Commentaires

Insister sur le dialogue et la concertation afin de promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité

Publié le:2018-09-29 | Augmenter la taille du texte | Réduire la taille du texte

Par:Yang Shoutao | Source:Quotidien Guangming (le 10 août 2018)

  Construire une communauté de destin pour l’humanité constitue une partie importante de la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie socialiste à la chinoise de la nouvelle ère et est aussi un principe clé et la direction du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) ayant comme noyau dirigeant Xi Jinping pour mettre en œuvre la diplomatie de grand pays à la chinoise. Sa pratique et sa conception sont une grande contribution apportée par le peuple chinois dirigé par le PCC au monde entier et à toute l’humanité.

  Comment construire une communauté de destin pour l’humanité ? Au cours de son discours prononcé en janvier 2017 à l’Office des Nations Unies à Genève, le président chinois Xi Jinping a donné cinq propositions dont la première était qu’il fallait « promouvoir le dialogue et la concertation pour construire un monde de paix durable ». Il a souligné qu’il nous appartenait aujourd’hui de perfectionner les mécanismes et les moyens pour mieux aplanir les divergences, apaiser les tensions et éliminer les guerres et les conflits. En fait, le président Xi a présenté la même idée au cours de son allocution prononcé en septembre 2015 au débat général de la 70e session de l’Assemblée générale des Nations Unies : « La concertation est une importante forme de la démocratie et doit être une méthode majeure de la gouvernance internationale contemporaine ». Dans son rapport au 19e Congrès national du PCC, le secrétaire général du Comité central du PCC Xi Jinping a indiqué que la Chine était fidèle à la conception de gouvernance mondiale dite « concertation, synergie et partage ». Et il a répété cette conception dans son discours prononcé le 10 juin 2018 au 18e sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Ce n’est que par la concertation que l’on peut avoir une meilleure synergie et un partage plus durable. La communauté internationale réalise progressivement que c’est une tendance générale pour les relations internationales et la gouvernance des affaires internationales de mettre la concertation en priorité et mener d’abondantes consultations, bien que la concertation ne puisse pas résoudre tous les problèmes.

  Pour insister sur le dialogue et la concertation dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, tous les pays et régions devront adhérer à une conception correcte de la justice et des intérêts, sans laquelle on n’arrive pas à avoir des attitudes et des comportements appropriés dans la concertation internationale. Dans la pratique de la gouvernance mondiale, la mise en œuvre de la démocratie consultative dépend de la manière dont les pays et régions concernées perçoivent le monde ainsi que les relations entre leurs propres intérêts et ceux d’autres pays ou régions. Le président Xi a souligné à plusieurs reprises l’importance d’adhérer à une conception correcte de la justice et des intérêts, parce que nous n’obtiendrons à la fois la justice et les intérêts qu’en tenant compte de tous les deux, et que seulement une balance entre les deux pourra conduire à la réalisation des deux. Etablir une conception correcte de la justice et des intérêts demande aux grands pays d’accorder plus de soutien aux pays et régions sous-développés en termes de sécurité et de développement. Par exemple, en matière de sécurité nationale et régionale, les pays et régions concernés devront mettre en priorité la sécurité commune, une sécurité stable, durable, intégrale et basée sur la coopération, au lieu de leur propre sécurité ou une sécurité temporaire, incomplète et basée sur l’action unilatérale ; en matière d’intérêts économiques nationaux ou régionaux, les pays et régions concernés devront chercher à réaliser une coopération gagnant-gagnant au lieu de tirer tous les avantages. Il nous faut transformer notre monde « en grand scène de développement commun, non en arènes de combat » et au sein de la communauté internationale, il faut rejeter l’idée que « chacun pour soi sans s’occuper d’autrui ». Ce n’est qu’en adhérant une conception correcte de la justice et des intérêts que nous pourrons faire du bon travail et jouir d’une grande popularité. C’est une raison importante pour laquelle la diplomatie chinoise s’attire de nombreux partisans.

  Pour insister sur le dialogue et la concertation dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, il nous faut avoir des attitudes correctes. Quelles sont les attitudes les plus importantes ? Le président Xi a mis l’accent sur « le respect mutuel, l’égalité et les avantage mutuels » dans son article signé sur les médias australiens. Auprès de tous les discours du président Xi, on peut constater que le respect et l’égalité sont deux points plus souligné. En matière de respect, il a souligné que quelle que soit la manière dont le paysage international pourrait évoluer, nous devrions adhérer toujours à l’égalité, à la démocratie et à l’inclusion, respecter le droit des pays de choisir leur propre système social et leur propre voie de développement et respecter la diversité des civilisations. En outre, le respect implique également le respect de la réalité de chaque pays, de la diversité internationale, des intérêts légitimes et rationnels de chacun, de l’autodétermination, de la prise des décisions en commun, des parties intéressées, etc. Au sujet de l’égalité, le président chinois a indiqué dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture de la 8ème conférence ministérielle du Forum de coopération Chine-pays arabes du 10 juillet que  nous devions respecter les différentes conditions nationales et les choix indépendants de chaque pays, adhérer à l’égalité et rechercher l’entente par-delà les divergences. Cette égalité entre différents pays et régions, qui n’a aucun rapport avec leur taille, leur puissance ou leur richesse, signifie une égalité de nationalité, de droits et de possibilités de participer à la gouvernance internationale. En ce qui concerne les attitudes correctes, en plus du respect et de l’égalité, il faut encore l’honnêteté, la confiance politique mutuelle et la tolérance.

  Pour insister sur le dialogue et la concertation dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, il nous faut avoir une vision globale et stratégique. Au sein de la communauté internationale, nous devons non seulement nous débrouiller, mais aussi prendre d’autres pays et régions en considération avec une perspective mondiale. Donc une vision globale signifie : tenir compte de son propre pays mais aussi d’autre pays et des organisations de coopération intergouvernementales, au lieu de se constituer en clan. Dans son discours adressé le 25 juillet 2018 au Forum commercial des BRICS à Johannesburg, le président Xi a déclaré qu’à une époque où l’économie mondiale subissait de profonds ajustements et changements, c’était l’ouverture qui pouvait permettre à différents pays de s’enrichir mutuellement, d’assurer une prospérité commune et un développement durable, et qui était le choix judicieux que tous les pays devraient faire. Dans la gouvernance mondiale, il nécessite une vision globale pour se mettre à la place d’autres et engager des dialogues et des concertations efficaces avec d’autres pays et régions. Cette vision nous aide à élargir notre horizon alors qu’une vision stratégique nous permet d’envisager les choses sur le long terme. La dernière souligne que toutes les parties intéressées doivent considérer les choses du point de vue de la stratégie, penser aux intérêts à long terme et la tendance générale et projeter un avenir commun, au lieu d’échouer les grands projets stratégiques à cause de moindre intransigeance sur les détails à court terme. C’est avec une vision stratégique commune de tous les pays et régions concernés que nous pourrons surmonter les difficultés dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

  Pour insister sur le dialogue et la concertation dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, il nous faut avoir une confiance ferme, parce que la mise en œuvre du dialogue et de la concertation dans ce processus ne peut s’accomplir sans encombre et nous serons inévitablement confrontés à de nombreux défis subjectifs et objectifs. Avec cette confiance, on croit que cette position sera acceptée et approuvée par tous les pays et régions, qui attentent l’établissement et l’amélioration d’un tel mécanisme et qui accueillent favorablement des résultats positifs. Sans une telle acceptation et approbation, on connaîtra sans aucun doute plus de vicissitudes et défis dans ce processus. Donc, les pays et régions concernés devront renforcer leur confiance et traiter correctement les problèmes subjectifs et objectifs auxquels ils sont confrontés à l’heure actuelle et à l’avenir. Comme l’a dit le président Xi, « tant que nous faisons preuve de sincérité, de bonne volonté et de sagesse politique, nous arriverons à mettre fin aux conflits les plus inconciliables et à briser la glace la plus dure ». Forte de cette confiance, la Chine a déployé des efforts considérables, soutenus et efficaces pour promouvoir le dialogue et la concertation ainsi que la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, ce qui lui a valu de plus en plus d’éloge du monde entier.

  (Auteur : Centre de recherches de Beijing sur la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère ; Chroniqueur : Yang Shoutao)