, notamment depuis le 18e Congrès national du PCC, montre que ce n'est qu'en rendant les résultats de développement plus justes et plus équitables au profit de tous et en ciblant la prospérité commune que le régime économique socialiste de la Chine peut avoir un soutien plus large et plus solide des masses populaires pour se consolider et se perfectionner continuellement. D'une part, nous devons comprendre que les relations de propriété déterminent les relations de distribution. Notre structure de propriété mixte nécessite donc la coexistence des différents modes de distribution, notamment la distribution en fonction de la performance et la distribution en fonction des facteurs de production. En tant que pays socialiste, la Chine doit combiner l'économie publique et l'économie d'autres propriétés pour s'adapter aux exigences du développement des forces productives. De même, elle doit combiner la distribution selon performance et d'autres modèles de distribution pour s'adapter au niveau de développement de la productivité. Il s'agit d'une base économique solide pour poursuivre la voie du socialisme à la chinoise et atteindre progressivement l'enrichissement commun du peuple chinois. Comme l'a souligné le président chinois Xi Jinping, le régime économique mixte axé sur l'économie publique et soutenu par le développement côte à côte d'autres formes d'économies est une politique majeure établie par le PCC. Nous devons consolider et développer inlassablement le secteur public, tout en encourageant, soutenant et guidant inébranlablement le développement de l'économie non publique. D'autre part, nous devons garder à l'esprit que la prospérité commune du peuple chinois est un objectif important du maintien et de l'amélioration de notre régime économique fondamental. À cet effet, il faut continuer à développer notre système de distribution, en améliorant les mécanismes institutionnels et les mesures politiques, afin d'augmenter les revenus des résidents urbains et ruraux et de réduire l'écart de distribution des revenus. En d'autres termes, il faut mettre en œuvre l'esprit du gouvernement central, continuer à améliorer le mécanisme de distribution primaire, maintenir le principe de distribution selon performance et améliorer le mécanisme de distribution selon facteurs. Il faut également améliorer le mécanisme de redistribution, renforcer l'ajustement dans la redistribution, augmenter le revenu des personnes à faible revenu, réglementer les revenus excessifs et bannir les revenus illégaux. Il faut enfin accélérer la péréquation des services publics de bas, augmenter le niveau des services publics, améliorer la sécurité sociale, réduire continuellement l'écart des revenus et atteindre progressivement la prospérité commune.  

(Les auteurs sont respectivement le président et le président exécutif de l'Association chinoise de science politique.)