Commentaires

Pourquoi le marxisme connaît-il un succès en Chine ?

Publié le:2018-08-08 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Xu Guangchun | Source:Quotidien Guangming Le 9 juillet 2018

Pendant plus d’un siècle, le marxisme est arrivé, s’est développé et a apporté des résultats en Chine. Les communistes chinois ont accepté le marxisme pour le promouvoir et l’inscrire sur leur propre bannière. Ils ont mené la révolution, l’édification et la réforme chinoises avec des convictions marxistes fermes, qui leur ont permis de remporter de grandes victoires. Les victoires de la révolution chinoise, du peuple chinois et du socialisme aux caractéristiques chinoises démontrent parfaitement que le marxisme a connu un grand succès en Chine.  

1. Le succès du marxisme en Chine vient de sa force de la vérité.   

La publication du Manifeste du parti communiste, qui expose pour la première fois les principes du socialisme scientifique, a maqué la naissance officielle du marxisme. Dès lors, le marxisme, bannière spirituelle des communistes et arme idéologique de la classe ouvrière, a joué un rôle de plus en plus important dans la compréhension et la transformation du monde, au cours de l’histoire du mouvement communiste international et de l’histoire du développement de la société humaine. Le rôle que le marxisme a joué reflète aussi sa nature fondamentale : le marxisme a la force de la vérité. Le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping, a synthétisé cette force de la vérité pendant la conférence de commémoration du bicentenaire de la naissance de Marx en soulignant que « le marxisme est une théorie scientifique », « une théorie centrée sur le peuple », « une théorie pour la pratique » et « une théorie ouverte en perpétuelle évolution ». 

Le marxisme est une théorie scientifique, car il dévoile de manière créative les lois régissant le développement de la société humaine. Aucune des théories antérieures au marxisme dont le socialisme utopique n’est parvenue à révéler correctement les lois régissant le développement social, ni à trouver des moyens efficaces de promouvoir le développement et le progrès social. Le marxisme a donné naissance au matérialisme historique et à la théorie de la plus-value, dévoilant ainsi les lois générales du développement de la société humaine, en particulier les lois régissant la société capitaliste. Il a indiqué à l’humanité la direction et les moyens de promouvoir le progrès et le développement social, tout en montrant à la classe ouvrière et les travailleurs la voie vers la liberté et la libération. 

Le marxisme est une théorie centrée sur le peuple, puisqu’il a créé le premier système idéologique pour la libération du peuple. Dès sa naissance, le marxisme s’est engagé à lutter pour la libération du peuple, en se mettant sur la place du peuple pour explorer le vrai sens de la libération humaine. Les pensées scientifiques et les théories révolutionnaires du marxisme ont indiqué la direction à suivre pour établir une société idéale sans oppression, sans exploitation, caractérisée par l’égalité et la liberté pour tous.

Le marxisme est une théorie pour la pratique, car son objectif fondamental est de transformer le monde. Le marxisme n’est pas une théorie utopique. Au contraire, il explique le monde tout en visant à le transformant : il analyse en profondeur le monde actuel tout en guidant de manière lucide les gens sur la façon de changer le monde. Par conséquent, le marxisme est une arme idéologique puissante pour comprendre et transformer le monde. L’idéologie marxiste s’est aussi formée pour changer le destin historique du peuple et s’est enrichie dans la recherche pratique du peuple pour la libération et dans la quête des progrès de la société. 

Le marxisme est une théorie ouverte en perpétuelle évolution. En effet, le marxisme a toujours évolué avec le développement de chaque époque pour diriger le développement et le progrès. Le marxisme n’est pas un dogme mais un guide d’action qui écoute les voix de chaque ère, étudie les conditions et les problèmes de chaque époque pour diriger le développement en restant au premier plan. Au cours de l’histoire du développement du marxisme, Marx, Engels, Lénine, Mao Zedong et leurs successeurs n’ont cessé d’enrichir le marxisme en s’inspirant des réalisations de toutes les civilisations de l’histoire humaine. C’est pour cette raison que le marxisme peut maintenir sa vitalité et répondre continuellement aux nouveaux problèmes et défis des différentes époques.  

Ces quatre grandes qualités du marxisme lui ont permis d’avoir une force de la vérité à tout moment, partout et en toutes circonstances : cette force de la vérité a changé de manière profonde le monde ainsi que la Chine.    

2. Le succès du marxisme en Chine vient du fait que les communistes chinois ont toujours porté haut levé le drapeau du marxisme.   

Avec de fermes convictions marxistes, les communistes chinois ont toujours porté haut levé le drapeau du marxisme et maintenu la direction du marxisme. Dès sa fondation en 1921, le PCC a inscrit le marxisme sur sa propre bannière comme fondement théorique pour guider les pensées. Le premier programme du PCC a été élaboré conformément à l’esprit du Manifeste du parti communiste. Pendant près d’un siècle, le PCC a réuni et guidé le peuple chinois dans la révolution, l’édification et la réforme avec le marxisme, conduisant ainsi le parti et le peuple aux victoires et aux progrès. Pendant ces cents ans, bien que la Constitution du Parti communiste chinois ait été révisée à maintes reprises, la place directive du marxisme n’a jamais été affaiblie, au contraire, elle a été renforcée et enrichie à chaque révision de la Constitution du PCC. Pendant chaque des dix-neuf Congrès nationaux organisés par le PCC, le Parti a souligné l’importance de maintenir le marxisme comme idéologie directive, ainsi que sur la nécessité de soutenir et de développer le marxisme. Il est approprié de dire que l’essence de la pensée marxiste s’est enracinée dans le corps des communistes chinois.  

Les communistes chinois sont parvenus à associer les principes fondamentaux du marxisme aux conditions réelles de la Chine pour formuler des théories, des lignes directives, des plans et des politiques, en vue de diriger et de faire avancer la révolution, l’édification et la réforme en Chine. Cette prise en compte des réalités concrètes de la Chine a permis de conduire la révolution, l’édification et la réforme vers de grandes victoires. En suivant le principe de combiner le marxisme avec les réalités de la révolution chinoise, le PCC a élaboré sa propre voie révolutionnaire, qui consiste à « encercler les villes à partir des régions rurales » et à « prendre le pouvoir politique par les forces armées », renversant ainsi les « trois grandes montagnes » qui pesaient sur le dos des Chinois [l’impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique] pour fonder la République populaire de Chine. Pendant l’édification socialiste, le camarade Mao Zedong a aussi proposé d’associer le marxisme à la pratique chinoise et de suivre une voie propre à la Chine. Sur cette base, le PCC a élaboré une série de lignes directives, de stratégies et de politiques concernant, entre autres, le stade de développement socialiste de la Chine, les objectifs stratégiques et les étapes de sa modernisation socialiste, l’édification de l’économie, de la démocratie et de la culture socialistes, la défense nationale, la construction des forces armées et l’édification du PCC. Ces stratégies ont conduit à des progrès notables en matière d’édification socialiste en Chine. Pendant la période suivante, le PCC a de nouveau combiné le marxisme avec la réalité chinoise pour mettre en œuvre la politique de réforme et d’ouverture. En soulignant la nécessité « d’émanciper l’esprit et de chercher la vérité à partir des faits », Deng Xiaoping a guidé le PCC à redéfinir la logique idéologique et politique du marxisme en partant des conditions réelles de la Chine. Cette décision a permis au PCC et à toute la Chine de se concentrer sur la construction économique, ouvrant la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises. Grâce à une série de nouvelles théories, idées et stratégies, la réforme et l’ouverture ainsi que le socialisme aux caractéristiques chinoises ont remporté de grandes victoires.  

Le PCC a toujours défendu et développé le marxisme : la sinisation du marxisme a donné naissance à de nombreux acquis pour guider la révolution, l’édification et la réforme chinoises. Depuis sa fondation il y a près d’un siècle, le PCC a uni et dirigé le peuple chinois dans trois missions majeures : la révolution, l’édification et la réforme. Pendant ces trois missions historiques, le PCC a toujours associé les principes fondamentaux du marxisme aux réalités spécifiques de la Chine, tout en restant attentif aux questions de chaque époque. En préconisant la synergie entre l’innovation théorique et l’innovation pratique, le PCC a formulé la « pensée de Mao Zedong », la « théorie de Deng Xiaoping », la pensée des « Trois Représentations », le concept de développement scientifique ainsi que la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Toutes ces théories sont des résultats de la sinisation du marxisme, qui se distinguent par des caractéristiques et un style propres à la Chine. Chacune des théories incarne les particularités et les missions de son époque : reliées les unes aux autres, elles sont à la fois des produits de différentes époques, mais aussi des phares qui indiquent la direction des progrès. C’est grâce à ces acquis de la sinisation du marxisme que les communistes chinois et le peuple chinois de toutes les ethnies ont remporté la victoire de la révolution, de l’édification et de la réforme en Chine. 

Le PCC a toujours prêté attention à la diffusion et à l’étude du marxisme : il s’efforce d’armer le parti avec le marxisme en améliorant la culture marxiste de tous les membres du parti. Pendant près d’un siècle, le PCC, né dans l’étude des idées marxistes, a grandi et mûri dans l’apprentissage de la théorie marxiste pour devenir un parti au pouvoir marxiste fort. Les fondateurs du PCC comme Chen Duxiu et Li Dazhao étaient tous actifs dans la diffusion du marxisme. Chen Wangdao, première personne à traduire le Manifeste du parti communiste en chinois, était un jeune communiste ; Chen Qixiu, première personne à traduire en chinois Le Capital, était aussi membre du PCC. Dans les années de guerre révolutionnaire, les œuvres classiques de Marx, d’Engels et de Lénine, traduites par des communistes et des progressistes chinois, ont joué un rôle positif dans la diffusion et l’étude du marxisme en Chine. Tous les membres du PCC, dont les dirigeants, ont pris l’habitude d’étudier le marxisme : pendant la guerre révolutionnaire agraire, Mao Zedong lisait le Manifeste du parti communiste, Anti-Dühring, L'État et la Révolution, Deux tactiques de la social-démocratie dans la révolution démocratique ainsi que d’autres ouvrages du marxisme-léninisme. « J’ai étudié le marxisme-léninisme sur les chevaux », racontait Mao Zedong. Le PCC attache depuis toujours une grande importance à l’étude du marxisme au sein du parti. Pendant la guerre révolutionnaire, le PCC a organisé de l’éducation marxiste pour « rectifier la conduite » des membres du parti. Au cours de l’édification socialiste, le Comité central du PCC a publié des catalogues d’ouvrages sur le marxisme-léninisme, tout en organisant des séances de lecture pour inciter tous les membres à les lire. Pendant la réforme et l’ouverture, le PCC a favorisé l’émancipation d’esprit par l’éducation idéologique marxiste, tout en diffusant les résultats théoriques de la sinisation du marxisme en tenant compte du travail réel de l’État et de la pensée réelle des membres du parti. Le PCC a ainsi amélioré la culture marxiste de l’ensemble du parti, progressé dans l’édification politique, idéologique et théorique du parti, renforçant les capacités de leadership et de gouvernance du parti. Aujourd’hui, le PCC continue de renforcer l’étude du marxisme par les cadres, les membres du parti et par les étudiants, à travers la création d’instituts d’études marxistes, de centres de recherche sur le système théorique du socialisme à la chinoise et sur la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Le PCC met également en œuvre des projets de recherche, afin de renforcer la recherche scientifique autour du marxisme et des acquis théoriques de la sinisation du marxisme. 

Les grands penseurs, théoriciens et révolutionnaires marxistes du PCC, tels que Mao Zedong, Deng Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao et Xi Jinping sont devenus les principaux acteurs de la sinisation du marxisme ainsi que les organisateurs et promoteurs de la grande victoire du marxisme en Chine. Jouissant d’une grande notoriété et d’un grand respect du parti et du peuple, ils ont uni et guidé le parti et le peuple chinois pour mener de grandes luttes, apportant une contribution majeure à la victoire de la révolution, de l’édification et de la réforme en Chine. Sous la direction du marxisme et des acquis de la sinisation du marxisme, la Chine a miraculeusement réussi dans sa révolution, sa construction socialiste et le développement du socialisme aux caractéristiques chinoises : cela démontre pleinement que le marxisme et les acquis de la sinisation du marxisme sont des vérités, et que le marxisme a remporté la victoire en Chine. 

3. Comment renouveler le succès du marxisme en Chine dans la nouvelle ère ?  

Premièrement, il faut comprendre que la direction de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère est la garantie fondamentale pour le succès du marxisme dans la nouvelle ère. En effet, l’une des raisons majeures du succès du marxisme en Chine est que le PCC a associé les principes fondamentaux du marxisme aux réalités concrètes de la Chine, pour former successivement une série d’acquis théoriques de la sinisation du marxisme. C’est sous la direction de ces acquis théoriques que la révolution, l’édification et la réforme chinoises ont remporté la victoire, affirmant ainsi le marxisme avec des faits vivants. Depuis le 18e Congrès national du PCC, le Comité central du PCC, avec Xi Jinping comme noyau dirigeant, a continué de défendre et de développer le socialisme à la chinoise. Le PCC a maintenu le rôle directif du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée des « Trois Représentations » et du concept de développement scientifique, a poursuivi l’émancipation de l’esprit et la « recherche de la vérité à partir des faits », a insisté sur le matérialisme dialectique et sur le matérialisme historique pour approfondir la compréhension des lois régissant la gouvernance du PCC, l’édification socialiste et le développement de la société humaine, tout en tenant compte des conditions et des exigences pratiques de la nouvelle ère. Après des recherches théoriques ardues, le PCC a formulé la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère : un guide d’action pour l’ensemble du parti et du peuple chinois en vue de parvenir au grand renouveau de la nation chinoise. La formation et le statut directeur de cette nouvelle pensée indique que le développement du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère a un nouveau guide de pensées et d’actions, que le développement du marxisme au 21e siècle a un nouveau système théorique scientifique et qu’une nouvelle force de la vérité accompagne le marxisme en Chine dans la nouvelle ère vers la victoire. 

Deuxièmement, il est indispensable de saisir la nature véridique de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, qui présente les qualités et les caractéristiques fondamentales de la vérité marxiste. D’abord, elle révèle les lois objectives qui régissent le développement du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère et le développement du monde, approfondissant notre compréhension sur les lois régissant la gouvernance du PCC, l’édification socialiste et le développement de la société humaine : c’est donc une théorie scientifique. Ensuite, elle propose de manière créative une pensée centrée sur le peuple en soulignant qu’il faut promouvoir en permanence le plein épanouissement de l’homme et la prospérité commune : c’est donc une théorie pour le peuple. Puis, elle s’est formée au cours du développement du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère, tout en se présentant comme guide d’action pour résoudre les problèmes majeurs de la nouvelle ère, guider le parti et le peuple en vue de remporter la victoire du socialisme à la chinoise, d’atteindre les objectifs des « Deux centenaires » et de réaliser le grand renouveau de la nation chinoise : c’est donc une théorie pour la pratique. Enfin, elle est née avec l’avènement de la nouvelle ère du socialisme à la chinoise : c’est donc une théorie ouverte en perpétuelle évolution.  

Troisièmement, il est important d’armer l’esprit, guider la pratique et faire avancer tout travail avec la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Dans la nouvelle ère, pour renouveler le succès du marxisme, le plus important est d’étudier et de mettre en œuvre le dernier acquis de la sinisation du marxisme, à savoir la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Il faut armer les esprits de tous les membres et de tous les cadres du parti avec cette pensée, unifier tout le travail du parti et de l’État, afin de promouvoir le développement continu du socialisme à la chinoise. Tous les membres et cadres du parti doivent étudier la pensée de Xi Jinping pour comprendre sa logique, l’intégrer et la mettre en œuvre, de manière à ce qu’elle soit appliquée dans tous les aspects du  travail économique, politique, culturel, social et écologique en Chine. C’est avec les efforts concrets de chacun d’entre nous que le marxisme peut remporter de nouveau une grande victoire dans la nouvelle ère.  

Quatrièmement, il est nécessaire de maintenir et de développer continuellement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Avec l’entrée du socialisme à la chinoise dans une nouvelle ère, la Chine est confrontée à de nombreuses nouvelles situations, contradictions, à de nouveaux problèmes, défis et risques. Pour accomplir des tâches historiques majeures et ardues, il est essentiel de maintenir le rôle directif de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise. Dans le même temps, notre époque évolue, les réalités changent. La pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère devrait aussi suivre les progrès de notre époque, évoluer avec les changements de la pratique et guider le développement du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère avec la force de la vérité, afin de renouveler la victoire du marxisme en Chine dans la nouvelle ère.  

(L’auteur de l’article fait partie du Comité consultatif pour le projet de recherche et de construction de la théorie marxiste, lancé par le Comité central du PCC.)